Parution : La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie

L’ouvrage de Gregor Mathias La France ciblée. Terrorisme et contre-terrorisme pendant la guerre d’Algérie, qui vient de paraître aux éditions Vendémiaire est tiré de sa thèse1. L’auteur s’appuie sur les archives de la Préfecture de police de Paris, les archives militaires du SHD de Vincennes, les archives nationales de Pierrefitte, les archives administratives des ANOM d’Aix-en-Provence et des archives privées. Ces archives sont complétées par des entretiens enregistrés d’ouvriers ou de supplétifs de la Force de Police auxiliaire de Paris au cours de l’année 1999. L’ensemble du corpus, riche de plus de 70 heures, a été déposé à la Phonothèque de la MMSH et peut être aujourd’hui écouté sur place. Cette nouvelle publication nous donne l’occasion de mettre en ligne des extraits de ces entretiens qui ont été utilisés dans l’ouvrage et que Gregor Mathias a sélectionné pour l’occasion.

La première enquête (n°638) qu’il nous propose d’écouter présente le parcours d’un harki qui témoigne sur la complexité d’une double identité culturelle. Elle a été enregistrée le 26 février 1998 par G. Mathias, avec l’informateur n°801., agent de renseignements et policier auxiliaire à Paris.

D’origine kabyle, l’informateur appartient à une famille d’anciens combattants. Il s’engage pour l’Indochine suite à une déception amoureuse et influencé par les affiches publicitaires de l’armée. C’est au sein des troupes militaires qu’il prend conscience pour la première fois de sa différence culturelle, et qu’il découvre selon ses propres termes qu’il est un « Français de deuxième zone ». Digressions sur les stéréotypes culturels, et sa scolarité française avec le fameux « nos ancêtres les Gaulois ». De retour en Algérie en 1954, il reçoit alors des propositions de membres du FLN qui sont pour la plupart d’anciens combattants d’Indochine. Il décide finalement de s’engager comme ATO (agent temporaire occasionnel) des renseignements sous couverture d’un emploi de chauffeur de taxi à Alger. En 1957 il est menacé et s’enfuit à Paris où il infiltre le milieu du FLN pour les renseignements généraux. Il évoque les conflits entre les deux partis nationalistes algériens concurrents, le FLN2 et le MNA (Mouvement national algérien, nommé aussi messaliste car ce parti autonomiste a été fondé par Messali Hadj.)), leurs divergences idéologiques et leurs modes d’action. Il raconte son infiltration du FLN comme cotisant du FLN, puis comme collecteur de fonds, puis adjoint du contrôleur financier des 18 e et 19 e arrondissements de Paris.Il réussit tellement bien sa mission qu’il devient adjoint au contrôleur financier du FLN.
Fin 1959, l’informateur repart pour un deuxième séjour à Paris au sein de la Force de police auxiliaire (FPA) de Paris recrutée par le capitaine Montaner, un chef de SAU de la Basse-Casbah d’Alger (Section administrative urbaine chargée de faire de l’action économique et sociale dans les bidonvilles d’Algérie auprès de la population tout en luttant contre le FLN). Il explique son recrutement et sa mission au sein de la FPA installé au fort de Noisy-le-Sec. Lassé de l’incertitude, il devient le brigadier-chef dans le 13e arrondissement3. Il raconte la manière dont il procédait lors des arrestations et les méthodes d’interrogatoire.
L’informateur raconte comment il appliquait, avec les policiers auxiliaires, l’article 16 de l’état d’urgence en 1959. Il explique les endroits qu’il surveillait et fait le récit d’une arrestation d’une Européenne lors d’un attentat contre un policier.

Suite à une arrestation où sa parole est mise en doute, il démissionne et repart en Algérie. Il terminera la guerre comme attaché civil à la SAU de la haute Casbah d’Alger. Fin 1961 il disparaît de la circulation et refuse de dire ce qui lui est arrivé. L’informateur ne regrette pas son engagement mais ne souhaite pas léguer sa « harkité » selon ses propres termes à ses enfants. Il termine l’enquête sur une sorte de testament où il accuse certains officiers français d’avoir lâchement abandonné les harkis qui travaillaient sous leurs ordres.

La seconde enquête (n°641), est extraite d’un entretien auprès de deux harkis kabyles, tous les deux issus de familles qui ont apporté leur soutien à la France lors de la seconde guerre mondiale. Au cours de cet cette entretien, enregistré en 1998 par Grégor Mathias, un  des deux hommes, raconte comment il payait sa cotisation au FLN à Paris lorsqu’il était ouvrier entre 1954 à 1957. Dans cet extrait, lorsque l’informateur parle des  » Arabes » à Paris, ce terme est péjoratif, il s’agit pour lui des éternels rivaux. Il évoque la collusion entre le MNA et la police à Paris4 et évoque  les rivalités entre le MNA (de Messali Hadj) et le FLN. Il raconte la façon dont il était forcé de cotiser au FLN et fait le récit de la façon dont les récalcitrants à l’impôt révolutionnaire étaient exécutés par les groupes de choc, jetés dans les canaux de Paris.  Il cite les quartiers – rue du Petit et dans le quartier de la rue de Crimée dans le 19e – où suivant les adhésions au FLN ou au MNA les hommes avaient le droit d’aller. Il  fait le récit des contrôles policiers humiliants en public, à la suite des attentats.

Consulter le corpus « Récits de vie de Harkis »

Crédits photographiques : image diffusée pour présenter l’émission de France Inter sur La bataille d’Alger de janvier 1957 et le débat sur la torture citant pour sa préparation l’ouvrage de Gregor Mathias, avec Raphaëlle Branche par Jean Lebrun, 16 janvier 2017 : Un parachutiste du 1er REP surveillant le marché Clauzel, alors que la grève décrétée par le FLN s’amenuise et des magasins rouvrent (03/02/1957) © AFP.

  1. Les officiers des SAS et des SAU et la politique de pacification pendant la guerre d’Algérie (1955-1962), soutenue en 2013, sous la direction de Guy Pervillé, à Toulouse 2 , dans le cadre de École doctorale Temps, Espaces, Sociétés, Cultures , en partenariat avec l’équipe de recherche France méridionale et Espagne. Histoire des sociétés du Moyen âge à l’époque contemporaine. []
  2. Front de libération nationale, indépendantiste []
  3. Le chiffre de 100 hommes sous ses ordres est probablement exagéré (on peut penser qu’il avait 10 hommes sous sa responsabilité []
  4. Cette collusion a été confirmée par les travaux d’historiens []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *