« Qui a dit que les stages en entreprise ne déclenchaient pas de vocations ? »

Printemps 2001. Du haut de mes quatorze ans, mes tresses africaines sur la tête et mon « eastpack » sur le dos, je débarque à la phonothèque de la MMSH pour y effectuer mon stage en entreprise de 3ème. Ayant découvert l’existence de l’ethnologie dans la rubrique « lettre E » des métiers listés au CDI du collège, je n’avais pas idée de ce qui m’attendait…

A peine arrivée et en dépit de mon jeune âge, je suis accueillie avec la plus grande déférence et convivialité par Véronique Ginouvès, documentaliste, et Corinne Cassé, anthropologue, assistante à la phonothèque. Si la semaine de stage se déroule dans une bonne humeur joviale, elles ne prennent pas leur rôle à la légère. Au cours de la semaine, présentation de leurs professions, traitement de documents sonores et rencontre avec divers chercheurs sont au programme.

Je suis prise sous leurs ailes : en dehors des heures de travail, elles m’embarquent à la cafétéria, dans une fête du personnel, mais surtout elles me font partager leurs expériences professionnelles et personnelles. Avec Corinne, nous échangeons de longues conversations sur le rôle de l’ethnologue, les difficultés pratiques liées au métier, la méthodologie et l’éthique du chercheur. Elle illustre ses propos d’exemples, et me propose même de l’accompagner sur son prochain terrain. Je jubile !

Les différentes rencontres effectuées à la MMSH vont dans le sens de l’enthousiasme bienveillant de Corinne et Véronique ; tous contribuent à me rendre le métier compréhensible et accessible.

Ainsi, Evelyne Disdier, à la médiathèque, me fait découvrir une carte du monde datant de Louis XV ainsi qu’un album de photos prises en Tunisie dans les années 1950 qui appartiennent aux collections de la MMSH. Mais cela ne s’arrête pas là : nous discutons de l’actualité brûlante de l’époque et du rôle politique des médias, ce qui ouvre sur une discussion profonde sur la dimension subjective des images !

Jean-Noel Pelen, chercheur au CNRS, m’offre aussi de son temps et discute avec moi de sujets très sérieux lié à ses dernières recherches : qui peut-on qualifier d’« exclu » ? Peut-il s’agir d’une catégorie analytique ? La découverte de l’approche inductive me contrarie quelque peu car je ne comprends pas encore que l’on puisse travailler sur un sujet non défini au préalable. Nous parlons aussi de l’étrangeté, de l’aspiration à changer de point de vue, du rêve, de son impact sur le réel, de questions existentielles, du désir de voler…

Aux vues de mes tresses, Marilyne Crivello, professeur d’histoire, me conseille de consulter un mémoire de maîtrise sur de jeunes marseillaises d’origine comoréenne qui doivent effectuer le « Grand Mariage »1. Elle contribue même à me rendre cette recherche palpable en me prêtant la vidéo de l’entretien qui y est associée.

Ma plongée dans la salle des mémoires est initiée, je m’y engouffre littéralement, fascinée par l’originalité des thèmes qui y sont traités. Je me laisse même surprendre à ne plus voir le temps passer. La jeune fille que je suis se tourne vers les titres qui attirent spontanément son attention. Je me souviens être restée longtemps marquée par l’étonnement qui m’a saisie lorsque, à la lecture d’un mémoire sur la perception de la beauté aux Antilles, je réalisais que c’était systématiquement la fille que je trouvais la moins belle sur les photos qui était élue Miss. Comment se pouvait-il que des personnes aient des perceptions si différentes des miennes ?

En fin de semaine, je passais au stade supérieur et me lançais dans la passionnante lecture de Mœurs et Sexualité en Océanie de Margaret Mead, me délectant de à l’inversement des schémas et de l’exotisme des sociétés décrites…Si loin du désenchantement ! Je me souviens que le jour de mon départ, avant de passer la porte, Corinne m’avait lancé: « Je suis sûre que tu vas beaucoup apporter à l’anthropologie ! ». Ma mère m’avait dit qu’elle était gentille. Moi, j’envisageais d’en devenir capable…

A la fin du rapport de stage, il nous était demandé de faire le lien entre nos études et l’avenir. A sa relecture, onze ans plus tard, je me rends compte que j’ai fait exactement ce que j’avais écrit : après un bac général, je suis partie une année à l’étranger afin d’élargir mes horizons et me confronter à l’altérité, après quoi j’ai entrepris des études d’anthropologie. Ce que je n’avais pas prévu, c’est qu’ayant découvert l’Amérique centrale, je les réaliserais à la fac de Nanterre, afin de partir un an en échange au Mexique, puis que j’entrerais à l’EHESS de Paris pour le Master.

C’est lors de la rédaction de mon mémoire, intitulé Des expériences intimes de la translocalité. Usages du « lieu », usages de l’Autre et élaborations identitaires en situation touristique (Tulum, Quintana Roo, Mexique), que j’ai été amenée à me remémorer mes quatorze ans. Tenue d’expliquer le choix de mon objet d’étude, je l’introduisais par le constat suivant :

« Ce mémoire est parti de l’interrogation éminemment générale, commune et sujette à controverse : Qu’en est-il des « identités » dans la « globalisation » ? De fait, il s’agissait de la question à la mode au début des années 2000, quand mon intérêt pour l’anthropologie s’est éveillé. Si son omniprésence dans les médias la rendait intrigante aux yeux de l’adolescente que j’étais, elle s’accompagna du souhait de la disséquer pour mieux la comprendre, bref de la déconstruire. Les années qui suivirent me fournirent le matériel conceptuel et empirique nécessaire à l’entreprise de ce projet. »

La prochaine étape est lancée : me voilà doctorante, de retour dans le sud, où je compose ma thèse dans les locaux familiers de la MMSH

Le plus fou dans tout ça, c’est que je l’avais prévu !

Mélissa Elbez – Contact : Melissa.elbez[@]ehess.fr

Crédits photographiques : Corinne, Mélissa et Véronique photographiées par Benjamin Vettori à la MMSH, 24 janvier 2012.


  1. Elaboration de sources filmiques en histoire : la représentation du grand Mariage pour les jeunes Comoriens à Marseille par Franck Salingardes, maîtrise d’histoire sous la dir. de Maryline Crivello, Université de Provence, 2000, 130 p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *