Ouverture des données : vers un accès plurimodal à la culture

Le jeudi 28 septembre 2017, la phonothèque était présente au Musée Départemental Arles Antique (MDAA) pour une table ronde sur le thème « Open Data et crowdsourcing pour les acteurs des musées et du patrimoine », organisée par Florine Vanorle de l’association Mise à Jour : l’occasion de partager sur l’une des orientations phares empruntées par la phonothèque, à savoir l’ouverture des données. Les échanges étaient enrichissants et les intervenants tous convaincus de la nécessité d’ouvrir l’accès aux données (et particulièrement aux données culturelles), d’élargir « le champ des communs », avec Internet et le numérique comme moteurs.

« L’Open data culturelle : une voie pour transformer les médiations à la culture »

Dans sa conférence introductive, Sarah Labelle, chercheuse associée à Open Data France et maître de conférence en sciences de l’information et de la communication (Université de Paris 13), a précisé les objectifs de l’ouverture des données culturelles : élargir l’accès à la culture sur de nouvelles formes et grâce à de nouveaux modes d’accès, permettre une prise en main des données, favoriser la circulation des œuvres grâce à de nouveaux modes de partage.
Elle a ensuite abordé plusieurs axes de réflexion : le processus de patrimonialisation des données culturelles1, les nouvelles formes de valorisation de ces données (comme par exemple avec le blog Les trouvailles de Georgette) mais aussi les questions juridiques, récurrentes en matière d’Open Data. Sarah Labelle a conclu sur la nécessité d’impliquer davantage les publics dans ces nouvelles pratiques, afin de les amener à se réapproprier l’espace public et ainsi créer de nouvelles productions culturelles et/ou scientifiques.

« Données culturelles : de la publication à la réutilisation »

Lors du premier atelier-débat, plusieurs professionnels investis dans l’Open Data ont ensuite présenté leurs projets et les problématiques auxquelles ils sont exposés.
Cyrille Bertin, secrétaire général de Wikimédia France, a évoqué les actions de lobbying menées par Wikimédia sur les questions juridiques, notamment lors de l’adoption des lois « République numérique » et « Liberté de la création, architecture et patrimoine » en 2016. Il a insisté sur le fait que malgré le « flou » juridique en matière d’open access, les institutions culturelles ont intérêt à se positionner d’elles-mêmes pour permettre une meilleure accessibilité de leurs données.
Pauline Asselin, responsable du projet Open PACA au Conseil Régional PACA, a présenté le portail régional des données publiques, lancé au moment de Marseille Provence 2013 afin de fournir l’accès à une grande quantité de données pour les projets menés dans ce cadre sur les thématiques culture, transport et tourisme.
Laura Ribeiro, de l’Association Générale des Conservateurs des Collections Publiques de France (AGCCPF) en PACA a présenté l’application Musambule qui réunit 58 musées des régions PACA et Languedoc-Roussillon afin de mutualiser leurs actualité. Cette application est le fruit d’un travail collaboratif puisqu’elle est enrichie directement par les musées.
L’équipe de la phonothèque a ensuite présenté les projets et outils numériques sur lesquels elle s’appuie pour déployer ses données afin de les diffuser  sous différentes formes éditoriales et auprès de différents publics. Hélène Colombié a proposé un aperçu de la valorisation des données de la phonothèque sur les plateformes suivantes : Les Carnets de la Phonothèque, Defter, Calames, et Transcrire, en insistant sur les outils, formats et normes utilisés sur chacune d’entre elles pour permettre la visibilité et l’échange des données.
Claire Grégoire Saint-Pierre a ensuite évoqué, exemples à l’appui, les problématiques juridiques et éthiques auxquelles est confrontée la phonothèque, avec l’idée qu’à chaque problème correspond une solution qui permet d’ouvrir au mieux les données2.

« Contributions et nouvelles médiations »

Le second atelier-débat a été l’occasion d’expérimenter la technique du « bocal à poissons » : selon une disposition des chaises en cercles concentriques, les participants ont la possibilité de s’avancer vers une chaise laissée vide au centre lorsqu’ils souhaitent intervenir. Ils la libèrent ensuite pour qu’il y ait toujours une chaise vide au centre. L’idée est de bouleverser la disposition de la salle afin de favoriser l’écoute et l’implication des intervenants au sein de l’atelier. Cet atelier a permis de partager des expériences et de nourrir des réflexions autour de l’implication des publics dans les projets collaboratifs.
Cyrille Bertin est revenu sur le concept de crowdsourcing et les 15 projets élaborés par Wikimédia qui témoignent de l’efficacité de ce nouveau type de médiation.
Anissa-Claire Adgharouamane a évoqué les projets d’annotation collaborative des archives sonores de la recherche menés par la phonothèque depuis 2015, notamment à travers les plateformes Historypin, Europeana Sounds et Transcrire. L’importance du carnet de recherche dans les échanges avec les professionnels et amateurs éclairés ainsi que pour l’établissement de nouvelles collaborations autour des archives sonores a été soulignée.
Enfin, Nicolas Issart, directeur du service informatique de la ville d’Arles et de l’agglomération  a expliqué comment la volonté politique d’améliorer le haut débit à Arles pour rendre la ville plus attractive a conduit son service à développer des projets d’applications libres et de mutualisation de services afin de rentabiliser le réseau. Les applications ainsi créées ont ensuite été réutilisées et enrichies par de nombreuses communes en France et dans le monde. Il cite l’exemple des applications de gestion des scrutins et des cimetières.
Ces différentes interventions ont été alimentées par les questionnements et les retours sur expériences de l’ensemble des participants à l’atelier.

Cette journée a mis en exergue les valeurs qui vont construire le web et les données de demain, que nous partageons avec un réseau d’acteurs engagés.

Anissa-Claire Adgharouamane
Hélène Colombié
Claire Grégoire Saint-Pierre
archivistes à la phonothèque de la MMSH


Cite this article / citer ce billet : Anissa-Claire Adgharouamane, Hélène Colombié, Claire Grégoire Saint-Pierre, « Ouverture des données : vers un accès plurimodal à la culture » in Les Carnets de la phonothèque,  2 octobre 2017, https://phonotheque.hypotheses.org/22647

Crédits photographiques :
– Image à la une : open data (scrabble), Justgrimes, 23 septembre 2012, CC BY-SA 2.0.
– Tweet de Sarah Labelle du 28 septembre 2017.

  1. en s’appuyant sur l’exemple de Wiki Trith []
  2. Pour en savoir plus : https://ethiquedroit.hypotheses.org/ []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *