Qu’est-ce que vivre au bagne ? Chronique sonore

Radio Calade, la radio du Beaujolais et du Val de Saône a mis en ligne une chronique sonore terrifiante1 de Philippe Collin sur la vie aux bagnes de Guyane et de Nouvelle Calédonie. Réalisée à partir des témoignages de Léon Collin, son grand-père (1880-1970), médecin militaire de l’Empire français qui a consigné et photographié ce qu’il vivait et voyait dans l’enfer carcéral des colonies de Guyane (de 1906 à 1910) et de Nouvelle Calédonie (de 1910 à 1913).  Son carnet de notes a été publié sous le titre Des hommes et des bagnes en 2015 aux éditions Libertalia avec une partie de ses 130 photographies2.

Ces petits récits qui se succèdent, d’un peu plus de dix minutes chacun, font des portraits de bagnards – comme l’amant de « Casque d’Or » Manda, parti aux îles du Salut ou le tennisman Vere Goold qui avait découpé en morceaux une riche héritière, le poète Julien de Sanary ou d’autres encore – mais aussi de leurs (souvent) cruels surveillants, (souvent) corses. Ils essaient aussi de deviner ce qui se passait en creux pour les 4000 femmes (sur les 100 000 condamnés entre 1850 et 1938) rarement évoquées. Philippe Collin profite de l’occasion pour dessiner  le portrait de Louise Michel déportée en Nouvelle-Calédonie suite aux événements de la Commune (1870/1871). Ces chroniques racontent l’esprit du moment et la façon dont la science et la politique ont pu justifier de tels actes (Alphonse Bertillon et ses fiches anthropométriques ou Cesare Lombroso, inventeur de la théorie du « criminel né ») comme la façon dont la justice était brutalement rendue sur place.  Elles tentent enfin de décrire les multiples façons dont on pouvait s’évader du bagne, pas seulement physiquement, mais aussi à travers l’art et la poésie.

Les artistes au bagne

La survie au bagne

Les femmes aux bagnes

Les évasions

Alphonse Bertillon

Cesare Lombroso 

Trois portraits 

La justice au bagne 

Julien de Sanary

L’affaire de la malle sanglante

Le Centre d’Interprétation de l’architecture et du patrimoine, à Saint-Laurent-du-Maroni, donne à voir et entendre de nombreux documents qui racontent le bagne en Guyane.

Cette chronique historique est signalée sur le carnet de Crimino Corpus : http://criminocorpus.hypotheses.org/31737

A lire :

L’enquête sur le bagne de Cayenne d’Albert Londres parue en feuilleton dans Le petit parisien  (numérisé par Gallica),  le 8 août 1923 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6054699/f1.image, le 11 août https://www.retronews.fr/journal/le-petit-parisien/11-august-1923/2/53888/1 et le 23 août http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k605485g qui se conclue le 6 septembre de la même année par une lettre ouverte au ministre des Colonies, Albert Sarraut, lui enjoignant de réformer le bagne de Guyane.

Odile Krakovitch, « Les archives des bagnes de Cayenne et de Nouvelle-Calédonie : la sous-série colonies H aux archives nationales. », Revue d’histoire du XIXe siècle [En ligne], 1 | 1985, mis en ligne le 20 juin 2005, consulté le 10 août 2017. URL : http://rh19.revues.org/4 ; DOI : 10.4000/rh19.4

Crédits photographiques : ïle du Diable, où a été reclus Dreyfus en 1894, (CC-BY-NC), 16 décembre 2012 pour l’image à la une ; Centre d’Interprétation de L’Architecture et du Patrimoine, Saint-Laurent-du-Maroni, Guyane, décembre 2015 (CC-0),  vues des îles du Salut, Guyane, décembre 2012 (CC-BY), photographies de V. Ginouvès.

  1. Cette chronique historique du bagne par Philippe Collin a été diffusée entre avril et mai 2017,  le vendredi à 16h30 et rediffusée le dimanche à 9h30 sur CALADE , elle est en réécoute sur le site www.radio-calade.fr sous licence Creative Commons CC-BY-SA []
  2. Philippe Colin a fait en sorte que l’ensemble de la production de son grand-père soit accessible de multiples manières et le plus librement possible réutilisable.  Outre la publication de son carnet, un documentaire a été diffusé sur Arte le 20 mai 2017 à 16h25. Les exemplaires originaux ont été déposés aux ANOM, aux archives de Nouvelle-Calédonie, au musée de Saint-Laurent-du-Maroni et au Musée Nicéphore Nièpce. Enfin les documents de Léon Collin sont accessible sur le site de Criminocorpus. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *