Tous les articles par Ceux qui passent à la phonothèque

Écoute musicale et acoustique par Michèle Castellengo

Compte-rendu de l’ouvrage de Michèle Castellongo, Écoute musicale et acoustique : 420 sons et leurs sonagrammes décryptés, Eyrolles, 2015, 541p. + cédérom.

En 2010, dans la préface de la réédition de l’ouvrage d’Emile Leipp L’acoustique musicale, MIchèle  Castellengo faisait part de son étonnement face à l’intérêt renouvelé du public pour cet ouvrage publié pour la première fois en 1984 Ce fait est d’autant plus surprenant [écrivait-elle] que l’ acoustique a connu depuis un essor considérable, notamment grâce au développement des techniques numériques du son. Les recherches se sont multipliées, complexifiées, spécialisées, et c’est peut-être la raison pour laquelle il n’existe pas encore d’ouvrage équivalent en français, traitant de l’ensemble des questions soulevées par l’acoustique des communications humaines, sous son double aspect physique et perceptif. Trente ans plus tard, cette infatigable spécialiste de l’acoustique musicale publie une somme de connaissances sur la perception de la musique et des sons qui marquera certainement, elle aussi, plusieurs générations de mélomanes. Continuer la lecture de Écoute musicale et acoustique par Michèle Castellengo

Cloches de bovins dans le Haut-Jura

Pierre Laurence, ethnologue1 a déposé en 2013 à la phonothèque de la MMSH les sources orales de ses recherches. Au cours des mois d’avril et de mai 1991 sa collection sonore en lien avec un rapport réalisé en 1991 sur les cloches dans le Haut-Jura a été traitée.  Ces enquêtes avaient été enregistrées en vue de la préparation d’un film qui a été diffusé sous le tire  Petites histoires de cloches, d’hommes et de vaches, réalisé en 1993 par Georges Nivoix pour le Musée des techniques et cultures comtoises. Elle sont désormais accessibles en ligne sur la base Ganoub.

L’étude avait été effectuée à la demande du Musée des Techniques et Cultures Comptoises et du Parc Naturel du Haut-Jura. L’objet était mieux appréhender la culture des cloches pour bovins dans le Jura. Pierre Laurence avait été sollicité en tant qu’ethnologue, bon connaisseur du domaine campanaire en Languedoc-Roussillon2. dont il est originaire.  Dans ce cadre, il a mené entre le 2 et 8 mai 1991, une série d’entretiens auprès d’éleveurs et de fabricants de cloches de bovins. Continuer la lecture de Cloches de bovins dans le Haut-Jura

  1. Après avoir longtemps travaillé à l’Office départemental d’action culturel dans l’Hérault (ODAC), Pierre Laurence est aujourd’hui chef du service patrimoine à la direction des publics de la culture au sein du Pôle Culture-pierres vives à la Direction Générale Adjointe Education jeunesse culture sport loisirs de l’Hérault. Il a déjà déposé à phonothèque de la MMSH les archives sonores en lien avec une étude sur les Cévennes :  Du paysage et des temps : la mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte, Rapport final de recherche (resp. scient. J.N. Pelen), DRAC Languedoc-Roussillon, Parc national des Cévennes, SIVOM des Hauts-Gardons, 1999. []
  2. En 1990, il avait publié à l’ODAC avec Dominique Dalga et Sylvie Groueff, un rapport de recherche sous le titre « Techniques de fabrication, usages et représentations des cloches, sonnailles et grelots » et dans la revue Terrain (n° 16, mars 1991, pp. 27-41) un article sur le thème : « Cloches, grelots et sonnailles : élaboration et représentation du sonore ». Plus tard, en 1994, il a publié deux chapitre d’ouvrages. Le premier sur la fonderie Granier à Saint-Gervais-sur-Mare, un village situé dans le département du Hérault, au nord de Béziers sous le titre « La fabrication des cloches à la fonderie Granier : une technique dans l’histoire », dans l’ouvrage Chants des cloches, voix de la terre. Carillons et traditions campanaires en Languedoc-Roussillon – (Montpellier, Presses du Languedoc, 2000, pp. 69-84). Le second, dans l’ouvrage sur le thème Homme, l’animal et la musique (Collection Modal, n° 4, Niort, U.P.C.P.-Geste Editions, 1994, pp. 10-19), plus orienté sur les cloches animales sous le titre « Les cloches et sonnailles du monde pastoral : une tradition utile ». []

Europeana Sounds : third data providers workshop (english version)

At the dawn of the third year of Europeana Sounds program, all the partners were invited to the final workshop held in Dublin on 28 and 29 April 2016.

This annual event is always eagerly awaited by the European partners because it’s a real opportunity for all participants to be trained to work together efficiently using tools developed by the program. For this latter practical workshop, we were welcomed into the Clasac resource Center led by the Irish organization Comhaltas Ceoltóirí Éireann1.

During these days, three main areas were discussed:
– The aggregation of MINT2 data and the display on the Europeana portal (WP1 and WP5)
– Data enrichment and participation (WP2)
– Point on licensing (WP3)

The meeting was an opportunity to take stock of the project’s second year. The overall goal published on Europeana platform of 250,000 records has been achieved, and by January 2017, this figure is expected to double with a total of 500 000 records. Statistical tools in place are very encouraging since in Europeana statistics dashboard space, attendance in 2016 is constantly increasing.
For the MMSH record library, there are are more than 1,500 views over 3,500 online references.

1. Data aggregation on MINT and the display on Europeana portal
Since the previous workshop in July 2015, much progress has been made.If the procedure on the mapping tool MINT is still the same3, the beta version of Europeana platform is moving toward a more ergonomic display with a data tree . Thus, from a qualitative point of view, sound archives data modeling has been used as a model at the presentation by Tom Miles, WP1 leader.

SAM_2304

Presentation of the Violin Mirecourt collection displayed on a data tree on Europeana platform. during the workshp For this collection, sounds and photographs, are on line.

Finally , work on the metadata quality led by the Europeana Digital Service Infrastructure (DSI) was reported by a member of the group, Anila Angjeli, from the BnF.

2. Data enrichment and participation (WP2)
The second day of the workshop was mainly devoted to the enrichment of music collections by users. With the development of the WITH platform4, users can now annotate these sounds on Europeana via the dedicated space : Space Sounds. This space allows the creation of virtual exhibitions and collections that can be annotated with the Pundit semantic annotation tool. This collaborative tool is linked to the common repository for MIMO5 musical instruments and generates keywords (or tags) as RDF triples, which enable Semantic Web6 integration. In the near future, the Pundit annotation widget could be integrated directly on the institutions of the database. Collaborative modules on Europeana will soon be extended beyond the musical instruments, to annotate descriptive genres (directly from collections) and locations (via the new features Historypin: location suggestions and Historypin API).

Finally, before summer 2016, a crowdsourcing campaign will be launched to encourage fortification around those collections with specific events (edit -a-thon, hackathon, exhibitions…). Depending on the level of involvement of institutions in this campaign, different levels will be awarded: Bronze = selection of collections suitable for enrichment ; Silver = pre-processing of these collections ; Gold = implementation of the annotation widget on institutional database.

3. Point on licensing (WP3)
The issue of licenses was discussed with a novelty website, offering 11 standard declarations of rights for online cultural heritage. These proposals are organised as a complement to the Creative Commons licenses, and are organised into 3 categories: Copyright In, No Copyright, Other (for objects whose status is unknown). There is also a withdrawn license: Rights Reserved & Paid Access. This removal demonstrates the willingness of Europeana to propose only open access materials. These new titles will be updated in the Terms and Conditions of Europeana.

Finally, we note the integration of new European partners in the Europeana project sounds : The Fryderyk Chopin Institute (Poland),  Dublin Institute of Technology (Ireland), CRESSON – National School of Architecture of Grenoble (France). The participation of ENSAG involves the Centre for Research on Sonic Space & Urban Environment (CRESSON) as a unit of the CNRS UMR 1563 through the  » architectural and urban atmospheres ».In this context, the sound archives of the MMSH contributes to the launch of aggregation of the ENSAG data during the month of May 2016.

Read more about this new europeana sounds associate partner : http://www.europeanasounds.eu/news/meet-with-the-research-centre-on-sonic-space-and-urban-environment

PROGRAMME

of the  Europeana Sounds third data providers workshop

Thursday 28th April 2015

9.45-10.00 Welcome, introduction to workshop

10.00-11.00 Metadata ingestion plans and year 3 targets

11.00-12.00 Recap of past training sessions

12.00-12.30 Q&A Session

13.30-14.30 Advanced MINT tutorials

14.30-15.30 Issues raised on basecamp/problems/mapping help

15.45-17.00 Data providers working on mapping with assistance from NTUA

Friday 29th April 2016

9.30-10.30 Ingestion and publication on Europeana

10.30-13.00 WP 2 Workshop with Data Providers

Adding data datasets to WITH (60 mins)
Enriching datasets with WITH and Pundit (60 mins)
Exploring options for the crowdsourcing campaign(s) (30 mins)

14.00-15.00 WP Rights Clinic: Applying the Rights Statements in the Europeana Licensing Framework, including an update on rightstatements.org

15.00-16.00 Next steps for data providers and how to meet targets

As a crowning final, here is a traditional Irish air : Apples in Winter / Paddy Clancy ‘s Jigs . 1975 Tower Group. Comhaltas Ceoltóirí Éireann. CC BY-NC -SA.(Traditional Irish music concert at the Comhaltas organization).

A French version of this post is available on this blog : https://phonotheque.hypotheses.org/18701

The text of this post was written in french by Ariane Neroulidis reviewed by Véronique Ginouvès and translated by Hanaé Allali.

  1. This organization aims to promote traditional music and Irish culture worldwide. []
  2. Metadata INTeroperability services, MINT services compose a web based platform that was designed and developed to facilitate aggregation initiatives for cultural heritage content and metadata in Europe. It is employed from the first steps of such workflows, corresponding to the ingestion, mapping and aggregation of metadata records, and proceeds to implement a variety of remediation approaches for the resulting repository. The platform offers a user and organization management system that allows the deployment and operation of different aggregation schemes (thematic or cross-domain, international, national or regional) and corresponding access rights. Registered organizations can upload (http, ftp, oai-pmh) their metadata records in xml or csv serialization in order to manage, aggregate and publish their collections. Read more: http://mint.image.ece.ntua.gr. []
  3. To give some examples of data modeling rules, with the record library of the MMSH we establish a link between the mapping collection and the CHO records – Cultural Heritage Object – using the field dcterms:isPartOf. To return to the original instructions is edm:isShownAt, while edm:isShownBy allows us to link to the stream. []
  4. This platform developed by NUTA works by exposing the API portals and data warehouses. []
  5. Musical Instruments Museums Online []
  6. Principle of Web data or Linked data which aims to publish structured data on the Web in order to connect them. []

Collecter le patrimoine immatériel au Yémen : à propos des difficultés du terrain : le cas du fonds Fatima Al-Baydani

Fatma Al-Baydani, chercheure yéménite, a donné le 12 février dernier à la MMSH une conférence qui présentait douze ans de terrain pour la collecte de littérature orale populaire à travers le Yémen.

Résumé de la conférence : En introduction, Claude Audebert, professeure de langue arabe à Aix-Marseille Université, introduit brièvement la conférencière, Fatima Al Baydani. Originaire de la ville d’Al-Bayda au Yémen, elle avait initialement suivi une formation de médecin . Issue d’une famille de poètes et de poétesses, celle-ci ne tarda  pas  à quitter la médecine  pour se lancer, dès la fin des années 1990, dans la collecte de la littérature orale à travers toutes les régions du Yémen. Dans sa conférence, Fatima al-Baydani a mis l’accent sur la méthode suivie pour mener ses enquêtes de terrain, évoquant les multiples difficultés qu’elle a pu rencontrer. Pour lancer le projet, elle n’a pu compter que sur ses propres deniers et avait dû former une équipe de 6 jeunes yéménites (3 femmes et 3 hommes) à la collecte sur le terrain afin d’établir un questionnaire d’enquête. Ses recherches privilégièrent les personnes âgées, tout particulièrement les troupes musicales féminines, les poètes et les conteurs. Ses collectes l’ont amenée à sillonner l’ensemble du pays, de la Tihama au Hadramaout et de Saada à Aden et à Socotra. Elle finit par obtenir quelques aides financières de la part des autorités locales au Yémen ou auprès d’ambassades étrangères. A partir de 2005, elle établit une fructueuse collaboration  avec le CEFAS (Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa), ainsi qu’avec l’Ecole Normale Supérieure de Paris (ENS). En 2007, elle fonde l’association «  Mil Al Dahab », toute entière dédiée à la collecte du patrimoine immatériel, à sa préservation, sa diffusion  et sa valorisation. En 2014, cette association prend le nom de « Aydanout » en  en hommage à une chanteuse yéménite décédée en 2011. La conférence s’achève sur un diaporama retraçant différents moments de ses enquêtes de terrain et sur un échange avec les différents participants.

Dans sa conférence, Fatma Al-Baydani reprend point par point les difficultés qu’elle et son équipe ont rencontré au cours de leur collecte sur le terrain yéménite. Ces difficultés nous ont semblé intéressantes à signaler dans Les Carnets de la phonothèques car elles se retrouvent sur d’autres terrains pour la collecte du patrimoine culturel immatériel.

– A l’amorce d’un projet et tout au long de son évolution, les questions financières sont bien entendu centrales et vont conditionner la plupart des orientations. La plus grande partie des recherches de Fatma Al-Baydani ont été faites sur la base de ses deniers personnels. Cela d’autant plus qu’elle a souvent dû refuser l’aide financière en provenance de pays étrangers (Etats-Unis, pays du Golfe) car leurs institutions demandaient une exclusivité sur le patrimoine collecté, ce qui n’était pas envisageable pour elle et son équipe. De leur côté, les gouvernorats yéménites ne pouvaient pas toujours les soutenir. Certaines instances politiques du pays  ont accepté de participer à la prise en charge de l’hébergement ou des repas de l’équipe, d’autres n’ont pas souhaité apporter d’aide à l’entreprise en raison de ce que la collecte du patrimoine immatériel est controversée dans une partie de la société yéménite.

– En effet, pour une partie de la société yéménite aujourd’hui le chant, les comptines, la danse ou les contes sont interdits. Obstacle impossible à surmonter lorsque certains politiques ont connaissance de ces travaux : les collecteurs ont parfois dû quitter leur terrain en vitesse… D’autres fois, après avoir parcouru parfois des kilomètres dans la montagne, et une fois arrivés devant leur témoin, celui-ci refusait d’être enregistré, inquiété de ce qui pourrait se dire sur lui.

– Autre obstacle, l’interdiction d’enregistrer ou de filmer des femmes en train de danser ou de chanter. Les collecteurs ont trouvé une parade en choisissant parfois choisi de filmer uniquement les pieds d’une danseuse, enregistrant ensemble la danse et la musique.

– Les collecteurs, travaillant à retracer les conditions de production de ce qu’ils recueillaient,  se sont rendu compte que de nombreux hommes s’étaient approprié les chants ou les poésies créés par des femmes, rendant opaque l’identité véritable des auteurs des œuvres.  C’est parfois à la mort de ces hommes que l’on a compris que tel ou tel texte avait été écrit par son épouse, sa soeur ou sa grand-mère.

– L’entrée brutale d’appareillages modernes dans les dispositifs de l’enquête  a aussi introduit de nouveaux obstacles : certains témoins ont refusé les enregistrements ou même la prise de note. Dans ce cas, sans se laisser prendre de cours, les collecteurs ont appris par la transmission orale le chant, la poésie, la danse ou le conte, les ont appris par coeur jusqu’à les maîtriser pour en rendre possible le transfert par l’enregistrement au sein même de l’équipe de collecteurs.

– Le projet de Fatma Al-Baydani était de collecter le plus possible de textes oraux en langue dialectale. Or les collecteurs se sont rendu compte que face à un microphone, la population interrogée avait tendance à abandonner l’emploi de l’arabe dialectale pour l’arabe littéral, employé par la télévision et la radio. Ils ont donc essayé de travailler avec les témoins en profondeur et sur la durée pour que ceux-ci livrent le plus possible de textes en arabe dialectal.

– Au-delà de toutes les difficultés énoncées précédemment, l’instabilité de la situation politique du Yémen reste sans doute l’obstacle le plus difficile à surmonter. En effet, l’équipe de Fatma Al Badani a beaucoup souffert de la méfiance des autorités yéménites qui leur ont confisqué leur matériel à plusieurs reprise (appareil à photo, caméra …), voire ont parfois emprisonné les collecteurs (à Ta’izz ou Tihama). Cette instabilité politique met également un frein à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine immatériel ainsi qu’aux échanges culturels du pays au niveau international. Cette situation amplifiée par l’absence d’institution(s) officielle(s) chargé(es) de recueillir les archives au Yémen.

Pour toutes ces raisons, le dépôt des archives de  Fatma Al Badani à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme est exceptionnel. Il est également important pour les chercheurs du domaine yéménite et plus largement pour tous ceux qui s’intéressent à la littérature et la poésie orale, à la transmission de bouche à oreille, au patrimoine culturel immatériel…
Nous la remercions de sa confiance.

Résumé de la conférence et billet rédigés par Louna Tourdert (lycéenne, en stage à la phonothèque en mars 2015), relecture d’Isabelle Grangaud et Michel Tuscherer (IREMAM).

Crédits photographiques : paysages du Yémen, Fatma Al Badanin

Une formation sur la collecte de témoignages oraux à l’INA

Du 11 au 13 juin 2014, l’INA expert organisait pour la troisième fois une formation sur le thème Collecter, produire, enregistrer des témoignages, une partie était consacrée à la méthode de terrain (les diaporamas de la formation sont accessibles ici et ). Dans ce cadre, les stagiaires devaient réaliser un entretien enregistré avec une personne – au hasard – à qui ils devaient expliquer leur démarche de collectage et faire signer un contrat d’autorisation de diffusion et de réutilisation. Avant de se lancer dans l’aventure, les stagiaires ont dessiné une carte mentale pour les soutenir dans leur projet. Le questionnement portait sur le rapport au patrimoine immatériel du témoin et ce qu’il imaginait derrière ce terme.

Voilà la carte mentale dessinée pour préparer l’enregistrement à partir des pré-notions des stagiaires :

CARTE MENTALE PCI

 

Au retour de leur collecte, en écoutant l’entretien, les stagiaires ont mesuré l’impact de environnement du témoin (ici professionnel) sur le bon déroulement de l’entretien : difficile d’interrompre le fil de celui,ou celle qui, interrogé-e sur son lieu de travail, parle de ce qui lui est le plus proche ou y puise ses exemples, son métier. La pertinence du questionnement et le savoir-faire des collecteurs-trices sont mis à l’épreuve pour réussir à faire appréhender au témoin ce qui est requis de lui : son point de vue, ses connaissances objectives des thèmes évoqués, le sien et celui de son entourage familial, etc.

Billet collectif rédigé par Annie-Pierre Richon, Cécile Rivière, Sabine Pagliarucci.

Merci à Malika de s’être prêtée à l’expérience !

Photographie diffusée avec l’aimable autorisation de Didier Allard, INA.

Histoire orale du lycée Charlemagne, 40 ans d’enseignement

Dans le cadre du 40e anniversaire du lycée Français Charlemagne de Pointe Noire, sept élèves de 3e et 2nde ont mené une enquête orale pour mieux connaître l’histoire de l’établissement. Neuf témoins ont été enregistrés qui ont soit travaillé, soit étudié dans le lycée ou y sont encore. C’est Maguelonne Batt, une professeure d’histoire du lycée Charlemagne, qui a eu l’idée de monter ce projet et c’est avec l’aide d’une ingénieure de recherche du CNRS venue de France, Véronique Ginouvès, que nous l’avons mis en œuvre. Il nous a permis de découvrir le métier d’anthropologue et d’historien de l’oral.

Le premier jour, nous nous sommes posé la question : à quoi cela peut servir d’enregistrer des témoins ?
Voilà quelques réponses, n’hésitez à ajouter les vôtres dans le commentaire du blog. D’après nous, enregistrer des témoins a permis :
– d’avoir plusieurs points de vue (les souvenirs sont différents en fonction de la vision de chacun) ;
– de compléter les archives papier du lycée ;
– de donner de la vie à l’histoire de l’établissement, comprendre les changements ;
– de permettre à ceux qui ne peuvent pas transmettre leur savoir par l’écrit de participer à la connaissance.

Méthologie :
– Pour réaliser notre grille d’entretien, nous avons dessiné une carte mentale ou carte heuristique.
– Pour informer chacun des témoins de ce qui allait être fait de leur parole enregistrée, nous avons fait signer à chacun d’entre eux un contrat. Tous les témoins ont accepté que leurs enregistrements soient conservés et diffusés . Nous avons décidé de les déposer ensuite au CDI du lycée où ils pourront être écoutés par tous.

carte-mentale

Pour ceux qui ne pourront pas venir à Pointe-Noire, voilà quelques thèmes qui ont été abordés…

Le paysage 
Nous avons découvert qu’autrefois le lycée Charlemagne était au cœur de la nature. Le long de la côte sauvage, de l’ancien village des artisans, il y avait de magnifiques flamboyants. Certes le paysage a été quelque peu modifié aux alentours de l’école depuis les années 70. A cette époque, la Citronnelle s’appelait La Rotonde. C’était alors un bar qui appartenait au grand-père d’une de nos témoins, celui-là même qui avait cédé le terrain pour construire le lycée.

Les bâtiments
Tous les témoins enregistrés s’accordent à dire que l’établissement est resté le même à travers les années même si, bien sûr, les bâtiments ont pu connaître des fonctions différentes au fil des 40 ans et que des aménagements ont permis d’accueillir de plus en plus d’élèves. Le lycée a subi également de nombreuses modifications concernant l’organisation administrative.
Mme De Jésus, ancienne élève devenue assistante de direction au lycée :
Nous : Avez-vous remarqué des changements dans le lycée depuis le temps où vous étiez élève ?
Mme De Jésus : Des changements sur la structure du lycée ? oui énormément. On n’avait pas les classes climatisées, on avait des nacos1, des ventilateurs au plafond. Il n’y avait pas de postes informatiques, les classes de sciences étaient moins modernes que maintenant, tout ça a beaucoup évolué.

M. Manicas, ancien élève actuellement dans la restauration :
Nous : Est-ce que les classes étaient déjà climatisées quand vous alliez au lycée ?
M. Manicas : Non, il y avait pas de climatisation, il n’y avait même pas de mur d’enceinte, c’est-à-dire que le lycée était délimité par des petits murets des poteaux et des poutres en béton. Pas de mur de clôture. Il y avait une maman qui vendait des arachides le long du mur et aux intercours on allait chercher nos arachides.

Enregistrement-M.-Simba-pour-webM. Simba, aujourd’hui retraité, ancien bibliothécaire, professeur de mathématiques et qui a occupé plusieurs postes au lycée, nous a expliqué qu’en 1977, les cours A et B correspondaient à la maternelle. La cour D au collège, l’étage du bâtiment D était réservé au primaire et le bas au collège. L’infirmerie, d’abord en salle D11, s’est retrouvée dans la cour C vers 1980. La cour C était réservée au secondaire. Certaines salles n’ont pas changé de place comme celles de gym, de techno et la permanence. L’organisation de l’administration et le CDI ont changé à plusieurs reprises en restant toujours autour de la cour C. Le passage entre la salle de réunion et les salles de physique n’existait pas, il fallait faire le tour, plus haut.

Contexte historique
Avant la construction du lycée Charlemagne, les élèves, congolais ou européens, allaient à l’école Félix Tchicaya. Le programme était celui qui était suivi en France et n’était pas relié au Congo. Entre 1963 et 1968 tout a basculé avec révolution congolaise. Suite à cela, le programme des écoles congolaises portait sur l’histoire du Congo et les Français on décidé de construire un lycée, c’était le lycée Charlemagne. M. Simba nous a expliqué que les parents d’élèves d’enfants français se sont cotisés et M. Joseph René Trouyet, forestier, propriétaire d’un secteur de La Losonge (où était située La Rotonde) a cédé une partie de ses terres pour la construction du bâtiment. De 1974 à 1992, seuls les élèves de nationalité française pouvaient suivre les cours de cette école consulaire (elle dépendait du consulat de France). Après les événements de 1992 à 1998, le statut du lycée a changé et toutes les nationalités ont pu être accueillies.

 

Les loisirs
A la Rotonde (qui deviendra « La Citronelle »), dans l’arrière salle, il y avait des jeux comme des flippers ou un baby-foot, à midi les lycéens venaient y manger leurs sandwiches, c’était un lieu où les élèves aimaient se regrouper. A côté, le Victory Palace existait déjà, tout comme l’Atlantic (on peut voir le sommet de l’immeuble de cet hôtel au fond de la photo de groupe en-tête du billet). D’après Madame Trouyet, en face de l’école (là où se trouve le tribunal aujourd’hui) se trouvait un centre sportif où les élèves prenaient des cours de judo. Plusieurs témoins nous ont aussi raconté, que la nuit, près du lycée, il arrivait que professeurs et élèves européens se retrouvent car il y avait une pizzeria et deux boîtes de nuit dont une s’appelait La Licorne. D’autres lieux de rencontre nous ont été cités. Monsieur Manicas nous en a dressé la liste : l’amicale bouliste qui fonctionnait principalement le soir, le cercle civil spécialisé dans les tennis, le club nautique ou cercle naval, spécialisé dans tout ce qui était activité voile et plage, le club hippique, un club de judo nous a également été signalé. Il y avait aussi un cinéma qui passait les films du moment.

Les évènements de 1997
La vie au lycée pendant 40 ans a été très paisible, l’événement marquant pour nos témoins est la période de 19972. Ils nous ont appris que l’école avait été fermée quelques temps avant d’ouvrir à nouveau. Les avis divergent sur la période de fermeture, entre une semaine et un mois. Cette période de crise n’a pas eu que des inconvénients : aujourd’hui, le lycée Charlemagne est un centre d’examen. En effet, Monsieur Panguini nous a appris que comme les élèves ne pouvaient plus aller à Brazzaville pour passer leurs examens, comme seul ce lycée était ouvert au Congo, les élèves sont venus les passer à Charlemagne.

Monsieur Panguini : En 1997, il y avait des événements à Brazzaville, la rentrée en Octobre, n’a pas eu lieu. Bon, le proviseur ne voulait pas venir. Il y avait un professeur de maths qui avait demandé que le portail soit ouvert (…) c’est la cause [de cela] que Charlemagne est maintenant centre d’examens parce ce que [à cette époque à] Brazzaville, l’école était fermée. A Charlemagne les portes étaient ouvertes pendant les examens voilà. C’est là où le lycée Charlemagne est maintenant centre d’examens. Donc les élèves de Charlemagne au 2e tour [avant] ils passaient ça à Brazzaville alors que maintenant, pour les élèves le 2e tour c’est ici. (…) Le lycée était ouvert parce que M. Mourgantes, un professeur à l’époque (il n’est plus professeur, il est maintenant proviseur) quand le proviseur est venu, ils ont travaillé ensemble et après on l’a affecté ailleurs. Donc il est affecté [comme] proviseur.

Madame Ricci : Déjà c’était très compliqué parce que (…) les élèves étaient en plein examen de bac, on devait arrêter [à cause de la guerre]. Après le second problème, on a arrêté l’école 1 mois, une fois en février. Bien sûr, on avait les vacances, on arrêtait. Il y avait des problèmes de sécurité pour les élèves, par exemple quand il y avait des tirs, on apprenait à les mettre à plat ventre sous les tables. C’était une atmosphère très tendue.

IMG_9995

Les cercles de connaissance
Nous avons été touchées lorsque nous nous sommes rendues compte, lors des entretiens, que les « anciens » gardaient le contact même après le lycée, même après avoir quitté Pointe-Noire, et que même des professeurs gardaient le contact avec des élèves. Ils restaient toujours amis malgré  la distance.

Voici donc un extrait de Monsieur Célestin Simba :
Nous : Est-ce que vous avez un souvenir qui vous a marqué depuis que vous êtes au lycée ?
Célestin Simba : Le bon souvenir que j’ai, c’est par rapport aux élèves. Moi j’étais au CDI et j’ai fait les maths, pendant la guerre j’ai enseigné les maths à l’école, parce qu’il n’y avait pas de professeur de maths. Les élèves étaient autour de moi, au CDI, j’aidais certains pour expliquer certains cours qu’ils ne comprenaient pas. Le grand souvenir c’est que j’avais beaucoup de contact avec les élèves.

Nous : Vous êtes restés en contact avec les gens qui sont aujourd’hui partis ?
Célestin Simba : Avec les élèves. Ils sont presque tous ici dans de grandes sociétés. L’année dernière j’avais le contact, mais maintenant je suis rentré chez moi [M. Simba est retraité], je n’ai pas l’internet.

Et celui de madame X (anonyme) :
Nous : Est-ce que vous avez gardé le contact avec certains professeurs qui sont partis ou des élèves ?
Madame X : Des élèves pas beaucoup. J’ai gardé le contact avec des élèves qui sont ici. Des professeurs, oui, mais après c’est dans la sphère de ma  vie privée. Mais on se parle sur internet, on se donne des nouvelles. Comme moi je n’ai pas oublié, elles n’ont pas oublié le lycée. Donc elles sont toujours aux aguets des améliorations, les changements, l’ambiance, voilà. Le Congo, ça ne s’oublie pas dans une vie.

Ce qui nous a aussi émues c’est qu’en plus d’être amies, certaines ont rencontré leur conjoint pendant leur scolarité à Charlemagne. Voilà un extrait du témoignage de Mme Bouvarel :
Nous : Et vous aviez beaucoup d’amis à l’école ?
Corine Bouvarel : Eh bien oui ! On avait beaucoup d’amis comme vous aujourd’hui, pour moi  ce qui est un petit peu spécial c’est que j’en ai gardé un,  et aujourd’hui c’est mon mari.
Nous -C’est formidable !
Corine Bouvarel : Donc en fait on s’est connu en 6ème, on a fait pratiquement toutes nos classes ensemble parce qu’on était toujours dans les mêmes classes et on a été jusqu’en terminale ici tous les deux. 

Et un autre témoignage de Carine Trouyet, ancienne élève qui a aujourd’hui des enfants au lycée :
Carine Trouyet : Mon mari aussi était un ancien donc voilà.
Nous : Et vous avez connu votre mari dans le lycée ?
Carine Trouyet : Mon mari je l’ai rencontré en maternelle et puis après donc moi je suis partie en France. Je suis revenue passer  mon bac et lui il est parti en France au moment ou j’allais faire mon secondaire. Et puis après on s’est rencontrés longtemps après, on était copains d’enfance et voilà.

En conclusion, cette expérience a été très enrichissante car elle nous a permis d’inverser notre regard sur le monde. La phrase d’Amadou Hampaté Bâ a pris tout son sens : [En Afrique] « Quand un vieil homme meurt, c’est comme une bibliothèque qui brûle ».

Auteures du billet : Danielle, Eva, Fidélia, Julia, Lorena, Mireine, Sarah. La carte mentale a été dessinnée par Fidélia.

Crédits photographiques : les photographies ont été prises par Julia Bitar et Véronique Ginouvès pendant la semaine du lycée.

  1. Volets en verre qui laissent passer l’air []
  2. De 1997 à 1999, une guerre civile a eu lieu au Congo []

Les énergies mobilisées pour la fête de la science

Pour l’édition 2012 de la fête de la science, la phonothèque de la MMSH s’est installée trois jours dans la chapelle du Collège Campra à Aix-en-Provence. Cette fête annuelle est l’occasion de présenter aux scolaires comme au grand public la place des sources orales dans la recherche en sciences humaines et sociales. Cette année la thématique de la fête portait sur les énergie et les archives sonores qui étaient présentées donnait l’occasion de découvrir comment fonctionnait un moulin, comment vivait un charbonnier de l’époque ou encore, comment les populations ont réagi face à l’arrivée de l’électricité dans leur village. Quoi de mieux que de tendre l’oreille pour en savoir plus sur les différentes énergies, sur la façon dont les hommes les maniaient ou se trouvaient confrontés à leur évolution ?

Etudiante en Master « Métiers des bibliothèques » à Aix-en-Provence, je présentais la phonothèque durant ces trois journées. Le vendredi 12 octobre était consacré à la visite des scolaires : les classes se succédaient tout au long de la journée, 6ème, CE2, 3ème, et même un groupe de jeunes gens qui faisaient l’école à la maison. J’avais vingt minutes avec chaque groupe pour expliquer ce que sont les archives sonores et quel est leur rôle en sciences humaines et sociales. Je commençais en leur faisant écouter un extrait en occitan, dans lequel un vieil homme évoque l’arrivée de l’électricité dans son village. Des rires, de nombreuses propositions : espagnol, italien, arabe, français, latin et parfois, la bonne réponse ! Le faible nombre d’enfants connaissant cette langue me permettait de leur montrer l’importance que possèdent les archives sonores de ce genre pour les chercheurs, en linguistique mais surtout l’importance de garder trace du patrimoine immatériel. Je leur faisais ensuite écouter un extrait dans lequel un cévenol racontait une anecdote arrivée à sa grand-mère il y a un peu plus de cent ans : sa réaction en découvrant un homme rouler à vélo dans son village. J’insistais alors sur l’importance de la transmission orale et je demandais aux élèves si eux aussi avaient appris quelque chose par un membre de leur famille par l’oralité, s’ils avaient acquis des connaissances sans ouvrir un livre, des connaissances transmises oralement. Un enfant nous a parlé de son grand-père italien qui, pendant la guerre, n’avait que du pain et de l’eau, un autre nous a dit que son grand-père lui avait appris à jardiner. Tout cela pour en arriver à la conclusion que les archives sonores sont importantes à la fois pour le chercheur qui les a enregistrées et pour le témoignage qu’elles procurent encore aujourd’hui, mais aussi que la phonothèque a un rôle important à jouer dans tout cela : recueillir, conserver et transmettre ces archives sonores.

Le samedi et le dimanche, ce sont les mêmes idées que j’ai voulu apporter à un public, plus éclectique : des couples, des familles, des gens seuls, curieux d’en savoir plus, qu’il s’agisse de la directrice d’école ou du retraité venant de finir son marché. Si certains connaissaient déjà les archives sonores, la plupart découvraient totalement leur intérêt. Les différents extraits écoutés pour leur montrer les secrets que ces enregistrements révèlent nous faisaient ensuite converser sur leur propre expérience : la petite fille qui raconte que son arrière-grand-mère encore vivante lui parle de certains événements qu’elle a vécus, la femme fière de me dire qu’elle est grand-mère alors qu’elle a toujours sa propre grand-mère, insistant elle-même sur le rôle de la transmission orale ou encore celle qui m’explique qu’elle conserve encore chez elle des enregistrements sur cassette réalisés par une étudiante hollandaise qui avait enregistré, il y a longtemps de ça, des personnes vivant dans la montagne.

Ces trois jours ont donc été pour moi riches d’expériences, de découvertes, de rencontres, une bonne occasion d’en avoir appris davantage sur les sciences, par le biais des autres stands, et d’avoir fait découvrir à d’autres personnes ce qu’étaient les enquêtes orales, comme elles pouvaient être intéressantes si on y tendait une oreille, voire deux… je remercie donc toutes les personnes avec lesquelles j’ai passé ces trois jours ainsi que Véronique Ginouvès, qui m’a permis moi-même d’en savoir davantage sur les archives sonores, de me livrer à cette formidable expérience !

Manon Vinant., étudiante en  Master  « Métier des archives,

des bibliothèques et des documents sonores et audiovisuels »

Année universitaire 2012-2013

Le parcours aixois de la fête de la science 2012 a été initié par la MMSH et co-organisé par la Ville d’Aix, le Museum d’Histoire Naturelle, l’institut Pythéas et le CEA, en partenariat avec de nombreux laboratoires et partenaires.

Crédits photographiques : Manon Vinant, fête de la science 2012.

Les 12, 13 et 14 octobre 2012 : La phonothèque fête la science à Aix-en-Provence

Du vendredi 12 au dimanche 14 octobre, la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) présentera une sélection de ses archives sonores autour de la thématique « Parcours des sciences – Energies en Méditerranée » dans la chapelle du collège Campra à Aix-en-Provence dans le cadre de la Fête de la science. Venez nombreux les écouter !

Adresse : chapelle-auditorium du collège Campra, 16 rue Pierre et Marie Curie, Aix-en-Provence

Horaires : 10h-17h

Ouverture au public : vendredi, samedi, dimanche

 

Au programme :

– La fabrication des charbonnières
Une habitante de Viens raconte ses souvenirs d’enfance en tant que fille de charbonniers du Piémont (enquête 4073)
Une famille piémontaise décrit son activité charbonnière sur deux générations dans les Alpes-de-Haute-Provence (enquête 4075)
Un ancien charbonnier, venu d’Italie travailler dans les Alpes-de-Haute-Provence, parle de son métier et de son mode de vie avant et pendant la guerre de 1914-1918 (enquête 4080)
Une femme de charbonnier originaire d’Italie témoigne du mode de vie et du métier de charbonnier dans les Alpes de Hautes-Provence (enquête 4083)
Le plaisir du charbonnier à dormir dans la colline à Aureille, en Provence (enquête 525)

– L’arrivée de l’électricité dans les campagnes
La modernisation de la société en Cévennes (enquête 815)
Un agriculteur retraité témoigne à propos de la vie dans le hameau de Libre en Vallée de Roya des années 1930 à nos jours (enquête 2929)
L’electricita – Conte de Faucon, Vaucluse (enquête 944)

– Les moulins
Les moulins de la Devèze, dans les Cévennes au début du 20ème siècle (enquête 831)
Evocation de Prali, Val Germanasca, du début du siècle aux années 1950 (enquête 510)
Evolution technique et économique de l’utilisation des moulins à huile et du ramassage du foin dans la Crau (enquête 530)

– L’énergie dans les unités d’habitation urbaine
Détails techniques sur le fonctionnement et la consommation énergétique du bâtiment de la Cité Radieuse à Marseille par une de ses premiers habitants
(enquête 3559)

– Le point de vue d’un anthropologue sur un problème politique lié à l’énergie
Marceau Gast, ethnologue, évoque le déclin de la recherche ethnographique en Algérie à partir des années 1970 et la question du nucléaire au Sahara (enquête 3385).

Lire vers d’autres billets de la phonothèque sur la fête de la science :

http://phonotheque.hypotheses.org/5648 (2011)
http://phonotheque.hypotheses.org/4057 (2010)
http://phonotheque.hypotheses.org/4030 (2010)

 

Crédits photographiques : Enrico Fermi dans les années 1950 (ARC ID 595043), Atomic Energy Commission. Argonne National Laboratory. Office of Public Affairs. Pas de restrictions de droits connues.

« Le poisson tu le tues pas mais tu tues ses oeufs » : témoignages de pêcheurs varois sur la pollution des fonds marin dans les années 1970

Étudiante des métiers du livre en licence professionnelle à l’I.U.T Aix-en-Provence, j’ai eu pour mission, lors d’un stage à la phonothèque de la MMSH, de numériser et cataloguer des enquêtes orales en langue provençale enregistrées par Henri-Paul Brémondy. Ces entretiens m’ont fait découvrir l’univers particulier du patron pêcheur et l’évolution de cette profession au court du 20ème siècle. Toute l’atmosphère de la pêche et de la mer y est retranscrite par ces témoignages pris sur le vif. Une certaine confiance s’instaure entre l’enquêteur et les informateurs qui racontent leur métier et tout naturellement leurs anecdotes et leurs histoires personnelles, tout en alternant le provençal et le français.

Ces enquêtes ont été enregistrées dans les années 1970 et déjà le phénomène de pollution des fonds marins est très présent. Les témoignages de patrons pêcheurs décrivent avec précision l’impact néfaste des nouvelles technologies sur l’écosystème maritime. La motorisation des bateaux, l’utilisation du mazout, l’expansion des villes, le déversement de pesticides et de détergents par les égouts détériorent toute la chaîne alimentaire des poissons provoquant également la destruction massive des herbiers.

L’arrivée en masse des touristes modifie aussi les aménagements côtiers faisant ainsi disparaître les criques et les calanques. La côte du littoral varois, s’est transformée peu à peu en station balnéaire, plus favorable à l’économie de la région. Tous les informateurs transmettent un sentiment d’impuissance face à « la société capitaliste » des années 1970. Ils subissent impuissants des situations révoltantes comme la pêche à la dynamite ignorée par les pouvoirs publics et les autorités locales. Devant eux,  la mer se meurt peu à peu.

Au moment où se tient le 6ème forum mondial de l’eau, il peut être intéressant d’écouter les solutions que ces patrons pêcheurs pouvaient imaginer.

Texte de Céline Soulet.

Crédits photographiques : Un chalutier de retour à Skerries avec un plein de chargement de poissons, Dublin 1960.  Tilbrook, Richard , description physique: 1 slide; 5 x 5 cm. Fonds domaine public

« Qui a dit que les stages en entreprise ne déclenchaient pas de vocations ? »

Printemps 2001. Du haut de mes quatorze ans, mes tresses africaines sur la tête et mon « eastpack » sur le dos, je débarque à la phonothèque de la MMSH pour y effectuer mon stage en entreprise de 3ème. Ayant découvert l’existence de l’ethnologie dans la rubrique « lettre E » des métiers listés au CDI du collège, je n’avais pas idée de ce qui m’attendait…

A peine arrivée et en dépit de mon jeune âge, je suis accueillie avec la plus grande déférence et convivialité par Véronique Ginouvès, documentaliste, et Corinne Cassé, anthropologue, assistante à la phonothèque. Si la semaine de stage se déroule dans une bonne humeur joviale, elles ne prennent pas leur rôle à la légère. Au cours de la semaine, présentation de leurs professions, traitement de documents sonores et rencontre avec divers chercheurs sont au programme.

Je suis prise sous leurs ailes : en dehors des heures de travail, elles m’embarquent à la cafétéria, dans une fête du personnel, mais surtout elles me font partager leurs expériences professionnelles et personnelles. Avec Corinne, nous échangeons de longues conversations sur le rôle de l’ethnologue, les difficultés pratiques liées au métier, la méthodologie et l’éthique du chercheur. Elle illustre ses propos d’exemples, et me propose même de l’accompagner sur son prochain terrain. Je jubile !

Les différentes rencontres effectuées à la MMSH vont dans le sens de l’enthousiasme bienveillant de Corinne et Véronique ; tous contribuent à me rendre le métier compréhensible et accessible.

Ainsi, Evelyne Disdier, à la médiathèque, me fait découvrir une carte du monde datant de Louis XV ainsi qu’un album de photos prises en Tunisie dans les années 1950 qui appartiennent aux collections de la MMSH. Mais cela ne s’arrête pas là : nous discutons de l’actualité brûlante de l’époque et du rôle politique des médias, ce qui ouvre sur une discussion profonde sur la dimension subjective des images !

Jean-Noel Pelen, chercheur au CNRS, m’offre aussi de son temps et discute avec moi de sujets très sérieux lié à ses dernières recherches : qui peut-on qualifier d’« exclu » ? Peut-il s’agir d’une catégorie analytique ? La découverte de l’approche inductive me contrarie quelque peu car je ne comprends pas encore que l’on puisse travailler sur un sujet non défini au préalable. Nous parlons aussi de l’étrangeté, de l’aspiration à changer de point de vue, du rêve, de son impact sur le réel, de questions existentielles, du désir de voler…

Aux vues de mes tresses, Marilyne Crivello, professeur d’histoire, me conseille de consulter un mémoire de maîtrise sur de jeunes marseillaises d’origine comoréenne qui doivent effectuer le « Grand Mariage »1. Elle contribue même à me rendre cette recherche palpable en me prêtant la vidéo de l’entretien qui y est associée.

Ma plongée dans la salle des mémoires est initiée, je m’y engouffre littéralement, fascinée par l’originalité des thèmes qui y sont traités. Je me laisse même surprendre à ne plus voir le temps passer. La jeune fille que je suis se tourne vers les titres qui attirent spontanément son attention. Je me souviens être restée longtemps marquée par l’étonnement qui m’a saisie lorsque, à la lecture d’un mémoire sur la perception de la beauté aux Antilles, je réalisais que c’était systématiquement la fille que je trouvais la moins belle sur les photos qui était élue Miss. Comment se pouvait-il que des personnes aient des perceptions si différentes des miennes ?

En fin de semaine, je passais au stade supérieur et me lançais dans la passionnante lecture de Mœurs et Sexualité en Océanie de Margaret Mead, me délectant de à l’inversement des schémas et de l’exotisme des sociétés décrites…Si loin du désenchantement ! Je me souviens que le jour de mon départ, avant de passer la porte, Corinne m’avait lancé: « Je suis sûre que tu vas beaucoup apporter à l’anthropologie ! ». Ma mère m’avait dit qu’elle était gentille. Moi, j’envisageais d’en devenir capable…

A la fin du rapport de stage, il nous était demandé de faire le lien entre nos études et l’avenir. A sa relecture, onze ans plus tard, je me rends compte que j’ai fait exactement ce que j’avais écrit : après un bac général, je suis partie une année à l’étranger afin d’élargir mes horizons et me confronter à l’altérité, après quoi j’ai entrepris des études d’anthropologie. Ce que je n’avais pas prévu, c’est qu’ayant découvert l’Amérique centrale, je les réaliserais à la fac de Nanterre, afin de partir un an en échange au Mexique, puis que j’entrerais à l’EHESS de Paris pour le Master.

C’est lors de la rédaction de mon mémoire, intitulé Des expériences intimes de la translocalité. Usages du « lieu », usages de l’Autre et élaborations identitaires en situation touristique (Tulum, Quintana Roo, Mexique), que j’ai été amenée à me remémorer mes quatorze ans. Tenue d’expliquer le choix de mon objet d’étude, je l’introduisais par le constat suivant :

« Ce mémoire est parti de l’interrogation éminemment générale, commune et sujette à controverse : Qu’en est-il des « identités » dans la « globalisation » ? De fait, il s’agissait de la question à la mode au début des années 2000, quand mon intérêt pour l’anthropologie s’est éveillé. Si son omniprésence dans les médias la rendait intrigante aux yeux de l’adolescente que j’étais, elle s’accompagna du souhait de la disséquer pour mieux la comprendre, bref de la déconstruire. Les années qui suivirent me fournirent le matériel conceptuel et empirique nécessaire à l’entreprise de ce projet. »

La prochaine étape est lancée : me voilà doctorante, de retour dans le sud, où je compose ma thèse dans les locaux familiers de la MMSH

Le plus fou dans tout ça, c’est que je l’avais prévu !

Mélissa Elbez – Contact : Melissa.elbez[@]ehess.fr

Crédits photographiques : Corinne, Mélissa et Véronique photographiées par Benjamin Vettori à la MMSH, 24 janvier 2012.


  1. Elaboration de sources filmiques en histoire : la représentation du grand Mariage pour les jeunes Comoriens à Marseille par Franck Salingardes, maîtrise d’histoire sous la dir. de Maryline Crivello, Université de Provence, 2000, 130 p. []