Voyage sonore dans la mémoire orale du Luberon

Il est toujours plaisant d’entendre une mémoire livrée généreusement avec modestie, simplicité et joie. C’est le cas dans l’une des enquêtes sur l’Histoire et la culture locales en Luberon, réalisée par Nicole Thevenet en 1979. Ces enquêtes ont été réalisées dans le cadre d’une commande de l’Office régional de la culture de Marseille1 sur l’histoire et la culture locales en Provence. Pour répondre à cette commande plusieurs étudiants de l’université de Provence sont intervenus sur différentes zones géographiques. L’enquêtrice a travaillé sur le territoire du Luberon. Les entretiens s’échelonnent de novembre 1977 à avril 1980 auprès des communautés protestantes et catholiques principalement de trois villages du Luberon, Cucuron, Mérindol et Saint-Martin-de-la-Brasque. L’étude aborde l’ensemble des aspects de la vie villageoise : sociabilité, vie culturelle, vie religieuse. Les personnes rencontrées apportent, avec une joie manifeste, des détails de la vie quotidienne au temps de leur enfance, sur l’agriculture, la religion, la configuration du paysage, leur attachement au provençal. C’est le cas de cette enquête où le témoin, une dame du village de Mérindol, visite ses souvenirs avec tendresse, émotion et visiblement avec plaisir. Il faut entrer dans ce récit, dont le temps a usé la qualité sonore, comme on pousserait une végétation envahissante pour retrouver un ancien chemin, les murs d’un ancien village ensoleillé. S’appuyant parfois sur des cahiers dans lesquels elle a transcrit ses trésors de mémoire, l’informatrice – comme une enfant sauterait d’un rocher à l’autre pour traverser un torrent – évoque la vie quotidienne au village au grès des souvenirs émergeants. Sa parole coule comme source, soutenue par un voisin, un autre enfant du village, présent à l’entretien, oreille attentive à cette mémoire partagée. L’enquêtrice ne pose quasiment aucune question, elle écoute. Vient le poème commencé par le grand-père berger, pour louer la beauté du hameau des Borrys (commune de Puget). Une émotion passe, rapide et légère, lorsque la voix se noue sur une dernière strophe évoquant l’ancienne gare :

La petite station appelée maisonnette,

vient de se voir détruire ne laissant sur son sol,

qu’un superbe platane ayant l’air de nous dire :

”je voudrais bien rester pendant longtemps encore”.

Mais pour en terminer avec ce bavardage,

dont les jeunes aujourd’hui en comprendraient zéro,

je vais donc arrêter en répétant encore,

que les vieux souvenirs apaisent tous les maux. 

L’entretien livre les souvenirs personnels sur les anciennes filatures, la récolte des olives, les farandoles, le carnaval. Finalement, au cœur de son entretien, la dame de 84 ans chante, de sa belle et gracieuse voix, quelques couplets de sa chanson aimée, O Magali. Elle chante pour elle, pour l’enquêtrice, pour son voisin, et pour nous aujourd’hui.

Ces enquêtes de Nicole Thevenet s’inscrivent dans une série de corpus issus d’époque et de discipline diverses qui explorent ce territoire provençal. Elles apportent, à leur échelle, des compléments d’information sur les conditions de vie villageoises et paysannes de la fin du 19e et début du 20e siècle, les anciens métiers, les relations inter communautaires, aux côtés des autres corpus sur la Provence, disponibles à la phonothèque de la MMSH. Citons par exemple les enquêtes réalisées par l’association Alpes de Lumière sur le patrimoine immatériel de Haute-Provence, celles dirigées par Jean-Noël Pelen sur le Pays d’Arles par ses gens ou encore celles sur les Gens du Val Germanasca enquêtés par Christian Bromberger, Annie-Hélène Dufour et Mariano Fresta. Ce sont autant d’occasions d’écouter les témoignages oraux d’expériences vécues dans le midi.

Ce travail nous a permis de découvrir d’autres enquêtes orales réalisées par Nicole Thevenet dans le cadre de sa thèse De l’histoire à la légende : les régions vaudoises françaises. Ou existe-t-il un légendaire historique des régions vaudoises françaises ?2 qui pourraient aussi être déposées à la phonothèque. Mais que sont devenues les autres enquêtes orales enregistrées dans le cadre de l’office régional de la culture de Marseille ? Ces témoins ont accepté d’être enregistrés pour transmettre et leurs voix ont disparues, peut-être les retrouverons nous au fil du temps si les supports résistent encore un peu…

Crédits photographiques : La Spirale d’Oliviers. (Provence. 2005) Photographie de Guy Hervais, 2005. Photographie sous GNU free documentation licence.

 

 

  1. L’office régional de la culture de Marseille a été créé en 1976 dans la dynamique de la création des régions en France en 1973. C’est Michel Pezet qui fonde et préside cette association qui va évoluer au fil du temps []
  2. Thèse de 3ème cycle Histoire et Civilisations, sous la direction de Philippe Joutard, Aix-en-Provence, 1986. 2 vol. Cote de la Médiathèque MMSH : MT-23629 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">