Tous les articles par Eleni Loukou

Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922

Une des collections sonores traitées par la phonothèque au cours du premier trimestre 2015 porte sur des témoignages en langue grecque. Ils ont été enregistrés auprès de réfugiés de la première et deuxième génération arrivés d’Asie Mineure en 1922 et installés sur l’île de Syros. Les archives qui documentent cette population de réfugiés étant clairsemées, les Archives Historiques des Cyclades avaient voulu enregistrer le témoignage de ceux qui pouvaient encore raconter ces évènements, de manière directe ou indirecte. Entre 1996 et 2001 une campagne de collecte a été lancée sous la direction d’un historien1. Vingt-neuf entretiens ont été réalisés par deux historiens et une archiviste rattachés aux Archives Historiques des Cyclades. Ces enregistrements ont été numérisés à la phonothèque de la MMSH en 2013 et sont en cours d’analyse, en langues française et grecque. Les supports originaux (27 cassettes) seront conservés aux Archives historiques des Cyclades où une copie numérique des enregistrements accompagnée du traitement des archives en langue grecque y sera bientôt accessible.

A l’époque de la Grande catastrophe, le port d’Ermoupoli, faisait de Syros un centre commercial important et sa zone industrielle offrait un bassin d’emplois conséquent (chantier naval, tanneries et filatures textiles…) ce qui explique en partie que l’île ait pu être une destination pour les réfugiés de Smyrne. Les registres des Archives Historiques des Cyclades indiquent que le nombre des réfugiés  arrivés à Syros peu après la Grande catastrophe a pu atteindre les 7 800 personnes, principalement des femmes et des enfants. Une autre raison de l’arrivée de ces réfugiés a pu être l’installation d’un orphelinat américain, construit à côté d’Ermoupoli en 1923 qui a accueilli des milliers d’orphelins, en majorité d’origine grecque et arménienne2.  La plupart des réfugiés arrivaient des grandes villes d’Asie Mineure : Smyrne, Cilicie, Aïdini, Trébizonde, Halicarnasse, Mésopotamie et Constantinople.3

Dans leurs récits, les réfugiés reconstituent des bribes de leur vie en Asie Mineure avant 1922. Ils évoquent leurs liens avec les habitants de la Turquie d’alors, et plusieurs aspects de leur culture : leurs métiers, leur niveau de vie, leur éducation, leur pratique de la religion, leur vie quotidienne, leurs traditions familiales. A partir de 1922, les réfugiés racontent l’épisode de leur fuite vers la Grèce,4 un pays qui, à cette époque, souffre de la misère et de la pauvreté. Dans cette « nouvelle patrie”, les réfugiés essaient de trouver un travail, de nourrir leurs familles et d’améliorer leurs conditions de vie. L’état grec tente d’accueillir au mieux ces nouvelles populations et de leur fournir une indemnité de guerre. L’intégration des micrasiates en Grèce ne se fait pas sans heurts et nombre d’entre eux se font exploiter : les enfants doivent travailler dès leur plus jeune âge, les salaires sont extrêmement bas – et parfois difficiles à obtenir -, la durée du temps de travail excessive.

Certains commerçants ou artisans vont toutefois tirer parti du contexte cosmopolite et de l’activité commerciale du port d’Ermoupoli et saisir l’occasion de réussir leur nouvelle vie. A travers certains témoignages, comme celui d’Antonis Mavromoustakis (enquête n°4443) quand il évoque le travail réalisé par son père, un des fondateurs de l’association “Union des réfugiés des Cyclades”, on peut saisir la solidarité qui se noue entre les réfugiés et la façon dont ils essaient, à travers la fondation de leurs propres regroupements et associations, d’améliorer leur sort.

Quand il est arrivé d’Asie Mineure, comme il était instituteur et qu’il avait une certaine éducation, il a compté parmi les fondateurs de l’association “Union des Réfugiés des Cyclades” qui avait comme mission d’aider les réfugiés à vivre dans de bonnes conditions. C’est grâce à l’action de cette association qu’a été aménagé le premier quartier pour réfugiés à Xirokampos.

A partir des années 1940, au moment où les réfugiés commencent à laisser derrière eux le souvenir de la Grande catastrophe, un autre épisode historique survient : l’occupation de la Grèce et ses conséquences économiques et sociales désastreuses. Les réfugiés connaissent de nouveau la famine, la peur, la lutte pour la survie. Malgré les difficultés constantes, dans ces discours personnels transparaît la joie de vivre des réfugiés, à travers les fêtes et la musique orientale qui font partie de leurs traditions. Nous vous proposons de vous présenter ce fonds sonore dans une série de billets à venir sur les Carnets de la phonothèque.

Crédits photographiques : Refugees from Asia Minor, 1922, Library of Congress. Pas de restriction de droits connues.

  1. Christos Loukos, aujourd’hui retraité, alors rattaché à l’Université de Crète, a suivi le projet et a déposé les archives à la phonothèque de la MMSH []
  2. La population arménienne avait été victime d’un génocide en 1915 qui a fait de 1,2 à 1,5 victimes []
  3. Nous renvoyons ici vers l’article collectif paru en 1999 sous le titre « Les réfugiés d’Asie Mineure à Ermoupoli : premières hypothèses d’une recherche sur les questions de leur installation et de leur intégration » Οι Μικρασιάτες πρόσφυγες στην Ερμούπολη. Πρώτες υποθέσεις μιας έρευνας για τα προβλήματα εγκατάστασης και ενσωμάτωσης », Εταιρεία Σπουδών Νεοελληνικού Πολιτισμού και Γενικής Παιδείας (εκδ.), Ο ξεριζωμός και η άλλη πατρίδα. Οι προσφυγουπόλεις στην Ελλάδα.. Επιστημονικό Συμπόσιο (11 και 12 Απριλίου 1997), Αθήνα [1999], σ. 203-214. []
  4. En septembre 1922, à la fin de la guerre d’indépendance, l’armée de Mustafa Kemal se livre aux pillages et aux meurtres contre les populations grecque et arménienne. []

Sounds archives travel with a boat

 

The participation of phonothèque  in the celebration “La Mer en fête” was an experience different from the usual activities that someone could imagine for a  sound archive. It proved that the recordings of people need to be demonstrated in popular places in order to be accessible by different persons and not only by university users.

Such an extraordinary place was the big boat “Danielle Casanova”, which attracted many persons, particularly children. From 27 at 29 May, l’Association U Marinu, organized on the  boat the celebration « Mer en Fête » with the help of the “Office de l’Environnement de la Corse” and many others contributors. During the activities more than 2 000 pupils passed  in order to take part to the discussions, presentations, lessons, games  for  the environmental pollution, the  flora and fauna of the sea, the history and geography of Mediterranean.

Many teachers and parents were wandering why sound archives participate in such activities, usually practiced by environmental organizations with the subjects like the disappearance of seal or starfish. Soon they understood, that sound archives have all the experience and the sources to participate to this celebration and in fact to participate to any kind of similar activities.

 

The kids listened recordings referring to :

– an old fisherman explaining how to utilize his nets:

–  a seller with  melodic voice in the fish market of Napoli:

–  advices of a fisherman who explain which fish we must avoid for having  beautiful and peaceful dreams:

These recordings suit perfectly with the mood of the children, the smell of the sea and the atmosphere of the boat.  Besides, children and adults had the opportunity to see the method  and the purpose of  the recordings and by hearing the oral data of the archives  to  recognize  sounds which seemed familiar to them either because they brought to  their memory different  local or foreign   accents of friends as well as  story-tellings of their grand fathers and mothers, or because  they compared these sounds with those they listen while they walk in the streets,  or when they play football. At the end, most of them wanted to find a way for recording a person who tell stories in a funny way or has a funny way of speaking.     

It’s time for the sound archives to travel more and more far…

Crédits photographiques : Hélène Loukou et Soufiane Chabbi, 

Mer en fête

La semaine prochaine, du 27 au 29 Mai, la phonothèque présentera des archives sonores dans le cadre de la manifestation Mer en fête menée par l’association U Marinu. Pour ce deuxième épisode1, ceux qui participeront, auront la chance de connaitre  la voix des pêcheurs de la Provence au cours du 20ème siècle et de discuter du pourquoi des constitution de collections d’archives sonores. Tout en écoutant des récits enregistrés, nous vogueront entre Marseille et Bastia (Corse). Soufiane Chabbi2, Hélène Loucou3 seront les coordinateurs de ce projet et Maria Zitaki4 réalisera un court métrage pour la phonothèque sur le bateau  Danielle Casanova.

En Méditerranée, des milliers d’histoires sonores pourraient être enregistrées, conservées pour l’avenir, écoutées et ré écoutées. C’est partis pour cette expérience !

Programme de l’évènement Mer en fête 2013

Le plan du bateau pour participer aux ateliers Mer en fête 2013

L’équipe organisatrice de Mer en fête

 

Crédits photographiques : Fishing Boats Mar Del Plata, 1915, Oregon State University – OSU Special Collections & Archives, Buenos Aries, Argentina. Pas de restrictions de droits connus.

  1. La phonothèque, menée alors par Matthieu Andréani, a participé au projet en 2012 et a raconté ses aventures dans un billet sur le carnet []
  2. Conseiller culturel à la cinémathèque algérienne, en stage à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence []
  3. Etudiante en Master « Métier des bibliothèques et des archives » à l’Université de Thessalonique en stage à la phonothèque de la MMSH à Aix-en-Provence dans le cadre d’un séjour Erasmus []
  4. Artiste, vidéaste, en formation aux Beaux-Arts à Marseille dans le cadre d’un séjour Erasmus []

ANOIKTH ΠΡΟΣΒΑΣΗ ! ΑΝ ΟΧΙ ΤΩΡΑ, ΠΟΤΕ ?

Ποιος φοβάται την ανοικτή πρόσβαση;  είναι ο τίτλος του  κειμένου  που εμφανίστηκε αρχικά στην  γαλλική εφημερίδα Le Monde στις 15 Μαρτίου 2013  με υπογραφές από 60 μέλη της  ευρύτερης πανεπιστημιακής και ερευνητικής κοινότητας (από πρυτάνεις πανεπιστημίων ανθρωπιστικών επιστημών μέχρι βιβλιοθηκονόμους, εκδότες και φοιτητές). Οι συγγραφείς προτάσσουν την ανάγκη οικειοποίησης της λογικής της ανοικτής πρόσβασης στο επιστημονικό υλικό από όλα τα πανεπιστημιακά  και ερευνητικά ιδρύματα.  Η  ελεύθερη  γνώση είναι ο μόνος τρόπος για μία  μάθηση μη  περιχαρακωμένη, ελεύθερη για όλους, χωρίς οικονομικούς περιορισμούς και προνομιούχες τάξεις. Βρίσκοντας εναλλακτικούς τρόπους πρόσβασης στην επιστημονική γνώση, ενισχύουμε τον κόσμο με τον πλούτο των αξιολογημένων πληροφοριών, δίνουμε  νέα ώθηση στην έρευνα και δεν  αφήνουμε την οικονομική κρίση να αποθαρρύνει την ανάγκη της μάθησης.

Το κείμενο βρίσκεται στον ιστότοπο I love Open Access που μαζεύει  υπογραφές για την προώθηση του εγχειρήματος, απαντάει σε συχνές ερωτήσεις και έχει δημίουργησει ένα γλωσσάριο με όρους σχετικά με την ανοικτή πρόσβαση.

Υπόγραψε και εσύ, αν όχι τώρα, πότε;

(το κάλεσμα,  απευθύνεται σε όλους, φοιτητές, βιβλιοθηκονόμους, δημοσιογράφους κλπ) 

L’information sur la pétition en français sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/10615