1877-2017 : 140 ans de lutherie dans un atelier marseillais

Maison Barbet & Granier à Marseille (Archives du luthier Pierre Claudot)

Rares sont les ateliers de lutherie qui ont plus de cent ans aujourd’hui. C’est le cas de la Maison Hommel à Marseille qui a été créée en 1877. Ses fondateurs sont liés à Mirecourt, capitale de la lutherie française. L’un, Charles BARBET, 38 ans, né à Bourges en 1839, descend d’une famille de luthiers de Mirecourt. L’autre, Edmond GRANIER, 26 ans, Provençal né en 1851, y a des attaches professionnelles. En matière de lutherie, les Vosges ne sont jamais loin, même à Marseille.

Mirecourt au début du XXe siècle

Les deux luthiers ont d’abord été employés chez le marchand et facteur d’instruments à vent et à cordes Edmond DANIEL, né à Mirecourt en 1829, fils et successeur de Charles Bruno DANIEL (1801-1848). Selon des recherches récentes (Jean-Jacques Bona, Pierre René), ce dernier serait venu de Mirecourt à Marseille entre 1833 et 1840, s’établissant comme marchand luthier et reprenant plus tard, au 18 rue Paradis, la « maison Guérin qui fait remonter son origine à 1762 » (selon Constant, 1893) .
Edmond Daniel souhaite céder son entreprise à un descendant de l’ancienne maison Guérin, Alexandre GUERIN (qu’il a formé), né à Hyères en 1834 et recensé en 1876 au n°6 de la rue Paradis comme fabricant d’instruments .

Déçus par ce projet qui les écarte de la succession de la maison Daniel à laquelle ils aspiraient, Charles Barbet et Edmond Granier décident en 1877 de s’installer deux portes plus bas, au 14 Rue Paradis.

En cette fin du XIXe siècle, la rue Paradis, située dans le quartier de l’Opéra à Marseille, est l’équivalent de la rue de Rome à Paris : elle est la rue des luthiers et des marchands d’instruments.

Papier à en-tête de la maison Barbet et Granier en 1988 (Archives P. Claudot)

En 1877 naît ainsi la Maison Barbet & Granier. C’est le début d’une longue histoire qui en 140 ans verra se succéder sept générations de luthiers, deux guerres mondiales, trois périodes de grand déclin de la lutherie la menaçant de disparition et enfin, à partir des années 1970, un nouvel essor.
L’enseigne Barbet & Granier propose à la vente une grande variété d’instruments de musique (bois et cuivres, violons, guitares, harmoniums, pianos). Preuve de dynamisme, elle dépose entre 1881 et 1888 plusieurs brevets d’invention (perfectionnements de trombone à coulisse, fixation de mentonnière, tambour de basque à forme de mandoline).
En 1910, après le retrait de Charles Barbet à 71 ans, Edmond Granier focalise ses activités sur les instruments à cordes frottées et pincées, travaillant avec ses fils, André et Denis Granier, formés à Mirecourt  chez le luthier C. Brugère  et l’archetier Charles Louis Bazin (selon Requier, 1935) .

Dépôt de brevet en 1888 par Barbet et Granier pour tambout de basque (Archives P. Claudot)
Enseigne du luthier Granier à Marseille

En 1923, ces derniers prennent la relève de leur père (72 ans), puis, à la mort prématurée d’André, un an plus tard, Denis Granier continue seul. En 1928, il embauche pour le seconder le jeune Mirecurtien Pierre Claudot, issu d’une longue lignée de luthiers. Ce dernier, formé par Marius Didier et Camille Poirson chez Thibouville, puis par Amédée Dieudonné, a seulement 21 ans lorsqu’il arrive à Marseille.
Les années 1930 sont marquées par la crise économique mondiale qui affecte tous les métiers de la musique. Fragilisé, Denis Granier abandonne la lutherie en 1934. Son neveu, André Granier II (formé à Mirecourt par Amédée Dieudonné), et Pierre Claudot reprennent l’affaire en recentrant leurs activités sur la partie artisanale.

La crise des années 1930 (Extrait de l’enquête n°3493, Pierre Claudot, 1981) 

Pierre Claudot chez le luthier Denis Granier à Marseille en 1928. Derrière lui, André Granier II, neveu de Denis Granier, avec lequel il s’associera en 1934. (Archives P. Claudot)

Enseigne du luthier Pierre Claudot à Marseille

Trois ans plus tard, en 1937, après la défection de son associé pour raison de santé, Pierre CLAUDOT reprend seul la tête de l’atelier dont il maintiendra l’activité jusqu’à sa retraite en 1972. Durant ces trois décennies et demie, il eût à nouveau à affronter deux crises majeures de la lutherie, lors de la IIe guerre mondiale puis de l’après-guerre avec l’invention du microsillon qui a conduit à la suppression des orchestres et à la désaffection du public pour les pratiques musicales actives. Une génération passe qui n’apprend ni la musique ni la lutherie.

Au milieu des années 1960, le Groupe professionnel des luthiers et archetiers de France (GLAAF) alerte le gouvernement sur la disparition inéluctable de la lutherie si rien n’est fait. Le plan Malraux-Landowski est lancé, visant à restaurer tous les métiers de la musique. Le renouveau de la lutherie s’opère dans un cadre inédit avec la création d’une école de lutherie implantée à Mirecourt en 1970.

Les luthiers Pierre Claudot et Philippe Bodart, Marseille, 1972

A Marseille, en 1972, Philippe BODART succède à Pierre Claudot au 14 Rue Paradis. Il a un itinéraire international, élève de l’école allemande de Mittenwald, de Morizot à Mirecourt, d’Etienne Vatelot à Paris et de Charles Bear à Londres. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière, ni origine mirecurtienne, mais par goût de la musique et de l’art.
Neuf ans plus tard, en 1981, Charles-Luc HOMMEL, formé à Mirecourt chez Morizot, puis employé à Paris dans la Maison Vatelot, prend la suite de Philippe Bodart parti s’installer à Besançon.
En 2013, Charles-Luc Hommel s’associe avec un jeune luthier, déjà plein d’expérience, son fils Camille Hommel, élève de Jean-Jacques Pagès à Mirecourt. De nouvelles lignées de luthiers commencent à se recréer chez les « nouveaux luthiers », tandis que les « dynasties » de Mirecourt ont presque toutes disparues au milieu du XXe siècle.

Le luthier Camille Hommel, Marseille, 2017

Au 14 Rue Paradis, l’atelier a plusieurs fois changé d’étage au fil des événements. En 2001, sans quitter le quartier de l’Opéra, il est transféré au 27 rue Francis Davso, juste en face de l’atelier qu’avaient occupé au siècle dernier d’autres luthiers d’origine mirecurtienne : Justin et Paul Diter, puis Paul Lorange. Comme à Mirecourt, les ateliers marseillais furent liés par la parenté : l’épouse d’Edmond Granier était en effet la sœur du luthier Denis Palanque associé aux frères Diter .

Le 14 Rue Paradis (extrait de l’entretien 5340, Charles-Luc Hommel, mars 2017)

Dans le nouveau local plus spacieux et éclairé de la rue Davso, la continuité avec l’atelier historique du 14 rue Paradis s’inscrit dans une série d’objets témoins : meubles patinés à tiroirs, établis, présentoirs et panneaux de photographies anciennes dédicacées par les musiciens célèbres qui, entre le XIXe et le XXe siècle, ont fréquenté, apprécié et fait la réputation de la Maison Barbet & Granier et de ses successeurs.

Meuble à tiroirs provenant de l’ancienne Maison Granier à Marseille

SOURCES

Bibliographie
CONSTANT, Pierre, Les facteurs d’instruments de musique. Les luthiers et la facture instrumentale. Précis historique, Paris, Sagot, 1893.
POIDRAS, Henri, Dictionnaire des luthiers, Rouen, Imprimerie de la Vicomté, 1924.
REQUIER, Maurice, « Les luthiers marseillais du XVIIe siècle à nos jours », Bulletin Officiel du Musée du Vieux Marseille, n°40, Noël 1935.
VANNES, René, Dictionnaire universel des luthiers, Paris, Fischbacher, 1932.
VIDAL, Antoine, La lutherie et les luthiers, Paris, Quantin, 1889.

Sites internet
Facteurs et Marchands de Musique de l’Est de la France de Pierre RENE  : « De Mirecourt à Marseille : la famille Daniel, luthiers et facteurs d’instruments en cuivre. http://facteursetmarchandsdemusique.blogspot.fr/2013/10/de-mirecourt-marseille-la-famille.html
Luthiers-Mirecourt / documentation de Roland TERRIER : Généalogie professionnelle Barbet/Granier/Palanque/Diter : http://www.luthiers-mirecourt.com/barbet_granier-palanque_diter_genealogie.htm
Luthiervents de Jean-Jacques BONA : http://luthiervents.blogspot.fr/search/label/Daniel.El%C3%A9ments%20d%27archives et
http://luthiervents.blogspot.fr/search/label/Guerin.%20El%C3%A9ments%20d%27archives

Archives orales
– Entretiens avec le luthier Pierre Claudot de Marseille : • Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille (enquête 3483, 1981), http://phonotheque.hypotheses.org/7121
Un luthier lorrain raconte son implantation à Marseille, en présentant des instruments et ses gestes techniques (enquête n°3486, 1993), http://phonotheque.hypotheses.org/9245

Ce billet s’inscrit dans le cadre des travaux menés sur le métier de luthier par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad.

En savoir plus

Crédits photographiques : Archives Pierre Claudot et Hélène Claudot-Hawad.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *