« Mappa di communità » ou le territoire redessiné avec ses habitants

L’écomusée urbain de Milan Nord Niguarda (du nom du quartier où il se trouve) a lancé le projet d’écriture d’une « Mappa di communità ». L’objectif affiché est d’aider les habitants à percevoir, avec plus de précision, les contours de leur quartier, ceux de leur patrimoine historique et culturel et les liens sociaux qui se sont établis au fil du temps. Créée par les habitants eux-même, elle donne à lire les histoires du coin de la rue, telle une archive vivante, toujours remise à jour. Un parcours collectif dont la première version date de 2009.

Ces cartes, appelée en Italie  « Mappa di communità », ne cessent de se fabriquer dans les villes – Venise vient de présenter la sienne – ou les campagnes – telle celle du parc national du Vanoï-. Toutes sont construites avec les citoyens du territoire dessiné, où ils transmettent des bribes de leur représentation de leur espace. En Angleterre, on les appelle les Parish maps. et certaines se donnent à voir en ligne comme celles de Combe Martin ou Aveton Gifford dans le Devon.

En France les projets commencent à voir le jour, sans qu’une dénomination précise ait été arrêtée. Plusieurs proposent des enregistrements sonores à écouter. Il est ainsi possible de parcourir  la ville de Paris dans une visite toujours en mouvement à travers des prises de son (paysages, ambiances, promenades perceptions) ou des entretiens sur http://www.ecouterparis.net. Imaginé par l’atelier du bruit, le projet a été  soutenu par la Société civile des auteurs multimédia (SCAM) et la Fondation de France, avec des ateliers dans les quartiers menés en collaboration avec la Cité de la musique. Ecoutez par exemple, la poétique promenade sonore de Nicolas Frize à travers le 10e arrondissement ou les cris d’un chiffonnier ferrailleur dans les années 1950 qui traverse le 2ème arrondissement. A Lyon, le 8e arrondissement a aussi son atlas sonore musical. Après deux années de recherches de terrain et de collectes musicales au sein du centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA) auprès des habitants de ce quartier, Yaël Epstein et Françoise Morel ont mis en ligne leurs rencontres sous forme d’une carte à la fois précise et ouverte à l’imaginaire. Tout au long de la visite, il est possible de prendre dans un panier les fruits de la collecte, objets sonores dans lesquels on peut aller fouiller et en les activant, découvrir les chansons, les mélodies, les témoignages oraux…

La phonothèque de la MMSH, rêve aussi à la constitution d’une carte sonore, alimentée par les bases de données documentaires où pourraient puiser les futurs auteurs de « mappa di communità » ou autres cartes innovantes qui souhaiteraient introduire du son. Imaginez alors les croisements et les stratigraphies de mémoires que cela pourrait engendrer… Il reste à trouver l’outil qui permette de le faire facilement tout en conservant le contexte et les métadonnées des enquêtes de terrain.

 


Une réflexion au sujet de « « Mappa di communità » ou le territoire redessiné avec ses habitants »

  1. Au cresson la dénomination pour lier une représentation cartographique à des données sonores est depuis 2008 « cartophonie ». Un site est né il y a peu qui localise les enregistrements sonores des différentes recherches menées au laboratoire. Les liens vers les notices du catalogue de la bibliothèque et la possibilité d’afficher tous les enregistrements d’une recherche en particulier donnent des éléments de contextualisation. Les habitants ne sont pas producteurs de ses données mais ce sont bien les données de terrain qui sont ainsi cartographiées. Les autres données de terrain, comme les photos sont en cours d’intégration au moins pour les recherches les plus récentes.

    http://www.cartophonies.fr/

    Autre recherche à la quelle m’a fait pensé ton billet : le rapport l’ambiance est dans l’air qui vient d’être mis en forme explicite très clairement une méthode de coupe urbaine ou transect qui permet de visualiser un espace assez vaste qui est annoté par les habitants. Lors de séances appelées table longue, les habitants réagissent sur leurs lieux de vies, en révèlent les enjeux.

    http://doc.cresson.grenoble.archi.fr/opac/index.php?lvl=notice_display&id=5272

    http://prezi.com/ooam_oqvjjxc/lambiance-est-dans-lair-grenoble/?auth_key=2b193057b7e990e07e517d0797dbdce8a42e6a05

    Il me semble que si les enjeux ne sont pas tout à fait les mêmes (ethnologie / urbanisme), les méthodes se ressemblent, non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *