Raconter l’histoire des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

La collection sonore sur la Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône a la volonté de décrire, à travers 120 entretiens,  l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et la transmission de la culture arménienne sur trois générations familles de descendants d’Arméniens résidant dans 18 communes des Bouches-du-Rhône depuis les années 1920. Pour plusieurs raisons, cette collection est emblématiques pour la phonothèque de la MMSH.

– Elle est le fruit d’une collaboration fructueuse entre les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, une association de jeunes chercheurs, Paroles Vives, et la phonothèque de la MMSH1 ;

– Le protocole de la collecte, décrit avec précision dans une annexe méthodologique accessible en ligne, est devenu un véritable outil méthodologique pour la mise en oeuvre de collectes patrimoniales puisqu’il a été réutilisé par diverses institutions avec succès ;

– La totalité des témoins a signé un contrat d’autorisation d’utilisation et de diffusion qui a permis la mise en ligne les 162 heures d’enregistrements et leur réutilisation par tou-te-s sans demande préalable, sous réserve de citer les sources avec précision (noms de l’informateur et de l’enquêteur, date et lieu d’enquête, site d’accès).

– L’ensemble du corpus a été entièrement catalogué et analysé en suivant les normes et formats internationaux en vigueur. L’accès peut se faire à travers la base de données des archives départementales des Bouches-du-Rhône ou de Ganoub, la base de la phonothèque2 mais aussi sur la plateforme Calames, au format EAD.

L’année 2015, année de la commémoration du 100e anniversaire du génocide des arméniens, va ainsi être l’occasion de valoriser ces témoignages et de continuer notre collaboration avec les archives et l’association Paroles Vives. Ainsi, une exposition itinérante, intitulée Mémoires arméniennes dans les Bouches-du-Rhône, accompagnera un cycle de trois tables rondes à travers lesquelles dialogueront des documents d’archives, des extraits d’entretiens sonores, des chercheurs, des membres associatifs et témoins de la collecte.

– Mardi 21 avril à 18h30 Migrations arméniennes : un ancrage dans les Bouches-du-Rhône, avec Véra Fritz, historienne, chercheure associée au laboratoire TELEMME, Aix-Marseille université.
Mon frère est venu en 1929 en France avec nos parents, ils venaient de l’île de Chypre après beaucoup d’errance et ils ont atterri à Marseille parce que, en ce temps-là il y avait du travail. Notre papa était tailleur d’habits. Il est venu en France parce que son cousin qui était venu quelques temps avant l’a appelé en lui disant : “Viens, il y a du travail” et en effet il y en avait. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 84 1, enquête en ligne sur Ganoub, n°2146)

Jeudi 28 mai à 18h30 Des cultures arméniennes en exil : entre échange et permanence,  avec Martine Hovanessian, anthropologue, URMIS, Université Paris Diderot et Karine Michel, anthropologue, IDEMEC, Aix Marseille Université.
Je sais qu’il y a des choses dans la culture arménienne qui me touchent, me parlent […] Mais à côté de ça, je me sens pas plus Arménien que Français […] Je crois qu’aujourd’hui quand tu es enfant, en France, de troisième génération d’Arméniens ou de n’importe quel autre immigré ou exilé, je crois que tu es fait d’identités multiples ou de bribes et que tu vas faire avec et essayer de construire quelque chose de propre à toi, quelque chose d’intelligent. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 17 1 / 12 AV 17 2, enquête en ligne sur Ganoub, n°20178).

Mardi 2 juin à 18h30 Une nouvelle vie Avec Marie-Françoise Attard-Maraninchi, historienne, TELEMME, Aix Marseille Université.
Mes parents par leur profession fréquentaient quelques fabricants de chaussures qui sont naturellement d’origine arménienne, ils fréquentaient des commerçants, des détaillants qui étaient pour la plupart d’origine arménienne et puis ils avaient leurs représentants qui étaient ou pas d’origine arménienne. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 89 1, enquête en ligne sur Ganoub, n°2151).

Plusieurs autres animations sont prévues dans le cadre de cette commémoration, en particulier sur le Pays d’Aix :

Faculté de Droit :
– le 7 mars de 9h30 à 18h, colloque sur la problématique du génocide des Arméniens.
– les 15 et 16 septembre, colloque : 1915 – 2015 : La question du génocide des Arméniens aujourd’hui et demain en Turquie.
Salle Armand Lunel :
– le 10 mars à 18h30, conférence sur le génocide des Arméniens par Patrick Donabédian.
Conservatoire Darius Milhaud :
– le 15 mars de 10h à 15h, master-class et à 16h, conférence du compositeur Arthur Aharonian suivie d’un mini concert.
– les 24, 25, 26, 27 de 18h à 19h, concerts d’élèves salle Villette et le 27 à 20h30, concert des professeurs du conservatoire à l’auditorium Campra.
Archives départementales d’Aix-en-Provence :
– les 10, 11 et 12 avril, rencontre avec Pinar Selek auteur du livre : Parce qu’ils sont Arméniens.
– du 22 avril au 11 juillet, L’immigration arménienne se raconte au pluriel, exposition sur l’immigration arménienne avec l’association Paroles vives.
– le 21 mai, Fantôme arménien, conférence animée par Christian Artin (ARAM).
Office de Tourisme :
– du 23 avril au 7 mai, exposition sur le génocide des Arméniens.
Allées Provençales :
– le 24 avril, commémoration, stèle du génocide.
Prieuré de Sainte Victoire :
– le 8 mai, procession.
Espace Jeunes Bellegarde :
– du 26 mai au 5 juin, présentation de l’histoire arménienne à l’intention des élèves des écoles.
Institut de l’Image :
– le 4 juin à 18h30, conférence à l’amphithéâtre de la Verrière et à 20h30, projection salle Armand Lunel.
– le 6 à 18h30, rencontre suivie d’une projection.
Hôtel Maynier d’Oppède :
– le 15 juin à 21h30, concert du quintette à vent de Marseille et Araïk Bartikian.
Conservatoire Darius Milhaud :
– le 11 août à 20h30, concert, au sein de l’auditorium Campra,de l’Orchestre National de Chambre d’Arménie sous la direction de Vahan Mardirossian.
Entrée libre sauf pour les concerts et les projections.

 

Crédits photographiques : Image from page 262 of « A trip to the Orient; the story of a Mediterranean cruise » (1907) Identifier: triptoorientstor00jacorich Title: A trip to the Orient; the story of a Mediterranean cruise. Domaine public.

  1. Le projet a obtenu en 2008 le label Arménie mon amie des commissariats français et arménien pour l’année de l’Arménie. Il a été réalisé grâce au financement du conseil général des Bouches-du-Rhône, de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances et de la Mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la culture dans le cadre du plan national de numérisation. []
  2. La phonothèque suit les règles du guide de bonnes pratiques réédité en 2014 par la FAMDT. []

Une réflexion au sujet de « Raconter l’histoire des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *