LUNDI – Open Access Week 2017 : Un architecte d’origine belge parle de sa passion pour son métier et décrit son parcours professionnel au Liban de 1961 à 1975

Les chercheurs qui produisent des données sonores au cours de leur travail de terrain peuvent faire le choix de diffuser en libre accès les sources de leur recherche dans une phonothèque. En collaboration avec l’archiviste et selon les thématiques explorées, les chercheurs décident, au moment du dépôt, des modalités d’accès aux données produites. Ils apportent alors tous les éléments de contextualisation nécessaires à la diffusion de leur recherche. Plusieurs outils sont disponibles à la phonothèque de la MMSH pour mettre en œuvre concrètement cette diffusion, en conformité avec les questions éthiques et juridiques. « Open in order to… » est le thème de cette année : l’équipe des archivistes de la phonothèque de la MMSH vous explique chaque jour pourquoi il lui semble important d’ouvrir les enregistrements de terrain à l’écoute de tous les publics sur Les carnets de la phonothèque : https://phonotheque.hypotheses.org/oa  L’occasion également de mettre en avant des archives sonores libres de droit ou qui sont dédiées avant l’heure au domaine public. Bonne écoute !

L’enquête que nous vous proposons d’écouter est issue du corpus : Les Français au Liban depuis 1945, une minorité allogène (entretiens auprès de la communauté française en 1975).  Du mois de janvier au mois de mai 1975, auprès des Français installés à Beyrouth (Liban), Jean Métral s’investit dans un projet de thèse d’État en sociologie, sur le thème « Les français au Liban depuis 1945, une minorité allogène ». Il est alors Maître assistant à l’université de Lyon et il est détaché depuis 1969 à l’École Supérieure des Lettres de Beyrouth (ESL) où il dirige la section de sociologie et d’anthropologie. Il enregistre 71 enquêtes dont 62 ont été conservées. Chaque entretien individuel se déroule en trois temps. L’entretien débute par une présentation de l’état civil, du parcours et des intérêts, évènements, qui ont conduit l’informateur à Beyrouth. Ensuite, l’informateur est interrogé sur l’environnement socio-professionnel qu’il fréquente et sur sa représentation des rapports entre la communauté francophone du Liban, la France et le Liban ; l’influence française sur la sphère culturelle et intellectuelle libanaise, le rapport à la langue française et arabe sont des axes primordiaux. Pour finir, dans un échange moins directif, l’informateur est invité à s’exprimer plus librement sur un sujet abordé pendant l’entretien ou sur un sujet qui n’aurait pas été abordé. Les travaux de Jean Métral seront interrompus par l’éclatement de la guerre civile au Liban en avril 1975.

L’enquête choisie va vous faire découvrir  Jacques Liger Belair, architecte, qui parle de sa passion pour son métier et décrit son parcours professionnel au Liban de 1961 à 1975.   Respect de l’environnement naturel et bâti, sauvegarde et valorisation du patrimoine sont les piliers de ses conceptions architecturales qu’il va continuer à transmettre dans une ville  où, lorsque la guerre éclate en avril 1975, le chaos deviendra maître. Jacques Liger Belair choisit de rester au Liban malgré les hostilités et aujourd’hui, il vit toujours à Beyrouth. L’équipe de la phonothèque a retrouvé ses traces et lui a écrit. Après l’écoute de son entretien que nous lui avons envoyé en mp3, il a signé un contrat d’autorisation anticipant le placement de l’entretien dans le domaine public.

http://www.oaweekfrance.org/programme/histoires-sonores-de-la-phonotheque-de-la-mmsh-libres-decoute

http://www.openaccessweek.org/events/histoires-sonores-de-la-phonoth-que-de-la-mmsh-libres-d-coute

Crédits photographiques : Promenade dans Achrafieh (Beyrouth) . Auteur : Véronique Ginouvès. Licence : CC-BY-NC

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *