Ecrire et faire entendre : et si les sciences humaines se mettaient au goût du son ?

Longtemps les archives sonores sont restées sur des étagères ou dans des boîtes à chaussures, bien rangées à la cave ou au grenier. Au chercheur qui publiait à partir d’entretien de terrain on demandait surtout d’avoir des principes établis de transcription et au moment de la publication de choisir une casse qui permette de rendre lisible les moments où les informateurs prenaient la parole par l’italique ou le paragraphe décalé. La voix n’était que lettres. Avec l’arrivée du numérique et la stabilité du MP3 l’écoute en ligne a été simplifiée. Pourtant, pendant que les podcasts se multipliaient, les publications scientifiques permettant l’écoute de la source sonore restaient rares même si on trouvait quelques exemples. Il me semble que ce sont les journalistes de la presse écrite qui ont le mieux compris comment mettre à profit, dans l’écriture, la chaleur de la parole, les rires, les hésitations, la conviction de la voix. Rue89 illustre depuis ses débuts ses articles de documents vidéos ou sonores. Mais le Monde.fr vient de sortir un nouveau blog de la crise qui apporte bien plus qu’une illustration au récit. Sous le titre C’est magnifique ce que nous donne la mer, il nous offre un texte qui ne peut être lu qu’en s’appuyant sur les enregistrements de témoins. Il manque encore, en science humaines et sociales, l’outil éditorial pour faire cela avec les instruments de l’érudition classique (signalement des informateurs, contexte de la source, citabilité) mais cette utilisation fluide de la source sonore au regard d’un texte est déjà une belle façon de valoriser l’oralité.

Crédit photographique : Spaarnestad Photo, Acteurs en train d’enregistrer une pièce radiophonique [1949], Archives nationales des Pays-bas, pas de restriction de diffusion connue. http://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/3281460444/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *