Numériser des archives audiovisuelles à la phonothèque de la MMSH

Depuis sa création la phonothèque reçoit en dépôt des documents audiovisuels en complément des archives sonores. Toutefois, jusqu’ici elle se contentait de les conserver sans les traiter, sauf exception, car elle ne savait pas comment affronter la question de la multiplicité des formats et de l’espace (gigantesque) occupé par les fichiers vidéo. L’évolution rapide du matériel informatique et le soutien des services de la TGIR Huma-num a permis d’envisager la numérisation des supports vidéos et depuis janvier 2017, la phonothèque est désormais équipée d’une nouvelle station.

Pourquoi numériser des vidéos à la phonothèque ?

Une raison pragmatique d’abord. Les avancées technologiques ont engendré une démocratisation de la vidéo comme outil de collecte : les coûts d’acquisition ont baissé et le matériel prends moins de place et pèse moins lourd. De plus, la plupart des petites caméras offrent l’option de filmer en mode automatique, permettant d’utiliser le matériel sans avoir de compétences techniques spécifiques. Ainsi, l’usage de la vidéo dans le champ de la recherche en SHS s’est largement développé.
Une raison scientifique ensuite. La démarche de la phonothèque ne se limite pas à l’archivage de sons. L’accent est mis sur le contexte de production des archives afin de mieux comprendre, donc mieux communiquer leurs contenus. Les archives issues de la recherche en particulier prennent tout leur sens lorsqu’elles sont accompagnées des documents connexes de la démarche du chercheur1 : notes, carnets de terrains, photographies, ou vidéos. Là où les notes renseignent sur les tâtonnements, les questionnements du chercheur, là où les carnets de terrains renseignent sur la chronologie de l’enquête, les dates, lieux, conditions de terrain, les vidéos renseignent sur langage non verbal du témoignage (les attitudes, expressions corporelles, regards, venant appuyer ou contredire le discours), sur l’environnement du témoin (ville détruite en fond d’image, habitat plus ou moins privilégié) ou encore sur les règles éthiques qui ont pu marquer l’enquête (présence masculine obligatoire dans le cas du témoignage d’un femme, port du voile obligatoire…). Enfin, la vidéo est un support privilégié pour ce qui concerne la communication (sur internet notamment), elle est donc un outil précieux pour la phase de valorisation des résultats de la recherche consécutive au traitement des archives.

Quels formats pour quels usages ?

A la phonothèque, nous avons déterminé des formats uniques en concertation avec nos partenaires (CINES, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative de la Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, Laboratoire d’études en science des arts d’Aix-Marseille Université) dans le but d’obtenir des fonds uniformisés.

  • Pour archiver les vidéos :
    Quel que soit le format d’origine, convertir en .mpeg4, codec H264 avec un débit entre 10 et 20 kbit / seconde.
    Pour la résolution (c’est à dire la taille de l’image), conserver la taille d’origine soit pour une Mini-DV : 720 × 576 pixels, pour une VHS : 720 × 576 pixels.
    Cela vaut pour les fichiers analogiques numérisés comme pour les fichiers natifs numériques. En effet, lorsqu’on reçoit un fonds de documents audiovisuels, les formats sont souvent divers : .avi, .mov, .3gp, .mpeg, .wmv, .VOB… Pour un archivage cohérent et stable, il est préférable de tous les convertir en .mpeg4
  • Pour diffuser sur internet :
    Il s’agit de créer une deuxième version du fichier, plus légère. Il suffit d’utiliser le même format : .mpeg4 (H264) puis à l’aide du logiciel MPEG StreamClip ou d’Adobe première de modifier le débit ou “BitRate” en le diminuant à 5000 Kilobits (kbps) (ou = 5 Mbps /seconde).2

De quel équipement technique est composé la station de numérisation ?

  • L’ordinateur :
    – un PC (3.3 GHZ – RAM 32 GO – HDD 1 TO – DVDRW – HD GRAPHICS P530) équipé de Windows 7 ou 10
    – deux écrans full HD
    – une carte d’acquisition vidéo AverMedia
    – des connectiques FireWire, HDMI, S-Video, composite

  • Les logiciels :
    – Adobe Première pro : pour faire l’acquisition des vidéos, réaliser des opérations de montage (couper, insérer un panneau de titrage, des sous-titres etc.)
    – Adobe Media Encoder : pour exporter les vidéos numérisées au format adéquat ou pour convertir des fichiers numériques natif au bon format pour l’archivage.
    – AverMedia : logiciel d’utilisation de la carte d’acquisition vidéo, ici utilisé pour numériser les VHS.
    – AMCAP : logiciel utilisé pour effectuer des réglages fins sur des fichiers vidéos nécessitant une retouche
    – Autres logiciels de conversion gratuits : Mpeg streamclip, Handbrake,    Any Video converter
  • Les lecteurs :
    – un lecteur HDV, DV, mini DV SONY connecté en firewire
    – un magnétoscope VHS et DVD connecté en HDMI
    – un petit moniteur TV connecté par une prise péritel au magnétoscope.

Gestion des fichiers

  • Nommage : les fichiers numériques ainsi obtenus sont nommés par leur numéro d’inventaire. Dans le cas où l’original possède un support matériel (Cassette VHS par exemple), un numéro de cote est attribué et étiqueté sur le support original.
  • Sauvegarde : Les fichiers numériques sont conservés sur le disque dur de la station de numérisation. Une copie est effectuée sur le serveur de la phonothèque dans le dossier correspondant au fonds traité. Cette copie est sauvegardée sur le serveur de la MMSH.
  • Répertoire : L’ensemble est répertorié à deux endroits afin d’assurer une sauvegarde : d’une part sur un tableau Excel et d’autre part sur un cahier d’inventaire papier. Dans les deux cas, les informations principales sont reportées :
Numéro d’inventaire Cote Support Format Titre Date de dépôt Observations Durée de la vidéo (minutes) Date de la numérisation Nom du fichier numérisé

Le premier fonds ainsi traité est le Fonds Fatima Baydani présenté dans les billets de blogs suivants : « Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : pour la sauvegarde du patrimoine immatériel yéménite »  et « Des images inédites du patrimoine yéménite désormais accessibles en ligne « .

Hélène Colombié

Crédits photographiques :
Image à la une : « Movie » de Bill Smith – Licence CC-BY-2.0 – https://tinyurl.com/y7vvaqmx 
« Station de numérisation complète » photographie prise par Claire Grégoire Saint Pierre en mai 2017. Licence CC-BY-NC, avec accord de la personne représentée.

  • Cite this article / Citer ce billet : Hélène Colombié, « Numériser des archives audiovisuelles à la phonothèque de la MMSH » in Les carnets de la phonothèque, 9 juin 2017, https://phonotheque.hypotheses.org/
  1. Voir à ce sujet le billet de blog : « Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? » : https://phonotheque.hypotheses.org/21050, suite au séminaire donné par Jean-François Bert à l’EHESS de Marseille []
  2. NB : Équivalences poids / débits pour une vidéo d’une durée de 1h :
    25 000 kbps / sec => 13 Go ;
    10 000 kbps /s => 4 Go ;
    5 000 kbps /s => 2 Go []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *