VENDREDI #OAW2017 et journée internationale des archives audiovisuelles : Discours de Khalil Akkawi lors d’une manifestation à Tripoli en 1985

Les chercheurs qui produisent des données sonores au cours de leur travail de terrain peuvent faire le choix de diffuser en libre accès les sources de leur recherche dans une phonothèque. En collaboration avec l’archiviste et selon les thématiques explorées, les chercheurs décident, au moment du dépôt, des modalités d’accès aux données produites. Ils apportent alors tous les éléments de contextualisation nécessaires à la diffusion de leur recherche. Plusieurs outils sont disponibles à la phonothèque de la MMSH pour mettre en œuvre concrètement cette diffusion, en conformité avec les questions éthiques et juridiques. « Open in order to… » est le thème de cette année : l’équipe des archivistes de la phonothèque de la MMSH vous explique chaque jour pourquoi il lui semble important d’ouvrir les enregistrements de terrain à l’écoute de tous les publics sur Les carnets de la phonothèque : https://phonotheque.hypotheses.org/oa  L’occasion également de mettre en avant des archives sonores libres de droit ou qui sont dédiées avant l’heure au domaine public. Aujourd’hui c’est aussi la journée internationale des archives audiovisuelles… Bonne écoute !

Du fonds Michel Seurat de la phonothèque1, aucun enregistrement n’a pour l’instant été diffusé en libre écoute. Plus de trente ans après la disparition du chercheur en pleine guerre civile libanaise, la recherche des témoins ou de leurs ayants-droits est encore en cours afin d’obtenir les autorisations nécessaires à la diffusion. L’entreprise est d’autant plus délicate que certains témoins ne sont pas identifiés.

Certains documents peuvent toutefois être diffusés, du fait des conditions de leur enregistrement. Par exemple, ce discours de Khalil Akkawi prononcé publiquement lors d’une manifestation du 8 février 1985 à Tripoli. L’enregistrement témoigne de la tension extrême qui régnait durant cette période dans la ville. Diffuser ce discours permet aussi de mettre en lumière le personnage complexe qu’était Khalil Akkawi, disparu prématurément en février 1986 – soit à la même époque que Michel Seurat. Khalil Akkawi, fondateur de la « Résistance populaire » à Tripoli, rallié tardivement à l’Islam politique, s’est toujours montré soucieux du sort des plus démunis. Au-delà des très nombreuses références religieuses qui jalonnent son discours, il faut retenir la volonté d’ouverture de ce Tripolitain d’origine palestinienne, qui a réussi à susciter le respect de Farouk Muqaddem, pourtant farouche opposant au sectarisme confessionnel2.

 

Enquête n° 3243Enregistrement par Michel Seurat du discours de Khalil Akkawi lors d’une manifestation à Tripoli (Liban) le 8 février 1985, Fonds Michel Seurat, Phonothèque MMSH (en arabe)

 

Crédits photographiques de l’image à la une : DSC00954 (Vue de Tripoli), 27 janvier 2012, photographie prise par we_like_it, CC BY-NC-ND

http://www.openaccessweek.org/events/histoires-sonores-de-la-phonoth-que-de-la-mmsh-libres-d-coute

  1. A propos du fonds Michel Seurat, consulter le billet : https://phonotheque.hypotheses.org/21809. []
  2. Farouk Muqqadem exprime cette sympathie dans un entretien accordé à Michel Seurat le 5 janvier 1983. Voir : Entretien par Michel Seurat auprès de Farouq Muqaddem sur le mouvement du 24 Octobre et la situation particulière de Tripoli dans le conflit civil libanais, Fonds Michel Seurat, Phonothèque MMSH []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *