Tous les articles par Ceux qui passent à la phonothèque

Une formation sur la collecte de témoignages oraux à l’INA

Du 11 au 13 juin 2014, l’INA expert organisait pour la troisième fois une formation sur le thème Collecter, produire, enregistrer des témoignages, une partie était consacrée à la méthode de terrain (les diaporamas de la formation sont accessibles ici et ). Dans ce cadre, les stagiaires devaient réaliser un entretien enregistré avec une personne – au hasard – à qui ils devaient expliquer leur démarche de collectage et faire signer un contrat d’autorisation de diffusion et de réutilisation. Avant de se lancer dans l’aventure, les stagiaires ont dessiné une carte mentale pour les soutenir dans leur projet. Le questionnement portait sur le rapport au patrimoine immatériel du témoin et ce qu’il imaginait derrière ce terme.

Voilà la carte mentale dessinée pour préparer l’enregistrement à partir des pré-notions des stagiaires :

CARTE MENTALE PCI

 

Au retour de leur collecte, en écoutant l’entretien, les stagiaires ont mesuré l’impact de environnement du témoin (ici professionnel) sur le bon déroulement de l’entretien : difficile d’interrompre le fil de celui,ou celle qui, interrogé-e sur son lieu de travail, parle de ce qui lui est le plus proche ou y puise ses exemples, son métier. La pertinence du questionnement et le savoir-faire des collecteurs-trices sont mis à l’épreuve pour réussir à faire appréhender au témoin ce qui est requis de lui : son point de vue, ses connaissances objectives des thèmes évoqués, le sien et celui de son entourage familial, etc.

Billet collectif rédigé par Annie-Pierre Richon, Cécile Rivière, Sabine Pagliarucci.

Merci à Malika de s’être prêtée à l’expérience !

Photographie diffusée avec l’aimable autorisation de Didier Allard, INA.

Histoire orale du lycée Charlemagne, 40 ans d’enseignement

Dans le cadre du 40e anniversaire du lycée Français Charlemagne de Pointe Noire, sept élèves de 3e et 2nde ont mené une enquête orale pour mieux connaître l’histoire de l’établissement. Neuf témoins ont été enregistrés qui ont soit travaillé, soit étudié dans le lycée ou y sont encore. C’est Maguelonne Batt, une professeure d’histoire du lycée Charlemagne, qui a eu l’idée de monter ce projet et c’est avec l’aide d’une ingénieure de recherche du CNRS venue de France, Véronique Ginouvès, que nous l’avons mis en œuvre. Il nous a permis de découvrir le métier d’anthropologue et d’historien de l’oral.

Le premier jour, nous nous sommes posé la question : à quoi cela peut servir d’enregistrer des témoins ?
Voilà quelques réponses, n’hésitez à ajouter les vôtres dans le commentaire du blog. D’après nous, enregistrer des témoins a permis :
– d’avoir plusieurs points de vue (les souvenirs sont différents en fonction de la vision de chacun) ;
– de compléter les archives papier du lycée ;
– de donner de la vie à l’histoire de l’établissement, comprendre les changements ;
– de permettre à ceux qui ne peuvent pas transmettre leur savoir par l’écrit de participer à la connaissance.

Méthologie :
– Pour réaliser notre grille d’entretien, nous avons dessiné une carte mentale ou carte heuristique.
– Pour informer chacun des témoins de ce qui allait être fait de leur parole enregistrée, nous avons fait signer à chacun d’entre eux un contrat. Tous les témoins ont accepté que leurs enregistrements soient conservés et diffusés . Nous avons décidé de les déposer ensuite au CDI du lycée où ils pourront être écoutés par tous.

carte-mentale

Pour ceux qui ne pourront pas venir à Pointe-Noire, voilà quelques thèmes qui ont été abordés…

Le paysage 
Nous avons découvert qu’autrefois le lycée Charlemagne était au cœur de la nature. Le long de la côte sauvage, de l’ancien village des artisans, il y avait de magnifiques flamboyants. Certes le paysage a été quelque peu modifié aux alentours de l’école depuis les années 70. A cette époque, la Citronnelle s’appelait La Rotonde. C’était alors un bar qui appartenait au grand-père d’une de nos témoins, celui-là même qui avait cédé le terrain pour construire le lycée.

Les bâtiments
Tous les témoins enregistrés s’accordent à dire que l’établissement est resté le même à travers les années même si, bien sûr, les bâtiments ont pu connaître des fonctions différentes au fil des 40 ans et que des aménagements ont permis d’accueillir de plus en plus d’élèves. Le lycée a subi également de nombreuses modifications concernant l’organisation administrative.
Mme De Jésus, ancienne élève devenue assistante de direction au lycée :
Nous : Avez-vous remarqué des changements dans le lycée depuis le temps où vous étiez élève ?
Mme De Jésus : Des changements sur la structure du lycée ? oui énormément. On n’avait pas les classes climatisées, on avait des nacos1, des ventilateurs au plafond. Il n’y avait pas de postes informatiques, les classes de sciences étaient moins modernes que maintenant, tout ça a beaucoup évolué.

M. Manicas, ancien élève actuellement dans la restauration :
Nous : Est-ce que les classes étaient déjà climatisées quand vous alliez au lycée ?
M. Manicas : Non, il y avait pas de climatisation, il n’y avait même pas de mur d’enceinte, c’est-à-dire que le lycée était délimité par des petits murets des poteaux et des poutres en béton. Pas de mur de clôture. Il y avait une maman qui vendait des arachides le long du mur et aux intercours on allait chercher nos arachides.

Enregistrement-M.-Simba-pour-webM. Simba, aujourd’hui retraité, ancien bibliothécaire, professeur de mathématiques et qui a occupé plusieurs postes au lycée, nous a expliqué qu’en 1977, les cours A et B correspondaient à la maternelle. La cour D au collège, l’étage du bâtiment D était réservé au primaire et le bas au collège. L’infirmerie, d’abord en salle D11, s’est retrouvée dans la cour C vers 1980. La cour C était réservée au secondaire. Certaines salles n’ont pas changé de place comme celles de gym, de techno et la permanence. L’organisation de l’administration et le CDI ont changé à plusieurs reprises en restant toujours autour de la cour C. Le passage entre la salle de réunion et les salles de physique n’existait pas, il fallait faire le tour, plus haut.

Contexte historique
Avant la construction du lycée Charlemagne, les élèves, congolais ou européens, allaient à l’école Félix Tchicaya. Le programme était celui qui était suivi en France et n’était pas relié au Congo. Entre 1963 et 1968 tout a basculé avec révolution congolaise. Suite à cela, le programme des écoles congolaises portait sur l’histoire du Congo et les Français on décidé de construire un lycée, c’était le lycée Charlemagne. M. Simba nous a expliqué que les parents d’élèves d’enfants français se sont cotisés et M. Joseph René Trouyet, forestier, propriétaire d’un secteur de La Losonge (où était située La Rotonde) a cédé une partie de ses terres pour la construction du bâtiment. De 1974 à 1992, seuls les élèves de nationalité française pouvaient suivre les cours de cette école consulaire (elle dépendait du consulat de France). Après les événements de 1992 à 1998, le statut du lycée a changé et toutes les nationalités ont pu être accueillies.

 

Les loisirs
A la Rotonde (qui deviendra « La Citronelle »), dans l’arrière salle, il y avait des jeux comme des flippers ou un baby-foot, à midi les lycéens venaient y manger leurs sandwiches, c’était un lieu où les élèves aimaient se regrouper. A côté, le Victory Palace existait déjà, tout comme l’Atlantic (on peut voir le sommet de l’immeuble de cet hôtel au fond de la photo de groupe en-tête du billet). D’après Madame Trouyet, en face de l’école (là où se trouve le tribunal aujourd’hui) se trouvait un centre sportif où les élèves prenaient des cours de judo. Plusieurs témoins nous ont aussi raconté, que la nuit, près du lycée, il arrivait que professeurs et élèves européens se retrouvent car il y avait une pizzeria et deux boîtes de nuit dont une s’appelait La Licorne. D’autres lieux de rencontre nous ont été cités. Monsieur Manicas nous en a dressé la liste : l’amicale bouliste qui fonctionnait principalement le soir, le cercle civil spécialisé dans les tennis, le club nautique ou cercle naval, spécialisé dans tout ce qui était activité voile et plage, le club hippique, un club de judo nous a également été signalé. Il y avait aussi un cinéma qui passait les films du moment.

Les évènements de 1997
La vie au lycée pendant 40 ans a été très paisible, l’événement marquant pour nos témoins est la période de 19972. Ils nous ont appris que l’école avait été fermée quelques temps avant d’ouvrir à nouveau. Les avis divergent sur la période de fermeture, entre une semaine et un mois. Cette période de crise n’a pas eu que des inconvénients : aujourd’hui, le lycée Charlemagne est un centre d’examen. En effet, Monsieur Panguini nous a appris que comme les élèves ne pouvaient plus aller à Brazzaville pour passer leurs examens, comme seul ce lycée était ouvert au Congo, les élèves sont venus les passer à Charlemagne.

Monsieur Panguini : En 1997, il y avait des événements à Brazzaville, la rentrée en Octobre, n’a pas eu lieu. Bon, le proviseur ne voulait pas venir. Il y avait un professeur de maths qui avait demandé que le portail soit ouvert (…) c’est la cause [de cela] que Charlemagne est maintenant centre d’examens parce ce que [à cette époque à] Brazzaville, l’école était fermée. A Charlemagne les portes étaient ouvertes pendant les examens voilà. C’est là où le lycée Charlemagne est maintenant centre d’examens. Donc les élèves de Charlemagne au 2e tour [avant] ils passaient ça à Brazzaville alors que maintenant, pour les élèves le 2e tour c’est ici. (…) Le lycée était ouvert parce que M. Mourgantes, un professeur à l’époque (il n’est plus professeur, il est maintenant proviseur) quand le proviseur est venu, ils ont travaillé ensemble et après on l’a affecté ailleurs. Donc il est affecté [comme] proviseur.

Madame Ricci : Déjà c’était très compliqué parce que (…) les élèves étaient en plein examen de bac, on devait arrêter [à cause de la guerre]. Après le second problème, on a arrêté l’école 1 mois, une fois en février. Bien sûr, on avait les vacances, on arrêtait. Il y avait des problèmes de sécurité pour les élèves, par exemple quand il y avait des tirs, on apprenait à les mettre à plat ventre sous les tables. C’était une atmosphère très tendue.

IMG_9995

Les cercles de connaissance
Nous avons été touchées lorsque nous nous sommes rendues compte, lors des entretiens, que les « anciens » gardaient le contact même après le lycée, même après avoir quitté Pointe-Noire, et que même des professeurs gardaient le contact avec des élèves. Ils restaient toujours amis malgré  la distance.

Voici donc un extrait de Monsieur Célestin Simba :
Nous : Est-ce que vous avez un souvenir qui vous a marqué depuis que vous êtes au lycée ?
Célestin Simba : Le bon souvenir que j’ai, c’est par rapport aux élèves. Moi j’étais au CDI et j’ai fait les maths, pendant la guerre j’ai enseigné les maths à l’école, parce qu’il n’y avait pas de professeur de maths. Les élèves étaient autour de moi, au CDI, j’aidais certains pour expliquer certains cours qu’ils ne comprenaient pas. Le grand souvenir c’est que j’avais beaucoup de contact avec les élèves.

Nous : Vous êtes restés en contact avec les gens qui sont aujourd’hui partis ?
Célestin Simba : Avec les élèves. Ils sont presque tous ici dans de grandes sociétés. L’année dernière j’avais le contact, mais maintenant je suis rentré chez moi [M. Simba est retraité], je n’ai pas l’internet.

Et celui de madame X (anonyme) :
Nous : Est-ce que vous avez gardé le contact avec certains professeurs qui sont partis ou des élèves ?
Madame X : Des élèves pas beaucoup. J’ai gardé le contact avec des élèves qui sont ici. Des professeurs, oui, mais après c’est dans la sphère de ma  vie privée. Mais on se parle sur internet, on se donne des nouvelles. Comme moi je n’ai pas oublié, elles n’ont pas oublié le lycée. Donc elles sont toujours aux aguets des améliorations, les changements, l’ambiance, voilà. Le Congo, ça ne s’oublie pas dans une vie.

Ce qui nous a aussi émues c’est qu’en plus d’être amies, certaines ont rencontré leur conjoint pendant leur scolarité à Charlemagne. Voilà un extrait du témoignage de Mme Bouvarel :
Nous : Et vous aviez beaucoup d’amis à l’école ?
Corine Bouvarel : Eh bien oui ! On avait beaucoup d’amis comme vous aujourd’hui, pour moi  ce qui est un petit peu spécial c’est que j’en ai gardé un,  et aujourd’hui c’est mon mari.
Nous -C’est formidable !
Corine Bouvarel : Donc en fait on s’est connu en 6ème, on a fait pratiquement toutes nos classes ensemble parce qu’on était toujours dans les mêmes classes et on a été jusqu’en terminale ici tous les deux. 

Et un autre témoignage de Carine Trouyet, ancienne élève qui a aujourd’hui des enfants au lycée :
Carine Trouyet : Mon mari aussi était un ancien donc voilà.
Nous : Et vous avez connu votre mari dans le lycée ?
Carine Trouyet : Mon mari je l’ai rencontré en maternelle et puis après donc moi je suis partie en France. Je suis revenue passer  mon bac et lui il est parti en France au moment ou j’allais faire mon secondaire. Et puis après on s’est rencontrés longtemps après, on était copains d’enfance et voilà.

En conclusion, cette expérience a été très enrichissante car elle nous a permis d’inverser notre regard sur le monde. La phrase d’Amadou Hampaté Bâ a pris tout son sens : [En Afrique] « Quand un vieil homme meurt, c’est comme une bibliothèque qui brûle ».

Auteures du billet : Danielle, Eva, Fidélia, Julia, Lorena, Mireine, Sarah. La carte mentale a été dessinnée par Fidélia.

Crédits photographiques : les photographies ont été prises par Julia Bitar et Véronique Ginouvès pendant la semaine du lycée.

  1. Volets en verre qui laissent passer l’air []
  2. De 1997 à 1999, une guerre civile a eu lieu au Congo []

Les énergies mobilisées pour la fête de la science

Pour l’édition 2012 de la fête de la science, la phonothèque de la MMSH s’est installée trois jours dans la chapelle du Collège Campra à Aix-en-Provence. Cette fête annuelle est l’occasion de présenter aux scolaires comme au grand public la place des sources orales dans la recherche en sciences humaines et sociales. Cette année la thématique de la fête portait sur les énergie et les archives sonores qui étaient présentées donnait l’occasion de découvrir comment fonctionnait un moulin, comment vivait un charbonnier de l’époque ou encore, comment les populations ont réagi face à l’arrivée de l’électricité dans leur village. Quoi de mieux que de tendre l’oreille pour en savoir plus sur les différentes énergies, sur la façon dont les hommes les maniaient ou se trouvaient confrontés à leur évolution ?

Etudiante en Master « Métiers des bibliothèques » à Aix-en-Provence, je présentais la phonothèque durant ces trois journées. Le vendredi 12 octobre était consacré à la visite des scolaires : les classes se succédaient tout au long de la journée, 6ème, CE2, 3ème, et même un groupe de jeunes gens qui faisaient l’école à la maison. J’avais vingt minutes avec chaque groupe pour expliquer ce que sont les archives sonores et quel est leur rôle en sciences humaines et sociales. Je commençais en leur faisant écouter un extrait en occitan, dans lequel un vieil homme évoque l’arrivée de l’électricité dans son village. Des rires, de nombreuses propositions : espagnol, italien, arabe, français, latin et parfois, la bonne réponse ! Le faible nombre d’enfants connaissant cette langue me permettait de leur montrer l’importance que possèdent les archives sonores de ce genre pour les chercheurs, en linguistique mais surtout l’importance de garder trace du patrimoine immatériel. Je leur faisais ensuite écouter un extrait dans lequel un cévenol racontait une anecdote arrivée à sa grand-mère il y a un peu plus de cent ans : sa réaction en découvrant un homme rouler à vélo dans son village. J’insistais alors sur l’importance de la transmission orale et je demandais aux élèves si eux aussi avaient appris quelque chose par un membre de leur famille par l’oralité, s’ils avaient acquis des connaissances sans ouvrir un livre, des connaissances transmises oralement. Un enfant nous a parlé de son grand-père italien qui, pendant la guerre, n’avait que du pain et de l’eau, un autre nous a dit que son grand-père lui avait appris à jardiner. Tout cela pour en arriver à la conclusion que les archives sonores sont importantes à la fois pour le chercheur qui les a enregistrées et pour le témoignage qu’elles procurent encore aujourd’hui, mais aussi que la phonothèque a un rôle important à jouer dans tout cela : recueillir, conserver et transmettre ces archives sonores.

Le samedi et le dimanche, ce sont les mêmes idées que j’ai voulu apporter à un public, plus éclectique : des couples, des familles, des gens seuls, curieux d’en savoir plus, qu’il s’agisse de la directrice d’école ou du retraité venant de finir son marché. Si certains connaissaient déjà les archives sonores, la plupart découvraient totalement leur intérêt. Les différents extraits écoutés pour leur montrer les secrets que ces enregistrements révèlent nous faisaient ensuite converser sur leur propre expérience : la petite fille qui raconte que son arrière-grand-mère encore vivante lui parle de certains événements qu’elle a vécus, la femme fière de me dire qu’elle est grand-mère alors qu’elle a toujours sa propre grand-mère, insistant elle-même sur le rôle de la transmission orale ou encore celle qui m’explique qu’elle conserve encore chez elle des enregistrements sur cassette réalisés par une étudiante hollandaise qui avait enregistré, il y a longtemps de ça, des personnes vivant dans la montagne.

Ces trois jours ont donc été pour moi riches d’expériences, de découvertes, de rencontres, une bonne occasion d’en avoir appris davantage sur les sciences, par le biais des autres stands, et d’avoir fait découvrir à d’autres personnes ce qu’étaient les enquêtes orales, comme elles pouvaient être intéressantes si on y tendait une oreille, voire deux… je remercie donc toutes les personnes avec lesquelles j’ai passé ces trois jours ainsi que Véronique Ginouvès, qui m’a permis moi-même d’en savoir davantage sur les archives sonores, de me livrer à cette formidable expérience !

Manon Vinant., étudiante en  Master  « Métier des archives,

des bibliothèques et des documents sonores et audiovisuels »

Année universitaire 2012-2013

Le parcours aixois de la fête de la science 2012 a été initié par la MMSH et co-organisé par la Ville d’Aix, le Museum d’Histoire Naturelle, l’institut Pythéas et le CEA, en partenariat avec de nombreux laboratoires et partenaires.

Crédits photographiques : Manon Vinant, fête de la science 2012.

Les 12, 13 et 14 octobre 2012 : La phonothèque fête la science à Aix-en-Provence

Du vendredi 12 au dimanche 14 octobre, la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) présentera une sélection de ses archives sonores autour de la thématique « Parcours des sciences – Energies en Méditerranée » dans la chapelle du collège Campra à Aix-en-Provence dans le cadre de la Fête de la science. Venez nombreux les écouter !

Adresse : chapelle-auditorium du collège Campra, 16 rue Pierre et Marie Curie, Aix-en-Provence

Horaires : 10h-17h

Ouverture au public : vendredi, samedi, dimanche

 

Au programme :

– La fabrication des charbonnières
Une habitante de Viens raconte ses souvenirs d’enfance en tant que fille de charbonniers du Piémont (enquête 4073)
Une famille piémontaise décrit son activité charbonnière sur deux générations dans les Alpes-de-Haute-Provence (enquête 4075)
Un ancien charbonnier, venu d’Italie travailler dans les Alpes-de-Haute-Provence, parle de son métier et de son mode de vie avant et pendant la guerre de 1914-1918 (enquête 4080)
Une femme de charbonnier originaire d’Italie témoigne du mode de vie et du métier de charbonnier dans les Alpes de Hautes-Provence (enquête 4083)
Le plaisir du charbonnier à dormir dans la colline à Aureille, en Provence (enquête 525)

– L’arrivée de l’électricité dans les campagnes
La modernisation de la société en Cévennes (enquête 815)
Un agriculteur retraité témoigne à propos de la vie dans le hameau de Libre en Vallée de Roya des années 1930 à nos jours (enquête 2929)
L’electricita – Conte de Faucon, Vaucluse (enquête 944)

– Les moulins
Les moulins de la Devèze, dans les Cévennes au début du 20ème siècle (enquête 831)
Evocation de Prali, Val Germanasca, du début du siècle aux années 1950 (enquête 510)
Evolution technique et économique de l’utilisation des moulins à huile et du ramassage du foin dans la Crau (enquête 530)

– L’énergie dans les unités d’habitation urbaine
Détails techniques sur le fonctionnement et la consommation énergétique du bâtiment de la Cité Radieuse à Marseille par une de ses premiers habitants
(enquête 3559)

– Le point de vue d’un anthropologue sur un problème politique lié à l’énergie
Marceau Gast, ethnologue, évoque le déclin de la recherche ethnographique en Algérie à partir des années 1970 et la question du nucléaire au Sahara (enquête 3385).

Lire vers d’autres billets de la phonothèque sur la fête de la science :

http://phonotheque.hypotheses.org/5648 (2011)
http://phonotheque.hypotheses.org/4057 (2010)
http://phonotheque.hypotheses.org/4030 (2010)

 

Crédits photographiques : Enrico Fermi dans les années 1950 (ARC ID 595043), Atomic Energy Commission. Argonne National Laboratory. Office of Public Affairs. Pas de restrictions de droits connues.

« Le poisson tu le tues pas mais tu tues ses oeufs » : témoignages de pêcheurs varois sur la pollution des fonds marin dans les années 1970

Étudiante des métiers du livre en licence professionnelle à l’I.U.T Aix-en-Provence, j’ai eu pour mission, lors d’un stage à la phonothèque de la MMSH, de numériser et cataloguer des enquêtes orales en langue provençale enregistrées par Henri-Paul Brémondy. Ces entretiens m’ont fait découvrir l’univers particulier du patron pêcheur et l’évolution de cette profession au court du 20ème siècle. Toute l’atmosphère de la pêche et de la mer y est retranscrite par ces témoignages pris sur le vif. Une certaine confiance s’instaure entre l’enquêteur et les informateurs qui racontent leur métier et tout naturellement leurs anecdotes et leurs histoires personnelles, tout en alternant le provençal et le français.

Ces enquêtes ont été enregistrées dans les années 1970 et déjà le phénomène de pollution des fonds marins est très présent. Les témoignages de patrons pêcheurs décrivent avec précision l’impact néfaste des nouvelles technologies sur l’écosystème maritime. La motorisation des bateaux, l’utilisation du mazout, l’expansion des villes, le déversement de pesticides et de détergents par les égouts détériorent toute la chaîne alimentaire des poissons provoquant également la destruction massive des herbiers.

L’arrivée en masse des touristes modifie aussi les aménagements côtiers faisant ainsi disparaître les criques et les calanques. La côte du littoral varois, s’est transformée peu à peu en station balnéaire, plus favorable à l’économie de la région. Tous les informateurs transmettent un sentiment d’impuissance face à « la société capitaliste » des années 1970. Ils subissent impuissants des situations révoltantes comme la pêche à la dynamite ignorée par les pouvoirs publics et les autorités locales. Devant eux,  la mer se meurt peu à peu.

Au moment où se tient le 6ème forum mondial de l’eau, il peut être intéressant d’écouter les solutions que ces patrons pêcheurs pouvaient imaginer.

Texte de Céline Soulet.

Crédits photographiques : Un chalutier de retour à Skerries avec un plein de chargement de poissons, Dublin 1960.  Tilbrook, Richard , description physique: 1 slide; 5 x 5 cm. Fonds domaine public

« Qui a dit que les stages en entreprise ne déclenchaient pas de vocations ? »

Printemps 2001. Du haut de mes quatorze ans, mes tresses africaines sur la tête et mon « eastpack » sur le dos, je débarque à la phonothèque de la MMSH pour y effectuer mon stage en entreprise de 3ème. Ayant découvert l’existence de l’ethnologie dans la rubrique « lettre E » des métiers listés au CDI du collège, je n’avais pas idée de ce qui m’attendait…

A peine arrivée et en dépit de mon jeune âge, je suis accueillie avec la plus grande déférence et convivialité par Véronique Ginouvès, documentaliste, et Corinne Cassé, anthropologue, assistante à la phonothèque. Si la semaine de stage se déroule dans une bonne humeur joviale, elles ne prennent pas leur rôle à la légère. Au cours de la semaine, présentation de leurs professions, traitement de documents sonores et rencontre avec divers chercheurs sont au programme.

Je suis prise sous leurs ailes : en dehors des heures de travail, elles m’embarquent à la cafétéria, dans une fête du personnel, mais surtout elles me font partager leurs expériences professionnelles et personnelles. Avec Corinne, nous échangeons de longues conversations sur le rôle de l’ethnologue, les difficultés pratiques liées au métier, la méthodologie et l’éthique du chercheur. Elle illustre ses propos d’exemples, et me propose même de l’accompagner sur son prochain terrain. Je jubile !

Les différentes rencontres effectuées à la MMSH vont dans le sens de l’enthousiasme bienveillant de Corinne et Véronique ; tous contribuent à me rendre le métier compréhensible et accessible.

Ainsi, Evelyne Disdier, à la médiathèque, me fait découvrir une carte du monde datant de Louis XV ainsi qu’un album de photos prises en Tunisie dans les années 1950 qui appartiennent aux collections de la MMSH. Mais cela ne s’arrête pas là : nous discutons de l’actualité brûlante de l’époque et du rôle politique des médias, ce qui ouvre sur une discussion profonde sur la dimension subjective des images !

Jean-Noel Pelen, chercheur au CNRS, m’offre aussi de son temps et discute avec moi de sujets très sérieux lié à ses dernières recherches : qui peut-on qualifier d’« exclu » ? Peut-il s’agir d’une catégorie analytique ? La découverte de l’approche inductive me contrarie quelque peu car je ne comprends pas encore que l’on puisse travailler sur un sujet non défini au préalable. Nous parlons aussi de l’étrangeté, de l’aspiration à changer de point de vue, du rêve, de son impact sur le réel, de questions existentielles, du désir de voler…

Aux vues de mes tresses, Marilyne Crivello, professeur d’histoire, me conseille de consulter un mémoire de maîtrise sur de jeunes marseillaises d’origine comoréenne qui doivent effectuer le « Grand Mariage »1. Elle contribue même à me rendre cette recherche palpable en me prêtant la vidéo de l’entretien qui y est associée.

Ma plongée dans la salle des mémoires est initiée, je m’y engouffre littéralement, fascinée par l’originalité des thèmes qui y sont traités. Je me laisse même surprendre à ne plus voir le temps passer. La jeune fille que je suis se tourne vers les titres qui attirent spontanément son attention. Je me souviens être restée longtemps marquée par l’étonnement qui m’a saisie lorsque, à la lecture d’un mémoire sur la perception de la beauté aux Antilles, je réalisais que c’était systématiquement la fille que je trouvais la moins belle sur les photos qui était élue Miss. Comment se pouvait-il que des personnes aient des perceptions si différentes des miennes ?

En fin de semaine, je passais au stade supérieur et me lançais dans la passionnante lecture de Mœurs et Sexualité en Océanie de Margaret Mead, me délectant de à l’inversement des schémas et de l’exotisme des sociétés décrites…Si loin du désenchantement ! Je me souviens que le jour de mon départ, avant de passer la porte, Corinne m’avait lancé: « Je suis sûre que tu vas beaucoup apporter à l’anthropologie ! ». Ma mère m’avait dit qu’elle était gentille. Moi, j’envisageais d’en devenir capable…

A la fin du rapport de stage, il nous était demandé de faire le lien entre nos études et l’avenir. A sa relecture, onze ans plus tard, je me rends compte que j’ai fait exactement ce que j’avais écrit : après un bac général, je suis partie une année à l’étranger afin d’élargir mes horizons et me confronter à l’altérité, après quoi j’ai entrepris des études d’anthropologie. Ce que je n’avais pas prévu, c’est qu’ayant découvert l’Amérique centrale, je les réaliserais à la fac de Nanterre, afin de partir un an en échange au Mexique, puis que j’entrerais à l’EHESS de Paris pour le Master.

C’est lors de la rédaction de mon mémoire, intitulé Des expériences intimes de la translocalité. Usages du « lieu », usages de l’Autre et élaborations identitaires en situation touristique (Tulum, Quintana Roo, Mexique), que j’ai été amenée à me remémorer mes quatorze ans. Tenue d’expliquer le choix de mon objet d’étude, je l’introduisais par le constat suivant :

« Ce mémoire est parti de l’interrogation éminemment générale, commune et sujette à controverse : Qu’en est-il des « identités » dans la « globalisation » ? De fait, il s’agissait de la question à la mode au début des années 2000, quand mon intérêt pour l’anthropologie s’est éveillé. Si son omniprésence dans les médias la rendait intrigante aux yeux de l’adolescente que j’étais, elle s’accompagna du souhait de la disséquer pour mieux la comprendre, bref de la déconstruire. Les années qui suivirent me fournirent le matériel conceptuel et empirique nécessaire à l’entreprise de ce projet. »

La prochaine étape est lancée : me voilà doctorante, de retour dans le sud, où je compose ma thèse dans les locaux familiers de la MMSH

Le plus fou dans tout ça, c’est que je l’avais prévu !

Mélissa Elbez – Contact : Melissa.elbez[@]ehess.fr

Crédits photographiques : Corinne, Mélissa et Véronique photographiées par Benjamin Vettori à la MMSH, 24 janvier 2012.


  1. Elaboration de sources filmiques en histoire : la représentation du grand Mariage pour les jeunes Comoriens à Marseille par Franck Salingardes, maîtrise d’histoire sous la dir. de Maryline Crivello, Université de Provence, 2000, 130 p. []

Practica la Fonoteca MMSH : à propos de La Cité Radieuse din Marsilia

În calitatea pe care o am de sociolog, bursier postdoctoral al Academiei Române – Filiala Iași, fiind totodată și cadru didactic la Universitatea Petre Andrei din Iași, am decis să efectuez în luna august 2011 un stagiu de documentare în străinătate. Subiectele mele de cercetare se concentrează în principal pe sociologia comunităților iar în cadrul proiectului Filialei Iași a Academiei Române tema mea este formulată astfel: O perspectivă comunitaristă asupra vieții sociale în spațiul urban românesc. Mecanisme de instituire și de perpetuare a disfuncțiilor sociale.

Conceptul arhivelor de teren mi s-a părut întotdeauna extrem de atrăgător. Orientat în ultimii ani cu precădere spre studii în care utilizez majoritar date cantitative, am considerat oportun să echilibrez puțin abordarea și să îmi îndrept atenția către abordări care favorizează datele de tip calitativ. În mod natural aceasta m-a condus către fonoteca din cadrul Casei Mediteraneene a Științelor Omului unde am contactat-o pe d-na Veronique Ginouves, un profesionist pasionat al Arhivelor sonore.

Diversitatea și complexitatea datelor existente în cadrul fonotecii sunt deosebite. La dispoziția cercetătorilor se află peste 5.000 de ore de arhivă. Aceasta poate fi descurajant dacă încerci să identifici singur dosarul care te-ar putea ajuta cel mai mult în demersul tău. După ce ce i-am indicat zona mea de interes profesional pentru acest stagiu, Veronique Ginouve mi-a pregatit un dosar care s-a potrivit excelent și îi multumesc foarte mult pentru asta. Dosarul este legat de „unitatea rezidențială” Cité Radieuse din Marsilia, prima dintre cele 5 asemenea construcții realizate după planurile și în viziunea arhitectului Le Corbusier. Acesta propunea o construcție gândită să ofere oportunitatea dezvoltării unei vieți sociale bogate pentru rezidenți, o soluție pentru generarea spiritului comunitar într-o clădire tipic urbană. De altfel, anchetele sunt cu atât mai originale cu cât ele nu au fost realizate în cadrul unui program de cercetare așa cum se întâmplă cel mai adesea ci de către o persoană care a dorit să patrimonializeze memoria acestui proiect arhitectural și a primilor rezidenți.

Este vorba despre o serie de interviuri realizate de Serge Mercier (fotograf de presă) cu Suzane Lherisson, Președinte de onoare al Asociației Rezidenților din Unitatea Rezidențială Cité Radieuse din Marsilia. Trebuie specificat că la toate întâlnirile, cu excepția uneia, a fost prezentă și o a treia persoană care a fost la un moment dat Președinte al Asociației rezidenților din unitatea rezidențială Cité Radieuse din Marsilia. De cele mai multe ori acționează ca intervievator, dar uneori ca subiect. Este revelator faptul că toți cei trei locuiesc în Cité Radieuse. Dacă subiectul este dintre primii locatari (1952), cealaltă doamnă a venit în 1999 (informație de asemenea dedusă din context) în timp ce intervievatorul este locatar din 2001.

Dosarul constă dintr-o serie de 17 fișiere audio digitale care însumează un total de 25h00m15s înregistrate pe parcursul mai multor săptămâni din vara anului 2009. Subiectul principal al anchetei este cu totul exceptional: practic timp de decenii, Suzane Lherisson s-a dedicat Asociației și în general vieții comune în Cité Radieuse. A păstrat tot ceea ce a avut legătură cu imobilul și cu Asociația încă de la debutul locuirii care s-a petrecut în anul 1952. Astfel, bazându-se pe o memorie care nu o trădează câtuși de puțin nici la o vârstă înaintată, ca de altfel și pe arhiva personală, subiectul ne oferă o imagine consistentă și cuprinzătoare a ceea ce a însemnat și înseamnă locuirea în Cité Radieuse.

Pentru mai multe aspecte de natură tehnică, epistemologică și metodologică puteți consulta notele și observațiile pe care le-am redactat în cadrul materialului fiche corpus. Tot acolo am indicat și o serie de alte surse utile pentru informarea pe acest subiect.

Sarcina mea a fost una dublă. Pe de o parte, am realizat o tratare primară a datelor din fișiere pentru a permite altor cercetători interesați să le consulte cu mai multă ușurință. Astfel, am identificat în fiecare fișier în parte și am indicat corespunzător temele relevante și intervalul în care acestea sunt abordate. De asemenea, am completat o fișă standard pentru fiecare fișier în parte ce cuprinde și un succint rezumat al informațiilor conținute. Pe de altă parte, am realizat o analiză secundară a datelor respective din perspectiva temei mele de cercetare. Întrebarea esențială la care am căutat răspuns a fost legată de gradul în care s-a materializat viziunea inițială a lui Corbusier referitoare la apariția semnificativă a spiritului comunitar în acest imobil dar nu voi dezvolta aici subiectul pentru că o voi face într-un articol dedicat ce va apărea în toamna viitoare.

Dosarul oferă cercetătorilor posibilitatea de a înțelege mai bine funcționarea vieții asociative într-un complex locativ atât de special precum Cité radieuse. Amploarea și profunzimea prezentării sunt rarisime. Avem de-a face atât cu aspecte ce țin de istoria vieții pentru o durată de depășește 6 decenii cât și cu elemente care evidențiază maniera de inițiere și dezvoltarea unei Asociații de locatari cu o anvergură ce depășește cu mult inițiative similiare. Avem și aici imaginea unui demers pe peste 5 decenii și o înlănțuire de întâmplări interesante și de personaje remarcabile. Regăsim informații despre viața obișnuită în complex, despre activitățile prilejuite de diversele sărbătoriri, despre maniera de conturare a interacțiunii dintre rezidenți, despre initiativele de dezvoltare la fel ca și despre cele de prezervare, despre influența amenajării spațiului asupra relațiilor fie dintre membrii familiei fie dintre vecini ș.a.m.d.

Este totodată o pledoarie implicită deosebit de convingătoare pentru importanța implicării în activități colective care exced spațiul propriei locuințe pentru a se evita degradarea spațiului colectiv.

Am beneficiat în cadrul acestui stagiu de o excelentă oportunitate pentru dezvoltarea mea profesională și vreau să mulțumesc încă o dată dnei Veronique Ginouvès pentru tot ceea ce face în cadrul fonotecii. Practic numele domniei sale devine încet-încet sinonim cu cel al fonotecii iar asta spune enorm despre entuziasmul neștirbit și profesionalismul impecabil de care dă dovadă. Un cuvânt de mulțumire și pentru Corine, coleg de birou întotdeauna atent și dedicat.

Notă – fotografiile La cité Radieuse, juin 2011 –  Véronique Ginouvès , Tudor Pitulac, Corinne Cassé, août 2011.

Billet en français : http://phonotheque.hypotheses.org/5443

Blog post in englishhttp://phonotheque.hypotheses.org/5470

Autor : Tudor Pitulac (tudorpitulac[at]yahoo[dot]com)

 

A documentation internship by Tudor Pitulac : about La cité Radieuse in Marseille

As sociologist, postdoctoral research fellow of The Romanian Academy, Iasi Branch, and also as professor at the Petre Andrei University of Iasi, I have decided to take a documentation internship abroad, in August 2011.

My research subjects concentrating mainly on the sociology of communities, for the project developed within the Iasi Branch of the Romanian Academy, the theme is formulated as it follows: A communitarian perspective on the social life in the Romanian urban space. Mechanisms for the establishment and perpetuation of social dysfunctions.

The concept of land records seems to me very attractive. In the recent years I have been developing my work mainly based on quantitative date, so I thought appropriate to balance my approach, by reorienting my research on some qualitative data as well. Naturally this leads me towards the MMSH’s phonoteque where I got in touch with Mrs. Veronique Ginouves, a passionate professional of these special types of records.

The diversity and complexity of the data kept within the Sound Archives are very special. The researchers finds here more than 5000 hours of archives. This could be quite discouraging if someone has to find by themselves the files they are interested in. After I indicated to Mrs. Veronique Ginouves my interest area for this internship, she prepared for me a folder which matched excellently my research topics and therefore I thank her very much.

The folder contained documents regarding the ‘residential unit’ Cité Radieuse from Marseille, first of such 5 constructions, realized after the architect’s Le Corbusier plans and vision. He would propose o construction designed to offer the setting for a productive social life for its residents, a suitable background for the community spirit to flourish in a proper urban building. The records are very original as they are not developed in the framework of a reaserch program as usual but by a person interested in keeping the memory of this architectural project and of the first of its residents.

These documents comprised of a series of interviews taken by Serge Mercier (press photographer) with Suzane Lherisson, Honorary President of the Association of Residential Unit Residents in Cite Radieuse in Marseille. It must be specified that at every meeting, except one, there was a third person participating, she is being former President of the Association of Residential Unit Residents in Cite Radieuse in Marseille. Most of the times she acts as an interviewer, but sometimes she is the subject. It is important to mention that all three live in Cité Radieuse. The subject is one of the first residents (1952), the other woman came in 1999 (information inferred from the text), while the interviewer is a resident of Cité Radieuse since 2001.

The folder consists of 17 audio digital files, which account for a total of 25 hours and 15 seconds recorded during several weeks in the summer of 2009. The subject is an exceptional one for this matter. Practically, for decades Suzane Lherisson dedicated her time to the Association and to common life in Cite Radieuse. She kept every document or file referring to the building and to the Association, since she began living there in 1952. Hence, supported by a very good memory that does not betray her not even at a very old age, the subject offers the reader a consistent and comprising image of what meant living in Cite Radieuse.

For more technical, epistemological and methodological details, one can consult the notes and comments written in the document fiche corpus. In the same document I also suggested some other useful references on the same topic.

During this documentation period I fulfilled a double task. On one hand I made a primary analysis on the data from these files, so other researchers interested in this field could access them more easily. Thereby, I identified and indicated every relevant theme from each file and the time period in record to which they refer. Also, I completed a standard form for each file, which includes a brief summary of the information contained. On the other hand, I conducted a secondary analysis on the data from the perspective of my research topic mentioned above. I sought to answer the question regarding the degree to which materialized Corbusier’s vision for the emergence of significant communitarian spirit in this type of building but I shall not develop the subject here, as I will dedicate a special article for this topic next fall.

The folder offers the researchers the possibility to acknowledge extremely useful information on associative life in a particular residential complex. Breadth and depth of the presentation are quite rare in this research field. One encounters elements of life history for a period of over six decades, and with components that highlight the manner of initiation and development of a large housing association that far exceeds similar initiatives. These files offer the overview of a process developing in over five decades, with interesting stories and remarkable characters. One finds information about the ordinary life in the building complex, about the various activities celebrating the anniversaries, about the manner in which residents interact, about the development and preservation initiatives, about the influence of the spatial arrangements on relations between neighbors or family members, etc.

It is also an extremely convincing pleading for the importance of involvement in collective activities beyond the own living space, in order to avoid the atrophy of the collective space.

During this internship I enjoyed a great opportunity for my professional development and I want to thank again to Mrs. Veronique Ginouves for everything she does in this institution. Practically, her name becomes gradually synonym to the Sound Archives’ name, saying a lot about her enthusiasm and impeccable professionalism. Also, I shall thank Corine, a very attentive and dedicated office colleague.

Author : Tudor Pitulac (tudorpitulac[at]yahoo[dot]com)

Blog post in French : http://phonotheque.hypotheses.org/5443

Post în româna :http://phonotheque.hypotheses.org/5491

 

Photos : Tudor Pitulac at the Phonothèque, August 2011.

 

Compte-rendu de stage : à propos de la Cité radieusede Marseille

En tant que sociologue, boursier post-doctoral de l’Académie Roumaine – Filiale de Iasi[1] –, étant en même temps enseignant à l’Université Petre Andrei de Iasi, j’ai décidé d’effectuer pendant le mois d’août 2011 un stage de documentation à l’étranger. Mes sujets de recherche portent principalement sur la sociologie des communautés et dans le cadre du projet de la Filiale de Iasi de l’Académie Roumaine en sociologie urbaine, mon sujet est ainsi formulé : Une mise en perspective communautariste de la vie sociale dans l’espace urbain roumain. Mécanismes d’institution et de perpétuation des dysfonctionnements sociaux.

Le concept des archives de terrain m’a toujours semblé extrêmement attractif. Dans le cadre de mes recherches, j’ai jusqu’ici utilisé majoritairement des données quantitatives. Aussi, il m’a semblé opportun d’équilibrer mon approche en m’intéressant aux enquêtes qualitatives. Je me suis ainsi tourné tout naturellement vers la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme où j’ai pris contact avec Véronique Ginouvès, une professionnelle passionnée par les Archives sonores.

La diversité et la complexité des données existantes à la phonothèque de la MMSH sont nombreuses puisqu’elle met à la disposition des chercheur plus de 5000 heures d’archives : pour un stage court cela peut être décourageant si l’on tente d’identifier tout seul le corpus le plus intéressant à traiter en fonction de sa spécialité. Véronique Ginouvès m’a proposé de travailler sur un corpus en lien avec mon domaine d’expertise, et je l’en remercie. Il s’agissait d’un ensemble d’enquêtes concernant « l’unité résidentielle » Cité Radieuse de Marseille, première des cinq constructions architecturalement identiques réalisées selon les plans et la vision de l’architecte Le Corbusier.

Celui-ci proposait à l’époque une construction capable d’offrir l’opportunité du développement d’une vie sociale riche pour les résidents, une solution pour la création d’un esprit communautaire dans un bâtiment typiquement urbain. Par ailleurs, ces enquêtes étaient assez originales puisqu’elles n’avaient pas été enregistrées dans le cadre d’un programme de recherche comme c’est le plus souvent le cas  à la phonothèque de la MMSH mais par un citoyen soucieux de patrimonialiser la mémoire de ce projet architectural et de ses premiers habitants.

Cette série d’entretiens a été réalisée par Serge Mercier, journaliste photographe de presse, auprès de Suzane Lherisson, Présidente d’honneur de l’Association des Résidents de l’Unité Résidentielle Cité Radieuse de Marseille. Excepté pour l’une d’entre elles, les enquêtes sont enregistrées en présence d’une tierce personne résidente, intervenant secondaire, et elle-même ancienne Présidente de l’Association des résidents. Cette dernière accompagne l’enquêteur, mais elle intervient parfois en tant qu’ancienne habitante. Un des paramètres significatifs de ces enquêtes est d’ailleurs que les trois interlocuteurs habitent tous la Cité Radieuse. D’après ce que nous avons déduit du contexte d’enquête, le sujet principal a habité « Le Corbu » à l’époque des premiers locataires (1952), la seconde s’est installée en 1999, l’enquêteur étant locataire depuis 2001.

Le corpus est constitué de 17 fichiers audio numériques, totalisant 25 heures 15 minutes, enregistré sur plusieurs semaines au cours de l’été 2009. Le témoin au centre des entretiens est unique : pendant des décennies, Suzane Lhérisson s’est consacrée à l’Association et en général à la vie commune de la Cité Radieuse. Elle a conservé toutes les archives de l’Association dès 1952, au tout début des logements mais en a constitué également autour de la construction de l’immeuble. Bénéficiant d’une mémoire infaillible, même à un âge avancé, et s’appuyant sur ses archives personnelles, elle nous offre une image précise et étendue sur ce que peut être l’expérience d’habiter dans la Cité Radieuse.

Pour les aspects de nature technique, épistémologique et méthodologique, vous pourrez consulter les notes et les observations rédigées  dans la fiche corpus présentant les enquêtes qui sera mis en ligne sur la base Ganoub. J’ai indiqué aussi une série d’autres sources utiles sur ce sujet.

Ma mission a été double. D’une part, j’ai réalisé une approche primaire sous forme d’écoute linéaire des données sonores pour permettre aux autres chercheurs de les consulter plus facilement. J’ai ainsi identifié dans chaque fichier des séquences thématiques et créé des séquences chronothématiques, saisi une fiche standard pour chaque fichier avec un résumé succinct des informations signalétiques. D’autre part, j’ai réalisé une analyse secondaire des données dans la  perspective de mon thème de recherche en abordant  la question de l’apparition significative de l’esprit communautaire et sa matérialisation dans cet immeuble. Je l’aborderai dans un article à paraître à l’automne prochain.

Ce corpus est l’occasion, pour les chercheurs, de mieux comprendre le fonctionnement de la vie associative dans un complexe locatif aussi particulier que celui de la Cité radieuse. L’ampleur, la précision et la profondeur de ces informations sont vraiment rares. Il y est question d’une histoire de la vie quotidienne sur plus de 6 décennies et du récit de la création et du développement d’une vaste Association de locataires qui dépasse les initiatives similaires. Y sont aussi dépeints un enchaînement d’évènements intéressants et de personnages exceptionnels. Nombre de moments de la vie quotidienne dans le complexe y sont décrits : fêtes diverses, vie scolaire et sportive, interaction entre les résidents, initiatives de développement et de préservation, influence de l’aménagement de l’espace sur les relations, qu’il s’agisse des relations entre  membres d’une même famille ou entre voisins… Ces entretiens sont aussi, de façon sous-jacente, une véritable plaidoirie pour l’implication des citoyens dans des activités collectives, hors de l’espace de son propre logement car ils évitent la dégradation de l’espace collectif.

J’ai bénéficié au cours de ce stage d’une excellente opportunité pour mon développement professionnel et je veux remercier encore une fois à Véronique Ginouvès pour tout ce qu’elle fait au sein de la phonothèque et qui fait preuve d’un professionnalisme impeccable. Un grand merci à Corine aussi, une collègue de bureau toujours très attentive et dévouée.

 

Auteur : Tudor Pitulac

Contact : tudorpitulac[at]yahoo[dot]com

Blog post in english : http://phonotheque.hypotheses.org/5470

Post în româna : http://phonotheque.hypotheses.org/5491

Note – Photographie réalisée dans le cadre de ma visite effectuée à la Cité Radieuse le 14 août 2011.

 


[1]          Iasi est, en Roumani, le chef-lieu de la région de Moldavie.

Les archives sonores en fête : le récit de Mélanie

Issue d’une formation en Langues Étrangères Appliquées j’ai eu l’occasion, le temps d’une vacation, de présenter le travail de la phonothèque de la MMSH lors des quatre journées de la Fête de la science. Nous imaginions des publics multiples (scolaires, familles ou curieux) et nomades, qui devaient recevoir un message rapide et clair avant de passer à un autre stand. Avec l’équipe de la phonothèque, nous avions préparé dans ce sens des posters et un scénario pour présenter des enquêtes de terrain sur le thème de l’eau. J’ai eu un peu de temps, avant le lancement des ateliers pour découvrir les documents, mais je me demandais comment j’allais pouvoir m’approprier ces archives sonores et transmettre aux visiteurs tout l’intérêt de la source orale dans les sciences humaines et sociales. J’ai vite remarqué que la curiosité du public était aiguisée lorsque j’évoquais les récits des anciens : cela les plongeait dans leurs propres souvenirs. Deux petites filles se sont mises à chanter spontanément les comptines méditerranéennes de leurs mamans, une autre a tenté de traduire un poème algérien que son grand père lui raconte inlassablement depuis sa naissance. L’écoute a été aussi l’occasion pour les enfants de s’interroger sur la façon dont leurs grand-parents vivaient dans leur jeunesse et sur leurs savoirs qui étaient peut-être à découvrir. Nombre d’entre eux ont évoqué à cette occasion leurs origines familiales et les savoir-faire transmis (recettes de cuisine, remèdes naturels, chants, contes, expressions dans les langues d’origines). Au milieu de l’effervescence de la fête de la science, à l’écoute des chants des anciens, certains enfants refusaient de quitter leur casque. Captivé par les enregistrements sur le terrain des Cévennes et la sérénité du débit, du rythme des conteurs et des chanteurs traditionnels, un petit garçon ne voulait pas laisser sa place aux autres visiteurs. Devant l’insistance de ceux qui se pressaient pour écouter et de sa maman, il a quitté à regret ce bond dans le temps. Pour moi la fête de la science aura été une occasion unique de rencontrer en un seul lieu un panorama dynamique de la recherche sur la région marseillaise, mais aussi de découvrir et faire découvrir les archives sonores dont j’ignorais jusqu’à l’existence. Une belle aventure !

Auteur : Mélanie Avella



Crédits photographique : 24 octobre 2010, dernier jour à la fête de la science et  inauguration de la fête de la science, chorégraphie de Léda Atomica le 21 octobre 2010.

photographies de V. Ginouvès.