Tous les articles par Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l’École Pratique des Hautes Études
Lire en ligne : L’historien, l’archiviste et le magnétophone, (2005).

Histoire orale et « passés sans traces écrites »

Les 16 et 18 mars 2016 se tenait à l’Institut historique allemand (Paris) une conférence sur le thème Les passés sans traces écrites,  sous la direction de Lisa Regazzoni (Goethe-Universität, Frankfurt am Main). La problématique centrale de la conférence était de comprendre comment les savants, les historiens et les chercheurs des sciences historiques – de l’époque moderne à nos jours – ont abordé les « passés sans traces écrites ». L’objectif était de s’intéresser à la façon dont sont appréhendés ces passés et comment sont reconstruits encore aujourd’hui. Par concept « passés sans traces écrites » les organisateurs de cette conférence désignaient à la fois des évènements, des cultures ou encore des acteurs n’ayant laissé aucun témoignage écrit, voir pour lesquels aucun document écrit n’a été transmis ou conservé et appliquaient ce concept également à l’histoire de l’humanité avant l’apparition de l’écriture ainsi qu’à des groupes spécifiques de personnes qui n’ont, volontairement ou involontairement, laissé aucune trace écrite concernant leur culture actuelle et passée. Florence Descamps (EPHE) y était invitée  à présider une séance le 17 mars 2016 sous les auspices de l’histoire orale. Son intervention publiée ici a conservé ses caractéristiques orales.

L’histoire orale et les « passés sans traces écrites »
Quatre paradigmes,
quatre postures de l’histoire orale, hier et aujourd’hui
Colloque « Les passés sans traces écrites »

Introduction

Alors que la science historique a pendant près d’un siècle affirmé et imposé le primat de l’écrit et du document d’archive primaire pour établir la connaissance du passé, il nous semble qu’on peut considérer l’histoire orale, inventée dans les années 1960 et 1970, comme une tentative pour l’histoire en tant que discipline de prendre en charge les « passés sans traces écrites ». Il s’agirait alors autant d’une forme d’expansion de l’histoire vers des territoires et des objets de recherche qu’elle avait jusque-là laissés aux autres sciences sociales que de l’appropriation ou de l’apprivoisement de nouveaux outils d’investigation et de connaissance venus de ces mêmes sciences sociales.

Mais de quelles sortes de « passés sans traces écrites » s’agit-il ? Comment l’histoire orale les désigne-t-elle et se les approprie-t-elle ? Et ce faisant, comment recompose-t-elle la matrice méthodologique et épistémologique de l’histoire, notamment la relation concurrentielle et toujours sous tension des sources orales et des sources écrites ?

Il me semble que si l’on regarde l’histoire de l’histoire orale, on peut distinguer quatre démarches, qui sont apparues de façon bien distincte, mais qui aujourd’hui dans la pratique des enquêtes orales de terrain se mêlent le plus souvent. Quatre démarches dans lesquelles l’histoire orale, de façon intriquée, définit et qualifie les « passés sans traces écrites » auxquels elle veut accéder ainsi que son rapport aux sources tant orales qu’écrites. Quatre paradigmes qui sont autant de postures possibles pour l’histoire orale et dans lesquelles nous pouvons nous reconnaitre aujourd’hui:

I Premier paradigme : le paradigme militant ou la source orale contre la source écrite.

Ce premier paradigme a donné son identité historique à l’histoire orale telle qu’elle a été inventée et théorisée dans les années 1970. En effet, à compter de la fin du XIXème siècle et de l’installation des bases de l’école historique positiviste et méthodique française, la source orale a été saisie dans un rapport négatif et dissymétrique qui la désigne comme une ressource réservée aux peuples sans écriture, aux sociétés de culture orale, dont l’étude sont dès lors laissées à l’ethnologie, l’anthropologie et l’ethnographie, tandis que les sociétés de l’écrit se voyaient dotées de l’histoire, science des écritures et mémoire nationale institutionnalisée. Cette présentation fondée sur le couple antithétique écriture/oralité est largement une construction polémique, réalisée par les historiens oraux qui dans les années 1960 et 1970 ont voulu construire une autre histoire, une histoire alternative, mais alternative à quoi ? A l’histoire dominante, c’est à dire celle des dominants.

En effet, en Europe, à partir des années 1970, se développe une réflexion historiographique offensive, revendicatrice et militante autour de la source orale : les historiens oraux préconisent le recours aux interviews pour faire l’histoire de populations ou de groupes sociaux qu’ils désignent comme les « anonymes », les « invisibles », ou encore les « oubliés » de l’histoire. Pourquoi sont-ils des « oubliés de l’histoire » ? Pour trois raisons principales, nous disent les historiens oraux :

1) parce qu’ils ne savent ni lire ni écrire et qu’ils ne produisent donc pas d’écrits ; les analphabètes par exemple ;

2) parce qu’ils n’ont pas été objets d’écrits et qu’ils n’ont pas laissé de traces dans les archives;

3) et surtout parce que l’histoire telle qu’elle s’écrit à l’époque, – d’est à dire, l’histoire comme production d’un discours sur le passé – les ignore ou les exclut délibérément de ce récit national.

Ces affirmations sont nourries de l’idée que l’histoire en tant que récit sur le passé est aux mains des institutions et des classes dominantes et que les sources écrites, miroir et fruit de cette domination, passent sous silence l’existence de ces groupes sociaux, leur déniant tout rôle historique et tout intérêt historique. Dans cette perspective, l’histoire orale, en donnant la parole aux « sans voix », créée la possibilité d’une histoire autre tout en se faisant l’antichambre ou le support d’un projet politique et social de conscientisation et d’émancipation sociale et politique.

Des travaux comme ceux de Mercedes Vilanova sur les analphabètes catalans de la République espagnole se situent dans cette ambition ; on trouverait la même inspiration dans l’histoire orale de la classe ouvrière ou paysanne italienne (Giovanni Contini, Alessandro Portelli, Luisa Passerini), dans l’histoire orale américaine (Stud Terkel, Louis Starr)…En France, c’est plutôt l’histoire des femmes des années 1970 qui recueille ce type de problématique (Michèle Perrot, Françoise CribierYvonne Kniebiehler etc.) : les femmes sont absentes des sources écrites, donc il faut leur rendre leur existence historique par la source orale.

En réalité, je ne pense pas qu’il existait en France au XXème siècle, même dans sa première moitié chronologique, des groupes sociaux qui n’aient pas laissé de traces écrites, il suffit de penser aux archives policières, aux archives judiciaires, aux archives militaires, aux archives de l’éducation ou de la bienfaisance sociale ou plus simplement encore à la presse locale. Mais en réalité ce n’est pas tant l’existence ou non de sources écrites qui a conditionné le déploiement de cette histoire orale militante que l’idée que les historiens oraux se faisaient des archives : selon eux, quand bien même elles auraient existé, ces sources écrites n’étaient ni justes ni ajustées à l’objet étudié, elles reflétaient le point de vue des institutions, une histoire vue d’en haut, elles ne permettaient pas de saisir la réalité historique des groupes sociaux d’en-bas.

Dans ce cas, on ne peut donc pas parler de « passés sans traces écrites », mais plutôt de passé déformé par les traces écrites. En ce sens, la source orale ici s’inscrit en contre-point à la source écrite, voire contre la source écrite…

L’histoire orale américaine, canadienne, l’histoire orale en Amérique latine, celle qui est portée par l’association internationale d’histoire orale a conservé cette « option préférentielle » pour les pauvres, pour les anonymes, les humbles, les petits, les dominés. Les pays concernés par cette histoire orale se sont multipliés avec la montée des pays émergents, mais les populations interrogées et étudiées restent en grande partie les mêmes : toujours des paysans et des ouvriers analphabètes, toujours des sans-papiers, des migrants, des émigrés, des réfugiés et des exilés ; sans doute moins de résistants de la Seconde Guerre Mondiale, mais toujours des résistants, des militants anti-dictatures ou des membres des mouvements révolutionnaires, alternatifs ou dissidents1. A cet égard, actuellement en France, un des courants les plus dynamiques de l’histoire orale est celle de l’histoire orale de l’immigration, qui croise histoire urbaine, histoire de l’industrie et de la désindustrialisation, histoire du travail et de l’émancipation sociale, culturelle ou politique. Une histoire orale qui s’efforce également d’intégrer l’objet dans ses études, ce qui nous ramène à l’idée que pour saisir « les passés sans traces écrites », il faut non seulement recueillir la parole individuelle mais aussi les gestes et les objets, c’est à dire convoquer l’image, qu’elle soit fixe ou animée2.

Dans l’arborescence de cet axe de travail de l’histoire orale sur les « sans voix » et les « sans papiers », il faut faire une place à part aux « victimes » des grands traumatismes du XXème siècle, qui ont pris une place dominante dans l’histoire orale française à partir des années 1990 : au premier rang, les déportés, les survivants de la Shoah, les prisonniers des camps de travail ou des camps de détention politique, les victimes des guerres coloniales, civiles ou internationales…Dans ce programme, les témoignages individuels non seulement libèrent une parole opprimée, empêchée, clandestine ou rendue inaudible, mais révèlent ce que les archives institutionnelles écrites ne disent pas, taisent ou cachent volontairement. Le répertoire militant de l’histoire orale se loge aussi dans cette critique de la source écrite perçue comme trompeuse ou opacifiante.

II Le paradigme documentaire ou la source orale à la place de la source écrite.

Ce deuxième paradigme est plus modeste dans ses ambitions que le précédent, moins spectaculaire, moins bruyant, mais il a été très fécond et le reste aujourd’hui. A sa racine, on trouve l’affirmation ou le constat (exact ou erroné, peu importe) d’un passé dépourvu de traces écrites et la volonté pragmatique de pallier cette absence des sources écrites et plus particulièrement des archives, en contournant l’obstacle par la création d’autres sources d’informations, par la méthode des histoires de vie ou des récits de vie par exemple. On trouve cette volonté tant lors de la naissance de l’histoire orale vue d’en bas aux Etats-Unis grâce aux sociologues de l’université de Chicago William Thomas et Florian Znaniecki3 que pour l’histoire orale vue d’en-haut née après 1945 grâce à l’action d’Allan Nevins journaliste et historien, biographe et fondateur du département d’histoire orale de l’université de Columbia, qui constata en son temps la pauvreté des archives américaines sur le président Cleveland auquel il voulait consacrer une biographie et qui décida en conséquence de recourir aux témoignages oraux.

La source orale est ici une source-prothèse, une source palliative, fabriquée à l’échelle quasi-industrielle, corpus par corpus, thématique par thématique, groupe social par groupe social, un ersatz, destinée à suppléer au manque de sources écrites et très paradoxalement à créer de la source écrite, puisqu’à l’origine les interviews orales étaient transcrites et les bandes effacées pour pouvoir resservir. Comme si l’histoire ne pouvait s’écrire qu’avec des sources écrites, quitte à les produire par le subterfuge de l’oralité. Aujourd’hui ces corpus de témoignages oraux archivés et conservés sont tout autant des gisements de ressources documentaires que des corpus patrimoniaux, conservatoires de la mémoire d’un événement à un instant T et témoins-miroirs de la préoccupation mémorielle des contemporains.

Cette inspiration documentaire et palliative, c’est la motivation d’origine du département d’histoire orale de Columbia, c’est aussi en France la motivation du Comité d’histoire de la SGM en 1945-19504, du ministère de La Défense, du ministère des Affaires étrangères, de très nombreux comités d’histoire ministériels, d’entreprises et d’associations d’histoire d’entreprise ou de façon générale des institutions patrimoniales. Il s’agit de documenter les événements du passé pour lesquels les sources écrites n’existent pas ou plus, soit parce qu’elles ont été détruites, soit parce qu’elles sont inaccessibles ou lacunaires. Ce fut et c’est encore la grande motivation de nombreux chercheurs en histoire contemporaine : combler les trous et les interstices des archives ou contourner les délais de réserve qui empêchent la libre communication des archives.

Aujourd’hui, l’emprise bureaucratique de l’Etat a beaucoup augmenté, le filet des archives administratives s’étend désormais très largement jusqu’à la vie privée, et surtout les individus laissent désormais un nombre de traces écrites innombrables dans leur vie quotidienne. Existe-t-il encore dans nos pays occidentaux des « passés sans traces écrites » ? En conséquence, devant les masses d’archives et de sources imprimées, audiovisuelles et photographiques à disposition de l’histoire contemporaine, on pourrait imaginer que la motivation documentaire se soit atténuée ces dernières années, mais elle pourrait bien renaître du fait de la croissance des communications et des transmissions numériques, traces immatérielles, fragiles, éphémères et effaçables d’un seul clic…Car à l’heure du SMS, comment restituer les atermoiements et les émotions du processus décisionnel, en l’absence des petits mots manuscrits en marge d’un document d’archive ?

Mais surtout cette motivation documentaire, elle a été relayée et déployée par un troisième paradigme que j’appellerais le paradigme patrimonial ou mémoriel.

III Le paradigme patrimonial et mémoriel ou la source orale sans la source écrite

Le paradigme patrimonial et mémoriel se greffe sur le paradigme documentaire, mais il peut tout aussi bien avoir des racines dans le premier paradigme militant. Ce courant de l’histoire orale établit la source orale comme le moyen de construire des « monuments à la mémoire de », des monuments commémoratifs qui viennent fixer le souvenir d’un événement du passé, d’un groupe social, d’une personnalité individuelle, d’une institution, d’une technique ou d’une activité, et qui visent à en perpétuer la trace chez les générations futures en l’organisant (accessibilité, diffusion, documentation, esthétisation). C’est sans doute celui qui trouve aujourd’hui sa plus grande diffusion dans l’espace social, car il est à la fois porté par le mouvement de patrimonialisation qui a saisi la société française (patrimoine rural ou urbain, patrimoine industriel, patrimoine paysager etc.) et par les problématiques de mémoire nationale ou collective qui clivent cette même société (l’Occupation, Vichy, la guerre d’Algérie, la décolonisation, l’immigration etc.).

On trouvera ce répertoire dans les musées (musées d’histoire, musées ethnographiques, écomusées, mais aussi musées scientifiques ou techniques), dans les mémoriaux de la Seconde Guerre Mondiale, dans les institutions (publiques ou privées), dans les collectivités locales et dans tous les organismes à mission conservatoire (les Parcs naturels régionaux par exemple) et maintenant, sur les portails ou les plateformes internet qui commencent à se multiplier sous des termes divers comme « mémoire orale de » ou « paroles de ». Ce paradigme patrimonial et mémoriel de l’histoire orale se déploie dans des institutions nationales (le Mémorial de la Shoah par exemple) ou, au contraire, met en avant une forte identité territoriale (musée de pays, PNR) ; il mobilise la double charge émotionnelle de l’oralité et de la mémoire et en définitive, n’a pas besoin de la source écrite, il s’en passe même fort bien. En revanche, il affectionne l’objet, notamment dans le cadre des médiations culturelles, muséographiques ou scénographiques (cf. les biographies d’objets).

IV Le paradigme scientifique ou la source orale en interaction avec la source écrite.

Le quatrième et dernier paradigme est le paradigme scientifique est assez logiquement celui des chercheurs en sciences humaines et sociales, des laboratoires de recherche ou des universités.  Il consiste à dire :

1° que l’histoire orale ne dit pas l’histoire, mais produit pour l’histoire et à destination des historiens des matériaux, des documents à analyser, à critiquer et à interpréter , à l’instar des autres sources (opéré en France par Dominique Schnapper avec les archives orales de la Sécurité sociale en 1975-1980) ;

2° que l’histoire orale, ce n’est pas la source orale à la place de la source écrite ou la source orale contre la source écrite, mais l’intrication des sources orales et des sources écrites, en interrelation, en interaction, en convergence (ou en divergence) les unes avec les autres.

3° que ces matériaux peuvent en effet être construits et érigés en sources, mais selon des questionnements et des modes de validation appropriés et que c’est à l’historien ou au chercheur de trouver le moyen de faire « parler » ces documents, y compris « malgré eux »et « par-delà l’erreur et le mensonge » pour reprendre les mots de Marc Bloch dans l’Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien.

Ce paradigme suppose en réalité une réflexion spécifique sur les apports cognitifs comparés de chaque source et sur leur fécondité respective : sources archivistiques primaires, sources imprimées, sources audiovisuelles, sources de presse, sources iconographiques, sources secondaires manuscrites ou témoignages oraux rétrospectifs, sources littéraires etc…. De fait on sait mieux aujourd’hui, après quarante ans d’histoire orale, pour quels types de sujets la parole des acteurs est la plus féconde ou la plus efficace: les biographies individuelles et les biographies collectives, la prosopographie des carrières ; l’invisible quotidien et ses « petits faits vrais » ; les conflits, les crises, les traumatismes et les violences ; le fonctionnement concret des systèmes de pouvoir, et plus encore les traces persistantes du vécu et du ressenti, des émotions, des sentiments, des valeurs et des croyances, bref tout ce qui relève des représentations des acteurs, à la fois voilées et épaissies du travail de la mémoire et du temps présent. Dans ce cas de figure, l’histoire orale ne se soucie plus de savoir si elle vient en rejet ou en remplacement de la source écrite, mais elle se conçoit avant tout comme le vecteur premier de l’expression de la subjectivité individuelle, d’un point de vue sur soi, sur les autres et sur le monde.

Pour conclure, je terminerai de façon plus personnelle en disant qu’il me semble que tout historien qui a recours à la parole des acteurs pour ses recherches manie peu ou prou les quatre démarches, selon des degrés qui lui sont propres : donner de l’existence et de l’épaisseur historique à des catégories d’acteurs méconnus, oubliés ou anonymes ; créer des matériaux documentaires nouveaux et complémentaires pour appréhender un passé qui lui semble incompréhensible faute de sources ou d’informations ; faire mémoire d’un monde plus ou moins révolu ; accéder à la subjectivité des individus…

Crédits photographiques de l’image à la une : Martin-Pena Area of Puerto Rico, 04/1972 par Ken Heyman, Archives nationales des Etats-Unis, pas de restrictions de droits connues.

  1. Cf. la BDIC qui en termes de collecte de témoignages oraux est passée chronologiquement de l’interview des résistants FTP-MOI aux militants FLN et aux algériens des cités bidonvilles de Nanterre et organise aujourd’hui une enquête sur les exilés chiliens… []
  2. Cf. la Cité pour la mémoire et l’histoire de l’immigration et tous les groupes de travail, toutes les associations qui multiplient la collecte de corpus, la création de portails de ressources en ligne et les collectes d’objets []
  3. Cf. Le Paysan Polonais 1918-1920 qui met en pratique la méthode des récits de vie []
  4. collecte de témoignages auprès des prisonniers, sur la Résistance, la déportation, les bombardements des villes et des civils []

Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l’École Pratique des Hautes Études
Lire en ligne : L’historien, l’archiviste et le magnétophone, (2005).

More Posts

Utiliser et réutiliser les archives orales. Comment faire des archives orales un outil de recherche collectif ?

Le 10 mars 2016 a eu lieu à Lyon, un séminaire sur le thème “Pratiques de collecte, d’archivage et d’utilisation des données d’entretien. Questions éthiques, juridiques et techniques”. Cette journée était l’occasion de présenter le projet Sygade, un système de gestion et d’archivage des données d’entretiens recueillis par les chercheurs en sciences humaines et sociales de l’IRSTEA (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture). Florence Descamps, historienne à l’EPHE, y présentait une conférence sur le thème « Utiliser et réutiliser les archives orales. Comment faire des archives orales un outil de recherche collectif ? ». Il est présenté ci-dessous, sous la forme de son exposé oral, accompagné d’une brève bibliographie.

Utiliser et réutiliser les archives orales
Comment faire des archives orales
un outil de recherche collectif ?

 

1.  Un débat à la fois disciplinaire et méthodologique

La question de l’utilisation ou de la réutilisation des entretiens réalisés par les chercheurs des SHS est une question principalement débattue en France entre les ethnographes et les historiens oraux, c’est-à-dire les historiens qui ont recours aux entretiens ou aux témoignages oraux. Sans doute ce débat pourrait il avoir lieu avec les sociologues, les politistes ou les anthropologues.

Le point de départ de ce débat tient au caractère « fabriqué » des informations produites ou restituées par les informateurs, des informations ou des connaissances qui sont toujours aussi le fruit de cadres ou d’outils proposés ou imposés par les chercheurs-enquêteurs (problématiques, méthode d’entretien, cadrage, questionnaire, enregistrement sonore ou filmé, modes d’utilisation etc.).

On sait que les ethnologues et les ethnographes ont précocement collecté, transcrit, enregistré, filmé et utilisé la parole des « informateurs » dès la première moitié du XXème siècle.

En revanche, les historiens se sont initiés à cette méthode beaucoup plus tardivement, seulement à partir des années 1970 (à l’exception notoire du Comité d’histoire de la Seconde Guerre Mondiale après 1945), lors de l’invention de l’histoire orale1. Ils ont d’ailleurs aligné, dans un premier temps, leurs pratiques de recherche sur leurs collègues des SHS en enregistrant ou en prenant des notes à titre personnel et en considérant ces données comme des matériaux de réflexion ou de recherche personnels dont ils étaient propriétaires et les seuls auteurs. Cette règle supporte comme toujours des exceptions, comme par exemple le Musée national des ATP, (Arts et traditions populaires) à la fois musée et institution de recherche, où les chercheurs étaient soumis à des protocoles d’archivage des données très ordonnancés et rigoureux (qui sont d’ailleurs objets d’histoire aujourd’hui).

Quoiqu’il en soit, les historiens oraux fondateurs de l’histoire orale française et leurs successeurs ont été et sont encore peu « déposants » et peu « partageux » de leurs enquêtes orales, ils ont reproduit ou partagent encore les comportements de leurs collègues des SHS. Il n’y a pas de ce point de vue-là d’exception historienne.

Pourtant quelque chose change avec les archives orales. En 1980, avec le concept d’archives orales lancé par Dominique Schnapper historienne et sociologue2, naît l’ambition de créer des corpus documentaires à destination des chercheurs – les historiens du futur3 -. La revisite par tout un chacun est, si l’on peut dire, inscrite par vocation dans le concept d’archives orales : accessibilité, vérifiabilité, constitution d’une documentation à destination de la collectivité et caractère virtuellement public de ces sources.

Par ailleurs, avec le tournant schnappérien et la volonté de traiter les sources orales comme les autres sources, les historiens retrouvent leurs bases méthodologiques fondatrices. En définitive, peu importe que les témoignages oraux historiques soient produits par des chercheurs, des laboratoires de SHS, des institutions patrimoniales, des institutions ou des entreprises, ils ont tous vocation à accéder au statut d’archives4 et sont dans tous les cas des traces de l’activité des hommes ou des sociétés dans l’espace et dans le temps ; à ce titre, ils doivent être analysés comme les autres sources et comme les autres documents, avec les techniques de la discipline historique, à savoir le croisement des sources et la critique interne et externe des documents5.

Donc, nous avons un enjeu à la fois disciplinaire et méthodologique : d’un côté, les hésitations et les craintes des chercheurs ethnographes à voir réutilisées , dans un autre contexte ou dans le cadre d’une autre problématique , les données qu’ils ont fabriquées pour leurs recherches personnelles ou collectives. A l’inverse, on constate une absence de problème pour les historiens, transformés en archivistes oraux, qui depuis Marc Bloch sont nourris par la conviction que toutes les traces peuvent être érigées en « sources », si le dispositif méthodologique est adéquat, et qu’ils peuvent « faire parler les documents malgré eux », c’est à dire malgré leurs silences, leurs lacunes, leurs biais, leurs erreurs et même leurs mensonges, pour paraphraser Marc Bloch dans Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’ils ne prennent pas en compte les difficultés soulevées par les ethnographes6.

Quelles sont de façon plus précise les difficultés pointées par les ethnographes à la revisite des corpus d’entretiens ou d’enquêtes réalisées dans le passé ? On peut en identifier cinq principalement :

  • La personnalisation de la construction des données (ici les entretiens, mais aussi les documents d’enquête ou les méta-données, notes de terrain, carnets d’enquête etc.). Les ethnologues insistent sur la subjectivité très forte du chercheur impliquée dans les données et dans les informations produites, par les interrelations et les interactions qui structurent un « terrain » ;
  • La question du pacte d’entretien et de la confiance intervieweur/interviewé, qui se voit rompue ou transformée dans le cas d’un dépôt aux archives et dans la mise en consultation par des tiers ;
  • La question juridique de la propriété des documents  et de sa transmission ou de sa cession à un organisme scientifique ou patrimonial ;
  • La question de la validité scientifique de ces documents et de l’exportabilité de la validité de la preuve (le dévoilement des archives de recherche met nécessairement en danger ou du moins en risque ou en fragilité les auteurs-chercheurs) ;
  • L’exposition de soi qui peut résulter du dévoilement des archives de recherche et la difficulté que peut éprouver un chercheur à devenir finalement lui aussi objet d’étude ou d’histoire.

Les historiens oraux qui créent des archives orales ou déposent leurs propres corpus de données dans des centres de ressources ne se sont pas désintéressés de cette question. Au contraire, ils ont pris ces questions au sérieux, me semble-t-il.

Quelles sont donc les réponses des historiens à cette question de la réutilisation des corpus d’archives orales, qu’ils aient été conçus d’emblée pour les chercheurs du futur ou qu’ils aient d’abord été conçus et réalisés par des chercheurs dans l’exercice de leurs activités professionnelles, puis déposés dans des lieux patrimoniaux, type Archives, Bibliothèques, Musées ou Mémoriaux, Médiathèques, Conservatoires ou dans toute institution visant à se constituer en centres de ressources documentaires etc.  ?

Il me semble qu’on peut proposer plusieurs pistes de réflexion pour répondre à ce défi de faire des archives orales un outil de recherche collectif, c’est à dire un matériau promis à la collectivité et aux générations futures.

D’abord, il faut souligner que le désir de restituer aux données de la recherche un caractère collectif est récent, que la prise de conscience patrimoniale est également récente et que la préoccupation de transmettre ces données aux générations futures est elle aussi très nouvelle. On se reportera notamment aux deux rapports Cribier-Feller et au rapport Wolikov pour le CNRS…L’objet de notre rencontre n’étant pas de savoir pourquoi, je me contenterai de l’indiquer en préambule. Donc, tout le monde n’adhère pas à cette idée de constituer les données de la recherche en SHS en « archives historiques », à revisiter. Il y a là un travail et une prise de conscience en cours…et chacun reste libre d’y participer. Même si la question de la propriété de ces archives publiques/privées reste une vraie question.

Que peut-on faire alors pour faire des archives orales un objet collectif  de recherche ?

Le premier effort consiste à « documenter » l’enquête.

Le deuxième effort consiste à organiser et à structurer les informations collectées pour les rendre identifiables.

Le troisième à en organiser la transmission d’une façon à la fois efficace, sécurisée, respectueuse des droits de chacun et apaisée.

2. Contextualisation et historicisation, tant du côté des enquêtés que des enquêteurs

Le premier effort consiste d’abord à consigner et à conserver tous les éléments susceptibles de renseigner le futur lecteur-utilisateur-chercheur sur les conditions de production des témoignages, pour qu’il puisse d’une part en évaluer la valeur et d’autre part les réutiliser en connaissance de cause. Il s’agit de constituer les archives de l’enquête. Ou dit autrement, à documenter l’enquête.

Ce travail peut être fait en amont de l’enquête ou a posteriori. Mais on gagne du temps et on gagne en précision quand on le fait avant.

Deux termes résument cet effort : contextualisation et historicisation.

  • 1° Historicisation et contextualisation des individus interrogés, à l’instant où l’enquête est réalisée mais aussi dans le passé, objet de l’enquête ;
  • 2° Historicisation et contextualisation des conditions de productions des témoignages, càd du projet d’enquête orale, de ses producteurs et de ses auteurs-chercheurs dans le contexte institutionnel du moment et dans un contexte de recherche en SHS bien déterminé.

Concrètement, comment faire ?

En constituant un dossier d’enquête très complet et très fouillé, à la fois sur l’enquête, sur chaque interview, sur chaque témoin et sur chaque intervieweur.

1° Établir un dossier sur l’enquête en général

  • L’appel à candidature ou à recherche, le déclenchement de la recherche (le BO, la lettre de commande ou de mission)
  • Les références bibliographiques invoquées (les influences sur le CHEFF)
  • La problématique et les axes d’étude
  • La définition du périmètre de l’enquête
  • Les bornes chronologiques
  • Le questionnaire général s’il y en a un
  • La liste des sources d’archives utilisées
  • La liste ou la définition du corpus-cible et sa justification
  • La note d’intention ou la note-projet
  • La lettre d’appel à témoignage type

Tous ces éléments sont fondamentaux pour analyser le contexte de l’enquête et ses présupposés, ou sa problématique et seront précieux pour le futur lecteur-chercheur.

2° Établir un dossier sur le témoin, à double épaisseur (passé et présent)

  • Le repérage et l’exploitation des sources primaires (inventaire)
  • Photographies, archives privées
  • Les recherches biographiques et l’analyse du positionnement stratégique de l’enquêté-acteur-témoin, dans le temps et dans l’espace (CV, œuvres, publications, organigrammes).
  • L’évaluation des intentions du témoin (les méta-discours sur les motivations de son témoignage et sur son degré de testimonialité, sa réponse à la lettre d’appel à témoignage, les correspondances échangées, la demande d’un double de l’enregistrement)

Autrement dit, il s’agit de savoir qui parle ? D’où parle-t-il ? Quand parle-t-il ?  Pourquoi parle-t-il (à cause de quoi, en vue de quoi, au nom de quoi ?) ?  Comment parle-t-il ? Et finalement, ce n’est qu’après avoir répondu à toutes es questions que l’on se demandera que dit-il ?

3° Constituer des éléments sur l’interview elle-même

  • La conservation des correspondances qui émaillent le développement de l’entretien
  • Le carnet d’enquête ou de terrain où l’on note tous les événements et les infos concernant l’interview : l’avant, le pendant et l’après-interview. Les interactions, les incidents, les observations des environnements et des décors de l’interview, les dispositifs d’interview. Le « off », les commentaires autour de l’interview etc. L’analyse du discours, les émotions, les silences…
  • Le dispositif d’entretien et d’enregistrement/filmage
  • Le lieu et le temps ; les déplacements
  • Le matériel d’enregistrement
  • La fiche d’analyse historique ou fiche de synthèse

4° Constituer un dossier sur l’enquêteur,  qui est souvent le parent pauvre des enquêtes orales et qui devrait pourtant faire l’objet d’une fructueuse attention

  • Le CV, les qualifications, le mode de recrutement, les publications, l’expertise, le parcours universitaire et scientifique de l’intervieweur, surtout s’il s’agit d’un chercheur confirmé. Comme un mini parcours d’égo-histoire. Bref, jeter les bases documentaires d’une sociologie des enquêteurs…qu’ils soient étudiants ou chercheurs professionnels
  • NB Le conservateur pourra a posteriori préciser quelles trajectoires a eu l’enquêteur après l’enquête. Cf. les trajectoires des enquêteurs du Comité pour l’histoire économique et financière de la France ou celles du Comité pour l’histoire de la Sécurité Sociale de Dominique Schnapper…

Tous ces éléments viennent alimenter un dossier d’interview et un dossier d’enquête générale volumineux, qui constituent les sources d’archives de l’enquête et viennent éclairer les conditions de production des témoignages oraux.

3. Identification et structuration de l’information

Le deuxième effort consiste à identifier l’information et à l’organiser pour qu’elle devienne utilisable par tous, à ce propos il convient de réfléchir :

  • au choix des instruments de travail adaptés : résumés, scénarios, condensés d’entretiens, transcriptions d’extraits ou textes exhaustifs ;
  • à la fiche chronothématique (l’outil privilégié des archivistes-historiens oraux) ;
  • à l’indexation ;
  • à l’arborescence, la structure de la base de données etc. ;
  • aux interfaces de diffusion.

Je n’en dis pas plus, car la communication de Michel Jacobson a été très complète sur ce sujet.

4. Choix des modalités de transmission collectives et dans le futur

Le troisième effort consiste à préparer et à travailler les conditions de la transmission aux générations futures et à la collectivité.

1° Choisir la qualité (son, image).

La patrimonialisation et la transmission aux générations futures supposent le choix de la qualité sonore, la qualité de la prise de son « primaire », et donc du matériel. Idem pour l’image.

2° Sécuriser et rendre partageables les archives orales de façon apaisée et sécurisée, dans le respect des personnes.

La question juridique : elle est devenue prioritaire depuis internet, depuis l’injonction patrimoniale et depuis l’injonction de la valorisation et de la mise à disposition des données.

  • Choix du régime patrimonial des archives orales : public ou privé ;
  • Définition de la titularité des droits d’auteur et établissement des contrats de cession de droits qui y correspondent (respect du droit moral, définition de la cession des droits patrimoniaux) ;
  • Détermination de la communicabilité des entretiens et de ses modalités : libre et immédiate, sélective ou différée, nominative ou anonyme etc… ;
  • Choix de la reproductibilité ou non, de la publication sur internet ou non, du téléchargement ou non ;
  • Protection des données personnelles sensibles (cf. loi Informatique et Liberté et déclaration à la CNIL) ;
  • Respect de la vie privée des personnes et des droits de la personnalité (loi de 1970 et Code Civil)
  • Respect des « secrets » professionnels (secret défense, secret bancaire, secret fiscal, secret médical, secret judiciaire, secret industriel etc.) ;
  • Choix des mentions de références pour la citabilité de l’entretien.

 

A ces règles juridiques, s’ajoutent la préoccupation déontologique et éthique. On peut avoir le droit de publier des documents mais on peut y renoncer pour des raisons éthiques…Il y a pour chaque cas, une réflexion à mener : quels sont les acquis historiques ou scientifiques ? Mais je ne développe pas car la communication de Véronique Ginouvès a développé tous ces aspects et mis en valeur le dialogue entre éthique et droit.

 

Brève bibliographie juridique

Descamps Florence, « L’entretien de recherche en histoire : statut juridique, contraintes et règles d’utilisation », Histoire et politique. Politique, culture, société, revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po, no 3, novembre-décembre 2007.
http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=03&rub=autres-articles&item=24.

Avec Véronique Ginouvès, à propos du Carnet de recherche Éthique et droit en SHS sur Hypotheses.org : http://phonotheque.hypotheses.org/10530

– « Matériaux pour une enquête orale : préambule », 4 décembre 2012, en ligne :
http://ethiquedroit.hypotheses.org/280.

– « Publier la parole des témoins. Exigences scientifiques et respect des données personnelles », 18 janvier 2013, en ligne : http://ethiquedroit.hypotheses.org/397

– « Le contrat, un pacte entre le témoin et l’enquêteur… et une nécessité juridique », 28 février 2013, en ligne : http://ethiquedroit.hypotheses.org/516

– « Bien rédiger un contrat de cession de droit pour un enregistrement de terrain », 9 mars 2013, en ligne : http://ethiquedroit.hypotheses.org/545

–  « Qui est l’auteur de la transcription d’en enquête de terrain enregistrée ? », 21 mai 2013, en ligne : http://ethiquedroit.hypotheses.org/711

–  « Peut-on librement diffuser la parole publique ? », 7 novembre 2013, en ligne :
http://ethiquedroit.hypotheses.org/

Le Draoullec Ludovic, « L’utilisation des corpus oraux à des fins culturelles : quels contrats mettre en œuvre ? », Bulletin de l’AFAS – Association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels, http://afas.imageson.org/document622.html#tocto11

Mallet-Poujol Nathalie, « Vie privée et droit à l’image : les franchises de l’histoire », Légicom, no 20, 4e trimestre 1999, p. 51-68.

Mallet-Poujol Nathalie, « Recherche et vie privée : du droit du citoyen au droit du chercheur », Actes de la Journée d’étude des 15 et 16 mai 2003, De la série à l’individu, archives du personnel et archives orales, Gazette des archives, no 198, juin 2005, p. 157-175.

Mallet-Poujol Nathalie, « La collecte des témoignages oraux à l’épreuve du droit pénal spécial de la presse », Les archives orales : bilan, enjeux, perspectives, Gazette des archives, no 211, 2008, p. 33-55.

Mallet-Poujol Nathalie, « Protection de la vie privée et des données personnelles », février 2004, Legamedia,   http://eduscol.education.fr/chrgt/guideViePrivee.pdf

Stérin Anne-Laure, Guide pratique du droit d’auteur : utiliser en toute légalité textes, photos, films, musiques, internet, Paris, Maxima, 2007.

Vaïsse Maurice (dir.), Rapport sur le statut juridique des témoignages oraux, Conseil supérieur des Archives, 17 janvier 2014, consultable en ligne : https://phonotheque.hypotheses.org/12258

Crédits photographiques : image extraite de la page 831 de l’ouvrage « Christian herald and signs of our times » (1896) avec la note suivante « he Outfit includes TalkiMachine, Style 7 1-2. provided with revolving table, aered with felt, fly-wheel so balanced as to turn evenly aarm which holds the sound-box with reproducingphragnri, rubber tubes as described above. Box ofneedles. All nicely packed in a box and sent express ppaid to any point in the United States upon receipt ofpri Send Money by Postal Note, Express Money-Order Gr New York Draft. SPECIA1 OFFER. ». Pas de restrictions de droits connues.

  1. Descamps Florence, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, CHEFF, 2001, réédition 2005, édition électronique https://books.openedition.org/igpde/104 []
  2. « Archives orales. Une autre histoire ? », Annales ESC, no 1, janvier-février 1980, Aron-Schnapper, Lequin, Métral etc. ; Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activités sur la constitution d’archives orales pour l’histoire de la Sécurité Sociale, Paris, Association pour l’histoire de la Sécurité Sociale, 1980. []
  3. cf. les AO du Comité d’histoire de la Sécurité Sociale, reprenant l’intuition du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, Archives du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, Témoignages recueillis auprès d’anciens résistants par la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France (CHOLF) puis par le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, accompagnés de documents d’archives originaux ou en copie (notamment télégrammes, courriers, ordres de mission, faux papiers, comptes rendus de réunions et d’entretiens, notes d’information, bulletins), Résistance intérieure : mouvements, réseaux, partis politiques et syndicats (72AJ/35-72AJ/89), France libre et Résistance extérieure – 72AJ/220-72AJ/248 []
  4. cf. la définition du terme « archives » dans la Code du Patrimoine, loi de 1979 et loi de 2008 []
  5. Seignobos Charles et Charles-Victor Langlois, Introduction aux sciences historiques, Paris, 1898, Kimé, rééd. 1992. []
  6. Sur ces questions, nous vous renvoyons vers deux articles publiés dans Genèses, le premier reprend un débat entre les deux Florence, Weber et Descamps, animé par Bertrand Müller et publié dans Genèses -n° 62, « Clientélisme, caciquisme, caudillisme », mars 2006, p. 93-109- le second est l’article de Gilles Laferté « Des archives d’enquêtes ethnographiques pour quoi faire ? Les conditions d’une revisite » – Genèses, n°63, 2006, pp. 25-45 – et vers les séminaires de Sciences-Po sur la réutilisation des données de la recherche en sciences politiques et la création de la banque d’enquêtes beQuali : « L’ouverture des données de la recherche est plus que jamais d’actualité. Or aujourd’hui, les archives d’enquêtes qualitatives en sciences sociales sont rarement sauvegardées dans des conditions garantissant leur disponibilité pour la recherche et l’enseignement. Pour répondre à ce besoin, la banque d’enquêtes beQuali* offre un service national de mise à disposition, en ligne, de ces données. BeQuali accroît son catalogue et vous offre l’opportunité de sauvegarder et de valoriser vos enquêtes. Cet appel est ouvert aux chercheurs, aux professionnels de l’information scientifique et technique et aux institutions ayant produit ou conservant des enquêtes qualitatives en sciences sociales. Il vise à recueillir des propositions d’enquêtes en vue de leur dépôt sur beQuali.fr. La plateforme beQuali est développée au Centre de données socio-politiques (CDSP, UMS 828 Sciences Po – CNRS) par une équipe de professionnels des archives, de la documentation, des humanités numériques et des sciences sociales. Elle fait partie de l’équipement DIME-SHS (Données Infrastructures et Méthodes d’Enquête en Sciences Humaines et Sociales) porté par Sciences Po en partenariat avec l’INED, l’EHESS, l’Université Paris Descartes, le GENES, le Réseau Quételet, Telecom-ParisTech et EDF-R&D. Cet équipement est financé par l’ANR (ANR-10-EQPX-19-01) dans le cadre des investissements d’avenir. ». []

Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l’École Pratique des Hautes Études
Lire en ligne : L’historien, l’archiviste et le magnétophone, (2005).

More Posts

Le statut juridique des archives orales : les propositions du rapport Vaïsse

Dans le cadre du Conseil supérieur des Archives, qui est l’instance consultative en matière de politique archivistique en France, présidé par Georgette Elgey historienne de la IVè République et auteur de l’Avis du Conseil économique et social de janvier 2001 sur « Les archives orales. Rôle et statut », la question du statut juridique des archives orales et des témoignages oraux, recueillis dans une visée patrimoniale, scientifique, pédagogique ou culturelle, a de nouveau été mise à l’ordre du jour.

En effet, en dépit de travaux récents menés sur la question par des chercheurs, par le réseau des Archives, par celui des Bibliothèques ou des Maison des sciences de l’homme,  de nombreuses difficultés et incertitudes persistent, soit dans la détermination des dispositifs juridiques à mettre en place  lors de création de corpus oraux , soit dans la communicabilité et la diffusion des corpus existants conservés par les institutions patrimoniales ou de recherche, soit dans les règles à appliquer lors de l’exploitation et de la publication de ces témoignages oraux.

D’autre part, les difficultés conjoncturelles rencontrées par le Service Historique de la Défense en 2012-2013 dans la gestion de ses collections de témoignages oraux, pourtant parmi les plus importantes et les plus anciennes en France, ont attiré l’attention du Conseil supérieur des Archives de France, qui a alors confié au professeur Maurice Vaïsse, historien contemporanéiste et spécialiste des relations internationales au XXème siècle, la responsabilité d’un groupe de travail sur les archives orales et leur statut juridique. Ce groupe de travail a rendu une note de synthèse générale et fait des propositions que vous trouverez dans le fichier joint.  Vos remarques, propositions et suggestions sont les bienvenues, vous pouvez contacter Florence Descamps (EPHE) par courriel descampsflorence<at>gmail.com .

Documents à télécharger :

Rapport Vaïsse (octobre 2013)

Délibération no2012-113 du 12 avril 2012 portant autorisation unique de traitements de données à caractère personnel contenues dans des informations publiques aux fins de communication et de publication par les services d’archives publiques (décision d’autorisation unique AU-029)

Délibération no 2010-460 du 9 décembre 2010 portant recommandation relative aux conditions de réutilisation des données à caractère personnel contenues dans des documents d’archives publiques

Crédits photographiques : Dépôt du fonds Métral à la phonothèque de la MMSH, avril 2013, photographie d’Hélène Loukou.

Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l’École Pratique des Hautes Études
Lire en ligne : L’historien, l’archiviste et le magnétophone, (2005).

More Posts