Honneur au son à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Lyon

Le séminaire recherche de l’UMR 5600 Environnement, villes et société, université de Lyon qui a eu lieu le jeudi 1er février 2018 à l’ENSAL à Vaulx-en-Velin a permis de mettre le son en lumière et en écoute à travers différents axes qui illustrent l’enjeu « Promouvoir le son et les bonnes pratiques dans notre société actuelle » de la résolution sur le son de l’Unesco

Les interventions de la matinée ont décliné le son dans ses différentes formes et usages. Cécile Regnault, (Architecte, LAURe EVS- UMR 5600, Ecole d’Architecture de Lyon) a exposé les protocoles pour un conservatoire d’échantillons sonores du paysage avec le projet Perséphone dont l’objectif est de représenter la dimension sonore des territoires en créant une documentation sonore de référence, un répertoire des effets sonores qui soit pluridisciplinaire. Cécile Régnault a ainsi évoqué Acirène , collectif  issu à la fois du monde de la culture et de l’aménagement du territoire qui a initié une première campagne du projet Perséphone en 1996 à Montceau les mines.  La démarche de collecte sonore est effectuée avec des paramètres définis et très précis pour capter le son et le mettre en scène. Nous avons pu ainsi découvrir  l’encyclophonaire installation sonore panoramique.

Vue de l’installation réalisée dans la salle immersive de Nicéphore Cité, Chalon-sur-Saône, Aciréne 2004.

Séverine Leroy, scénariste pour la création sonore, VALPASONO (VALorisation du PAtrimoine par le SOnore), de l’Université Rennes 2, a exposé les activités du Collectif  Micro-sillons  en termes de formations, diffusion, valorisation, et ateliers de pratique artistique. Séverine Leroy a ainsi présenté un exemple de création sonore «  le paysage sonore des Bretons pendant la Grande Guerre »  en explicitant la démarche : le collectif a collaboré avec les archives départementales d’Ile et Vilaine pour une sélection de matériaux, base d’une écriture de scénario et d’une réalisation visant à transmettre l’histoire de manière sensible.

La phonothèque de la MMSH, quant à elle, a présenté les « multiples vies des archives sonores » de leur traitement aux diverses  expériences de valorisation qui permettent de nouveaux horizons pour les fonds traités. Le diaporama est disponible sous le lien :

L’après-midi a débuté par une immersion dans le studio de l’ENSAL pour  une  écoute de sons et d’archives et s’est poursuivi par une conférence de Gilles Malatray inscrite dans le cycle du studio IMU « du côté du sensible » intitulée « de la captation sonore à la création sonore » Le public a pu découvrir les PAS (parcours audio sensible) avec des points d’ouie, les cartes postales sonores, les calligraphies sonores et les installations paysagères.

 

Image à la une  : « Sound engineer » prise le 17 février 2017 . Aucune restriction de droits d’auteur connue.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *