Un natif de Mirecourt, capitale vosgienne de la lutherie, raconte son apprentissage et sa vie d’artisan

Le luthier Eugène Guinot chez lui à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier, issus de la même génération que son père. Dans cette enquête, elle interroge Eugène Guinot dit “le Gégène” avec, à ses côtés, son épouse. L’essor de la lutherie dans les années 1910 à Mirecourt provoque un afflux important de jeunes gens en âge d’apprendre un métier. “Gégène” Guinot entre en apprentissage à douze ans chez Emile Audinot.

Apprenti luthier, extrait de l’enquête 3488

Pour ces familles agricultrices, puis ouvrières, le choix de ce métier se fait davantage pour des raisons économiques que par affinité ou par tradition.

A Mirecourt, tout le monde était luthier, extrait de l’enquête 3488

Mirecourt développe de nombreuses activités grâce à la lutherie, comme par exemple la fabrication de l’outillage.

Les outilleurs de Mirecourt, extrait de l’enquête 3488

Après avoir travaillé pour quatre maisons différentes, dont vingt-deux ans chez Amédée Dieudonné, Eugène Guinot poursuit son métier à domicile.

Travailler pour plusieurs maisons, extrait de l’enquête 3488

Il dit avoir lutté toute sa vie pour maintenir des conditions de vie acceptables, et tient en cela à se distinguer des artisans devenus propriétaires d’ateliers. Beaucoup d’ouvriers artisans avaient un atelier dans une pièce de leur maison.

L’atelier à domicile, extrait de l’enquête 3488

L’épouse d’Eugène Guinot travaillait également à domicile en pratiquant la broderie ou en « faisant des perles » (spécialité des femmes de Mirecourt).

« Faire des perles », extrait de l’enquête 3488


Mme Guinot chez elle à Mirecourt en 1982 (Cliché B. Lesaing)

 

Mais les brodeuses, les dentellières pas plus que les luthiers ne gagnaient correctement leur vie.

La dure vie du luthier et de la dentelière, extrait de l’enquête 3488

Eugène Guinot témoigne du déclin progressif et inexorable, selon lui, des activités artisanales de toute la ville en énumérant divers motifs : la crise économique dans la profession après la seconde guerre mondiale, les modifications des pratiques de la musique… Quant à son métier comme savoir-faire, Eugène Guinot précise qu’il réalisait ses violons deux par deux, alternant les techniques du moule en dedans et du moule en dehors ; il  livrait ses instruments toujours « en blanc »,laissant les vernisseurs pratiquer leur spécialité.

 Fabrication des violons deux par deux, extrait de l’enquête 3488

Il évoque le tablier comme accessoire indispensable pour lui.

Le tablier du luthier, extrait de l’enquête 3488

Les femmes qui travaillaient dans les usines de lutherie portaient d’ailleurs le même tablier.

 Le tablier des femmes, extrait de l’enquête 3488

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour « faire la main » d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Guinot, Eugène (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). Un natif de Mirecourt, capitale vosgienne de la lutherie, raconte son apprentissage et sa vie d’artisan. Mirecourt, 1982. 1 cass. 55min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3488.

Crédits photographiques : photographies de Monsieur et Madame Guinot à leur domicile par Bernard Lesaing, Mirecourt 1982. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *