FREDOC 2015 – Les évolutions du métier de phonothécaire

Les FRéDoc – Formation des Réseaux de la Documentation – se sont déroulées dans le magnifique Domaine Saint Joseph à Sainte-Foy-Lès-Lyon du 29 septembre au 2 octobre 2015. Le thème de la 9ème édition de ces rencontres était : “Mieux accompagner la recherche : réalités d’aujourd’hui et perspectives pour les fonctions de l’IST”. L’équipe de la phonothèque de la MMSH (Ariane Néroulidis et Marine Soubrié) et Françoise Acquier resposnable du centre de documentation du CRESSON – Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement Urbain- de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture à Grenoble ont été sollicitées pour y animer une conférence et un atelier.

L’objectif de ces interventions était de présenter les évolutions du métier de phonothécaire à travers l’émergence de nouvelles pratiques à l’œuvre dans le traitement des archives sonores à la Phonothèque de MMSH, résolument tournée vers l’interopérabilité et au CRESSON, centré sur la spatialisation des sons.

L’ intervention orale en plénière a tout d’abord posé les enjeux de la valorisation des archives sonores de terrain : les relations avec les chercheurs, les questions d’éthiques et de droit, les bonnes pratiques à transposer dans chacun des cadres, la valorisation des fonds au sein de plateformes nationales et européennes, la nécessaire formation aux différents outils documentaires.

L’ atelier, intitulé : « De l’écoute à l’archivage à long terme, méthodologie du traitement d’archives sonores », a apporté un éclairage pratique à la conférence.

L’objectif de cette séance de travail collective, d’une durée de 1h30, était de produire une carte mentale à partir du cycle du traitement des archives sonores du dépôt à la valorisation et ainsi partager nos pratiques documentaires quotidiennes.

L’atelier a réuni 13 participants motivés, mis en situation d’écoute avec la diffusion de deux enregistrements issus du fonds des archives sonores de la MMSH. Ces deux extraits ont été écoutés à partir de la plateforme Internet archive, dont les services ont été présentés en début de séance.

Le premier extrait choisi, était un entretien tiré du corpus « Les savoirs de la nature dans la vallée de la Roya » durant lequel l’informatrice, native de Breil-sur-Roya, donne la recette de la tourte à la bourrache, enregistrée en 1982. Cet entretien a donné lieu à une valorisation sur les Carnets de la Phonothèque qui met en avant une recette chaque dernier lundi du mois.


Le deuxième extrait choisi était tiré du corpus “Voix publiques et environnements sonores dans un quartier populaire de Naples”, qui donne à entendre un “paysage sonore composé de cris et de chants de marchands, de dialogues domestiques à distance, de cris d’enfants qui jouent dans la rue, un paysage complété par des chants à danser traditionnels du monde rural”. Cet extrait se rapproche davantage des ambiances urbaines archivées au Cresson. L’entretien est intitulé « Série d’appels aux poissons d’un marchand en dialecte de Puozzoli à Naples ».

Après une session d’écoute, les participants ont fait part de leurs premières réactions face à ce type d’archives, peu familier aux participants. Plusieurs questions ont d’ailleurs porté sur la réception de ces archives (« A qui s’adresse ce type d’enregistrement ? » ou encore « Qui est le client ? ») .

Nous avons rappelé, au-delà du caractère patrimonial de ces archives, leur importance en tant que source de la démonstration scientifique et le rôle de la phonothèque en tant que lieu de dépôt pour les chercheurs qui travaillent à partir d’enregistrements de terrain. Nous avons également expliqué l’intérêt de la mise à disposition de telles sources pour d’éventuelles réutilisations dans le cadre de nouvelles recherches. Enfin, nous avons signalé combien le grand public peut être intéressé par ce type de document, qu’il s’agisse d’artistes qui peuvent les utiliser pour des créations, des conservateurs de musées pour des expositions, de simples auditeurs qui vont s’intéresser au thème, au lieu, à la période ou à la communauté dont il est question.

La question « Qu’est-ce qu’on archive ? Y a-t-il des critères de sélection ? » a été posée. Comme dans toute archive, les phonothèques peuvent opérer des sélections dans les collections qui sont déposées. En particulier, les sources sonores déposées doivent être documentées et en lien avec un programme de recherche. Toutefois, lorsqu’un chercheur dépose son fonds, la totalité des sources sont conservées dans leur intégrité car elles constituent une preuve dans le processus de recherche et donc des éléments clés dans le processus l’évaluation par leurs pairs.

Les participants se sont également interrogés sur notre démarche en tant que phonothécaire : « Allons-nous à la rencontre du chercheur ? » Nous avons expliqué que si le chercheur est soucieux de conserver la source qui est à l’origine de sa recherche, il est néanmoins nécessaire de le sensibiliser aux démarches de traitement / valorisation pour en assurer l’accessibilité. Le dispositif mis en place par la phonothèque, qui prend en considération les questions juridiques et éthiques, correspond à son attente. Par exemple au CRESSON, l’outil Cartophonies qui géolocalise les enregistrements sonores, est apprécié des commanditaires de recherche qui demandent la mise en ligne des enregistrements sonores comme livrable de la recherche financée. Ainsi les chercheurs sont amenés à prendre en compte la durée de traitement de leurs archives dès le début de leur contrat de recherche.

Les participants se sont montrés très curieux des motivations pour le dépôt : « Quel intérêt pour le chercheur ? A qui cela sert-il ensuite ? » Aux chercheurs d’une même discipline ? Il s’avère que les données de la recherche ne sont pas cloisonnées par discipline et peuvent être réutilisées dans d’autres champs d’études. La réutilisation de ces archives est ouverte. Une réflexion collective est menée depuis plusieurs années à l’initiative de la phonothèque de la MMSH sur les questions juridiques et éthiques pour l’utilisation des données en sciences humaines et sociales. Ce travail est publié régulièrement sur le carnet « Questions d’éthique et de droit » : https://ethiquedroit.hypotheses.org.

Nous avons également eu une question sur les éléments de contexte: « Le chercheur doit-il fournir des informations en complément pour permettre une meilleure intelligibilité des archives ? » En réalité l’apport de ces éléments est assez inégal suivant les cas, d’où l’importance du dialogue avec le chercheur qui est primordial pour la contextualisation de l’archive. Au CRESSON, il est cependant difficile de remobiliser les chercheurs sur des archives sonores anciennes lorsqu’elles sont peu documentées.

Suite à cette première vague de questions, les participants ont été scindés en 3 petits groupes, afin de favoriser les échanges et de produire une carte mentale.

La restitution collective a permis de dégager les éléments récurrents dans l’analyse des différents groupes. La production sous forme graphique a permis d’identifier plusieurs axes d’analyse.

Carte mentale

Tout d’abord, les participants ont séparé les éléments de contexte, (type de projet, équipe de chercheurs, déposant…) des métadonnées descriptives propres à l’enregistrement (titre, auteurs, date, durée, langue…). Une question était de savoir si ces métadonnées sont prédéfinies par le chercheur ou bien élaborées par l’archiviste ? Pour le titre de l’enregistrement par exemple, au CRESSON il est défini par le chercheur, tandis que pour la MMSH il est élaboré au moment du traitement documentaire.

A propos du catalogage des archives se pose la question des normes et standards. Comme tout type de données, les données sonores respectent des standards internationaux. Le Guide des bonnes pratiques pour le traitement documentaire des archives sonores inédites spécifie comment on peut transposer les standards existants au son. Ce document de référence est le fruit de la collaboration entre plusieurs centres d’archives. A la phonothèque de la MMSH, les métadonnées peuvent être exposées en DC (Dublin Core), EDM (Europeana Data Model) et EAD (Encoded Archival Description).

A ensuite été abordée la question des formats et leur lisibilité. Le format de diffusion utilisé comme le format .mp3 a été distingué du format d’archivage utilisé comme le format .wav, avec la question de l’archivage pérenne encadré par le CINES.

Le contenant (ici le support) a également été distingué du contenu (de l’enregistrement), sachant que désormais on traite des enregistrements nativement numériques. Le stockage des données se fait désormais sur des serveurs stockés de manière interne et externe, grâce aux services proposés par Huma-Num.

Enfin, les participants se sont interrogés sur les questions juridiques et éthiques avec la question des données sensibles et du droit d’auteur. Il a également été question des contrats, qui sont de deux types : contrat enquêteur/informateur et contrat enquêteur/phonothèque. Nous avons ici précisé que la base de données de la phonothèque était déclarée à la CNIL.

Le sujet des archives sonores a fait des émules parmi nos participants. Certains détiennent dans leur laboratoire des fonds d’enregistrements sonores de chercheur et souhaiteraient les exploiter en passant par une reconnaissance documentaire qui suivraient les bonnes pratiques de traitement. Nous pourrions bientôt écouter de nouveaux témoignages de résistants ou encore des entretiens de sociologues spécialisés dans le monde contemporain et ce, grâce à cet atelier de sensibilisation.

En guise de synthèse, voici une carte mentale récapitulant les différentes étapes du traitement des archives sonores au CRESSON:

 Traitement_archives_Cresson

 

Consulter le Storify de notre intervention :

Crédits photographiques : Brain-storming des participants, le 30 septembre 2015, Sainte-Foy-lès-Lyon. Photographie d’Ariane Néroulidis pour l’image à la Une et de Gambette38 on twitter pour l’illustration . Pas de restrictions de droits.

Une réflexion au sujet de « FREDOC 2015 – Les évolutions du métier de phonothécaire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *