Comprendre plutôt qu’obéir : le parcours frondeur d’une luthière violoniste passionnée de recherche

La luthière Katerina Fronista dans son atelier à Avignon, nov. 2016

Katerina Fronista est née et a grandi en Grèce. Après avoir passé son baccalauréat à Athènes, elle intègre l’Ecole de lutherie de Mirecourt à 17 ans en 1990, soit vingt ans après l’ouverture de cet établissement. Elle fait partie des jeunes générations de « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ni, bien sûr, racines mirecurtiennes, mais par amour de la musique et du violon. Son enfance, passée entre Athènes, où ses parents l’amènent souvent au concert, et l’île de Sikinos, où la musique joue un rôle important localement, la sensibilise très jeune à la musique. Dès l’âge de quatre ans, elle commence une formation musicale au conservatoire d’Athènes, lieu privilégié qui installe la musique au coeur de sa vie et lui donne le goût du violon.

Le conservatoire (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Katerina Fronista au violon (en terminale à Athènes en 1991, coll. K. Fronista)

L’apprentissage du violon en Grèce est proche de la méthode russe.

Un apprentissage très physique (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Elle a quinze ans lorsque son violon se brise accidentellement.

Violon cassé (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Atelier de Katerina Fronista, Avignon, nov. 2016

Quand elle pénètre dans l’atelier du réparateur d’instruments, elle éprouve un véritable engouement pour le métier de luthier. Mais aucune formation de lutherie n’existe en Grèce.

Pas de formation de lutherie en Grèce (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Afin de se renseigner sur les possibilités d’apprentissage à l’étranger et de rencontrer des luthiers, elle se rend en 1989, six mois après l’incident, à l’exposition internationale des instruments de musique de Francfort où l’Ecole de lutherie de Mirecourt a un stand. Elle fait une demande d’inscription à l’Ecole qu’elle part visiter en janvier 1990, alors qu’elle est en terminale à Athènes.

La visite à l’Ecole de Mirecourt (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Admise à Mirecourt, elle arrive pour la rentrée des classes de septembre, contrainte alors de reprendre le lycée au niveau de la seconde en ce qui concerne l’enseignement général.

K. Fronista à l’établi dans sa chambre à Mirecourt, 1e année d’Ecole en 1992, coll. K. Fronista

En 2e année de lutherie, elle s’inscrit également en Lettres modernes à la Sorbonne à Paris et continue ses activités de violoniste avec des musiciens de l’Ecole.

Cumuler les formations (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Lou Sabre Cante : groupe des élèves luthiers musiciens de l’Ecole de Mirecourt (1993), coll. K. Fronista

Elle éprouve des difficultés à gérer son emploi du temps pluriel et connaît bien des déboires avec la discipline de l’école et de l’internat, se soldant par d’innombrables heures de colle.

Colles et philosophie (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Suite à ces nombreux problèmes, elle est sommée de choisir entre être « manuelle » ou « intellectuelle », une posture qui cependant finira par évoluer au sein même de l’Ecole de Mirecourt.

Manuel ou intellectuel (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

D’ailleurs, parmi les élèves des nouvelles promotions, plusieurs, après être devenus luthiers, se réorienteront vers d’autres métiers ou les pratiqueront simultanément (musiciens, spécialiste de littérature…).

Luthier et autre chose (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

A la faculté de Nancy, Katerina Fronista rencontre les mouvements étudiants et s’engage dans la lutte contre le CIP (Contrat d’insertion professionnelle) instauré en 1993-94 (par le gouvernement Balladur) et retiré face à une forte contestation sociale. La mobilisation a gagné aussi les élèves et les professeurs de l’Ecole de lutherie de Mirecourt.

Katerina Fronista, 1994, en 3e année à l’Ecole de lutherie de Mirecourt

Après la 4e année, à nouveau en butte avec la direction de l’Ecole qui veut la faire redoubler en guise de sanction disciplinaire, elle choisit de partir. Elle évoque les transformations de l’apprentissage, évoluant du CAP au DMA (Diplôme des Métiers d’Art) dans le cadre l’éducation nationale, et toutes les peurs qui agitent la profession dans ces années 1990.

La sanction (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Echappant à l’ambiance de « guerre » de l’Ecole, elle a fait son stage de 4e année chez Etienne Vatelot à Paris, stage qui s’est très bien passé sur le plan de la lutherie, mais avec des conditions de survie très difficiles dans la capitale.

Le stage chez E. Vatelot à Paris (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Dans l’atelier d’Etienne Vatelot, les luthiers ont la chance de côtoyer les plus grands violonistes, comme Ivry Gitlis qu’elle va découvrir de façon cocasse.

Anecdote avec le violoniste I. Gitlis (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

L’appréciation professionnelle d’Etienne Vatelot après son stage contredit celle de l’Ecole qui veut la faire redoubler. Elle écrit à l’inspection académique pour que son dossier soit réexaminé. En vain.

Sous-ingénieur (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

L’Ecole cependant devra évoluer après la contestation d’une autre classe d’élèves luthiers et des sanctions de l’éducation nationale. Katerina Fronista part chez le luthier Bruno Dreux à Orléans pour poursuivre sa formation et s’inscrit en anglais à l’université dans la perspective de traduire des livres de lutherie, entre autres sur la fabrication des vernis.

Nouvelles perspectives (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Ingrédients de vernis (provenant de l’atelier du luthier Pierre Claudot de Marseille)

Elle fait également un stage d’un mois, « génialissime » dit-elle, chez le luthier Jean-Frédéric Schmitt à Lyon où elle apprend une méthode perfectionnée de montage des instruments.

La méthode Schmitt (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Dans cet atelier, certaines formes vexatoires de l’apprentissage à l’ancienne sont encore en pratique.

L’apprentissage à l’ancienne (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Après avoir passé presque deux ans à Orléans, elle déménage à Marseille pour un stage de longue durée dans l’atelier de Charles-Luc Hommel, mais elle apprend que, sur pression du comité de suivi de l’Ecole de Mirecourt qui ne souhaite pas qu’elle exerce en France, elle ne pourra rester. Elle se révolte, se fâche et c’est « la catastrophe » selon ses termes. Elle décide alors de se faire oublier de la profession et s’inscrit en musicologie à la faculté d’Aix-en-Provence, fait de la lutherie chez elle et s’intéresse à l’anthropologie des techniques en cherchant à analyser les « gestes significatifs » du luthier. Elle étudie les « chaînes opératoires » de fabrication du violon.

Les chaînes opératoires (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Elle travaille un temps à Marseille chez le luthier Alain Le Gouic, formé à Crémone et échappant au contrôle de Mirecourt.

L’atelier d’Alain Le Gouic (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Atelier de Katerina Fronista (Avignon, 2016)

Elle installe son atelier dans sa maison à Saint-Chamas (Bouches-du-Rhône), continue sa vie de musicienne et ses études d’ethnologie. Une demande de restauration d’instruments au Musée de l’Homme à Paris la lance sur une nouvelle question : comment restaurer des instruments de musique destinés au musée ?

Restaurer un instrument de musée (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

En 2006, Katerina Fronista reprend l’atelier de Didier Marteau (créé par ce dernier trente ans plus tôt) à Avignon. Elle est d’abord salariée pendant deux ans, puis se met à son compte. Elle fait de la restauration et du neuf, notamment collectivement, avec des stagiaires qui mettent en application ses chaînes opératoires, une expérience captivante

Fabriquer à partir des chaînes opératoires (Katerina Fronista, extrait de l’enquête n°4975)

Pour Katerina Fronista, il est important de faire évoluer l’enseignement de la lutherie pour qu’il corresponde à une époque et à un contexte aux enjeux nouveaux.

L’entretien, Avignon, nov. 2016

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH dès 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Fronista, Katerina (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). Comprendre plutôt qu’obéir : le parcours frondeur d’une luthière violoniste passionnée de recherche ,  14/11/2016, Avignon. Enregistrement numérique : 140  min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°21505.

Crédits photographiques : Christiane Fioupou (1, 3, 8, 9), coll. Katerina Fronista (2, 4, 5, 6) – avec leur aimable autorisation – et Hélène Claudot-Hawad (7).

 


Une réflexion sur « Comprendre plutôt qu’obéir : le parcours frondeur d’une luthière violoniste passionnée de recherche »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *