Adieu Ustadh Souheil

Il y a un an, le 11 septembre 2015, Souheil Chebat, professeur de langue arabe à l’Institut Français du Proche-Orient, nous quittait. En mai 2010, il avait accepté d’enregistrer un entretien1, sur son expérience au sein de l’Institut dans le cadre d’un projet de recherche sur les archives de l’Institut. Ce billet est l’occasion de l’écouter encore une fois, et de lui rendre hommage.

Sarab Atassi, chercheure et archiviste au sein de l’Ifpo, ancienne étudiante de Souheil Chebat, a réuni plusieurs textes écrits après le 11 septembre, par les amis, collègues, collaborateurs ou anciens étudiants du professeur en vu de préparer un livret d’hommage qu’elle adresse  » à celui qui a offert a des générations de chercheurs de  l’Institut  le meilleur de son savoir et de son enseignement ». Elle fait ici le lien entre leurs souvenirs et ajoute les siens.

S Chebat Damas

Adieu Ustadh Souheil,

L’Institut Français du Proche-Orient, qui a succédé à l’Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, vient de perdre en la personne du professeur Souheil Chebat son plus ancien et plus fidèle collaborateur et ami.

Le 11 septembre, Claude Salameh faisait passer un message discret annonçant le départ de notre cher maître, Claude s’est exprime avec beaucoup d’émotion en quelques mots :

سهيل شباط كان بالنسبة لي أباً وصديقاُ وأخاً…وأحيناُ إبناٌ « »

L’écho de cette triste nouvelle s’est très vite répandu, ses amis et étudiants exprimant avec ferveur, spontanéité et sincérité leurs émouvants témoignages.

J’ai eu le privilège d’être son étudiante et amie pendant près de cinquante ans, et en guise de texte d’adieu, je préfère reproduire ceux que j’ai reçus, en réservant à l’IFPO le soin d’en rassembler d’autres en vue de préparer un livret d’hommage à la mémoire de celui qui a offert à des générations de chercheurs de l’Institut le meilleur de son savoir et de son enseignement.

Jacques Picard qui poursuit discrètement et merveilleusement son cheminement auprès de tous ses amis syriens a été le plus proche et le plus assidu, il était malheureusement loin de Damas quand une mort rapide et fulgurante emporta notre ami.

« Ma douleur a été grande en recevant la nouvelle du décès de Souheil alors que j’étais en Egypte.

Depuis la fermeture de l’IFPO, je visitais régulièrement Souheil chez lui, et lui demandais parfois des traductions et lui aussi m’en demandait, soucieux d’entretenir le dictionnaire qui était encore intact dans sa tête. La conversation était toujours intéressante, bien présent et conscient de ce qui se passait dans son pays, il réagissait « en citoyen ». Syrien dans le fond de son cœur, il ne pouvait pas concevoir des réactions partisanes.Il évoquait aussi souvent ses études d’ingénieur en France et en Suisse, mais il semblait plutôt intéressé par la philosophie. Homme de contact, il aimait se remémorer les rencontres avec les théologiens rencontrés à la Source, centre de vie spirituelle proche du couvent du Saulchoir. Il en gardait un bon souvenir.

Rentré en Syrie au début des années 60, il occupe un poste important au Ministère des communications, c’est à cette époque que je le rencontrais pour la première fois. Il donnait volontiers des cours d’arabe et on sentait son affection pour cette langue. Depuis ce jour je m’étais lié d’amitié avec Souheil que je revoyais souvent. Souheil au-delà de son métier d’ingénieur, s’intéressait à tout : la philosophie, les religions, la musique, l’art… Son ouverture d’esprit sur l’ « autre » n’était pas seulement intellectuelle, mais il aimait côtoyer des personnes d’horizons divers, que ce soit des étudiants, des chercheurs qui recouraient à lui mais aussi des gens simples. Ainsi, la situation en Syrie se compliquant, les communications devenant de plus en plus difficiles, il offrit l’hospitalité à des jeunes femmes musulmanes du Keswé qui venaient faire des ménages à Damas, mais ne pouvaient rentrer chez elles tous les jours. Cela donnait de la vie à son « foyer » et en même temps comblait sa solitude. Ce n’est qu’en janvier 2015, à un retour du Liban que la maladie le surprit ; il dut alors abandonner progressivement ses dictionnaires. Je le voyais souvent, la conversation devenait plus difficile, mais il restait présent. Peu après Aminé et sa sœur le prirent en charge et l’accompagnèrent ainsi jusqu’au dernier moment. Marika, la sœur de Souheil, veillait aussi de près sur lui ; ainsi Souheil vécut paisiblement ses derniers jours dans cet environnement familial.

Pour moi, je garde l’image du sage et de l’ami fidèle qui, même affaibli, manifestait une grande présence. Son ouverture sur les autres comblait sa joie de vivre et lui faisait oublier l’angoisse de la maladie et de sa mort prochaine. »  

Jean-Yves L’Hopital, demeuré à Damas auprès de ses amis syriens en ces temps de guerre et de misère, s’est rendu le 13 septembre à l’église de la Croix à Damas où étaient célébrées les obsèques de notre professeur SouheilChebat. Il était présent pour nous tous, sa famille de l’Institut de Damas, nous absents ou en déshérence aujourd’hui en 2015.

A son retour des obsèques, Jean-Yves L’Hopital a écrit les lignes suivantes :

« … Bien des images me revenaient à la mémoire, dont certaines étaient bien anciennes. Nous nous étions connus en effet en octobre 1996 à l’Institut Français d’Etudes Arabes, où il enseignait la langue et la littérature arabes, et où je venais moi-même d’arriver comme étudiant. Je découvrais alors un homme qui incarnait avec un rare bonheur un équilibre parfait entre la culture arabe et la culture française. Sa formation, qui avait été à la fois scientifique, littéraire et philosophique, lui permettait de se promener dans tous les domaines de la culture avec une légèreté teintée de cet humour subtil qui était le sien. Et combien de fois l’un ou l’autre de nos entretiens s’est-il achevé par cet éclat de rire qui lui était propre et qui remettait toute chose à la place relative qui était la sienne. Combien de souvenirs me reviennent aujourd’hui à l’esprit. J’en citerai un seul : quand je fus moi-même devenu directeur de l’Institut, il était la seule personne qui entrait dans mon bureau sans d’abord frapper à la porte. Je lui savais gré de cette familiarité qui était l’expression de notre vieille entente : il savait que dans le bureau de son ancien étudiant, il était chez lui. Il me disait alors : « Bonjour Monsieur le Directeur », et comme cela était dit avec un fin sourire d’ironie, nous riions ensemble quand je lui répondais sur le même ton : « Bonjour Monsieur le Professeur ».

Ce professeur cultivé, discret et subtil a contribué à former nombre d’étudiants. Nous ne l’oublierons pas.

Hassan Abbas a su trouver le mot exprimant cette merveilleuse complicité qui nous ramenait tous vers notre cher Ustadh, que nous aimions tous aller retrouver dans la salle des Professeurs, devenue son antre et sa tekiyyeh. Nous y passions régulièrement, nous aimions tous nous y attarder :

«Mes condoléances sincères, Sarab, pour le départ de notre ami et maître dont le souvenir doux et reposant restera gravé dans nos mémoires. J’avais un jour inventé la terminologie : le « Souheilchebatisme »  السهيلشباطية « 

pour désigner un soufisme spécifique au maître. Cela le faisait rire, mais j’y croyais vraiment. C’est une pratique de la vie et des rapports avec le monde que lui seul savait orchestrer. Quelle perte… »

Oui, cher Hassan, Souheil fut, à sa manière, un maître soufi. Sa religion était profonde, son quotidien modeste, son intelligence noble et discrète, sa bonté et son dévouement sans limites, son amour pour la Syrie subtil, incommensurable.

Les amis de Souheil étaient nombreux, j’en citerai seulement quelques-uns :

Shafiq al-Imam et Solange Ory : quand j’arrivai à l’IFEAD début 1973, je connaissais déjà très bien Monsieur Chebat qui avait été mon professeur de philosophie et de littérature française chez les sœurs franciscaines à l’école de Dar al-Salam. Je le retrouvais à l’Institut de Damas enseignant l’arabe, et le soir, les cours terminés, il s’attardait à travailler avec Shafiq et Solange à la publication des stèles de Bab al-Saghir, s’occupant d’épigraphie, de calligraphie, de traductions. Ils m’ont adoptée, tous les trois.

Le Professeur Antoun Maqdissi , le Philosophe, belle figure damascène, originaire de Yabroud dans le Qalamoun. Souheil aimait se ressourcer régulièrement auprès de celui qui fut son ami et son maître.

Michel, fils d’Antoun Maqdissi, éminent archéologue syrien, aujourd’hui loin de sa patrie. Il a dédié à Souheil les mots suivants :

«La Syrie vient de perdre la personne qui a incarné durant plus de quarante ans l’esprit d’un combattant de valeur humaine. Il a succombé aux assauts de la vieillesse le 11 septembre 2015 à Damas.

Souheil Chebat n’était pas seulement l’ami proche des arabisants mais le défenseur de l’âme de noblesse et des souffles de délicatesse d’une juste vision de la civilisation arabe. Il était un foyer de sentiments sincères, il s’attacha avec ardeur à sa mission au service de l’orientation des jeunes chercheurs à l’IFEAD. Je me rappellerai toujours la première rencontre que j’eus avec lui quand j’entrai à la DGAM dans les années quatre-vingts du siècle précédent. Il m’impressionna par la clarté de son esprit et surtout par sa disponibilité à m’aider sur des problèmes qui étaient tout nouveaux pour moi.

Jusqu’au dernier jour, il est resté pour nous ce qu’il fut au début, une âme pure, un cœur doux et un esprit au service de la noble cause de notre chère Syrie ».

Abd al-Razzaq Moaz, historien du Damas ayyoubide et médiéval, ancien Directeur de la DGAMS, a rédigé un beau texte, important et précis, où il nous présente le parcours de SouheilChebat, ses études et son importante mission au Ministère des Communications comme ingénieur civil, spécialiste des routes en Syrie à partir des années 65-66 :

ودعت دمشق أمس أحد أعلامها الاستاذ والمهندس سهيل شباط. عمل الاستاذ لسنوات طويلة في وزارة المواصلات وكان يعتبر من اهم مهندسي الطرق في سورية حيث عمل في هذا المجال لعقود عديدة حتى تقاعده. ودرس في المعهد الفرنسي للدراسات العربية بدمشق لعقود عديدة منذ اواخر الخمسينات حيث درس على يديه اجيال من الباحثين من جنسيات مختلفة. درس في جنيف الهندسة والفلسفة ثم درس في باريس الهندسة في ارقى جامعاتها (Ecole Nationale des Ponts et Chaussées). كان يتذوق الشعر ويعلمه ويهوى الادب والفكر ويدرسهما. عرف عنه خلقه الرفيع وسمعته العطرة وعلمه الغزير. اتقن العربية والفرنسية اكثر من اهلها وكذلك الانكليزية. عاش حياة مليئة بالعمل الصالح وبر الوالدين والاحسان للناس وتعليمهم. سيفتقده كل من عرفه. رحمه الله وطيب مثوا

Je note aussi ce texte touchant de Maha Abou Hamra, sa jeune collègue, enseignante au stage d’arabe de l’Institut :

سهيل شباط
معلمي، 

أفتقدك
غيابك موجع، أيها العارف المتواضع، سخي العطاء،
أفتقدك، تعيد سرد حكايتنا،بفرح طفولي، يدخل السكينة إلى قلوبنا، بإصغائك.
منذ الأمس، أعيد ترتيب الذكريات، أجمع قصاصات الورق بخط يدك، أذهب إلى الغرفة في المعهد

فوق كتاباً ينتظرك. وأبكيك.
هو الموت لم ينتظر وداعنا 
عزائي لكم أستاذتي وأصدقائي، كم أحتاجكم الآن…

La dernière visite.

Début septembre 2015, aussitôt arrivée à Damas, je m’empressais, comme d’habitude, d’appeler Claude Salameh et Jacques Picard qui demeuraient les plus proches de Souheil en ces temps obscurs et de profonds déchirements. Nous nous sommes organisés pour nous réunir chez lui.

Yves et Bakri étaient au rendez-vous, Marika, la sœur cadette de Souheil, et sa fille Nada, nous ont rejoints. Amina, accueillie et logée chez Souheil depuis qu’elle avait perdu sa maisonnée dans la Ghouta, nous a servi un café à la cardamome. L’ambiance était sereine et douce, nous avons récité des poèmes, nous avons évoqué le souvenir de France et Jean Métral. Sa mémoire lointaine était intacte, il m’a même rappelé notre poème préféré « Clairière » de Jean Mambrina. Je déclamai un texte de notre ami Mohammad Dbiyyat. Souheil a toujours eu un penchant pour la poésie.

Cependant, il y avait déjà plusieurs mois que Souheil avait rangé ses livres et ses stylos. Il attendait, assez impatient, le moment de partir. Je lui fis mes adieux en lui embrassant les mains et le front.

Avec Ustadh Souheil, c’est toute une époque qui s’en va. Qu’il repose en paix, il le mérite.

Note finale : excusez-moi d’avoir choisi une manière peu conventionnelle d’adieu : un Memoriam qui nous rassemble autour de notre ami. Je serai heureuse de recevoir d’autres textes et témoignages.

Suheil Chebat et sa famille

Deux photos encadrent ces textes d’amitié. La première est un cliché en noir et blanc de Dominique Mallet, la seconde émane d’une soirée d’amitié qui nous a réunis une dernière fois en 2012, sous les abricotiers, dans la jolie maison damascène de François Burgat.

Texte de Sarab Atassi,, 18 septembre 2015

 

 

Crédits photographiques de l’image à la une : le professeur Chebat en mai 2010, photographie de V. Ginouvès CC-BY-NC.

 

  1. L’entretien mené par Véronique Ginouvès et François Siino est conservé à la phonothèque et diffusé, avec l’accord de Souheil Chebat en ligne sur la base de la phonothèque sous le numéro d’enquête n°4042 []

2 réflexions au sujet de « Adieu Ustadh Souheil »

  1. Bonjour,

    ce billet m’a rappelé d’excellents souvenirs de ce professeur passionné par les langues, attentionné pour ces élèves et ayant toujours un bon mot en arabe ou en français.

    Merci ustadh

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *