Autour des humanités numériques à Aix-Marseille Université

Où en est-on à l’AMU en matière d’humanités numériques?

Le 26 novembre 2015, une matinée a été organisée, dans la continuité d’un atelier qui avait eu lieu le 12 décembre 2014 sur les questions des “Données en SHS : production, entrepôt, diffusion”.

L’objectif de cette seconde journée était double : permettre aux acteurs des  humanités numériques à AMU de se rencontrer et de se connaître, mais aussi  présenter les activités de l’université de Pise (Italie) où a été créé un Master orienté vers les digital humanities.  En effet, un des projets de l’organisateur de ces rencontres, le PR2I1 Humanités d’AMU,  est de mettre en place un enseignement spécialisé dans ce domaine au sein d’AMU.   Autour de ces questions, la matinée – en présence de Sophie Bouffier, directrice de la MMSH – était animée  par Philippe Blache, directeur du laboratoire Parole et langage (LPL) et Patrice Bellot (Laboratoire des Sciences de l’Information et des Systèmes – LSIS) / OpenEdition). Alessandro Lenci2 invité par le PR2I pour représenter l’Université de Pise . Trois grands axes ont structuré les présentations :
1/ Les différentes initiatives existantes dans le domaine des Humanités numériques par différents acteurs au sein d’AMU ;
2/ La présentation du cursus Humanités numériques à l’Université de Pise par le professeur Alessandro Lenci ;
3/ Les perspectives à AMU en termes de recherche et de formation dans le domaine des Humanités numériques.

Après une brève introduction de Philippe Blache sur la nécessité de développer les Humanités numériques au sein de l’université, Patrice Bellot  a fait une rapide présentation d’un l’acteur central dans le domaine au CNRS, la TGIR Huma-Num, et de ses services.  Puis ont été présentés les  projets émanant de différentes structures et laboratoires de recherche de l’AMU :

*le LEST (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail)
a présenté deux associations : l’AIM (Association Information et Management) et l’AGeCSO (Association pour la Gestion des Connaissances dans la Société et les Organisations)

* le LID2MS (Laboratoires interdisciplinaires de droit, des médias et des mutations sociales) a mis en avant ses deux missions : réfléchir aux conséquences du développement du numérique sur les savoirs juridiques et accompagner la création et la connaissance des normes juridiques susceptibles d’encadrer les Humanités numériques

* TELEMME (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée) a présenté la base de données d’Ex-Voto provençaux réalisée par Eric Carroll à partir du fonds iconographique issue de la recherche de Bernard Cousin.

* ArkeoGis  Système d’Information Géographique (SIG) pour mutualiser les données géolocalisées de l’archéologie et de la géographie a été présenté par Loup Bernard (MSHA).

* Abdelmajid Arrif (USR 3125) a présenté le projet en cours de réalisation CINUMED (Cité Numérique de la Méditerranée), un  portail de ressources numériques fédérées en SHS sur la Méditerranée

* Bernard Bel a présenté SLDR (Speech and Language Data Repository), développé dans le cadre d’ORTOLANG (Outils et Ressources pour un Traitement Optimisé de la LANGue), exemple de mutualisation et archivage des données de la recherche

* Judith Hannoun (Maison Asie Pacifique) a présenté ODSAS (Online Digital Sources and Annotation System), une plateforme d’archivage et d’annotation utilisée par le CREDO, Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie

* La Sonothèque « Sons du Sud » est développé au sein du département SATIS (formations aux métiers de l’image et du son). Elle propose une base de données à destination des professionnels du secteur de l’audiovisuel, constituée d’ambiances sonores du bassin méditerranéen

* Au sein de PsyCLE (Centre de Recherche en Psychologie de la Connaissance, du Langage et de l’Émotion), UserLab : laboratoire d’analyse de l’utilisabilité et des usages des nouvelles technologies, étude instrumentée des activités collectives

* L’équipe de la phonothèque de la MMSH (représentée par Ariane Néroulidis et Marine Soubrié) a présenté la valorisation de ses archives sonores de la recherche à travers différentes plateformes : Isidore, Calames et Europeana sounds, rendue possible grâce à l’interopérabilité de sa base de données Ganoub. En terminant sur la question de l’archivage sur le long terme des données de la recherche par le CINES.

* Enfin l’archivage du web a été abordé à travers un sujet de thèse (soutenue le 12 décembre 2015), présentée en moins de 180 secondes ! – par Sophie Gebeil du laboratoire TELEMME sur « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web ».

Le diaporama de la présentation de la phonothèque est disponible ci-dessous :

Dans un second temps a été abordé le sujet de la formation dans le domaine des humanités Numériques à travers l’exemple de l’Université de Pise, représentée par Alessandro Lenci . Depuis 2002, le département de Philologie, littérature et linguistique, en collaboration avec le département d’informatique, propose un cursus axé sur les Digital Humanities : Informatica Umanistica.

Il propose une Licence en tronc commun et un Master donnant le choix parmi 4 parcours :
Edition électronique
Graphisme, interactivité, environnements virtuels
Knowledge management
Technologie du langage

La présentation d’Alessendro Lenci est acessible en ligne.

Ce billet est l’occasion de présenter également un nouveau master de l’Université d’Aix-Marseille tourné vers les Humanités avec une orientation différente par rapport au cursus proposé par l’université de Pise puisqu’il est tourné vers les métiers de l’information. En effet,  le master métiers des archives et des bibliothèques et médiation de l’histoire et humanités numériques propose une formation à la gestion des outils documentaires, des matériaux historiques et des sources utiles à l’historien. Ce master fait le pari de la convergence des métiers de l’information et de leur orientation vers les humanités numériques et et la médiation. La formation est conçue en partenariat étroit avec des professionnels des collectivités locales impliqués dans des missions culturelles (musées, bibliothèques, centres d’archives, acteurs des médias, etc.) permettant l’acquisition des savoirs par des cours théoriques mais aussi une professionnalisation grâce à des stages en situation et des apprentissages techniques.

D’autres formations diplômantes orientées vers les Digital Humanities pourraient être bientôt créées au sein d’Aix-Marseille Université. D’autres réunions seront organisées pour réfléchir à ces futurs enseignements et les organiser.

Crédits photographiques : 
Tyne & Wear Archives & Museums, Office workers in the 1970’s. https://www.flickr.com/photos/twm_news/9717154582/. Pas de restrictions de droits. 

  1. Les Pôles de Recherche Interdisciplinaire et intersectoriels PR2I ont été mis en place à AMU pour promouvoir la transdisciplinarité au sein de l’université []
  2. Alessendro Lenci est  professeur agrégé au département de philologie, littérature et linguistique de l’Université de Pise et directeur du  Laboratoire :  linguistique et informatique (CoLing Lab). Il est également chercheur associé de l’Istituto di Linguistica Computationale du CNR (ILC- CNR) à Pise et un membre de l’ILC au Dylan Lab-CNR. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *