Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

Des enregistrements en 1975 à                        leur traitement documentaire en 2016

Le fonds des portraits des expatriés français au Liban en 1975, ne représente en réalité qu’un volet sur trois des recherches menées par Jean et France Métral. Le premier volet de leur recherche était une étude statistique menée à partir de 8000 fiches de Français expatriés détenues par l’ambassade de France à Beyrouth. Cette étude, rendue aux autorités libanaises en 1975, a disparu au moment du pillage et de l’incendie qui a détruit l’Administration centrale de la statistiques. Les chercheurs, rentrés en France en juillet 1975, apprirent leur disparition le mois de septembre suivant. Le deuxième volet de l’étude était constitué de témoignages des Français expatriés, enregistrés par le couple de chercheurs en collaboration avec Alain Battegay1. Interrompu par la Guerre civile du Liban survenue en mai 1975, les entretiens n’ont pu tous être menés sans que l’on puisse évaluer combien il en manquait. Quant au troisième volet, l’analyse des institutions françaises de Beyrouth, celui-ci n’a pas du tout pu être commencé.

La méthode d’enregistrement des témoignages auprès des Français expatriés au Liban en 1975, expliquée par France Métral :

 

37 ans après le début de la Guerre civile au Liban et après la collecte des témoignages des Français expatriés au Liban, France Métral a déposé en mai 2013 le corpus d’archives orales à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence. Le corpus avait été inventorié et numérisé dès 2013 et un sujet de stage sur le traitement de ce corpus, financé par l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM), a été proposé. J’ai répondu à l’offre dans le cadre du Master 2 Archives et Images à l’université de Toulouse 2 Jean-Jaurès.

Entre avril et juillet 2016, j’ai entrepris le traitement documentaire du fonds en coordonnant les travaux antérieurs menés sur ces entretiens et grâce à mes échanges avec France Métral. J’ai enrichi le corpus d’archives orales avec une documentation dense proposant une notice détaillée pour chaque entretien, des mentions biographiques sur certains témoins, une fiche d’événements historiques cités. Lucile Grüntz, anthropologue sociale, avait contribué en décembre 2015 à une première analyse du fonds en rédigeant des notices analytiques sur certaines enquêtes2 et elles ont été jointes aux notices. Pour mieux contextualiser le fonds j’ai également mené le 22 juin 2016 un entretien avec France Métral pour situer ce corpus d’archives orales dans l’histoire de la recherche.

La famille des « Métraux »

C’est dans le cadre d’un projet de thèse d’État que Jean Métral, a réalisé ces entretiens qui donnent aussi à entendre l’histoire d’une étroite collaboration entre deux époux, surnommés les Métraux depuis leur passage à Beyrouth3. Depuis le début de leur carrière, ils ont soutenu ensemble leurs thèses pour le Doctorat de 3ème cycle en ethnologie, portant sur le même terrain de recherche de la communauté druze de Galilée :  Les Druzes de Galilée. Problèmes d’organisation sociale4 et La femme druze et sa communauté5. En 1974, alors qu’ils étaient déjà enseignants à l’École Supérieure des Lettres de Beyrouth, ils ont collaboré ensemble dans le cadre de leur recherche sur le verre soufflé de Damas6. En janvier 1975, les Métraux sont installés à Beyrouth depuis trois années en famille, tous les deux enseignants à l’École Supérieure des Lettres7. C’est dans ce contexte que Jean Métral a débuté sa thèse d’État intitulée « Les Français au Liban après 1945, une minorité allogène ».

Jean Métral, le « grand-frère » de Beyrouth

Déjà pressenti avec la thématique des Français expatriés au Liban, Jean Métral s’est tourné dès son retour en France en juillet 1975, vers l’ethnologie rapatriée, avec notamment, à la fin de sa vie, des travaux sur la mémoire ouvrière à Givors, ou encore les survivants du maquis des Glières (étude qu’il n’a pas eu le temps de mener à son terme). Tout du long de sa carrière, le chercheur s’est beaucoup consacré à l’enseignement oral et à son rôle de professeur, dévoué à ses étudiants. Parti trop vite, ses écrits manquent. Moins de six mois après sa disparition ses collègues et amis lui rendaient hommage à l’Université de Lyon 2 où il a fait sa carrière et les textes ont été publiés dans le n°51 du Bulletin l’association Rhône-Alpes d’anthropologie ((Spécimen consultable à la Médiathèque de la MMSH d’Aix-en-Provence)). France Métral a accepté de partager avec l’équipe de la phonothèque, l’hommage de François Billacois qui aurait dû être publié dans le n°51 du Bulletin de l’ARA mais qui est arrivé trop tard au comité de lecture. L’historien y considère la grande famille des Français du Liban, évoquant les archéologues Maurice et Mireille Dunand comme les « grands-parents » et  Jean Métral le « grand frère ». De fait, les Métraux n’auront pas manqué d’enregistrer le témoignage de cette grand-mère expatriée depuis si longtemps au Liban dans le cadre de leur recherche sur les Français expatriés8 .

Lire l’hommage à Jean Métral de François Billacois (diffusé avec son aimable autorisation).

Lire l’article sur les verrier de Damas (en ligne sur les archives ouvertes de HAL).

Consulter le catalogue du traitement documentaire du fonds Métral (première partie)

Lire le billet du 22 juillet 2016, Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975.

Cite this article / Citer ce billet : Delphine Gillain, « Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales » in Les carnets de la phonothèque, 11 juillet 2016, https://phonotheque.hypotheses.org/19543.

  1. Alain Battegay était alors en coopération militaire à l’Université Libanaise de Beyrouth, rattaché à l’Université de Lyon, il a été ensuite rattaché au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES) à Aix-en-Provence de septembre 2006 à juin 2016.  []
  2. Lucile Grüntz a rédigé des fiches sur certains entretiens, l’informatrice 1418 et M. Corvin (enquête n°4353), G. Tate (enquête n°4354), M. Escrib (enquête n°4363), M. et Mme San Marco (enquête n°4366), un des fils des chercheurs (enquête n°4378), M. Plessis (enquête n°4379), Mme de Calbiac (enquête n°4380), M. F. Hours (enquête n°4381), Michel Seurat (enquête n°4383). D’autres fiches ont été faites qui ne sont pas dans la partie du fonds que j’ai traité pour le moment et seront diffusées ultérieurement. []
  3. Jean Métral est né en 1933 et est décédé en 2002 à Lyon tandis que France Métral est née en 1947 à Montpellier []
  4. METRAL, Jean, Les Druzes de Galilée. Problèmes d’organisation sociale, Thèse pour le Doctorat de Troisième Cycle présentée à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lyon en 1967, consultable à la Médiathèque de la MMSH d’Aix-en-Provence, cote MT-41. []
  5. METRAL, France, La femme druze et sa communauté, Thèse pour le Doctorat de 3ème cycle présentée à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lyon en 1967, bientôt consultable à la médiathèque de la MMSH d’Aix-en-Provence []
  6. Imam C., Malak I., Metral J. et F., Naffakh R., L’artisanat du verre à Damas, Institut Français de Damas, Bulletin d’études orientales, tome XXVII, Damas, 1975, consultable à la médiathèque de la MMSH d’Aix-en-Provence. []
  7. L’ESL était à l’époque une école où beaucoup de libanais francophones étudiaient et où Jean Métral y a ouvert en 1971 une formation en sciences sociales. Suite aux événement qui ont eu lieu en 1975, L’ESL a fermé ses portes pour la dernière fois à la fin de l’année scolaire de 1974-1975 []
  8. Il s’agit de l’enquête n°4415 qui n’est pas encore traitée au moment où ce billet est rédigé. []

3 réflexions au sujet de « Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *