Formation à la collecte au CNRPAH, Alger, avril 2017

Du samedi 1er au 5 avril 2017, une formation à la collecte, son archivage et sa valorisation a eu lieu au Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques – CNRPAH, suivie par une quinzaine d’étudiants, en master 1 et 2 d’ethnomusicologie1. Ce master, dont la branche algérienne a été créée par Maya Saidani, ethnomusicologue au CNRPAH, est dirigé, en convention avec l’université de Gabès et l’Institut supérieur des arts et métiers, par Mohamed Gouja, musicologue2.

Les étudiant.e.s ont particulièrement apprécié de travailler sur les entretiens enregistrés, découvrant ce que cela pouvait être de se trouver de « l’autre côté du miroir » en devenant, pour un temps, informateur /  informatrice.  En effet, après avoir construit une grille d’enquête à partir d’une carte heuristique, ils ont réalisé des enregistrements entre eux et se sont désignés des missions spécifiques :

  • un/une expliquait tout d’abord quelles autorisations d’utilisation et de diffusion seraient permises  de l’enquête orale au témoin et lui faisait signer un contrat afin que l’entretien puisse être réutilisé dans le cadre de leurs recherches mais aussi archivé au centre de ressources du CNRPAH.
  • un/une autre s’occupait de l’enregistrement lui-même, sur zoom H4, au format wave, le format sélectionné pour l’archivage.
  • une bande annonce était enregistrée au début, indiquant la date de l’enregistrement, le lieu, les noms du témoin et de l’enquêteur.trice ainsi que le cadre et le sujet de l’entretien.
  • enfin, les étudiants enregistraient un entretien centré autour de la question de la transmission de la cuisine familiale. dont voilà un extrait :

Cette formation a été également l’occasion de découvrir la richesse et la diversité des terrains des étudiants d’ethnomusicologie en Algérie :

Lamria Bouguendoul : à propos d’un chant féminin pour appeler la pluie dans les périodes de sécheresse dans la région de Tizi-Ouzou. Dans ce rituel, un cadeau est fait par celle qui est désignée la fiancée de la pluie.

Mebarka Bouguendoul : le répertoire  chanté féminin saraoui et son rôle social à Sétif.

Badreddine Bourghoud : la musique gnawa à Alger (la m’hala).

Rabah Chanane : les rapports entre le répertoire maya et les savoir agricoles de l’irrigation à Beni Abess (sud ouest de l’Algérie), chants, poésies et danses.

Aïcha-Marya Ghilassene : patrimoine berbère (flûtes et percussion) de la région Tipaza.

Ihcene Heroual : rituel féminin (chants, danses, percussions) durant les soirées de mariage à Annaba.

Ibtissen : le rituel musical féminin nashra du printemps, à vocation thérapeutique.

Linda Melkia : la musique chaoui jouée durant le rituel thérapeutique zerda à Gouiguer (Tébessa).

Rahma Remita:  les questions de la transmission du répertoire féminin amendayer (instrument membranophone) chez les a°rche ait sadqa (Tizi-Ouzou).

Fella Seradouni : étude du corpus poético-musical du tbel Shallali (genre musical) dans la région de Touat Tidikelt, wilaya d’Adrar (sud Algérien).

Lilia Seradouni : chants et jeux instrumentaux accompagnant le rituel du mariage, de sa préparation à la cérémonie,  dans la commune de Azazaga (Tizi Ouzou).

Fatima Slimani : structure du chant féminin de mariage  dans la localité d’Ath Yaala (Bouira).

Nous sommes impatients de lire ces master et d’entendre les archives sonores et audiovisuelles qui auront été enregistrées et archivées au CNRPAH… Bon travail à tou.te.s !

 

  1. Option « Musique et musicologie, option recherche ». []
  2. Du 12 au 15 Avril 2017 un colloque sera organisé à Gabès en étroite collaboration avec le CNRPAH et l’université de Gabès, dans la lignée de la série de colloques que l’Institut supérieur des arts et métiers organise depuis trois ans. La thématique, cette année, portera sur le thème « Maghreb, Sahara, Sahel : unité et diversité culturelle ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *