La phonothèque, actrice de l’innovation en SHS

Entre recherche et patrimoine, les archives sonores enregistrées sur le terrain par les chercheurs en sciences humaines et sociales sont peu exploitées. La phonothèque de la MMSH a mis en place une expertise depuis quelques années pour bénéficier des ressources du crowdsourcing afin de mieux faire connaître ses collections mais aussi de les enrichir. Voilà ce que l’équipe de la phonothèque1 a présenté sur le pôle « expertise » du salon Innovatives SHS2 où nous avions la chance d’être les voisins de la TGIR Huma-Num et d’OpenEdition.  

A la phonothèque, nous avons accueilli une cinquantaine de visiteurs principalement composée de jeunes chercheurs, de professionnels de l’IST, de membres de différentes MSH, d’exposants des différents pôles du salon, de nos collègues de la MMSH et de responsables institutionnels. Nous avons ainsi reçu la visite du président d’Aix-Marseille Université Yvon Berland et des représentants du ministère de la Culture et de l’Agence Française de Développement.

La phonothèque proposait un atelier sur l’annotation collaborative comme moyen de valorisation des archives sonores, notamment via les plateformes Historypin, Europeana sounds et Wikipédia. Ces initiatives de crowdsourcing, ou archivage collaboratif, permettent à tout un chacun de collaborer à la préservation et la transmission de la mémoire individuelle et collective, comme de participer à l’enrichissement des connaissances. Ainsi, la possibilité offerte par Historypin d’associer des enregistrements sonores à une géolocalisation permet à la phonothèque de participer activement à la valorisation de l’histoire locale, comme elle l’avait fait en épinglant des témoignages d’Arméniens de Marseille3 qu’elle conserve. Avec Wikipédia il est possible d’établir des liens entre les fonds documentaires de la phonothèque et les articles de l’encyclopédie collaborative portant sur les mêmes thèmes, comme cela a été fait pour l’article sur Jean Métral par exemple.

Sur cette troisième édition d’Innovatives SHS les rencontres ont été nombreuses et fructueuses, notamment en relation avec les exposants des pôles « patrimoine » et « territoire ». La délégation de la MSH de Dijon nous a présenté leur nouvelle application où le son a toute sa place. En effet, forts d’un intérêt pour les témoignages oraux en lien avec le patrimoine régional, nos homologues dijonnais ont conçu et développé l’appli e-greeters. Développé par Laurent Gautier e-greeters vise à accompagner « chaque visiteur dans sa déambulation au sein d’un territoire ou d’un site touristique » et à « le guider vers les acteurs de ces lieux et susciter le désir et les rencontrer »4. La source orale et la préservation du patrimoine culturel immatériel ont été au coeur de nos discussions sur le salon laissant entrevoir de riches collaborations.

La phonothèque n’était pas seule à traiter du son et du numérique. Ainsi, les musicologues de l’IReMus (Institut de recherche en Musicologie) ont présenté une série de travaux de valorisation du patrimoine musical qui facilitent l’investigation des œuvres et des pratiques musicales, tandis que les exposants du laboratoire PACTE de Grenoble proposaient, sous le titre de « LoSonnante », l’utilisation d’un système original d’écoute par conduite osseuse, à des fins de médiation culturelle. Le laboratoire CRESSON présentait l’application Esquis’sons! qui offre la possibilité de sonoriser un environnement virtuel 3D et d’écouter les choix urbains et architecturaux qui seront faits à travers une esquisse sonore. L’objectif est d’appuyer la prise de décision à partir d’une perspective qualitative dès la phase de conception, une  dimension souvent peu exploitée dans le projet d’architecture. Enfin, les échanges autour des archives sonores nous ont amenées à aborder, avec l’historien du droit Jacques Péricard (IiRCO), la question de l’archivage des témoignages en lien avec des affaires judiciaires et les problèmes éthiques que cela pose.

Ces deux jours ont permis à la phonothèque de valoriser ses fonds et de bénéficier de l’expertise d’autres laboratoires pour développer, enrichir l’accès aux archives sonores. Mais surtout, ce salon est une occasion épatante pour découvrir ce qui se passe au coeur de la recherche en sciences humaine et sociales aujourd’hui pour le développement et le partage de la connaissance.

Anissa-Claire Adgharouamane
Hélène Giudicissi
Claire Grégoire-Saint-Pierre

A lire aussi sur le Salon Innovatives SHS :
Clavey, Martin, « Innovatives SHS : les sciences humaines et sociales tiennent salon », EducPros.fr, 19 mai 2017.


Quelques photographies pour vivre l’ambiance du salon…

 

Crédits photographiques :
Image à la une : Annotation collaborative des archives sonores de la Phonothèque sur Historypin au salon Innovatives SHS, photographie par Anissa-Claire Adgharouamane, 18/05/2017, CC-BY-NC.
Présentation de la base de données Ganoub au salon Innovatives SHS, photographie par Claire Grégoire Saint-Pierre, 18/05/2017, CC-BY-NC.
Visite au stand de la phonothèque de la MMSH au salon Innovatives SHS, photographie par Anissa-Claire Adgharouamane, 18/05/2017, CC-BY-NC.
Espace « agora » au salon Innovatives SHS, photographie par Hélène Giudicissi, 18/05/2017, CC-BY-NC.
La phonothèque de la MMSH à Innovatives SHS, photographie par Hélène Giudicissi, 16/05/2017, CC-BY-NC.
Le stand de la phonothèque de la MMSH à Innovatives SHS, photographie par Hélène Giudicissi, 17/05/2017, CC-BY-NC.
Installation du stand de la phonothèque de la MMSH à Innovatives SHS, photographie par Hélène Giudicissi, 16/05/2017, CC-BY-NC.
Présentation des fonds de la phonothèque de la MMSH à Innovatives SHS, photographie par Anissa-Claire Adgharouamane, 17/05/2017, CC-BY-NC.
Démonstration sur la base de données Ganoub à Innovatives SHS, photographie par Anissa-Claire Adgharouamane, 17/05/2017, CC-BY-NC.

  1. Nous étions trois à représenter la phonothèque de la MMSH : Anissa-Claire Adgharouamane, archiviste, Hélène Giudicissi, adjointe à la phonothèque, et Claire Grégoire Saint-Pierre, juriste du patrimoine. []
  2. Les 17 et 18 mai derniers s’est tenue la troisième édition d’Innovatives SHS : salon pour la valorisation en sciences humaines et sociales, organisé par le CNRS au Parc Chanot de Marseille. Pour présenter leurs projets, les 68 exposants ont été répartis en différents pôles : éducation, expertise, patrimoine, santé et territoire. Pour les découvrir, vous pouvez consulter le mur du salon. []
  3. A ce propos, consulter le billet : http://phonotheque.hypotheses.org/20407 []
  4. Pour plus d’informations, vous pouvez lire l’article du journal du CNRS. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *