Pourquoi déposer sur HAL-SHS ?

L’internaute a accès aujourd’hui à plus de 16 000 documents en texte intégral sur HAL-SHS mais ce chiffre est largement en deçà de la production éditoriale en sciences humaines et sociales.  Alors pourquoi tous les chercheurs n’y déposent-ils pas leurs publications ? Est-ce de la méconnaissance pour cette plateforme ? De la crainte à propos des questions de droit ou de plagiat ? De la méfiance quant à la validation des données engrangées ? Ne serait-ce pas tout simplement de l’absence d’intérêt puisque, au bout du compte; les articles sont déjà publiés dans des revues à caractère scientifique ? Le 20 novembre 2008 à la maison méditerranéenne des sciences de l’homme, une journée sera consacré au dépôt dans HAL-SHS et à ses enjeux. N’hésitez pas à vous y inscrire !*

Si j’essaie de rassembler les arguments en faveur d’un dépôt – du point de vue individuel du chercheur -, il me semble qu’un élément essentiel est sans doute la forte lisibilité dont bénéficient les publications sur les réseaux académiques comme sur les moteurs spécialisés du Web. En effet, dès que le dépôt d’un chercheur est accepté dans HAL, il est aussitôt repris de façon mécanique sur les portails nationaux ou internationaux qui s’inscrivent dans le mouvement du libre accès comme Crevilles, Driver, Base ou OAIster, comme dans ceux dont l’objectif affiché est d’identifier les travaux du monde universitaire, tel Google Scholar.

La rapidité de diffusion est également un élément intéressant. Depuis le moment où le chercheur dépose et celui où l’équipe de modération de HAL accepte le dépôt, il se passe entre une et quarante-huit heures : le temps nécessaire pour que l’équipe du CCSD valide le format du dépôt et vérifie l’exactitude du nom du chercheur et de son laboratoire. Le document en texte intégral est donc tout de suite accessible, avant même parfois sa publication en ligne ou sur papier.

HAL offre ensuite la possibilité de produire des bibliographies automatiques sur une page personnelle pour présenter la liste de ses publications. L’ANR a d’ailleurs interpellé la communauté scientifique dès novembre 2007 pour que les textes produits dans le cadre de son financement soient déposés au fur et à mesure de leur élaboration, c’est-à-dire dès soumission à une revue et, à nouveau, au moment de la publication effective.

L’autre argument qui pourrait, au fil des années, prendre plus d’importance est la fonction de datation des idées, au regard d’autres productions susceptibles de reprendre une ou des parties de ces textes sans les citer. En quelque sorte, HAL deviendrait une sorte de dépôt légal de la publication scientifique. De plus en plus, les universités utilisent des logiciels qui balaient le web à la recherche de parties de phrases susceptibles d’être plagiées. Il faut que ces logiciels puissent puiser dans la littérature scientifique publiée : avoir son article sur HAL apporte une preuve d’antériorité sans équivoque, d’autant plus que depuis peu le CCSD intègre l’identifiant et la référence de publication automatiquement sur les PDF déposés dans l’archive.

Les institutions bénéficient, elles aussi, de services qui ont été mis en place au fil des usages par le CCSD. Par exemple, il est très simple de créer une liste de publications d’un laboratoire, mise à jour automatiquement par HAL-SHS, avec une possibilité de certification par le directeur d’unité grâce à un « tampon » ou collection. Avantage efficace, cette liste peut s’exporter simplement et être intégrée dans le rapport d’activité quadriennal du laboratoire ou sur son site web. Un bel exemple de ce type de possibilité est le tampon réalisé par le SCD de l’Université de Provence qui offre l’accès à l’ensemble des publications déposées sur HAL (ici toutes disciplines confondues) des laboratoires du campus d’Aix-Marseille. Dans le cadre de programmes de recherche, ces tampons peuvent aussi correspondre à des thèmes de recherche et être ainsi utilisés comme outils de veille d’information. Ainsi, avec la collection Archives ouvertes de la Méditerranée l’équipe de Bibenligne réalise une veille régulière sur l’aire méditerranéenne. La collection peut être parcourue par ordre alphabétique de titre, par année de publication, par auteur, par laboratoire ou par type de documents.

Tous ces arguments seront abordés et pourront être discutés lors de la journée du 20 novembre 2008 organisée à la MMSH dans le cadre de la formation continue et à l’initiative du département SHS du CNRS. Daniel Charnay (directeur du CCSD) présentera HAL dans son contexte national et international tandis que Christine Berthaud (Institut des Sciences Humaines de Lyon) focalisera son intervention sur les SHS dans HAL. Deux expériences concrètes viendront illustrer ces interventions : Anne-Christine Girard du SCD nous montrera la collection de l’Université de Provence et Marin Dacos (directeur du CLEO) présentera son expérience de chercheur en insistant sur l’intérêt des archives ouvertes dans ce qu’il convient d’appeler « l’ego référencement ». L’après-midi sera consacré à la pratique et vous pourrez tester les fonctionnalités du dépôt : n’oubliez pas de vous munir du texte d’un de vos articles sous format électronique pour réaliser l’exercice.

* Inscription sur simple courriel auprès de Véronique Ginouvès ginouves[@]mmsh[point]univ[tiret]aix[point]fr

Ce texte est repris d’un article rédigé par Véronique Ginouvès dans le bulletin d’information TELEMME Infos, n°43, octobre 2008.

Crédits photographiques : George Eastman House Collection, Man with book sitting in chair, ca. 1915 (color plate, screen (Autochrome) process), Image: 7 x 6.7 cm Overall: 8.3 x 10.2 cm. Informations sur la collection photographique  : http://www.eastmanhouse.org/inc/collections/photography.php. Pas de restriction de droit connue.


Une réflexion au sujet de « Pourquoi déposer sur HAL-SHS ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *