Corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne

Dans le cadre de mes études en master 1 « métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation visuelle », j’ai choisi de travailler sur huit témoignages d’appelés de la guerre d’Algérie. Dans la continuité des précédents articles sur les appelés d’Algérie issus du corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie et lui-même intégré au fonds Roche-Taranger, voici la dernière thématique abordée ici : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne, faisant suite à l’annonce de l’incorporation et à leurs relations avec les populations locales.

La majorité des appelés interrogés est favorable à cette indépendance : monsieur Morel, Michel Pietrogiorno, Bernard l’expriment clairement. D’autres comme Roger, Michel, Alain, l’expriment moins explicitement.

Indépendance_day-Algeria
Monsieur Morel, répète souvent au cours de l’interview, qu’il a compris ultérieurement les aspirations du peuple algérien. Michel Pietrogiorno, quant à lui, était convaincu que l’Algérie devait devenir indépendante, trop d’erreurs avaient été accumulées par les français.

Il reconnaît, à la fin de l’entretien que les Français avaient un statut de dominants à l’égard de la population algérienne.

Louis, plus mitigé, reconnaît également la nécessité de l’indépendance algérienne, tout en restant compréhensif envers les pieds-noirs ayant tout perdu.

Roger Kléber nous dit à plusieurs reprises qu’il a toujours été favorable à l’indépendance algérienne. Son témoignage semble contradictoire avec son statut d’ancien parachutiste, fréquemment lié à une image de partisan de l’Algérie française.

En revanche, d’autres appelés semblent déçus de cette indépendance. C’est le cas de Michel qui exprime ses regrets.

S »après Alain, depuis l’indépendance algérienne les Algériens sont plus malheureux car il est persuadé que les colons avaient réussi la modernisation de l’agriculture algérienne.

Il ajoute qu’il est déçu de la situation actuelle en Algérie, il ne comprend pas qu’il y ait autant d’immigrés Algériens en France. Cependant, il admet que beaucoup d’entre eux ont été exploités par les colons, légitimant ainsi leur volonté indépendantiste.

A l’époque des faits, certains appelés sont indifférents au sort de l’Algérie, c’est ce que nous dit Louis en nous décrivant des appelés surtout soucieux de leur retour en France.

C’est aussi le cas de Frédéric, qui ne se sentait pas du tout concerné par l’Algérie.

D’autres se sont beaucoup documentés ultérieurement : Monsieur Morel parle de documentaires qu’il a regardées, lui ayant permis de mieux connaître les enjeux de ce conflit et Roger parle de livres, qu’il prête d’ailleurs à l’enquêtrice, afin d’appuyer ses dires.

Cite this article / Citer ce billet : Alice Belgacem, « Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne » in Les carnets de la phonothèque, 11 juillet 2016
https://phonotheque.hypotheses.org/19939

Premier billet : l’annonce du départ (2 août 2016)

Deuxième billet : le rapport des appelés avec les populations locales (9 août 2016)

Crédits photographiques de l’image à la une, deux hommes du département du renseignement et de la sécurité algérienne vers 1962 (domaine public) et 5 juillet 1962, jour de l’indépendance algérienne, auteur inconnu, creative commons share-alike (CC BY-SA), wikimedia commons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *