Que ferais-tu si tu mourrais aujourd’hui ?

Depuis le 15 mars 2012, nous attendions que Bassel Khartabil soit libéré. Après tout, c’était certainement une erreur. Malgré l’horreur de la guerre, un geôlier, un militaire, quelqu’un comprendrait vite que c’était une erreur. Bassel était simplement informaticien et travaillait à un internet libre en développant les Creatives Commons dans son pays.  Alors que j’attendais, il a été exécuté. Cela s’est passé il y a longtemps déjà, sans doute en octobre 2015.

Une fois dévastés par l’absurdité et l’absence, Bassel Khartabil est toujours là ! Un fonds à sa mémoire vient d’être ouvert, hébergé par la fondation des Creatives Commons The Bassel Khartabil Memorial Fund, une communauté internationale s’est constituée dès les débuts de son incarcération dont il est le ciment toujours très animée, une playlist donne à entendre les formes sensibles du souvenir et des images de ceux qui attendaient, encore ouverte. A très bientôt Bassel.

Si l’on me disait encore : Que ferais-tu si tu mourrais aujourd’hui ? Je répondrais sur-le-champ : Si le sommeil me gagne, je m’endormirai ; si j’ai soif, je boirai ; si j’écris, ce que j’écris me plaira et j’ignorerai la question ; si je déjeune, j’ajouterai un peu de moutarde et de poivre à ma grillade ; si je me rase, je pourrai me couper au lobe ; si j’embrasse mon amie, je dévorerai ses lèvres comme une figue ; si je lis, je sauterai quelques pages ; si j’épluche des oignons, je verserai quelques larmes ; si je marche, j’irai plus lentement ; si j’existe ainsi qu’à présent, je ne penserai pas au néant ; si je ne suis pas présent, l’affaire ne me concernera pas ; si j’écoute Mozart, je me rapprocherai du carré des anges ; si je dors, je continuerai à dormir, rêvant et follement amoureux du gardénia ; si je ris, je réduirai mon rire de moitié par décence. Que puis-je faire ? Que puis-je faire d’autre, même si j’étais plus courageux qu’une tête brûlée et plus fort qu’Hercule ? Extrait de « La trace du papillon », Mahmoud Darwich.

Suivez Freebassel sur Instagram et @freebassel sur Twitter

Crédit photographique :  Portrait de Bassel Khartabil lors du Creative Commons Arab Regional Meeting, par Mohamed Nanabhay, 24 octobre 2010  (CC BY)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *