Un accès exceptionnel aux archives de l’Ina à la médiathèque de la MMSH

Dans le cadre du Master 1 « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques », j’ai eu l’occasion de découvrir et de travailler autour des Postes de Consultation Multimédia de l’Institut national de l’audiovisuel. Depuis janvier 2016, deux PCM sont disponibles à la médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Ils offrent un accès exceptionnel aux archives du patrimoine audiovisuel français. Le 27 juin 2016, la journée de découverte « Visual Studies et Méditerranée »1 a officiellement inauguré ces postes Les interventions des chercheurs et des professionnels du monde de l’audiovisuel ainsi que l’atelier pratique ont permis de décliner les usages des PCM. Cette rencontre met en perspective l’exploitation du dépôt légal de l’Ina dans le cadre de la recherche en Sciences humaines et sociales.

 

Un partenariat à destination des chercheurs et des étudiants

« Conserver et donner vie au patrimoine audiovisuel français, le rendre accessible à tous les publics, transmettre […] et innover, c’est ça l’Ina ». C’est ainsi que l’Ina définit ses missions dans sa vidéo de présentation de 2014. Dans cette optique, l’Ina THEQUE, département dédié à la consultation des fonds, est créé en 1995. Il s’implante d’abord à la Bibliothèque François Mitterrand à Paris et dans 6 délégations régionales de l’Ina (Lille, Lyon, Marseille, Rennes, Strasbourg et Toulouse).

Depuis 2012, dans un contexte de décentralisation et d’accès à la culture, des points de consultation viennent renforcer le maillage territorial dans les grandes bibliothèques municipales ainsi que dans les centres de recherche de premier plan.

La mise à disposition des deux PCM à la médiathèque de la MMSH est donc le fruit d’une collaboration qui vise l’ouverture de l’accès aux ressources pour le cadre universitaire. Les PCM sont en libre accès (sur inscription au formulaire) et s’adressent aux enseignants chercheurs, aux étudiants et plus largement à tous les curieux.

 

Que trouve-t-on sur les PCM :
État des lieux du fonds du dépôt légal

Les PCM de l’Ina permettent la consultation des archives conservées au titre du dépôt légal. La loi du 20 juin 1992 étend l’obligation de dépôt légal, initiée par François Ier en 1537, aux documents de la radio et de la télévision. Cette mission de collecte et de conservation confiée à l’Ina se poursuit en 2006 avec l’extension au web média.

En quelques chiffres, les PCM se sont plus de :

  • 12 000 000 d’heures de documents radio et télévision répartis sur 120 chaînes captées 24h/24 et 365j/an
  • 1 000 000 d’heures enregistrées chaque année
  • 13 000 sites web média
  • 34 000 titres de cinéma

Une offre qui s’enrichit de manière exponentielle et ouvre la voie à de nouvelles possibilités pour la recherche et les pratiques du numérique en Sciences humaines et sociales.

 

Les PCM et la recherche en SHS :
Compte-rendu de la journée d’étude

Les riches interventions de la journée d’étude ont chacune permis de mettre en lumière les possibilités d’exploitations des PCM pour la recherche et la valorisation des archives.

Mireille Maurice2 a apporté un éclairage historique déterminant sur la loi du 20 juin 1992 qui institue le dépôt légal de la radio et de la télévision. Avec la disparition du monopole public de la télévision (suite au démantèlement de l’ORTF en 1974) et par là même la création des chaînes privées, la dimension patrimoniale du dépôt légal tend à s’effacer et les archives audiovisuelles échappent à la conservation. La communauté scientifique se mobilise. Elle veut s’assurer de la conservation et de l’accès au patrimoine audiovisuel français. La loi est finalement adoptée par le gouvernement en janvier 1992 et votée par le Sénat et l’Assemblée Nationale le 20 juin. Cette « loi historique » désigne l’Ina comme organisme dépositaire et répartit les compétences entre l’Ina, la BnF et le CNC qui s’accordent par le biais d’un Conseil Scientifique. Enfin, elle institut la consultation des archives dans le cadre de la recherche (dans les emprises de l’organisme dépositaire). Ainsi, l’intervention de Mireille Maurice met en évidence le caractère fondamental de la loi du 20 juin 1992 pour les relations entre les archives audiovisuelles et la recherche – loi qui est complétée en 2006 par l’élargissement du dépôt légal aux sites internet web média. En outre, on peut considérer que les PCM représentent une nouvelle révolution dans l’accès aux archives.

Maryline Crivello et Marie-Christine Hélias-Sarre3 ont pris la parole ensemble pour faire part des 30 ans de collaboration entre la recherche et les fonds documentaires de l’Ina, illustrée par leur propre collaboration professionnelle. Tout commence lorsqu’en 1982, Bernard Cousin propose un sujet de mémoire de Master sur la télévision. Maryline Crivello soutient en 1984 son mémoire de Maitrise : « « L’image de la Jérusalem désolée » – La Peste de 1720 à Marseille ». En 1993, c’est au tour de sa thèse de Doctorat : « Quand le petit écran fait sa Révolution – Les représentations télévisuelles de la Révolution française de la R.D.F. au Bicentenaire (1950-1993) ». Une série d’évènements marque, au cours de la période, les partenariats entre INA et Université de Provence. On peut retenir la création de l’UMR. TELEMME en 1994 qui initie un programme sur les questions de représentation « Les sources audiovisuelles de l’Ina » en 1996 ; ou encore le projet MedMem (Mémoires audiovisuelles de la Méditerranée) qui se présente, depuis 2009, comme un portail d’accès à une base de données commune en provenance du pourtour méditerranéen4. Ainsi, les intervenantes rendent compte de la croissance des savoirs liés à la collaboration particulière de ces 30 dernières années.

« Bien plus que de la télévision : tout ce que vous n’avez pas (encore) cherché dans les collections de l’Ina », présentation de Géraldine Poels, nous a fait découvrir la pluralité du fonds de l’institut et le champ des possibles qui s’ouvre aux chercheurs. L’intervention expose ainsi la face cachée des corpus : les archives écrites, les radios libres, le web média, le fonds consacré au théâtre et au spectacle vivant, l’art de la vidéo et du numérique, les archives du monde et le cinéma. Cet aperçu exhaustif révèle la multiplicité des outils de recherche de l’Ina ainsi que les possibilités d’utilisation des PCM.

 

Le w2016-09-01 14_33_58-127, rue de la Garenne - ARTEeb documentaire (ARTE) de Thomas Gabison, « 127, rue de la Garenne. Le bidonville de la Folie à Nanterre »5, rend compte, à travers un format innovant, de l’entreprise de Monique Hervo6 qui a enregistré les habitants du bidonville de la Folie de 1959 à 1971. Thomas Gabison allie donc humanités numériques, valorisation des archives sonores et communication auprès d’un large public.

Evelyne Cohen a décliné les « usages et enjeux historiens » des archives de l’Ina, ce qui a permis de réaffirmer le rôle et l’intérêt des documents issus de la radio et de la télévision « pour faire de l’histoire ». On peut notamment retenir son analyse de l’image d’archive de l’apparition de la couleur sur Antenne 2 le 1er octobre 1967. L’historienne traite des apports de l’analyse visuelle dans le champ historique, du principe de confrontation des sources et de contextualisation et de la construction de corpus « raisonnés ». Les PCM permettent donc de continuer cette entreprise et de faciliter l’accès aux archives pour les chercheurs.

Gérôme Truc a traité de l’utilisation du dépôt légal de l’Ina pour faire une sociologie des attentats. Il a ainsi présenté une recherche qualitative menée principalement à partir de l’archivage des « réactions sur les réseaux sociaux » et a démontré la finesse des outils de l’Ina.

9782130733034_v100

Enfin, Sophie Gebeil nous a présenté comment « faire une histoire du web et par le web » à travers « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014 ». Elle a montré en quoi l’histoire des années 2000 a été marquée par la démocratisation du web en tant qu’accès aux données et lieu d’expression à part entière. L’intervention a également mis en perspective mémoire de l’immigration et archivage du web et nous a particulièrement renseigné sur les modalités d’utilisation des PCM pour la recherche.

 

Pour conclure…

La journée d’inauguration a donc véritablement permis d’évaluer l’aubaine de la mise à disposition des PCM à la médiathèque de la MMSH, à la fois pour les possibilités d’exploitation du dépôt légal de l’Ina pour la recherche mais également pour des publics plus larges.
Il convient tout de même de préciser l’importance de l’encadrement des utilisateurs du PCM. Pour une recherche optimisée, il faut se familiariser avec le PCM. Pour sensibiliser les chercheurs et les étudiants, l’aventure des PCM se poursuivra pour l’année scolaire 2016-2017. Des ateliers d’animation autour des PCM seront mis en place (sous la direction de Véronique Ginouvès et Christian Champaloux et pour ma part, dans le cadre d’un stage professionnel de Master 2 à l’Ina Méditerranée, en collaboration avec la médiathèque de la MMSH).

 

J’adresse tous mes remerciements à Véronique Ginouvès et Marie-Christine Hélias-Sarre qui m’ont permis de collaborer à l’inauguration des PCM.

 

Crédits photographiques : Un PCM de l’INA à la médiathèque de la MMSH. Photo prise par Anissa-Claire Adgharouamane le 27 juin 2016 au cours de l’atelier pratique.

  1. Les Visual Studies sont un courant de recherche apparu au début des années 1990, qui englobe la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels. Pour en savoir plus : http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-Visual-Studies/definition.htm [] []
  2. Mireille Maurice est déléguée régionale de l’Ina Méditerranée. []
  3. Marie-Christine Hélias-Sarre, Responsable documentaire à l’Ina Méditerranée jusqu’en juin 2016. []
  4. Med-Mem propose près de 4 000 documents contextualisés et accompagnés d’une notice documentaire trilingue (en français, anglais et arabe). []
  5. Le web documentaire est issu de la bande-dessinée Les voix de la ville qui n’existe plus (Actes Sud BD) []
  6. Monique Hervo est engagée au Service civil international. Pour exprimer sa solidarité, elle s’établit dans le bidonville et entreprend alors une série d’interview des habitants. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *