Collecter le patrimoine immatériel au Yémen : à propos des difficultés du terrain : le cas du fonds Fatima Al-Baydani

Fatma Al-Baydani, chercheure yéménite, a donné le 12 février dernier à la MMSH une conférence qui présentait douze ans de terrain pour la collecte de littérature orale populaire à travers le Yémen.

Résumé de la conférence : En introduction, Claude Audebert, professeure de langue arabe à Aix-Marseille Université, introduit brièvement la conférencière, Fatima Al Baydani. Originaire de la ville d’Al-Bayda au Yémen, elle avait initialement suivi une formation de médecin . Issue d’une famille de poètes et de poétesses, celle-ci ne tarda  pas  à quitter la médecine  pour se lancer, dès la fin des années 1990, dans la collecte de la littérature orale à travers toutes les régions du Yémen. Dans sa conférence, Fatima al-Baydani a mis l’accent sur la méthode suivie pour mener ses enquêtes de terrain, évoquant les multiples difficultés qu’elle a pu rencontrer. Pour lancer le projet, elle n’a pu compter que sur ses propres deniers et avait dû former une équipe de 6 jeunes yéménites (3 femmes et 3 hommes) à la collecte sur le terrain afin d’établir un questionnaire d’enquête. Ses recherches privilégièrent les personnes âgées, tout particulièrement les troupes musicales féminines, les poètes et les conteurs. Ses collectes l’ont amenée à sillonner l’ensemble du pays, de la Tihama au Hadramaout et de Saada à Aden et à Socotra. Elle finit par obtenir quelques aides financières de la part des autorités locales au Yémen ou auprès d’ambassades étrangères. A partir de 2005, elle établit une fructueuse collaboration  avec le CEFAS (Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa), ainsi qu’avec l’Ecole Normale Supérieure de Paris (ENS). En 2007, elle fonde l’association «  Mil Al Dahab », toute entière dédiée à la collecte du patrimoine immatériel, à sa préservation, sa diffusion  et sa valorisation. En 2014, cette association prend le nom de « Aydanout » en  en hommage à une chanteuse yéménite décédée en 2011. La conférence s’achève sur un diaporama retraçant différents moments de ses enquêtes de terrain et sur un échange avec les différents participants.

Dans sa conférence, Fatma Al-Baydani reprend point par point les difficultés qu’elle et son équipe ont rencontré au cours de leur collecte sur le terrain yéménite. Ces difficultés nous ont semblé intéressantes à signaler dans Les Carnets de la phonothèques car elles se retrouvent sur d’autres terrains pour la collecte du patrimoine culturel immatériel.

– A l’amorce d’un projet et tout au long de son évolution, les questions financières sont bien entendu centrales et vont conditionner la plupart des orientations. La plus grande partie des recherches de Fatma Al-Baydani ont été faites sur la base de ses deniers personnels. Cela d’autant plus qu’elle a souvent dû refuser l’aide financière en provenance de pays étrangers (Etats-Unis, pays du Golfe) car leurs institutions demandaient une exclusivité sur le patrimoine collecté, ce qui n’était pas envisageable pour elle et son équipe. De leur côté, les gouvernorats yéménites ne pouvaient pas toujours les soutenir. Certaines instances politiques du pays  ont accepté de participer à la prise en charge de l’hébergement ou des repas de l’équipe, d’autres n’ont pas souhaité apporter d’aide à l’entreprise en raison de ce que la collecte du patrimoine immatériel est controversée dans une partie de la société yéménite.

– En effet, pour une partie de la société yéménite aujourd’hui le chant, les comptines, la danse ou les contes sont interdits. Obstacle impossible à surmonter lorsque certains politiques ont connaissance de ces travaux : les collecteurs ont parfois dû quitter leur terrain en vitesse… D’autres fois, après avoir parcouru parfois des kilomètres dans la montagne, et une fois arrivés devant leur témoin, celui-ci refusait d’être enregistré, inquiété de ce qui pourrait se dire sur lui.

– Autre obstacle, l’interdiction d’enregistrer ou de filmer des femmes en train de danser ou de chanter. Les collecteurs ont trouvé une parade en choisissant parfois choisi de filmer uniquement les pieds d’une danseuse, enregistrant ensemble la danse et la musique.

– Les collecteurs, travaillant à retracer les conditions de production de ce qu’ils recueillaient,  se sont rendu compte que de nombreux hommes s’étaient approprié les chants ou les poésies créés par des femmes, rendant opaque l’identité véritable des auteurs des œuvres.  C’est parfois à la mort de ces hommes que l’on a compris que tel ou tel texte avait été écrit par son épouse, sa soeur ou sa grand-mère.

– L’entrée brutale d’appareillages modernes dans les dispositifs de l’enquête  a aussi introduit de nouveaux obstacles : certains témoins ont refusé les enregistrements ou même la prise de note. Dans ce cas, sans se laisser prendre de cours, les collecteurs ont appris par la transmission orale le chant, la poésie, la danse ou le conte, les ont appris par coeur jusqu’à les maîtriser pour en rendre possible le transfert par l’enregistrement au sein même de l’équipe de collecteurs.

– Le projet de Fatma Al-Baydani était de collecter le plus possible de textes oraux en langue dialectale. Or les collecteurs se sont rendu compte que face à un microphone, la population interrogée avait tendance à abandonner l’emploi de l’arabe dialectale pour l’arabe littéral, employé par la télévision et la radio. Ils ont donc essayé de travailler avec les témoins en profondeur et sur la durée pour que ceux-ci livrent le plus possible de textes en arabe dialectal.

– Au-delà de toutes les difficultés énoncées précédemment, l’instabilité de la situation politique du Yémen reste sans doute l’obstacle le plus difficile à surmonter. En effet, l’équipe de Fatma Al Badani a beaucoup souffert de la méfiance des autorités yéménites qui leur ont confisqué leur matériel à plusieurs reprise (appareil à photo, caméra …), voire ont parfois emprisonné les collecteurs (à Ta’izz ou Tihama). Cette instabilité politique met également un frein à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine immatériel ainsi qu’aux échanges culturels du pays au niveau international. Cette situation amplifiée par l’absence d’institution(s) officielle(s) chargé(es) de recueillir les archives au Yémen.

Pour toutes ces raisons, le dépôt des archives de  Fatma Al Badani à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme est exceptionnel. Il est également important pour les chercheurs du domaine yéménite et plus largement pour tous ceux qui s’intéressent à la littérature et la poésie orale, à la transmission de bouche à oreille, au patrimoine culturel immatériel…
Nous la remercions de sa confiance.

Résumé de la conférence et billet rédigés par Louna Tourdert (lycéenne, en stage à la phonothèque en mars 2015), relecture d’Isabelle Grangaud et Michel Tuscherer (IREMAM).

Crédits photographiques : paysages du Yémen, Fatma Al Badanin


Une réflexion au sujet de « Collecter le patrimoine immatériel au Yémen : à propos des difficultés du terrain : le cas du fonds Fatima Al-Baydani »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *