Prendre le temps de lire

archimboldo

La BnF vient de lancer un Registre des livres indisponibles en réédition électronique qui s’appuie sur une loi récente (n° 2012-287 promulguée le 1er mars 2012) dont peu de monde avait jusqu’ici entendu parler. La voilà au centre de l’attention avec ce projet ReLIRE qui impose aux auteurs et ayants-droits d’accepter ou de refuser l’entrée de leurs oeuvres indisponibles sous le régime d’une gestion collective. Le mécanisme est décrit clairement par le juriste Lionel Maurel, comme un artifice qui transforme un livre épuisé1 en un indisponible dans le registre ReLIRE, permettant ainsi à l’éditeur de conserver le bénéfice du contrat d’édition. 

Dans ce registre, la recherche sur le terme « CNRS » renvoie à 304 résultats. Comment les chercheurs, auteurs de ces ouvrages, sauront-ils que s’ils veulent récupérer leurs droits sur leurs  ouvrages épuisés, il sera nécessaire de remplir un formulaire circonstancié ? Et s’ils ne l’ont pas fait, que se passera-t-il lorsqu’ils voudront que leurs oeuvres soient re publiées au format numérique sur les plateformes financées par leur tutelle, comme le propose aujourd’hui OpenEdition Books ?

Pour mieux comprendre ce qu’il se passe, n’hésitez pas à parcourir les multiples billets de ces derniers jours, les blogueurs donnent chacun à leur façon leur avis sur ce nouveau registre :

– Efficace, avec une proposition de procédure très simple sur Face-écran, « Ne touchez pas à mes textes », 23 mars ;

– Avec des mots crûs qui sonnent juste, François Bon sur le Tiers Livre, « Auteurs, contre l’État voleur, réclamez vos droits ! », 23 mars ;

– Sur un titre définitif,  le blog de Philippe Aigrain, « La corruption des institutions », 23 mars ;

– Centré sur le désir… du lecteur, sur Les carnets web de La Grange, « Relire en numérique », 23 mars ;

– Fouillé, précis et illustré avec humour, sur S.I.Lex, « De la loi sur les indisponibles au registre ReLIRE : la blessure, l’insulte et la réaction en marche », 24 mars ;

– Pédagogique et méthodique, sur Affordance, « La possibilité d’en sortir. Du web à l’oeuvre et retour » , 24 mars ;

– Pas du tout content, Editions Ad Astra, « Note d’intention à la BNF et au programme Relire », 21 mars ;

– Avec un clin d’oeil appuyé à la société du spectacle sur le blog d’Antonio A. Casilli, « La BnF Guy Debord et le spectacle schizophrene du droit d’auteur », 23 mars ;

– Le débat en storytelling par Sylvère Mercier sur Bibliobsession, « Le débat sur les oeuvres indisponibles et orphelines pour les nuls », 25 mars ;

– Et encore…, dans les histoires de Lullaby, « ReLIRE par la BnF (ou le droit d’auteur balayé) », 25 mars ;

– De l’autre côté dela barrière, sur Figoblog, « Le droit de reLire », 23 mars 2013.

Vous pouvez aussi suivre les multiples commentaires autour de cet évènement sur Twitter (#relire), en voilà deux parmi d’autres :

Crédits photographique : Giuseppe Arcimboldo, le bibliothécaire, domaine public, via Livrustkammaren och Skoklosters slott med stiftelsen Hallwylska museet (Stockholm, Suède).

  1. Juridiquement, et généralement, les droits d’auteur sont cédés à un éditeur au moment de la publication d’un ouvrage, mais il est d’usage, si celui-ci ne l’exploite plus, que les droits soient rétrocédés à l’auteur. []

Une réflexion au sujet de « Prendre le temps de lire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *