Art by accident # 11

Un mois avec ceux de l’Ifpo

Art by accident # 11Dans les « carnets de l’Ifpo », Véronique Ginouvès et François Siino publiaient en mai dernier un billet proposant un retour sur une première série d’entretiens effectués dans le cadre du projet « Archives scientifiques de l’Ifpo ». Bien que ce corpus se soit depuis enrichi de nouveaux enregistrements, on ne peut que constater la même inflexion à leur écoute : en effet, si la démarche initiale consistait à localiser les différentes archives de l’Ifpo, les témoignages recueillis apportent surtout des éclairages sur le fonctionnement et l’évolution de l’institut.

Voilà trois semaines que je suis à la phonothèque pour écouter et documenter ces entretiens dans le cadre d’un stage d’un mois. Comment fonctionne un Ifre (Institut français de recherche à l’étranger) ? Comment expatriés et locaux y coopèrent ? Quels problèmes peuvent poser les renouvellements de personnel dans la réalisation des projets scientifiques ? Tel est le type de questions auquel ces témoignages apportent des réponses passionnantes. Ajoutons à cela que les activités des différents centres de l’Ifpo s’effectuent souvent dans un contexte politique bien particulier. L’impact de la guerre du Liban sur les publications de l’institut ou le zèle avec lequel le régime syrien s’assure du bon déroulement des enquêtes de terrain d’un chercheur sont des exemples parmi d’autres illustrant comment l’histoire des pays du Proche-Orient peut affecter le travail des membres de l’Ifpo.

L’inflexion qu’a pu subir cette enquête n’a donc, à mes yeux, rien de dommageable, bien au contraire ! Je souhaiterais d’ailleurs sélectionner un des thèmes qui circulent à travers ces entretiens pour en proposer ici une présentation détaillée, avec extraits sonores à l’appui. Espérons que les quelques jours qui me restent y suffisent.

 

Crédits photographiques :
Art by accident #11. Photographie d’Eivind Lie Nitter publiée sous licence Creative Commons (sans utilisation commerciale).


Une réflexion sur « Un mois avec ceux de l’Ifpo »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *