“La compagnie de ce charmant repas est si jolie que je ne la quitte pas”

La commission documentation de la FAMDT doit être de belle compagnie puisque voilà bientôt 20 ans qu’elle échange, archive, publie, valorise des enregistrements de terrain… Pour mieux faire connaître leur travail et faire entendre les voix des anonymes conservées dans les centres de ressources liés à la FAMDT, les documentalistes ont décidé de proposer un tour sonores de leurs archives. Celui qui est proposé dans ce premier billet, présente des chants, des recettes et des ambiances de repas que vous pouvez retrouver et réécouter sur les différentes bases de données du réseau FAMDT ou sur le Portail du patrimoine oral, catalogue collectif de l’ensemble des centres de ressources associés à ce réseau.

imagedastum

La chanson dont les premiers vers donnent le titre du billet, est interprétée par Marie Rigodias originaire de Saint-Rémy-sur-Durolle. Elle a été enregistrée par Jean Dumas un été de 1960 quand il arpentait le Puy-de-Dôme avec son magnétophone à bandes. Aujourd’hui cette chanson peut être entendue et restituée dans son contexte de collecte et avec les documents associés à l’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne – AMTA.


Enquête n°AMTA0287

Dans les collectes de Jean Dumas, vous trouverez d’autres chansons issues du répertoire du territoire de Saint-Rémy-sur-Durolle, que Marie Rigodias – surnommée « La Fouine » – aimait chanter. Elle avait une prédilection pour les chansons gaies et sa maîtrise du timbre, ses ornementations, son interprétation au rythme soutenu, lui donnait une place particulière dans les chanteuses de la région1.

Passons aux plats de résistance ! En Catalogne les escargots se mangent grillés dans leur coquilles, simplement accommodés d’herbes, de sel et de poivre. Dans les années 1950, la Compagnie des gais troubadours catalans interprète un chant en l’honneur de la Cargolata composé par un de ses membres, Georges Barthès en 19402. Si vous souhaitez consulter les paroles de ce chant qui précise la recette des escargots au four à l’ail et au piment, vous pouvez vous rendre au CIMP – Centre Internacional de Música Popular où il est archivé3. Vous y découvrirez également un musée des instruments de musiques traditionnelles.

La liste des plats d’un menu se prête bien aux chansons traditionnelles dites énumératives ou randonnées : voilà deux chansons qui viennent illustrer cet exemple.

« La Première partie de la foire à la Loire » a été collectée puis archivée par l’association normande La Loure, a été répertoriée dès 1903 par nombre de collecteurs en France et au Canada. La foire de la Loire. Cette chanson de noces, dresse une table où Pantagruel se trouverait à l’aise.

Enquête  n°0756-02

Dans cette chanson collectée en 1980 et archivée à la Maison du patrimoine oral,  la semaine en Bourgogne débute chichement par une soupe bouillie et se termine de façon satirique comme un air de vêpres au milieu des victuailles, la chanteuse parodiant l’intonation du prêtre qui fait sa messe.

Enquête MPOB n°1257a02_03

amtaA table, il ne suffit pas de chanter, il faut aussi manger ! Les collecteurs du réseau de la FAMDT ne se sont pas limités aux oeuvres orales, ils ont aussi pris en compte le contexte culturel des témoins qu’ils enregistraient. Ainsi, dans ce domaine nombre de recettes anciennes et de façon de se mettre à table sont rapportées par toutes les voix qui se croisent sur le Portail du patrimoine oral :

– Les recettes de beignets, boudin et civet de lapin délivrées en occitan par Angèle Chabeaudie, née au village de Montazeau (commune de Rochechouart) en Haute-Vienne. Son répertoire de chansons traditionnelles et ses récits de la vie au village ont été enregistrés par Robert Dagnas dans le cadre de l’Institut d’études occitane du Limousin, dont les collectages sont conservés et valorisé par le CRMTL – Centre régional musique traditionnelles en Limousin.

– La recette des miques au miel, aux farines de maïs et de blé, enregistrée auprès de Mademoiselle Jamet à La Réole (33) par Jacques Boisgontier. Elle est conservée et valorisée par le COMDT – centre de ressources pour la culture occitane de tradition orale, la transmission et la diffusion des musiques et danses traditionnelles.

Enquête n°2581-2

– Dans le Poitou, Paul et Aline Micheneau, originaires de Moncoutant nous racontent4 comment on fabriquait les tourtisseaux, délicieux petits morceaux de pâtes sucrées frites

Enquête n°003775_55

– Enfin, la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme5 offre dans ses archives de nombreuses recettes et d’enquêtes autour de la commensalité. Voilà ici, dans un extrait en langue occitane enregistré en 1965, la présentation des plats de fête tout au long de l’année en Provence :

Enquête n°MMSH4652 – cote F3581

C’est avec les plats de fête que nous quittons cette belle compagnie… d’autres tours de France sonores vous seront présentés prochainement. Toutes ces archives peuvent être écoutées à partir de vos recherches sur le Portail du patrimoine oral.

Les auteurs du billet : Stéphanie Coulais (CERDO), Yvon Davy (La Loure), Eric Desgrugillers (AMTA), Eva Durif (CRMTL), Véronique Ginouvès (MMSH), Marie Grollier (CIMP), Marie-Laure Labois et Michaël O’Sullivan (MPOB), Jean-Luc Ramel (Dastum), Gwenaëlle Sarrat (COMDT).

Crédits photographiques :  Repas des anciens a Ploneour Lanvern (N° inv. 3738203)  [s.n.]Le Roy, Y. (Loguivy-Plougras) éditeur ), vers 1903, sur la photo à la une, puis collectage de Jean Dumas dans les années 1960 source AMTA enfin « Environs de la Roche Bernard : Noce bretonne, le repas » vers 1903 issue des archives de l’association Dastum.

 

  1. A propos de l’interprétation des chanteurs traditionnels d’Auvergne, nous vous renvoyons à la lecture du mémoire de diplôme de fin d’étude des musiques traditionnelles d’Éric Desgrugillers, documentaliste à l’AMTA accessible en ligne. []
  2. Ce plat local sonore interprété par un orchestre de guitares, mandolines et luths, a été dépeint par l’auteure catalane Llúcia Bartre comme « (…) Una cançó descascada, llisa com un allioli, rica de pebrina i de veritat» – une chanson dépouillées, lisse comme une aïoli, riche de poivrons et de vérités []
  3. L’archive présentée dans ce billet fait partie du fonds de l’ancien Musée national des arts et traditions populaires (MNATP, laboratoire du Centre d’ethnologie française), aujourd’hui MuCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée). Comme pour l’ensemble du réseau documentaires de la FAMDT, des copies des enregistrements inédits réalisés dans le cadre de missions du CEF ont été déposées dans les centres de ressources. Ce chant fait partie des fonds fonds collectés en Catalogne française (Roussillon) et déposé au CIMP en novembre 2012. Pour la diffusion de ce chant, nous remercions les archives du MuCEM de nous avoir donné l’autorisation de l’écoute en ligne, []
  4. L’enregistrement a été réalisé par l’association ARCuP en 1985. Les recettes ont été publiées chez Geste Editions en 2015. Les archives sont conservées et valorisées au CERDO de l’UPCP Métive. []
  5. N’oubliez pas tous les derniers lundi du mois d’aller sur le carnet de a phonothèque de la MMSH, une recette issue de ses archives sonores vous est présentée []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *