J’ai un long voyage à faire, je ne sais qui le fera…

Jean-François Dutertre, le 10 mars, puis Jean-Michel Guilcher, le 27, ont décidé de partir en voyage et quitter le monde des musiques traditionnelles qu’ils avaient contribué à ré inventer. Le premier était chanteur, compositeur, collecteur, joueur de vielle et d’épinette ; le second ethnologue, chercheur, spécialiste de la danse traditionnelle en France, collecteur.

Tous les deux ont participé à une dynamique formidable pour la connaissance des musiques et des danses traditionnelles de France. Chacun avec un apport spécifique pour les phonothèques de l’oral. Pour ma part je retiendrai la méthode et la rigueur de la collecte chez Jean-Michel Guilcher et le questionnement critique et sensible de Jean-François Dutertre sur les questions de la diffusion des musiques traditionnelles et des collectages – en particulier lorsque dans son dernier métier il était délégué général à l’ADAMI – Société civile pour l’administration des droits des artistes et musiciens interprètes.

Où donc leurs collectes peuvent-elles être entendues aujourd’hui ? Une partie de celles de Jean-François Dutertre peuvent être entendues sur le site des Archives de Vosges. Une partie de celles de Jean-Michel Guilcher (98 notices) sont accessibles sur la base de Dastum.

« Je n’irai plus à la fontaine, le printemps s’en va » entonnaient gaiement Jean-François Dutertre avec Yvon Guilcher, fils de Jean-Michel, il y a quelques 40 ans. Les entendre donnent envie de chanter ou de danser avec eux…

 

Crédits photographiques : danse bretonne, photographie prise un an avant la naissance de Jean-Michel Guilcher en 1913, page 282 de l’ouvrage France from sea to sea, domaine public.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *