Tous les articles par Benoit Saintier

JEUDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : La tradition de la barre fleurie dans les Alpes-de-Haute-Provence (2010)

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Dans la région de Manosque, une femme évoque la tradition de la barre fleurie offerte à la mariée lors de son mariage (cote SF238, N°4418. Enregistré le 24 février 2010 à Saint-Michel-l’Observatoire (04) par Danielle Musset. Durée 26min).

Ecouter l’enquête en ligne

Entretien à Saint-Michel-l’Observatoire sur la tradition de la barre fleurie perpétrée dans certaines villes des Alpes-de-Haute-Provence. L’enregistrement a été fait en 2010 par Danielle Musset, ethnologue et directrice du Musée de Salagon.

Crédits photographiques : Two women seated on bench, interior, photographiée en 1915 par B.J. Falk (1853-1925), collections de la George Eastman House. Pas de restrictions de droits connues.

MERCREDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Paysage sonore d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse (1986)

 

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Paysage sonore enregistré lors d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse (cote F3571, N°4512. Enregistré en juin 1986 entre Fréjus et Thorame-Basse (83 et 04) par Jean-Luc Bardyn. Durée 32min x2.

Ecouter l’enquête en ligne

Paysage sonore enregistré lors d’une transhumance entre Fréjus et Thorame-Basse en 1986. L’enregistrement original 4 pistes était diffusé dans une exposition au Musée de Salagon sur le thème de la transhumance.

 

Crédits photographiques : Troupeau de brebis en hiver, Luchon, photographiée entre 1859 et 1910 par Eugène Trutat, collections de la bibliothèque de Toulouse – fonds Trutat. Pas de restrictions de droits connues.

Méthodologie de l’histoire orale à Aix-en-Provence : une conférence sur les « ethnotextes » de Jean-Claude Bouvier en 1981

 Jean-Claude Bouvier a été professeur de dialectologie et de langue occitane à l’Université d’Aix-en-Provence où il a fondé et dirigé le CREHOP1. Spécialiste de dialectologie, d’ethnolinguistique et d’onomastique, il est aussi le co-fondateur, avec Philippe Joutard (historien moderniste), de la Phonothèque d’Aix-en-Provence, actuellement implantée à la MMSH. Enfin, il est l’un des fondateurs de l’Association Française d’Archives Sonores (AFAS),  en 1979, qui a pour objectif de « réunir institutions et personnes qui s’intéressent à la sauvegarde, au traitement et à la communication des documents sonores et audiovisuels inédits ou édités ».

Lors de la numérisation de bandes magnétiques déposées par le Musée ethnologique de Salagon, j’ai écouté un enregistrement que l’on peut désormais qualifier d' »historique » : Jean-Claude Bouvier, lors d’un stage d’ethnologie à Saint-Michel-l’Observatoire en 1981, présente ce qu’il appelle les « ethnotextes », ou « textes oraux ». Nous sommes alors dans une période de fort intérêt chez les chercheurs de sciences humaines et sociales de l’université d’Aix-en-Provence pour les archives orales et l’histoire orale, longtemps ignorées dans le monde de la recherche française. Il présente devant l’auditoire une méthodologie d’enquête orale puis développe quelques exemples avant de terminer sur la préservation des supports physiques.

Dans une première partie, Jean-Claude Bouvier définit le concept d’ethnotextes2 et présente une méthodologie qui passe par un plan d’enquête, donc d’une bonne connaissance du sujet. Toutefois, ce plan doit être flexible, en évolution permanente. Il conseille de limiter les interventions de l’enquêteur lors de l’entretien, de laisser parler librement l’informateur, et de revenir ensuite sur certains points qui mériteraient d’être éclairer:

 

Pour Jean-Claude Bouvier, le texte oral qui découle de l’entretien doit être étudié au même titre que n’importe quel autre texte écrit :

 

Ce texte oral contient la représentation que se font les informateurs de leur propre culture :

 

Il donne alors l’exemple d’enquêtes réalisées sur le thème du baptême :

 

Puis il insiste sur l’importance lors de l’entretien des non-dits :

 

Jean-Claude Bouvier insiste sur l’importance de passer par des intermédiaires afin de trouver des informateurs pouvant renseigner sur le sujet étudié, mais il ne faut pas rester prisonnier de leur « réseau ». Il est aussi important de travailler avec différents types d’informateurs, aux âges, sexes et lieux d’habitation différents à l’intérieur d’une zone définit :

 

Les enquêtes doivent être renseignées par le biais d’une fiche de renseignement, nécessaire dans le travail de recherche de l’enquêteur :

 

Il enjoint ensuite à croiser source orale et source écrite :

 

Car l’enquête orale ne se suffit pas en elle-même, elle doit être croisée avec d’autres formes de sources car elle n’est qu’une représentation de la culture :

 

Pour conclure sur l’apport de l’ethnotexte dans la recherche, je vous renvoie vers plusieurs articles publiés jusqu’au début des années 1990 par les chercheurs du CREHOP. Jean-Noël Pelen en a rédigés plusieurs portant sur la naissance et l’utilisation de l’ethnotexte en 1992, La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement,3 ou plus largement sur le dépôt des sources orales et les phonothèques de recherche. Clairvoyant sur l’avenir de la méthode en science humaine et sociale, il insiste sur l’intérêt du travail pluridisciplinaire dans le domaine de la source orale. Philippe Joutard, toujours inspiré par l’oralité, vient de publier un nouvel ouvrage sur le thème  Histoire et mémoires, conflits et alliance paru en 20134 que je vous invite à découvrir, comme en symétrie à cette conférence, plus de trente ans plus tard. 

 

Crédits photographiques : Couverture de l’ouvrage « Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes », BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 

  1. Centre de Recherche et d’Etude sur l’Histoire Orale et les Parlers régionaux []
  2. On trouvera plus d’informations sur le sujet dans le livre collectif Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes, BOUVIER J.-C., BREMONDY H.-P., JOUTARD P., MATHIEU G., PELEN J.-N., éd. du CNRS, 1980 []
  3. « La recherche sur les ethnotextes, notes sur un cheminement » in Actes du Congrès international de dialectologie, Iker 7, Bilbao, 1992 []
  4. Histoire et mémoire, conflits et alliance, La Découverts, 2013 []

Les Rencontres d’Alpes de Lumière le 14 et 15 juin

 

 

À l’occasion des 60 ans de l’Association Alpes de Lumière, plusieurs événements dont la journée du 07 juin à la MMSH  sont organisés.

Le 13 juin à 20h30, au Cloître du couvent des Cordeliers de Forcalquier (04), un hommage poétique et musicale sera rendu à Pierre Martel, fondateur de Alpes de Lumière. Les textes laissés par Pierre Martel seront lus par le célèbre comédien Michaël Lonsdale, avec des intermèdes musicaux interprétés par Michael Baldo, au violoncelle. C’est l’occasion d’écouter un extrait où Pierre Martel raconte, lors d’une conférence, l’histoire du Somnambule :

Deux autres journées, les rencontres d’Alpes de Lumière seront organisées les 14 et le 15 juin à l’Espace Culturel Bonne Fontaine à Forcalquier. De nombreuses tables rondes sont prévues autour du thème « 1953-2013 : entre permanences et mutations, quelles perspectives pour les territoires ruraux ? », où sociologues, historiens, économistes, géographes mais aussi des acteurs du développement local viendront apporter leur témoignage . Les thèmes de la société post-rurale, des rapports sociaux entre les ruraux et le territoire, ainsi que le développement économique local durable seront abordées. Le programme détaillé est disponible sur le site officiel de l’association.

Pour y participer il est préférable de remplir un coupon-réponse.

Un spectacle son et lumière organisé par la Compagnie des Patrimoines, « La citadelle dans tous ses éclats », viendra clore les événements le 15 juin à 22h à minuit, à la citadelle de Forcalquier.

 

Crédits photographiques :  Work with schools, Aguilar Branch : Italian boys listening to the story of Pinocchio in Italian.., Hine, Lewis(1874-1940), Persistent URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?434281 Pas de restrictions de droit connues.

A la recherche de l’histoire orale des Alpes-de-Haute-Provence

 

Nouveau sur le carnet, j’ai rejoint la Phonothèque à la MMSH il y a peu, où je travaille1 sur les archives sonores du Musée de Salagon. Le fonds est constitué principalement des enquêtes orales menées depuis plusieurs décennies dans le département par Danielle Musset directrice du Musée et par l’association Alpes de Lumière dont l’ensemble des collections sonores a été déposé et traité à la phonothèque de la MMSH. D’autres enquêteurs ont parcouru ce territoire comme Magali Amir, Corinne Cassé ou Jean-Pierre Joly dont les archives ont également été déposées à la phonothèque. Au terme de mon stage, je devrais proposer au Musée un catalogue documentaire d’une partie de ses archives sonores et je présenterai une synthèse de l’ensemble des enquêtes de terrain réalisées dans les Alpes-de-Haute-Provence (04) qui ont été déposées à la phonothèque de la MMSH. Ce stage sera ainsi l’occasion de rédiger des billets sur les archives orales de ce département.

 

Un homme est à l’origine du Musée de Salagon, Pierre Martel, ecclésiastique, mais aussi chercheur et écrivain. Abbé de Simiane-la-Rotonde, il fonde en 1953 dans son village l’association Alpes de Lumière afin d’oeuvrer “pour la protection et la valorisation du patrimoine en Haute-Provence”. Dans un contexte de reconstruction d’après-guerre, il souhaite montrer les richesses du territoire et lui redonner son identité. Lui et quelques compagnons mettent alors en place des inventaires du patrimoine de Haute-Provence, sensibilisent les habitants, organisent des conférences et lancent des chantiers bénévoles ainsi que des publications. C’est dans cet esprit de “Renaissance” qu’est entrepris la restauration du prieuré roman de Salagon qui devient dans le début des années 1980 musée départemental ethnologique, et plus tard ethnopôle. Il servira de lieu d’expérimentation pour l’association qui multiplie les formations et la sensibilisation auprès du public mais aussi des professionnels et des chercheurs. Lorsque le Conseil Général prend entièrement en charge le musée, l’association se repositionne davantage dans le développement local et les animations. Le décès de son fondateur en 2001 n’empêche pas  l’association de continuer sa quête de valorisation du territoire rural. C’est à cette période que l’association a déposé à la phonothèque de la MMSH l’intégralité de ses collections sonores qui n’avaient pas été réalisées dans le contexte de Salagon. Laetitia Nicolas, etnologue et documentaliste, qui travaillait alors au sein de l’association a traité ce fonds en partenariat avec la MMSH.

 

Je profite de ce billet pour introduire la journée d’étude organisée le 7 juin 2013 à l’occasion des 60 ans de l’Association Alpes de Lumière qui se déroulera en matinée à la Maison méditerranéenne des sciences humaines (MMSH). Les méthodes d’intervention de l’association sur le territoire à travers des outils et des exemples concrets seront présentées. L’occasion de réécouter Pierre Martel dans une lecture enregistrée en septembre 1981. Dans cet extrait sonore, Pierre Martel aborde le mouvement Alpes de Lumière, ses missions et ses moyens d’action. Il insiste sur la mission éducative au près des habitants de Haute-Provence :

L’après-midi, une visite de sites (dont le prieuré de Salagon) ayant bénéficié de l’accompagnement de l’association est organisée par Alpes de Lumière.

Elle est ouverte à tous en remplissant un coupon-réponse.


Programme : 


MATIN 9h – 12h15

1. Genèse d’Alpes de Lumière en 1953

2. Principes d’intervention sur le territoire en 5 points

3. Boîte à outils

4. Présentation de l’expérience du prieuré de Salagon (1980-2000)

5. Deux autres exemples : Forcalquier et le Frioul

 

Pause déjeuner

 

APRES-MIDI 13h30 – 18h

Visites de sites qui ont bénéficié d’un accompagnement  » Alpes de Lumière  » : Prieuré de Salagon et Citadelle de Forcalquier

 

Vous trouverez plus d’informations sur le programme détaillé de la journée.

 

 

Crédits photographiques :  Farm windmill outlined against setting sun near Seward, May 1973, O’Rear, Charles (1941- ), Persistent URL: research.archives.gov/description/547341, U.S. National Archives. Pas de restrictions de droit connues.

  1. J’effectue actuellement un stage dans le cadre du Master 1 “Métiers des archives et des bibliothèque” du domaine Histoire et humanités d’Aix-Marseille Université – AMU []