Des bruits à Neuchâtel

15 mai 2011
Par

L’exposition Bruits, échos du patrimoine immatériel devrait intéresser les gestionnaires de fonds d’archives sonores en ce qu’elle questionne les différentes façons dont les sociétés humaines appréhendent, organisent, conservent et mettent en valeur leurs productions sonores. Elle y scrute les processus de patrimonialisation, mettant à mal l’opposition matériel / immatériel, démontrant que l’objet n’est intéressant que parce qu’il nous dit d’immatériel : impossible de saisir le matériel sans user de formes matérielles. A l’heure des inventaires qui ne cessent d’être entrepris sous les auspices de l’UNESCO, quand les archives sonores sont souvent jugées bien trop matérielles pour représenter un patrimoine “vivant”, voilà qui nous fait dresser l’oreille… Car à explorer l’immatériel, voilà bien le paradoxe, il nous faut pourtant – pour le conserver, le revoir ou le réentendre – prendre soin des supports sur lequel on l’a capturé. L’exposition pose ainsi de nombreuses questions cruciales pour le gestionnaire de collections sonores. Par exemple, alors que dans les années 1970 le chercheur sur le terrain économisait soigneusement sa bande analogique pour réaliser ses enquêtes, celui du 21e siècle a à sa disposition des moyens de captation sonores compacts, efficaces, simples d’utilisation… que va-t-on garder de ces heures d’entretiens, de ce flot d’information continu ? Ou encore, plus cruelle : comment gérer intelligemment la masse de données sonores accumulées dans les archives du monde entier et dont les contenus intéressent au premier chef les vendeurs et les gestionnaires de données des plateformes ou des portails Internet ? Impitoyable enfin : ne faudrait-il pas accepter que certains éléments disparaissent, pour que d’autres prennent sens, faute de quoi le monde serait englouti par son double muséal ?

Cette exposition, première d’une trilogie consacrée au patrimoine culturel immatériel (PCI), se rit de notre folie patrimoniale.  Organisée par le Musée d’ethnographie de Neuchâtel en collaboration avec l’institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel, elle mène le visiteur sur un parcours poétique, musical, dérangeant, joyeux et savant. Un catalogue l’accompagne1, magnifiquement illustré, édité par Marc-Olivier Gonseth, Bernard Knodel, Yann Laville et Grégoire Mayor. ; l’affiche de l’exposition, réalisée par François Schuitten, renvoie à la forme de surréalisme muséal que l’on retrouve dans l’aventure de la visite. Les deux autres expositions sur le PCI qui l’attendent en 2012 et 2013  semble tout aussi  déconcertantes puisqu’au lieu d’évoquer les images il sera question de hors-champs et la parole sera présentée à travers le secret, pour “Bruits”, il vous reste jusqu’au 15 septembre pour vous y rendre.

Le catalogue Bruits: échos du patrimoine immatériel (2011, 21 x 27 cm, 360 p., ISBN 978-2-88078-037-1) peut être commandé au musée ethnologique de Neuchâtel, 50.00 CHF/ 38€.

Pour avoir une idée plus précise de l’exposition, vous pouvez également lire sur le Temps du 4 octobre 2010, Les ethnologues font du bruit au musée par Elisabeth Chardon, un long article qui décrit l’ensemble du parcours du visiteur (accès libre au texte sur inscription au journal).

  1. En langue française, anglaise et allemande, le catalogue présente une série d’articles de Salvatore Bevilacqua, Karin Bijsterveld, François Borel, Gaetano Ciarcia, Marc-Olivier Gonseth, Yann Laville, Grégoire Mayor, Gérôme Guibert, Jean-Pierre Gutto, Fabien Hein, Caleb Kelly, Walter Leimgruber, Pierre Mariétan, Alain Mueller, Jean-Marie Privat, Béatrice Ramaut-Chevassus, Pablo Vidal González, Nicolas Walzer []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Actualités, Lire/écouter/voir, Méthodologie, Valorisation

Laisser un commentaire

Les archives du carnet


Carnets de recherche