Retour sur archives : l’ethnographie dans les Alpes de Haute-Provence

17 juillet 2012
Par

 

 

Lors d’un stage à la phonothèque de la MMSH dans le cadre de ma licence d’anthropologie, j’ai été amenée à travailler sur trois corpus oraux rassemblés au Musée ethnobotanique de Salagon. Les écoutes que j’ai faites sur des archives d’enquêtes ethnographiques, ont enrichi ma connaissance personnelle sur diverses pratiques et modes de vie. Elle m’ont aussi permis de compléter la formation que j’ai eu en licence d’anthropologie, en m’ouvrant à une autre forme de recherche par les archives orales.

Ces trois corpus oraux, qui se focalisent principalement sur les Alpes de Haute-Provence et le Luberon, sont très diversifiés de par leur sujet, mais ils montrent également trois méthodes d’enquêtes distinctes qui peuvent être mises à profit en anthropologie. On y perçoit diverses approches de la part de l’enquêteur, tout autant que sa relation avec l’informateur.

Ainsi, la directrice du musée de Salagon et anthropologue Danielle Musset, a rencontré des anciens charbonniers entre 1992 et 1995, pour conserver une trace orale de leurs savoirs et leur mode de vie particulier. Avec ces charbonniers -pour la plupart immigrants italiens-, on découvre les techniques de fabrication d’une charbonnière, le mode de vie en montagne, mais aussi les relations entre les charbonniers et les conflits entre Piémontais et Lombards. Ces récits témoignent non seulement d’un métier aujourd’hui disparu, mais renseignent aussi précisément sur un mode de vie et des relations humaines.

Le deuxième corpus que j’ai eu à traiter a été mené par Magali Amir, ethnobotaniste. Son axe de recherche était double: comprendre quelle utilisation était faite des plantes dans les Alpes de Haute-Provence et le Luberon, mais aussi se questionner sur les néo-ruraux et leur relation avec les habitants originaires de la région (transmission des savoirs, secrets gardés, etc). Ces enquêtes montrent une grille d’enquête fermée, dont l’objectif est de faire préciser les connaissances des informateurs dans ce domaine. Ils sont amenés à parler de recettes de cuisine et d’alcools à base de plantes, ainsi que des vertus médicinales qu’ils leur attribuent. Voici quelques exemples de recettes de plat, confiture ou boisson que j’ai pu recueillir à travers ces enquêtes: gratin de pissenlit, confiture de cynorrhodon,  vin de cerise ou encore sirop de sureau.

 

Enfin, Jean-Pierre Joly, un passionné d’histoire de pays qui s’est improvisé ethnologue au cours de discussions avec une quinzaine d’habitants de la vallée du Jabron, nous offre une série de 17 témoignages de la vie entre les deux guerres. La relation particulière qu’il entretient avec les personnes qu’il interroge, due au fait qu’il est lui-même un ”enfant du pays”, pose la question de la distance en anthropologie entre un enquêteur et son informateur. Ces conversations n’en sont que plus naturelles et riches en anecdotes historiques de la part des enquêtés, comme de l’enquêteur.

Cette anecdote sur un tireur de corde, tirée d’un entretien avec un natif de Saint-Vincent-sur-Jabron, illustre bien cette ambiance particulière que l’on retrouve dans les enquêtes de Jean-Pierre Joly :

Les récits couvrent une grande quantité de sujets comme la fabrication de fromage, d’alcool, la vie agricole, la distillation de la lavande, les fêtes de villages, la religion… du début du vingtième siècle jusqu’aux années 1960.

Une histoire sur les loups montre notamment comment l’enquêteur amène ses informateurs à raconter ce qu’ils savent, mais aussi quelle position il adopte par rapport à eux :

L’intérêt commun de ces enregistrement me semble être dans la manière dont ils relient anthropologie et histoire. On prend conscience en écoutant ces conversations de l’importance de l’histoire au sein de l’anthropologie, car elles permettent de cerner les évolutions des techniques et des pratiques et parce qu’elles restent des témoignages sur la vie en société. On peut s’étonner que l’anthropologie, qui revendique son étude des faits sociaux par le biais d’enquêtes orales, ne s’attache pas plus à la valorisation de ces sources uniques que constituent les archives.

 Crédits photographiques: Al lavoro sul pojat, Vénétie, pas de photographe indiqué, photographie dans le domaine public, citée en illustration du “Pojat” http://vec.wikipedia.org/wiki/Pojat


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , ,

Posté dans : Corpus de la phonothèque, Provence

Laisser un commentaire

Les archives du carnet


Carnets de recherche