Chercheurs et organisations communautaires: un exemple de collaboration réussie

15 janvier 2011
Par

Le projet ARUC (Alliance de Recherche Universités-Communautés)- Histoires de vie Montréal a débuté en 2007 et s’achèvera en 2012.  Un projet de 5 années durant lesquelles une équipe de plus de 150 chercheurs universitaires et communautaires réalisent des entrevues auprès de résident(e)s montréalais(e)s ayant été victimes de violations aux droits de la personne. Ces entrevues sont enregistrées en format vidéo ou audio et sont conservées au Centre d’histoire orale et de récits numérisés de l’Université Concordia (CHORN) et éventuellement chez des organismes communautaires partenaires.

La notion d’ “autorité partagée” entre les chercheurs, les intervieweurs, ainsi que les personnes interviewées est le concept clé de ce projet. Ceci est possible notamment grâce à l’obtention d’un “consentement éclairé” des personnes interviewées lors des collectes (Cf. le code déontologique décrivant l’éthique du projet). De plus, le projet prévoit des stratégies de partage d’autorité après l’entrevue:  les personnes interrogées participent également à la production de la recherche et notamment à l’interprétation des propos recueillis. Il s’agit en définitive de développer une relation de confiance qui favorise  la collaboration et les prises de décision partagées.

Ce projet est structuré en 7 groupes de travail autour de thèmes géographiques (“Cambodge”, “Haïti” , “Rwanda”) ou transversaux  (“Jeunes réfugiés”, “Shoah et autres persécutions contre les  juifs”, “Histoires de vie en éducation”)  et le groupe “Histoires orales et représentations artistiques”. Ce dernier groupe de travail se base sur les histoires de vies recueillies lors des interviews et élabore des œuvres  musicales, théâtrales, dansées ou encore des expositions, conférences etc. Ainsi les témoignages recueillis participent à la création artistique contemporaine engagée: une façon de donnée une autre vie aux archives ainsi constituées.

Différents outils ont été développés dans le cadre de cette collaboration:

Le projet Histoire de Vie démontre (encore une fois) l’intérêt et la richesse d’une collaboration à grande échelle entre universitaires et communautés, de sorte que ces dernières ne soient pas uniquement observées mais deviennent des partenaires de la recherche. (Nous reprenons ici les propos de Steven High).


Océane Chotard

Après avoir obtenu un master recherche en musicologie-spécialité ethnomusicologie: "Les sillons du Gwo ka de la Guadeloupe" (2008) à l'Université François-Rabelais de Tours, Océane complète sa formation par une maîtrise des sciences de l'information à l'Ecole de Bibliothéconomie et des Sciences de l'Information à l'Université de Montréal (en cours). Ses intérêts professionnels résident dans la préservation, la valorisation et la diffusion du patrimoine musical et particulièrement en ce qui concerne les documents sonores.

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , ,

Posté dans : Méthodologie, Valorisation

Laisser un commentaire

Les archives du carnet


Carnets de recherche