Tous les articles par Ariane Néroulidis

Récit d’un projet collectif à la journée d’études de l’INSHS : Europeana Sounds

On december 7th, the CNRS team will present its involvement in the Europeana Sounds project in the frame of Institute for Humanities and Social Sciences (INSHS) Study Day. The presentation will highlight the benefits for the partners in terms of skills in the field of Scientific and Technical Information.

Ce 7 décembre 2016, la phonothèque sera présente à la journée d’études organisée par l’InSHS sur le rôle des professionnels de l’IST pour présenter sa participation au programme Europeana Sounds, en partenariat avec l’équipe du CREM, du CRESSON et du LARHRA.

Cette journée sera l’occasion pour les partenaires du CNRS de dresser un bilan du projet européen et de ses apports en terme de montée en compétences pour les laboratoires partenaires.

Vous pourrez suivre les interventions de la journée en direct en suivant le lien :
https://webcast.in2p3.fr/live/journee_professionnels_information_bap_d_bap_f

Continuer la lecture de Récit d’un projet collectif à la journée d’études de l’INSHS : Europeana Sounds

Épinglez les collections sonores de la phonothèque dans Historypin !

L’après-midi organisée le 17 octobre à la MMSH a été l’occasion d’explorer de façon collaborative les fonctionnalités du média social Historypin pour mettre en valeur deux collections sonores de la phonothèque1.

Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

Récits de vie de français vivant au Maghreb entre 1930 et 1962

L’équipe de la phonothèque explorait pour la première fois cet outil dont le but est d’épingler2 des contenus (photos, vidéos, fichiers audio, textes) sur une carte générée par Google Maps. Après le chargement des fichiers sur SoundCloud, dans une collection spécifique, un tutoriel de l’outil a été réalisé pour guider l’organisation de l’après-midi. La navigation dans Historypin, est possible par deux approches : le lieu (à partir d’une recherche sur la carte) ou bien en se promenant dans les collections thématiques. Une fois inscrit, l’utilisateur peut créer ses propres collections, ou bien enrichir des collections existantes, ce qui a été le cas lors de cet atelier.

Lors de l’après-midi, la majeure partie des participants a choisi d’enrichir les témoignages des Arméniens des Bouches-du-Rhône,  sans doute en raison de la familiarité avec les lieux évoqués. En effet, une des missions principales était de géolocaliser ces entretiens, d’après le lieu principalement évoqué, une des difficultés étant l’itinéraire parfois complexe de la communauté arménienne, d’Asie-Mineure en France.

L’enrichissement a permis d’identifier les lieux d’implantation de cette communauté : leurs lieux de vie dans les différents quartiers de Marseille : Beaumont, Les Trois- Lucs (12e), La Rose (13e) et dans les environs : Bouc-Bel-Air (13320), Le Tholonet (13100), Martigues (13500) ainsi que leurs lieux de culte (église apostolique à Saint Jérôme, cathédrale des Saints-Traducteurs au Prado).

La saisie de mots-clés3 a permis de compléter les lieux évoqués dans les entretiens, mais aussi d’évoquer les thèmes récurrents, comme la cuisine, la musique et les traditions arméniennes. Pour cette première session dans HistoryPin, une modération s’est avérée nécessaire pour rectifier des fautes de frappe ou mots « parasites », qui nuisaient à la qualité de l’indexation.

L’annotation collaborative a également servi à apporter des informations de contextualisation, comme cette précision sur le quartier de Croix-Sainte :
Le quartier de Croix Sainte était là où se situait l’usine d’oléagineux Verminck (route de Port-de-Bouc à Martigues)
ou encore sur la localisation de l’association culturelle arménienne à Aix-en-Provence :
Aujourd’hui elle [l’association] s’appelle « Hay’s club du Pays d’Aix »

Enfin, la possibilité d’épingler de nouveaux éléments a permis a un utilisateur de signaler une exposition sur les Arméniens à Marseille au Musée d’histoire de Marseille.

En effet, un des atouts de l’outil Historypin est de pouvoir croiser tous types de documents, en intégrant des articles, photographies, vidéos en commentaire. Après avoir utilisé l’outil, il nous a semblé qu’une fonctionnalité  à développer serait le tracé d’itinéraires, qui – dans le cas de la migration des arméniens – mettrait en valeur les trajets des réfugiés, comme pour la collection sonore des réfugiés d’Asie-Mineure.

Comme lors de l’edit-a-thon du 23 octobre 2015,  organisé en partenariat avec la communauté Wikimedia France et Europeana Sounds, les collections sélectionnées par l’équipe de la phonothèque avaient pour objet les récits de migrants. Une idée d’enrichissement pourrait consister à lier ces articles de Wikipedia qui ont été créé lors de l’edit-a-thon directement aux enregistrements via Historypin.

Visitez le blog d’HistoryPin : http://blog.historypin.org/

 

  1. Cette journée a été organisée avec le soutien du groupe « Enrichment & participation » du projet Europeana Sounds, Workpackage 2, dont un des axes est l’enrichissement des données à travers l’usage d’outils collaboratifs. Au préalable, les fichiers  audio sélectionnés par l’équipe de la phonothèque ont été préalablement chargés sur la plateforme SoundCloud sous licence « Attribution » (CC-BY) avec le soutien d’Harry Van Biessum. []
  2. To pin en anglais []
  3. Tags en anglais []

#CrowdsourcingMonth : participez à l’enrichissement des fonds de la phonothèque de la MMSH et d’ailleurs !

A partir d’aujourd’hui, fête de la musique, et jusqu’à la fin du mois, vous pouvez participer à l’enrichissement des collections sonores musicales des grandes institutions culturelles et scientifiques européennes. Pour cela, rendez-vous sur l’espace dédié au projet Europeana sounds sur la plateforme WITH mise en place par l’Université Polytechnique d’Athènes1.

Pour cette première campagne de crowdsourcing, Europeana fait appel à votre oreille musicale pour identifier des instruments de musique. Cette indexation collaborative s’appuie sur le thésaurus d’instruments de musique multilingue MIMO2 qui renvoie à la classification classification Sachs & Hornbostel. Continuer la lecture de #CrowdsourcingMonth : participez à l’enrichissement des fonds de la phonothèque de la MMSH et d’ailleurs !

  1. A noter que le NTUA est également à l’origine de l’outil de mapping MINT pour l’agrégation des données dans Europeana sounds []
  2. Musical Instrument Museums Online []

Atelier interprofessionnel du Réseau documentaire des archives sonores

Ce vendredi 20 mai, le réseau documentaire des archives sonores en Rhône-Alpes organise sa première rencontre, sous la forme d’un atelier interprofessionnel qui aura lieu au Musée Dauphinois, à Grenoble. Ce réseau régional créé en 2015 est composé d’une douzaine de structures associatives et institutionnelles détentrices de fonds sonores de la région :

L’objectif de ce réseau, coordonné par le Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA), est de mutualiser leurs archives sonores sur la Base Interrégionale du Patrimoine Oral, une banque de données qui rassemble déjà les archives de 6 régions (Normandie, Bourgogne, Auvergne, Limousin, Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes).

L’atelier est avant tout conçu comme un lieu d’échange, laissant une large place à la réflexion collective et aux récits d’expérience des participants. Il sera ponctué par l’intervention de professionnels invités à présenter des études ou des projets illustrant singulièrement la thématique de cette journée :

  • Claire Scopsi, maître de conférence en Sciences de l’Information et de la communication, responsable de la licence professionnelle documentaliste audiovisuel au CNAM Paris et Chercheuse au laboratoire Dicen-IDF ;
  • Rémy Besson (en visioconférence), docteur en histoire culturelle, post-doctorant à l’université de Montréal, auteur de nombreux travaux sur l’intermédialité et les enjeux scientifiques de l’archivage numérique. Il nous présentera le projet « Archiver à l’époque du numérique », qu’il a coordonné en 2013 ;
  • Joséphine Simonnot, ingénieur de recherche, responsable du laboratoire audiovisuel du CREM (Centre de Recherche en Ethnomusicologie), chef de projet de la plateforme Telemeta, responsable scientifique et technique pour le CNRS du projet Europeana Sounds, coordinatrice de l’ANR Diadems (Description, indexation, accès aux documents ethnomusicologiques et sonores) ;
  • Ariane Néroulidis, représentera la phonothèque de la MMSH et le CRESSON, pour présenter le modèle de données de la plateforme Europeana, l’EDM (Europeana Data Model) et l’import des métadonnées dans l’outil de mapping MINT (Metadata Interoperability Services) dans le cadre du programme Europeana Sounds.

Crédits photographiques : (A la Une) Internet Archive Book Images, Image from page 76 of « Kramer’s book of trade secrets for the manufacturer and jobber; ca 1905, Aucune restriction de droit d’auteur connues.

Europeana Sounds Third Data Providers Workshop (version en langue française)

A l’aube de la troisième année du programme Europeana sounds, les partenaires ont été conviés au dernier workshop, qui s’est tenu à Dublin les 28 et 29 Avril 2016.

Ce rendez-vous annuel est toujours attendu avec intérêt par les partenaires européens car c’est l’occasion pour tous les participants d’être formés afin de travailler ensemble sur les outils développés par le programme. Pour ce dernier atelier pratique, nous étions accueillis au sein du centre de ressource du Clasac dirigé par l’organisation irlandaise Comhaltas Ceoltóirí Éireann1. Trois axes principaux ont été abordés durant ces journées :

  • L’agrégation des données sur MINT2 et l’affichage sur le portail Europeana (WP1 et WP5 )
  • L’enrichissement et la participation (WP2)
  • Point sur les licences (WP3)

La réunion a été l’occasion de dresser un bilan de la deuxième année du projet. L’objectif global de 250 000 enregistrements publiés sur la plateforme Europeana a été atteint et d’ici janvier 2017, ce chiffre devrait avoir doublé avec un total de 500 000 enregistrements. Les outils statistiques mis en place sont très encourageants, puisque dans l’espace Europeana statistics dashboard la fréquentation en 2016 est en constant accroissement . Pour la phonothèque de la MMSH, on compte plus de 1,500 vues sur plus de 3,500 notices en ligne.

  1. L’agrégation des données sur MINT et l’affichage sur le portail Europeana

Depuis le précédent workshop en juillet 2015, beaucoup de progrès ont été réalisés. Si la procédure sur l’outil de mapping MINT est toujours identique3, la plateforme Europeana en version beta tend vers un affichage plus ergonomique avec une arborescence des données. Ainsi, d’un point de vue qualitatif, le travail de modélisation des données de la phonothèque a été pris en modèle lors de la présentation par Tom Miles, leader du WP1.

SAM_2304

Présentation de la collection des Luthiers de Mirecourt affichée en arborescence sur Europeana

Enfin, le travail sur la qualité des métadonnées mené par la Europeana Digital Service Infrastructure (DSI) a été signalé par une des membres du groupe, Anila Angjeli, partenaire à la BnF.

2. L’enrichissement et la participation (WP2)

La deuxième journée du workshop a été principalement consacrée à l’enrichissement des collections musicales par les internautes :

Grâce au développement de la plateforme WITH4, les usagers pourront désormais annoter des sons présents sur Europeana via l’espace dédié : Sounds Space.
Cet espace permet de créer des expositions virtuelles et des collections, qu’il est possible d’annoter grâce à l’outil d’annotation sémantique Pundit. Cet outil collaboratif est en lien avec le référentiel commun pour les instruments de musique MIMO5 et permet de générer des mots-clés (ou tags) sous forme de triplets RDF, qui permettent l’intégration au Web Sémantique6 . A terme, le widget d’annotation Pundit pourrait être intégré directement sur la base de données des institutions.
MIMOLes modules collaboratifs sur Europeana seront bientôt étendus au-delà des instruments de musique, pour annoter les genres descriptifs (directement à partir des collections) et les lieux (via les nouvelles fonctionnalités d’HistoryPin : suggestions de localisation et l’API Historypin)

Enfin, une campagne de crowdsourcing sera lancée avant l’été 2016 pour encourager l’enrichissement autour de ces collections autour d’événements ponctuels (edit-a-thon, hackathon, expositions…)

Selon le niveau d’implication des institutions dans cette campagne, différents niveaux seront attribués :

  • Bronze = sélection des collections propices à l’enrichissement
  • Argent = pré-traitement de ces collections
  • Or = implantation du widget d’annotation sur la base de données institutionnelle

3. Point sur les licences (WP3)

La question des licences a été abordée, avec une nouveauté, le site : http://rightsstatements.org, qui propose 11 déclarations de droit standardisés, pour le patrimoine culturel en ligne. Ces propositions s’inscrivent en complément des licences Creative Commons, et s’organisent en 3 catégories : In Copyright, No Copyright, Other (pour les objets dont le statut est indéterminé).
Parmi elles, on trouve deux nouvelles licences :
No Copyright – Other Known Legal Restrictions
In Copyright Educational Use Permitted

On note également une licence retirée :

Rights Reserved – Paid Access

Ce retrait témoigne de la volonté d’Europeana de proposer uniquement des documents en libre accès.

Ces nouveaux intitulés seront mis à jour dans les Conditions Générales d’Utilisation d’Europeana.

Pour terminer, signalons l’intégration de nouveaux partenaires européens dans le projet Europeana sounds :

The Fryderyk Chopin Institute (Pologne)
Dublin Institute of Technology (Irlande)
École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (France)

La participation de l’ENSAG implique le Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain (CRESSON) en tant qu’unité du CNRS à travers l’UMR 1563 « Ambiances architecturales et urbaines ». Dans ce cadre, la phonothèque de la MMSH contribuera au lancement de l’agrégation des données de l’ENSAG durant le mois de mai 2016.

Pour terminer en chanson sur un air de musique traditionnelle irlandaise :
Apples in Winter / Paddy Clancy’s Jigs
. 1975 Tour Group. Comhaltas Ceoltóirí Éireann. CC BY-NC-SA.

Concert de musique traditionnelle irlandaiseConcert de musique traditionnelle irlandaise à l’association Comhaltas

Vous trouverez ci-dessous le programme de cette troisième session :

Thursday 28th April 2015

9.45-10.00 Welcome, introduction to workshop

10.00-11.00 Metadata ingestion plans and year 3 targets

11.00-12.00 Recap of past training sessions

12.00-12.30 Q&A Session

13.30-14.30 Advanced MINT tutorials

14.30-15.30 Issues raised on basecamp/problems/mapping help

15.45-17.00 Data providers working on mapping with assistance from NTUA

Friday 29th April 2016

9.30-10.30 Ingestion and publication on Europeana

10.30-13.00 WP 2 Workshop with Data Providers

Adding data datasets to WITH (60 mins)
Enriching datasets with WITH and Pundit (60 mins)
Exploring options for the crowdsourcing campaign(s) (30 mins)

14.00-15.00 WP Rights Clinic: Applying the Rights Statements in the Europeana Licensing Framework, including an update on rightstatements.org

15.00-16.00 Next steps for data providers and how to meet targets

Une version en langue anglaise du billet, traduit par Hanaé Allali, a été publiée le 25 mai 2016 : https://phonotheque.hypotheses.org/18912

Crédits photographiques :

Véronique Ginouvès (photographie à la Une) Danse irlandaise, août 2013, Dún-Laoghaire

Ariane Néroulidis, photographie durant le Workshop, avril 2016, Dublin

  1. Cette association a pour but est de promouvoir la musique traditionnelle et la culture irlandaise à travers le monde. []
  2. Metadata INTeroperability services []
  3. Pour donner quelques exemples de règles de modélisation de données, à la phonothèque de la MMSH nous établissons un lien entre le mapping de la collection et celui des notices CHO – Cultural Heritage Object – à l’aide du champ dcterms:isPartOf. Pour renvoyer vers la notice originale, c’est  edm:isShownAt qui est utilisé tandis que edm:isShownBy nous permet de faire le lien direct vers le stream []
  4. Cette plateforme développée par le NUTA fonctionne en exposant les API de différents portails et entrepôts de données []
  5. Musical Instruments Museums Online []
  6. Principe du Web des données ou Linked data dont l’objectif est de publier des données structurées sur le Web afin de pouvoir les relier entre elles []

La phonothèque de la MMSH au Forum Méditerranée le 18 mars 2016

Le 18 mars 2016 à 14h, l’équipe de la phonothèque sera présente au Forum de la Méditerranée, qui se tiendra à Marseille du 17 au 19 mars à la Villa Méditerranée et au MuCEM.
Ce forum des études méditerranéenne est piloté par le LabexMed, en collaboration avec les labex ArcHiMedE, OT-Med et Resmed, et en partenariat avec le MuCEM. Il a pour but de présenter les projets développés par les laboratoires d’excellence dans le champ des sciences humaines et sociales avec un focus sur la Méditerranée.

Le forum s’organise en 8 sessions thématiques déclinées ainsi :
Session 1 – Systèmes productifs, circulations,interdépendances, évolutions
Session 2 – États, droits, appartenances
Session 3-1 – Humanités numériques et Méditerranée – Espace
Session 3-2 – Humanités numériques et Méditerranée – textes et archives
Session 4 – Patrimoines : enjeux, pratiques,représentations
Session 5-1 – Religions et pratiques sociales –Espaces sacrés et rites : archéologie,production et transmission
Session 5-2 – Religions et pratiques sociales –sources écrites : interprétations et controverses
Session 6 – Savoirs et langages
Session 7-1 – Environnement, sociétés,territoires – Vulnérabilité et transformations environnementales
Session 7-2 – Environnement, sociétés,territoires – Étude des écosystèmes
Session 8 – Exposer la Méditerranée :recherches et musée

La communication de la phonothèque s’inscrira dans le cadre de la session 3-2 : « Humanités numériques et Méditerranée – Textes et archives » qui se tiendra le Vendredi 18 mars 2016, 14h00-17h00 (Villa Méditerranée, salle 1). Elle représentera le LabexMed en mettant à l’honneur le corpus sonore des “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922” à travers une communication intitulée “La catastrophe d’Asie-Mineure : usages scientifiques et mémoriels d’un corpus d’archives sonores” et présentée par Véronique Ginouvès, Ariane Néroulidis et Hélène Loukou.

Milad Doueihi (Université    Paris    Sorbonne – Université    de    Laval) sera le modérateur de cette séquence de l’après-midi, riche en présentation de projets numériques :

  • Robert Alessi (Orient    &    Méditerranée / Resmed) Réalisation    en xml d’un lexique grec-arabe-grec ;
  • Didier Alexandre (Université     Paris-Sorbonne / Obvil) : Mesures  de  la Méditerranée dans les corpus littéraires français (1750-1950) ;
  • Sébastien Biston-Moulin (CFEETK / ArcHiMedE) : Le     projet     Karnak : Système d’Indexation des  textes hiéroglyphiques ;
  • Muriel Debié (IRHT / Resmed)) : Voyager dans les manuscrits    syriaques  de  la Méditerranée orientale hier et aujourd’hui :    disciplines de l’érudition et humanités numériques.
  • Véronique Ginouvès, ArianeNéroulidis, Hélène-Giorgiana Loukou (USR 3125 / LabexMed) : La catastrophe de  Smyrne : usages    scientifiques et  mémoriels d’un corpus d’archives    sonores ;
  • Isabelle Régen (ASM / ArcHiMedE), OlivierOnézime et Gaël Pollin (IFAO / ArcHiMedE) : Apports de la photogrammétrie à la documentation des monuments pharaoniques : le cas de la tombe-bibliothèque du prêtre Padiaménopé (Thèbes, 7es. av. J-Chr.) ;
  • Frédéric Servajean (ASM / ArcHiMedE) : VÉgA : vers une pratique    collaborative    de    la    lexicographie à l’ère du numérique ;
  • Daniel Stoekl Ben Ezra (Orient & Méditerranée / Resmed) : CT-Mishna : un    projet    d’édition    numérique    d’un texte    juridique de l’Empire romain.

Retrouvez le programme intégral (en PDF) et le résumé des communications (également en PDF) sur le site officiel de l’événement.

Crédits photographiques : Vue en reflet du MuCEM, Ariane Néroulidis, janvier 2016, CC BY NC

Ecouter les réfugiés d’Asie-Mineure à l’origine du style »Smyrneïko »

En 2013, le corpus sonore “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922″ a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et à la phonothèque de la MMSH et traité à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Un des thèmes récurrents dans les témoignages enregistrés des réfugiés d’Asie-Mineure est celui de la musique. Malgré les événements tragiques qui les touchent en 1922, les Micrasiates mettent en avant dans leurs récits leur joie de vivre et leur sens de la fête. Ce trait de caractère transparaît à travers les discours des réfugiés de la deuxième génération.

A leur arrivée à Syros, les Grecs d’Anatolie se distinguent par leurs chants, leurs coutumes, notamment durant les glentia1, fêtes populaires données à l’occasion des fêtes religieuses ou patronales.

Antonis Mavromoustakis témoigne de ce goût de la fête dans l’entretien 4443, où il évoque l’histoire de ses parents, originaires d’Asie Mineure et installés à Syros après la Grande Catastrophe. Il parle des réfugiés comme de bons vivants, marqués par les traditions, notamment les Apokries2

Ils avaient un meilleur art de vivre, je pense. Malgré la catastrophe, ils continuaient d’organiser leurs festivités. A l’occasion du Carnaval ils se déguisaient. Ma mère, même plus âgée, était marquée par ces traditions et avec ses amis, ils se retrouvaient pour festoyer, chanter. J’ai aussi remarqué cela chez les sœurs de mon père qui étaient originaires de Constantinople. Ils avaient une autre mentalité, ils savaient s’amuser. Ils voulaient profiter de leur vie, ils ne restaient pas enfermés dans leur malheur, à se lamenter sur leur sort. Ils voyaient toujours la vie avec optimisme.

Dans l’entretien 4461, les soeurs Voïkou, issues d’une famille nombreuse de 10 enfants, se rappellent avec nostalgie de leur père, passionné de musique et de leur mère, surnommé la « Smynrniote ». Ils évoquent les grands rassemblements entre voisins à Syros.

– Vous aviez des distractions ici? On chantait des smyrneïka?

Notre père chantait de ces amanedes…Sainte Vierge! Durant le Carnaval c’était de la folie (…) Le premier lundi de Carême, ils mettaient des couvertures par terre et tout le quartier se réunissait, tout le monde était invité. De nos jours on ne voit plus ça. Ils aimaient le vin et passer du bon temps… Oui…et les belles chansons : “Proxthes sto Aigaio” “Geia sou manoula mou glykia “ Mon père, dès qu’il croisait quelqu’un voulait sur-le-champ lui composer un poème personnalisé3 .

Theodosia Hatzigeorgiou (entretien 4450) réfugiée de la deuxième génération, se souvient d’une chanson traditionnelle pour le mariage et en entonne quelques couplets, avant de se laisser emporter par l’émotion.

Ils se réunissaient pour les jours de fête : Noël, Nouvel An, Carnaval, jours fériés… Toute la famille se retrouvait chez quelqu’un : à manger et à boire, de la musique – des chansons d’Anatolie et d’Asie-Mineure à n’en plus finir- et c’était parti !
– Vous vous souvenez d’un chant que vous chantait votre mère? Des berceuses, des incantations?
Des incantations? Je connais des chansons.. Je vais chanter un chant du mariage :
« Le temps est venu, le moment privilégié que Dieu a béni de sa main droite,
O mère quelle joie, quelle grande joie, les frères et sœurs d’un côté et le maître de la maison de l’autre »
Quand je chante ces chansons je suis émue aux larmes, car elles me rappellent mon père et ma mère, et les moments que j’ai vécus enfant, au sein de ma famille. Ces choses-là ne s’oublient pas et je vais les emporter avec moi.

Les témoins évoquent les prédispositions de certains Micrasiates pour la musique, qui se manifestaient parfois dès leur plus jeune âge. Ainsi, Simos Skirianogou (entretien 4449), recueilli à l’Orphelinat américain de Syros a réussi à intégrer l’orchestre municipal de Syros grâce aux enseignements artistiques qui y étaient dispensés. Dans les entretiens sont mentionnés des joueurs et joueuses de oud, de mandoline et de violon.
Le récit de
Despina Dimou (entretien 4442), issue d’une famille de musiciens originaire de Aïvali témoigne de la place privilégiée qu’occupait la musique dans leur vie :

Mon frère jouait du violon lui-aussi. Dans la famille, tout le monde était musicien. De la maison retentissait de la musique. C’était la seule chose essentielle, belle et joyeuse que nous ayons : la musique.

Cette influence orientale dans la musique donne naissance en Grèce au style smyrneïko – littéralement, musique de Smyrne -, qui est une branche du rebetiko. Le « chant de Smyrne » donne à entendre la voix des grecs d’Asie Mineure, qui chantent leur mélancolie empreinte de nostalgie, leur xenitia –  notion d’exil en grec -.

Dans ces chansons se mêlent la douleur et la nostalgie de cette génération qui se trouve confrontée à de profonds problèmes sociaux et économiques.

Les instruments traditionnels d’influence orientale sont le oud (instrument à cordes pincées), le santour (instrument à cordes frappées), le qanûn (instrument à cordes pincées) mais aussi le violon.
Les ethnomusicologues distinguent plusieurs sous-genres comme l’amanes ou manes, solo vocal improvisé qui se caractérise par l’interjection « aman »4 et marque la complainte.  Cette improvisation vocale est souvent accompagnée d’un taksim, improvisation instrumentale qui suit les règles du système musical des maqâm, répandu dans l’Empire Ottoman et en Orient.

Le style smyrneïko est porté par des artistes comme le trio Dimitrios Semsis, Agapios Tomboulis et Rosa Eskenazi, qui interprète cet amanes en 1929 :

Pour aller plus loin :

Panagiota  Anagnostou.   Les  représentations  de  la  société grecque  dans  le  rebetiko.   Sciencepolitique.  Universite Montesquieu – Bordeaux IV, 2011.

Bernard Lortat-Jacob (éditeur). L’improvisation dans les musiques de tradition orale. Ouvrage collectif accompagné d’une cassette d’illustrations musicales. Paris : SELAF, 5 ruede Marseille, 75010 Paris, 1987, Ethnomusicologie 4, 274 p.

Marie-Hortense Lacroix, « Un éclairage hypothétique sur certaines formes vocales traditionnelles : l’improvisation poétique en temps mesuré », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 17 | 2004, mis en ligne le 13 janvier 2012, consulté le 17 janvier 2016. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/420

Remerciements :

Un grand merci à Panagiota  Anagnostou pour sa relecture.

Crédits photographiques :

Photographie à la Une : Rembetes in Karaiskaki, Piraeus, 1933. Scan from « Fünf Griechen in der Hölle ». Pas de restrictions de droits connues.
Vignette de Soundcloud : Smyrna style rebetiko trio: Dimitris Semsis, Agapios Tomboulis, Rosa Eskenazi, Athens, 1932. Pas de restrictions de droits connues.

Crédits musicaux :
Rosa Eskenazi, Manes Tzivaeri, 1929. Greek Smyrna / Recordings 1920-1930 / Greek Phonograph,

  1. mot emprunté à la langue turque (englence) pour désigner la fête []
  2. nom donné au Carnaval en Grèce qui est célébré 40 jours avant Pâques []
  3. tradition de l’improvisation poétique chantée []
  4. mot d’origine turco-persan qui signifie miséricorde, grâce, pitié []

Feedback de l’edit-a-thon

Enrichir Wikipedia à partir de témoignages issus de l’histoire orale, tel était l’objectif de l’edit-a-thon du 23 octobre qui a eu lieu à la MMSH. Le projet, soutenu par le programme Europeana Sounds, était original. En effet, en général, les « journées contributives » ou « edit-a-thon », ont pour vocation d’enrichir les articles de l’encyclopédie à partir d’images ou de textes. Sur Wikipedia, les seuls liens sonores publiés jusqu’ici dans ce cadre, illustraient des chants d’oiseaux. Lors de cette journée, les liens s’annonçaient plus complexes à établir car il fallait qu’un discours s’instaure pour établir un cadre théorique. Qu’allions-nous entendre et publier ? L’équipe de la phonothèque était curieuse de connaître le résultat de cette expérience qui s’est avérée extrêmement  positive pour la valorisation des archives sonores.

Les 20 participants à cette journée étaient d’origine variée : professionnels de l’IST (bibliothécaires, documentalistes, archivistes, chargés de communication au Conseil régional, au Centre Hospitalier de Montperrin, à la MMSH ou retraités du métier), chercheurs (en architecture ou en sociologie), acteurs associatifs (CIMADE, Paroles vives) ou tout simplement curieux de cette expérience… tous étaient réunis ce jour-là autour d’une table avec une dizaine d’ordinateurs à leur disposition.

Trois Wikipédiens bénévoles étaient présents pour encadrer cette journée collaborative. Deux étaient venus de Paris1 : Varmin, membre de l’association Wikipedia et Jules WMFR chargé de projet Education tandis que Le Fou, qui avait signalé l’information sur le portail Wikipedia des Bouches-du-Rhône, était venu en voisin. Car il faut prendre en compte le fait que l’objectif de ces journées est aussi d’initier de nouveaux contributeurs à l’édition de l’encyclopédie collaborative. En effet, si les utilisateurs de Wikipedia sont nombreux, tous ne saisissent pas toujours les valeurs qu’il véhicule, son organisation interne et ne réalisent pas toujours que chacun peut contribuer à la construction de ce savoir collectif.

Pour le bon déroulement du projet, deux plateformes de Wikimedia  nous ont été présentées : l’encyclopédie libre de Wikipedia pour les articles à enrichir et le portail Wikimedia Commons, une médiathèque de fichiers librement réutilisables pour héberger nos archives sonores. Dans le cadre du programme Europeana Sounds, Harry van Biessum avait préparé en amont la journée en organisant une catégorie regroupant les archives sonores de la phonothèque pour lesquelles les droits de diffusion ont été accordés. Une centaine d’heures sont ainsi désormais accessibles sur Wikimedia Commons et peuvent être réutilisées.

Avant de rentrer de se lancer dans l’écoute participative des archives, une introduction sémantique a été amorcée par Sarah Casella Colombeau, docteure en science politique autour d’une thèse sur la surveillance des frontières après la création de l’espace Schengen (1953-2004).

Ont été abordés des enjeux de définition notamment autour des termes migrants vs réfugiés, étrangers vs immigrés à travers une approche tridimensionnelle : la description d’une réalité, le statut accordé par l’état et le ressenti de ces personnes. Dernier terme abordé, celui de l’exil, qui offre une des pages les plus fournies sur Wikipédia. Cette notion est sans aucun doute une des plus complexes à organiser pour mettre en relief les différentes dimensions évoquées. Des discussions, il ressort que bien que Wikipedia encourage la dualité des points de vue, la réflexivité est bien souvent une difficulté pour que les chercheurs en SHS valident les articles de Wikipedia.

Après un court débat amené par ces questions, une écoute collective a été proposée afin de présenter les différents corpus sélectionnés parmi les archives de la phonothèque de la MMSH :

>Italiens immigrés dans les quartiers Saint-Jean et Panier de Marseille

>Mémoire des arméniens dans les Bouches-du-Rhône

>Grecs d’Asie-Mineure réfugiés à Syros

Pour les archives sélectionnées par le CREM, la plateforme Telemeta a été présentée par Joséphine Simonnot, ingénieure du son. Elle a également expliqué concrètement comment utiliser le logiciel libre Audacity pour découper des extraits et éditer les métadonnées du fichier sélectionné. Wikimedia Commons préconise le format Ogg Vorbis , format libre offrant un taux de compression optimal. Un plan de nommage a également été établi au sein du groupe pour les extraits, se référant au numéro de l’entretien.

Après avoir été préparé le fichier et ses métadonnées, le fichier son est importé dans Wikimedia Commons. Voici quelques conseils récapitulés sous la forme d’un schéma :

 

Une fois importé, le fichier doit être décrit de manière classique par un titre, une date et un lieu d’enregistrement, des auteurs, une description,  et des catégories. Dans notre cas, les fichiers ont été rattachés à deux catégories : “Europeana Sounds edit-a-thons” et “Media donated by Maison méditerranéenne des sciences de l’homme”. La licence est sélectionnée parmi les Licences Creative Commons en fonction des droits attribués aux archives sonores utilisées. Les 3 collections de la MMSH proposées durant cette journée ont été placées sous licence  :

Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)

Une fois importé, l’extrait sonore peut être intégré dans un ou des articles de Wikipedia  grâce au module « insérer un média ».

A l’occasion de cette démonstration, un premier article a été enrichi dans Wikipedia, à partir de la collection des Italiens qui nous renseignent sur la vie du quartier du Panier. L’enrichissement concerne la rue la rue Lacydon, anciennement rue Bouterie, où étaient installées les familles de migrants italiens (navigateurs, pêcheurs et plongeurs) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Panier

Les participants ont ainsi pu contribuer à leur tour, tout au long de la journée, en sélectionnant des extraits par groupe, selon la thématique de leur choix. Les sujets retenus concernent en grande partie la ville de Marseille qu’il s’agisse des quartiers du Panier ou des Pierres-Plates (où a été construit le MuCEM), d’attestations de faits divers comme l’affaire du Combinatie (1952) ou encore de personnalités politiques comme Simon Sabiani et son opposant Henri Tasso.

Les témoignages de la communauté arménienne ont également servi à illustrer des articles sur le Camp Oddo à Marseille, leur installation à Martigues et la construction d’une église à La Cabucelle.

Enfin, les récits des réfugiés se Smyrne ont permis la création d’une fiche sur l’Orphelinat américain de Syros, éditée en bilingue avec un lien sur le Wikipedia grec.

A lire encore sur cette journée :
– Un autre compte-rendu de la journée est disponible sur le blog de l’association des anciens diplômés en archivistiques d’AMU.
– La page du projet Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Journ%C3%A9e_contributive_r%C3%A9cits_et_encyclop%C3%A9die
– Le Storify :

Crédits photographiques de l’image à la une : Les contributeurs en action, le 23 octobre 2015, photographie de V. Ginouvès.
  1. Le financement de la journée a été pris en charge par le programme Europeana Sounds []

Europeana Sounds aggregation and mid-year meeting

Un an et demi après le lancement du projet d’Europeana Sounds, une seconde session  d’entraînement a été organisée par le NTUA1 du 24 au 26 juin 2015 à Athènes.

Durant ce rassemblement ont été abordées les questions juridiques2 appliquées aux objets culturels, avec une présentation des licences Creative Commons, et d’outils permettant de guider ce choix tels que l’ Europeana Rights Statement Selection Tool et Out of Copyright.

L’enrichissement des contenus par le crowdsourcing a également fait l’objet d’une discussion, durant laquelle ont été présentés des outils collaboratifs comme le widget d’annotation Pundit ou encore le module TunePal permettant d’identifier des morceaux de musique traditionnelle irlandaise. Ces outils seront intégrés au futur module de Music Channel en même temps que d’être aggrégés directement sur les sites des institutions.

Une session de travail sur l’outil d’ingestion MINT -Metadata INTeroperability services- a été menée afin d’explorer les fonctionnalités avancées, du mapping et du thésaurus, mis en place pour faciliter l’interopérabilité des données.

Enfin, un bilan du projet a été communiqué, avec un chiffre de 26 620 enregistrements déjà publiés sur le portail Europeana Sounds.

Vous trouverez ci-dessous le programme de cette deuxième session d’entraînement :

PROGRAMME

Wednesday, June 24 – “Metadata Training Session: IPR”

14,00-14,10 Introduction (Lisette Kalshoven, KL)

14,10-14,50 IPR in cultural heritage & ELF

14,50-15,15 Determining edm:rights using tools

15,15-16,00 Working with use cases

Setting the purpose for the afternoon

How IPR broadly works in cultural heritage objects, with special attention for the specifics of the Creative

Commons licenses and how the Europeana Licensing Framework works

Using the Europeana Right Statement chooser & OutOfCopyright.eu to make choosing an edm:rights value easier

Using examples from Europeana (Sounds) to walk through some complicated cases. Bring in your own use case, so we can help each other!

16,00-16,20 Coffee break

16,20-16,40 WP3 update & Rightstatements.org

Update of the process WP3 is in, trying to make licensing solutions easier with the rights holder consultation and creating policy recommendation. Also, a quick update on the work that we Europeana is doing with rightstatements.org

16,40-17,00 Next Steps & Close

14,00-17,00 Planning the further development of Channels

Parallel Meeting WP4 – “Channels Development planning session”

(This is not an open session. The meeting is intended for invited WP4 technical partners)

The purpose of the meeting is to set goals for and create a roadmap of Channels development for the next 12 months or so.

National Technical University of Athens – MINT team

Thursday, June 25 – “WP2 Crowdsourcing enrichment” – “WP5 Metadata ingestion”

09,00-09,30 Coffee and Welcome

09,30-10,00 Introduction to WP2 and the work accomplished in Y1 (Maarten Brinkerink, NISV)

10,00-11,00 Introduction of the work planned in Y2 related to crowdsourcing enrichments divided into:

1. Enrichment related work in the Europeana Core Infrastructure and Music Channel (Remy Gardien, EF & Sergiu

2. The crowdsourcing widget for Data Providers websites (Alessio Piccioli, NET7)

3. The HistoryPin Traditional Music Pilot (Konstantin Dankov, Shift)

11,00-11,20 Coffee break

11,20-12,45 Working session based on a home work assignment. Gordea, AIT)

This session will focus on investigating what types of enrichment – that are part of the planned work – would be most suitable to these tracks.

Homework for Data Providers: Please send us 5 representative examples from your collection (metadata and content), that in your opinion are suitable for inclusion in the Music Channel.

12,45-14,00 Lunch break

“WP1 Aggregation: First Sounds on Europeana and Next Steps”

14,00-14,15 Welcome and presentation of the workshop

14,15-15,15 Metadata ingestion plan: targets, reporting progress (Tom Miles, BL)

15,15-15.30 Coffee break

15,30-16,15 Europeana Sounds publication into Europeana (Cécile Devarenne, EF)

16,00-16,45 Recap of the previous training session (Nikos Simou, NTUA+ Cécile Devarenne, EF)

16,45-17,00 Q&A session

National Technical University of Athens – MINT team

Friday, June 26 – “WP5 MINT training”

9,30-11,00 Short introduction to the RDF Model based on the EDM sounds profile: already uploaded them on MINT)

– Relate items to collections using MINT

11,00-11,15 Coffee break

11,15-13,00 Advanced mappings:

– The following mapping functionalities will be covered with examples

o Functional mapping

o Conditional mapping

o Value mapping

o Structural mapping

o Structural on any element

o Thesauri mapping

13,00-14,00 Lunch break

14,00-15,30 Europeana Publication:

– Item and Europeana Preview, transformation and validation, publication and OAI manager

15,30-15,45 Coffee break

15,45-17,30 Q&A session

Crédits photographiques : Maarten Brinkerink, Session on crowdsourcing enrichments, Music Library, Athens Concert Hall, 25 June 2015, Athens.  (CC BY-NC 2.0)

  1. National Technical University of Athens []
  2. Intellectual Property Rights []

La question de l’identité numérique appliquée à la diffusion des archives sonores

La faculté de droit de l’Université d’Aix-Marseille a inauguré vendredi 13 mars 2015 la première d’une série de colloques en droit des technologies de l’information. Ce cycle est dédié à la nouvelle génération de juristes :  “Junior researchers and phd students in it law raise their voice” . L’objectif de cette première édition était de donner la parole à de jeunes doctorants en droit sur la question des données en ligne, avec  des invités venus de toute l’Europe : Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Suisse et France.

La journée était divisée en 4 axes liés au contexte du numérique : “droit de la protection des données à caractère personnel”, “droit de la propriété intellectuelle”, “droit et exposition en ligne”, et “droit du commerce électronique”. En lien avec les problématiques de la phonothèque, j’ai sélectionné les trois présentations suivantes :
International juridiction on online intellectual property infrigements pursuant to Brussels I, présenté par M. Ioannidis Revolidis, doctorant et assistant académique au centre de recherche de l’université d’Hanovre (Allemagne)
– Juridiction on Internet defamation, présenté par M. Michel-José Reymond, post-doctorant à la faculté de droit de l’université de Genève (Suisse)
– Frontières de la personnalité juridique et identité numérique, présenté par Jean-Charles Ize, doctorant en droit de l’université Aix-Marseille.
Cette dernière intervention permet d’interroger la question de l’identité numérique dans le contexte des archives sonores.

En effet, la question de l’e-reputation se pose pour les entreprises, mais aussi pour les individus : notre réputation fait partie intégrante de notre identité numérique. Par ailleurs, contrairement à notre personne physique, notre identité numérique peut se prolonger au delà de notre vie terrestre.

Pour les nouvelles générations, la virginité numérique n’est pas toujours acquise car certains parents, qu’on appelle “sharents”1 partagent des informations à outrance au sujet de leur enfant, et ce avant même sa naissance. Or la diffusion de documents confidentiels tels que les échographies pose question, car porteurs d’informations médicales2

Pour les personnes défuntes également, l’identité numérique se poursuit à travers des sites de commémoration. A ce titre, les réseaux sociaux font débat, car il devient possible de désigner un légataire. En effet, au décès de son titulaire, le droit d’administration des données personnelles est confié à ses héritiers, selon la loi informatique et libertés (cf articles 40 et 56 de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978). Lors du colloque, un débat a été soulevé pour savoir si ce droit d’administration relevait plutôt du droit de propriété ou davantage du droit moral.

On constate aussi l’émergence de réseaux sociaux pour les morts, comme After Me et Elsway, Les réseaux sociaux permettent également de redonner la parole à des personnes décédées, comme c’est souvent le cas avec des personnalités. En cas d’abus, il s’agit d’une atteinte à la dignité humaine, protégé par l’article 16 du Code civil qui “interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci et garantit le respect de l’être humain dès le commencement de la vie”  Contrairement à l’atteinte à la vie privée, la dignité humaine concerne autant les vivants que les morts.

En somme, l’identité numérique d’un individu précède et survit à sa personnalité juridique.

Les données à caractère personnel sont devenues un héritage transmissible à part entière, au même titre que les biens physiques.
Toutefois en cas d’absence d’héritier, de volonté du défunt concernant le traitement de ces données, et d’atteinte à la dignité, la personne devient alors un “fantôme numérique”
Si elle perdure dans le temps, notre identité numérique sera-t-elle un jour redécouverte par les archéologues du futur ?

Avec la mise en ligne d’archives sonores, à son échelle, la phonothèque de la MMSH est peut-être devenue une garante de ces “identités numériques”. En effet, elle porte une responsabilité dans l’administration de ces enregistrements, datant de l’époque pré-internet. C’est pourquoi elle obéit à des principes éthiques qui protègent la dignité humaine des personnes.

Crédits photographiques : Glucksman Library. Computers/word processors at NIHE. Domaine public

  1. share+parents []
  2. en 2014 des photos montrant d’allaitement avaient été censurées sur Facebook, interdiction qui a finalement été levée []