Les énergies mobilisées pour la fête de la science

Pour l’édition 2012 de la fête de la science, la phonothèque de la MMSH s’est installée trois jours dans la chapelle du Collège Campra à Aix-en-Provence. Cette fête annuelle est l’occasion de présenter aux scolaires comme au grand public la place des sources orales dans la recherche en sciences humaines et sociales. Cette année la thématique de la fête portait sur les énergie et les archives sonores qui étaient présentées donnait l’occasion de découvrir comment fonctionnait un moulin, comment vivait un charbonnier de l’époque ou encore, comment les populations ont réagi face à l’arrivée de l’électricité dans leur village. Quoi de mieux que de tendre l’oreille pour en savoir plus sur les différentes énergies, sur la façon dont les hommes les maniaient ou se trouvaient confrontés à leur évolution ?

Etudiante en Master “Métiers des bibliothèques” à Aix-en-Provence, je présentais la phonothèque durant ces trois journées. Le vendredi 12 octobre était consacré à la visite des scolaires : les classes se succédaient tout au long de la journée, 6ème, CE2, 3ème, et même un groupe de jeunes gens qui faisaient l’école à la maison. J’avais vingt minutes avec chaque groupe pour expliquer ce que sont les archives sonores et quel est leur rôle en sciences humaines et sociales. Je commençais en leur faisant écouter un extrait en occitan, dans lequel un vieil homme évoque l’arrivée de l’électricité dans son village. Des rires, de nombreuses propositions : espagnol, italien, arabe, français, latin et parfois, la bonne réponse ! Le faible nombre d’enfants connaissant cette langue me permettait de leur montrer l’importance que possèdent les archives sonores de ce genre pour les chercheurs, en linguistique mais surtout l’importance de garder trace du patrimoine immatériel. Je leur faisais ensuite écouter un extrait dans lequel un cévenol racontait une anecdote arrivée à sa grand-mère il y a un peu plus de cent ans : sa réaction en découvrant un homme rouler à vélo dans son village. J’insistais alors sur l’importance de la transmission orale et je demandais aux élèves si eux aussi avaient appris quelque chose par un membre de leur famille par l’oralité, s’ils avaient acquis des connaissances sans ouvrir un livre, des connaissances transmises oralement. Un enfant nous a parlé de son grand-père italien qui, pendant la guerre, n’avait que du pain et de l’eau, un autre nous a dit que son grand-père lui avait appris à jardiner. Tout cela pour en arriver à la conclusion que les archives sonores sont importantes à la fois pour le chercheur qui les a enregistrées et pour le témoignage qu’elles procurent encore aujourd’hui, mais aussi que la phonothèque a un rôle important à jouer dans tout cela : recueillir, conserver et transmettre ces archives sonores.

Le samedi et le dimanche, ce sont les mêmes idées que j’ai voulu apporter à un public, plus éclectique : des couples, des familles, des gens seuls, curieux d’en savoir plus, qu’il s’agisse de la directrice d’école ou du retraité venant de finir son marché. Si certains connaissaient déjà les archives sonores, la plupart découvraient totalement leur intérêt. Les différents extraits écoutés pour leur montrer les secrets que ces enregistrements révèlent nous faisaient ensuite converser sur leur propre expérience : la petite fille qui raconte que son arrière-grand-mère encore vivante lui parle de certains événements qu’elle a vécus, la femme fière de me dire qu’elle est grand-mère alors qu’elle a toujours sa propre grand-mère, insistant elle-même sur le rôle de la transmission orale ou encore celle qui m’explique qu’elle conserve encore chez elle des enregistrements sur cassette réalisés par une étudiante hollandaise qui avait enregistré, il y a longtemps de ça, des personnes vivant dans la montagne.

Ces trois jours ont donc été pour moi riches d’expériences, de découvertes, de rencontres, une bonne occasion d’en avoir appris davantage sur les sciences, par le biais des autres stands, et d’avoir fait découvrir à d’autres personnes ce qu’étaient les enquêtes orales, comme elles pouvaient être intéressantes si on y tendait une oreille, voire deux… je remercie donc toutes les personnes avec lesquelles j’ai passé ces trois jours ainsi que Véronique Ginouvès, qui m’a permis moi-même d’en savoir davantage sur les archives sonores, de me livrer à cette formidable expérience !

Manon Vinant., étudiante en  Master  ”Métier des archives,

des bibliothèques et des documents sonores et audiovisuels”

Année universitaire 2012-2013

Le parcours aixois de la fête de la science 2012 a été initié par la MMSH et co-organisé par la Ville d’Aix, le Museum d’Histoire Naturelle, l’institut Pythéas et le CEA, en partenariat avec de nombreux laboratoires et partenaires.

Crédits photographiques : Manon Vinant, fête de la science 2012.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">