L'Italie rendue silencieuse : une loi supprime la Discoteca di Stato

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé des milliers d'enregistrements sur le terrain : des millers de voix et de musiques qui ont été archivées, cataloguées, numérisées et mises en ligne sur le site de cette institution. La Discoteca di Stato avait aussi la fonction de centraliser le dépôt légal des documents sonores édités, organisation rare en Italie où souvent les institutions culturelles sont dispersées sur le territoire. En 2007, elle avait changé de nom2 pour devenir l'Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi (ICBSA), continuant de développer ses collections et de les mettre à disposition de tous les publics. Mais voilà, elle vient d'être purement et simplement supprimée le 6 juillet dernier, par le Decreto legge 95 6 luglio 2012 (article 12) qui a pour titre "Dispositions urgentes pour la révision de la dépense publique"3

Une pétition vient d'être lancée pour soutenir celle qui est restée pour tous la Discoteca di Stato. De nombreux journaux italiens la relaient et les journalistes se désolent de la médiocrité de ce "gouvernement de techniciens" qui ne s'inquiète que des marchés et ne s'intéresse pas à la conservation de la mémoire orale de l'Italie contemporaine. L'inquiétude est grande pour savoir ce que deviendront les collections sonores et tous sont stupéfaits des économies dérisoires qui seront faires, au regard de la perte irréparable de cette suppression.

Alessandro Portelli publie dans Il Manifesto du 17 juillet 20124 un très bel article, sous le titre Silenzio di Stato. Il y écrit à propos du gouvernement Monti :

"La politique de ce "gouvernement de techniciens" en direction de la culture - les écoles, les universités, les instituts de recherche (comme par exemple l'Institut national de physique nucléaire) - m'a convaincu d'une chose : un technicien n'est pas nécessairement une personne cultivée. Un technicien peut effectuer un certain nombre d'opérations spécifiques dans un secteur défini, mais pour autant il n'est pas tenu  de comprendre tout ce qui peut être en dehors de son territoire, et encore moins d'avoir de l'imagination ou une vision du monde . Comme le seul secteur qui compte pour ce gouvernement et le seul pour lequel il déclare avoir des compétences, est celui de  l'économie et des marchés financiers, voilà que la devise attribuée à Tremonti se réalise : Con la cultura non si mangia (Ce n'est pas avec la culture que l'on peut manger)5".

A la manière de Francesco de Gregori, Andrea Sarta dans L'Unità dit adieu à l'Italie qui lutte, qui prie, qui se rebelle, qui danse, qui chante, qui s'amuse et qui laisse des traces (22 juillet 2012).

Angelo D'Orsi, sur La Repubblica du 17 juillet 2012, s'en prend aussi à ce "gouvernement de professeurs"', avec un titre sobre mais incisif Salviamo la discoteca di Stato. Il revient sur la richesse et l'importance de cette institution et s'insurge : "C'est une décision absurde, d'un point de vue économique (les coûts de l'Institut sont modestes),  mais aussi honteuse d'un point de vue culturel. Un Etat moderne doit  avoir une institution dont la mission est de recueillir et de conserver le son des témoignages de son histoire nationale, le rendant disponible à la communauté".

Signez la pétition contre la fermeture de la Discoteca di Stato !

http://www.unita.it/culture/italia-senza-memoria-audiovisiva-br-non-chiudete-la-discoteca-di-stato-1.429068

 

Crédits photographiques : Mount Vesuvius and children from covered homes, par Shaffer, Melvin, 1944. Part Of : World War II photographs, Medical Museum and Arts Service. Place: Italy; San Sebastiano al Vesuvio; Vesuvius. Collection of SMU Central University Libraries. No known copyright restrictions

 

  1. loi du 10 août 1928 []
  2. Le DPR n. 233 du 26 novembre 2007, DM del 7 ottobre 2008 transforme la Discoteca di Stato en ICBSA - Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi []
  3. Disposizioni urgenti per la revisione della spesa pubblica con invarianza dei servizi ai cittadini []
  4. Professeur de littérature anglo-américaine à Rome, critique musical et historien spécialiste d'histoire orale Alessandro Portelli travaille sur les collections sonores de la Discoteca di Stato. Il a en particulier publié en 1999 un ouvrage sur le massacre des fosses Ardéatines qui s'appuie sur des témoignages oraux. []
  5. A cette phrase attribuée au Ministre de l'économie italien Giulo Tremonti Umberto Eco a répondu une lettre sur Alphabeta2 L'anorexie culturelle ne nourrit pas, le 27 janvier 2011 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 réflexions sur “ L'Italie rendue silencieuse : une loi supprime la Discoteca di Stato ”

  1. la memoire, la culture, les mots ,la langue, les dialectes sont a tous
    je donne dix milles signatures pour que mes enfants entendent aussi chanter et parler cette langue
    CHE VIVA LA DISCOTECA DI STATO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">