« Européens en Algérie indépendante » : mise en ligne de nouveaux entretiens

Au cours de l’année 2000, lorsqu’Hélène Bracco, historienne, a déposé son premier corpus à la MMSH, la phonothèque était en train de débuter la numérisation de ses collections sonores et le contrat de dépôt proposé aux chercheurs n’envisageait pas encore la diffusion en ligne des enregistrements. En effectuant ce dépôt sa volonté était avant tout de conserver une parole sur laquelle appuyait largement sa démonstration dans son ouvrage qui venait de paraître Des »Européens » en Algérie indépendante pendant la guerre d’Algérie.

Très vite, dès que les notices documentaires des enregistrements furent accessibles sur la base Ganoub, les demandes de consultation commencèrent à affluer : linguistes, anthropologues, politologues, historiens, écrivains, … Hélène Bracco s’étonna d’abord de la diversité de ceux qui se tournaient vers elle pour obtenir l’autorisation d’écouter ses archives. Dans un second temps, elle accepta de participer elle-même à la numérisation et au traitement documentaire d’un autre de ses dépôts. Puis, dans le cadre de sa recherche sur les refus civils et militaires pendant la guerre d’Algérie, elle pris le temps, elle aussi, d’écouter une collection qui avait été réalisée par un tiers et déposée à la phonothèque1. Petit à petit, la question du ré-usage des sources  sonores a fait son chemin et ces derniers temps Hélène Bracco est revenue vers ses témoins pour leur demander l’autorisation de diffuser leurs entretiens en ligne. Ceux-ci pourront donc bientôt être écoutés sur la base Ganoub, en lien avec les notices documentaires. Voilà, sur le carnet deux entretiens qu’elle nous présente en avant-première.

Hélène Bracco présentera ses ouvrages à la librairie Forum-Harmonia Mundi, 20 place Verdun à Aix-en-Provence le jeudi 11 avril 2013 à 18h30.

Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco

Entretien avec Monseigneur Scotto
« Curé pied-noir, évêque algérien », ainsi se définissait-il. Après l’indépendance de l’Algérie il avait pris la nationalité algérienne « Par le fait que j’optais pour une communauté de destin avec un peuple, je pense que c’était un pas à faire (…). Ma terre, c’est quand même la terre algérienne (…). Je n’ai jamais quitté l’Algérie et je pense bien y mourir ». Ainsi me parlait-il le 19 avril 1993, chez lui à Belcourt. Le hasard a voulu qu’il meure à Aix-en-Provence cinq moi plus tard, au cours d’un voyage. Son corps a été ramené à Alger par les autorités algériennes. Le professeur Pierre Chaulet lui a rendu hommage au nom du gouvernement algérien : « Nous, Algériens, avons souhaité que son corps repose dans la terre qu’il aimait, sur laquelle il était né et avait choisi de vivre ».

Extrait de la notice documentaire :
Récit de vie d’un prêtre né à Hussein-Dey et resté en Algérie après 1962
Cote : D792 – N°837 (N° de l’entretien dans l’ouvrage d’Hélène Bracco : 1)
Enregistré à Alger, le 19 avril 1993 ; 1 cass. ; 47min
L’informateur est né en 1913, il fait le récit de l’arrivée de son premier ascendant (arrière-grand-père) en Algérie en 1848. Il est issu d’une famille nombreuse et populaire d’une petite île près de Naples. Ses grands-parents et ses parents sont nés en Algérie. Il décrit ses études théologiques et sa carrière de prêtre (Alger) puis d’évêque (Constantine). Il explique ainsi les différents rapports qu’il a pu entretenir avec les autres enfants (européens et algériens) et la population locale, en tant que prêtre chrétien et européen. Il ne se souvient pas de racisme dans sa famille mais plutôt d’un certain paternalisme à l’égard des Algériens. Il fait le récit de son activité sacerdotale notamment auprès des jeunes et relate les événements de 62 et les actes de l’OAS. Poursuivant son action après l’indépendance auprès des jeunes dans le quartier de Belcourt, il a été élu pendant quatre ans au conseil municipal d’Alger. Il décrit une société  »à trois étages », les Français de souche, les Pieds-Noirs et les Algériens. Il donne sa vision des événements depuis sa position et sa vocation et celle des libéraux et des communistes. Il décrit ce qu’il a vécu après les départs et donne les raisons de son choix et de sa naturalisation algérienne.

Entretien avec Monsieur Jules Molina

Membre du PCA (Parti communiste algérien),, il s’est engagé dès le début das la lutte aux côté du peuple algérien. Arrêté en mars 1956, jeté en prison, torturé dans les locaux de la DST, il se définissait comme internationaliste : « Ce que j’ai fait en Algérie, je l’aurais fait si j’avais été au Vietnam, au  Chili ou en Chine… J’ai combattu pour un idéal, par pour un pays ». A l’indépendance, il a pris la nationalité algérienne. Il est décédé en France en 2009.

Extrait de la notice documentaire :
Récit de vie d’un cadre technicien, membre du PCA et internationaliste, resté en Algérie indépendante après 1962
Cote : D797, D798 – N°842 Cote du dépositaire (N° de l’entretien dans l’ouvrage d’Hélène Bracco : 3)
Enregistré à Alger, le 12 mai 1993 ; 2 cass. ; 2h 15min
L’informateur est né en 1919 à Perrégaud en Algérie, d’ascendants espagnols, il a pris la nationalité algérienne après l’indépendance. Il évoque sa situation identitaire particulière, que connaissaient beaucoup d’Européens à l’époque : se sentir héritier de culture étrangère (espagnole, italienne…), chez soi en Algérie et rattaché à la France surtout par l’éducation scolaire sans y être jamais allé. L’informateur décrit les conditions et le statut des Algériens à l’époque de l’Algérie française et la non utilisation de la langue arabe pour les Européens, surtout en ville. Il donne ici son avis sur les principales raisons du départ des Européens d’Algérie, la perte de leur emploi et la difficulté de se reconvertir ; il donne aussi les raisons qui pouvaient pousser certains à rester sur le sol algérien : la peur de voir leurs biens confisqués ou la difficulté d’être intégrés dans l’administration et la société française plus largement. Peu surpris par les événements de 1954, il estime qu’il était difficile de ne pas voir les changements qui se préparaient, surtout après 1945 et les mouvements internationaux de décolonisation. Les actions de l’OAS ont entraîné des mouvements de panique chez les Européens en 1962. L’exode, des régions de l’intérieur jusqu’aux villes, s’est poursuivi jusqu’en 1975. Après l’indépendance, Jules Molina a vécu dans le quartier d’Hydra à Alger, la cohabitation était parfois difficile avec les Algériens venus des campagnes à cause du décalage culturel qui pouvait exister. Par le récit de sa carrière personnelle en tant que cadre technicien de 1969 à 1975 dans les sociétés laitières et d’eau minérale, il évoque les options socialistes de la jeune Algérie indépendante. C’est aussi l’occasion pour lui de donner ses opinions sur le contexte économique et social après 1962 et quelques informations sur le régime social (notamment sur la médecine, les élections et la presse). La fin de l’entretien traite de la situation algérienne actuelle ; sont abordées les questions relatives à la jeunesse, aux pouvoirs publics, au FIS.

Le catalogue documentaire regroupant l’ensemble des dépôt d’Hélène Bracco est accessible en ligne.

Pour rappel trois entretiens de ce corpus ont déjà été présenté sur les Carnets de la phonothèque :

Hommage au Professeur Chaulet, 10 janvier 2013.

– Entretien avec le Professeur Chaulet sur les questions de la nationalité, 22 octobre 2012

– Entretien avec Hélène Bracco sur son corpus sonore « Européens en Algérie indépendante », 22 octobre 2012

Crédits photographiques : Alger, le figuier de la rue Mourad Didouche, octobre 2012, Véronique Ginouvès.

  1. Récits de vie de Harkis par Grégor Mathias, 1997-1998 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *