Tous les articles par Matthieu Andreani

Indexer des archives sonores sur Calames avec IdRef

Pour indexer les archives sonores cataloguées sur Ganoub,  l’équipe de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH)  s’appuie sur un thesaurus orienté vers l’ethnologie. Cet outil, créé au moment de l’intégration de la phonothèque au sein de la MMSH en 1997, a été constitué en relation avec d’autres phonothèques, en particulier celles du réseau documentaire de la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT). Il évolue aujourd’hui indépendamment de ce réseau en fonction du contenu des collections1. Or, suivant les recommandations de l’équipe Calames, qui s’appuient elle-même sur les recommandations de la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN), les opérateurs de l’enseignement supérieur et de la recherche doivent faire usage de référentiels communs tel IdRef (Identifiants et Référentiels). Cette application web développée et maintenue par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche (ABES). permet d’interroger, de consulter, de créer et d’enrichir des autorités des catalogues Calames, Sudoc et thèses.fr.

Afin de garantir la continuité du catalogue de la phonothèque, chaque publication sur Calames nécessite donc, selon les cas :

  • d’effectuer une recherche d’équivalence entre les descripteurs issus du thesaurus de la phonothèque de la MMSH et les notices d’autorités IdRef.
  • de réaliser une mise en adéquation avec la forme Rameau. Par exemple, taille de l’arbre terme dans le thesaurus de la phonothèque devient Arbres fruitiers – Taille  sur IdRef.
  • de créer des notices d’autorités, ou faire des propositions dans Rameau.

Suivant les recommandations de Calames2, la décision de création d’une notice d’autorité est prise en fonction :

  • du degré d’éventualité de ré-exploitation de l’autorité dans d’autres notices, soit la probabilité que le besoin de faire référence à cette autorité réapparaisse exprimée en « entité peu susceptible d’apparaître dans d’autres notices ».
  • de la richesse ou de la précision des informations dont on dispose.

Dans le cadre de la publication sur Calames de l’inventaire du corpus des Luthiers de Mirecourt, des notices d’autorités ont été créées pour les principaux luthiers et maisons de lutherie évoqués dans les enquêtes enregistrées. A l’origine, ces données sont contenus dans un document linéaire qui ne permet pas de renvois direct à une entrée . Ainsi, les notices de la Maison Laberte, de Léon Mougenot ou encore d’Amédée Dieudonné héritent-elles des fonctionnalités d’IdRef, dont l’attribution d’un identifiant PPN (Pica production number) et d’une URL (uniform ressource locator).

Autre exemple, l’indexation des titre de contes traditionnels cévenols collectés par Jean-Noël Pelen dans le cadre de sa thèse a également exigé la création de notices IdRef. Les travaux en littérature orale ont montré que les contes de traditions orales peuvent être classés en conte-types, c’est à dire en « organisation stable de motifs, identifiable dans des contes du monde entier en dépit de variantes locales »3. Jean-Noël Pelen a ainsi mené un travail d’identification de conte-types sur les contes cévenols, suivant la classification Aarne-Thompson4.

Au lieu d’ajouter au référentiel IdRef les différentes versions collectées par Jean-Noël Pelen, les notices spécialement créées correspondent aux titres des conte-types fixés par la classification Aarne-Thompson. Les titres de conte-types sont en effet plus susceptibles de ré-utilisation que leurs versions cévenoles et facilitent les comparaisons. D’autre part, nous pouvons imaginer que leur utilisation à des fins d’indexation concoure à l’établissement d’un catalogue de versions, sonores ou transcrites, de tel conte-type.

Ainsi, chaque notice de type de conte créée dans IdRef comporte :

  • le titre en langue anglaise du conte-type (langue originale de la classification Aarne et Thompson) dans le champ « forme parallèle » ;
  • le titre en langue française du conte-type issu de la traduction fournie par les quatre volumes du Conte populaire français5 dans le champ « forme retenue » ;
  • le numéro d’identifiant ATU qui renvoie à la classification Aarne, Thompson et Uther6.
  • Eventuellement en synonymie (forme parallèle), le titre en langue régionale.

Grâce à la technique de balisage du texte qu’autorise la syntaxe XML, la référence aux conte-types n’efface pas les titres originaux dans l’instrument de recherche. Comme dans l’exemple de moitié de coq, la référence au conte-type (type, forme normalisée, formes rejetées, numéro ATU) est inscrite dans la balise de caractérisation de la portion textuelle, tandis que le texte conserve le titre original. Trois versions de ce conte sont également accessibles sur Ganoub.

Voilà peut-être une nouvelle façon de travailler à un inventaire du conte traditionnel… informez-nous si vous avez l’occasion de l’utiliser et décrivez-nous vos pratiques.

Crédits photographiques de l’image à la une : Image issue de la page 128 du livre « East of the sun and west of the moon : old tales from the North », New York : G.H. Doran, 1922. Domaine public.

  1. Un export de ce thesaurus en SKOS est en cours de réalisation et il sera bientôt accessible en ligne. []
  2. Manuel de catalogage Calames, p. 86 []
  3. Voir : Josiane Bru, « Le repérage et la typologie des contes populaires. Pourquoi ? Comment ? », Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS [En ligne], 14 | automne 1999, mis en ligne le 02 septembre 1999, consulté le 26 décembre 2014. URL : http://afas.revues.org/319. []
  4. Jean-Noël Pelen, Le conte populaire en Cévennes, Payot, 1994, 795p. []
  5. Le conte populaire français par Paul Delarue et Marie-Louise Ténèze, édité en un seul volume et en fac-sim. des quatre tomes publiés entre 1976 et 1985, Maisonneuve et Larose, 2002, 1943p. auquel s’ajoute Le conte populaire français [2], contes-nouvelles par Paul Delarue et Marie-Louise Ténèze ; avec la collaboration de Josiane Bru, Éd. du C.T.H.S,  2000, 229p. []
  6. The types of international folktales: a classification and bibliography: based on the system of Antti Aarne and Stith Thompson by Hans-Jörg Uther ; editorial staff, Sabine Dinslage, Sigrid Fährmann, Christine Goldberg… [et al.], Suomalainen Tiedeakatemia, 2004-2005, 3 vol. (619, 536, 285 p. []

Nouvelles publications de la phonothèque de la MMSH dans Calames

La phonothèque de la MMSH poursuit la publication d’inventaires dans le catalogue collectif Calames, le catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur et de la recherche. En 2013, le projet avait débuté par la conversion en EAD et la publication sur Calames des fonds Jean-Noël Pelen et Marceau Gast. Pour l’appel à projet 2014, l’ensemble Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône a été retenu par l’ABES, l’agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Les enquêtes du corpus Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône ont été réalisées dans le cadre d’un projet de recherche réalisé en 2006 et 2007 par l’association Paroles Vives et le soutien des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (AD13), en collaboration avec la phonothèque de la MMSH. L’objectif était de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et les modalités de transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 1920. Plus de 160 heures sont ainsi accessibles en ligne, soit un corpus de 106 enquêtes. Ce corpus est également consultable dans les locaux des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et les notices ont été intégrées à leur base de données.

Pendant presque trois mois, l’équipe de la phonothèque a catalogué ce corpus. Une des particularité de ce travail été l’usage ou la création, sur Idref1, de noms de lieux précis (noms de quartiers de Marseille notamment) et de vocabulaire portant sur l’identité et la culture arménienne, comme en témoigne la notice de l’enquête n°2080 et ses descripteurs.

Au cours de l’année 2014, l’équipe de la phonothèque a également catalogué le corpus d’enquêtes ethnologiques sur le métier de luthier à Mirecourt, réalisé par Hélène Claudot-Hawad ethnologue, directrice de recherche au CNRS. En 2011, celle-ci avait déposé à la phonothèque de la MMSH une série d’enregistrements sonores (13 heures d’enquêtes) accompagné de diapositives2 sur les luthiers de Mirecourt. Ces archives documentent un terrain ethnologique qu’elle a mené à Mirecourt dans les années 1980, quand le terrain saharien sur lequel elle travaillait jusqu’alors lui était interdit d’accès3. Les entretiens peuvent être écoutés en ligne  en consultant le corpus sur Calames. Pour des raisons éthiques, certains passages ont été supprimés pour la consultation en ligne. L’archive dans son intégralité et son intégrité peut être écoutée, sur demande motivée, à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence.

Consulter le corpus Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône sur Calames.

Consulter le corpus Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine) sur Calames

Crédits photographiques : L’église arménienne Saints Tatéos et Parthomios, ou église de Saint-Antoine, dans le quartier des Borels, Saint-Antoine, Marseille, 15e arrondissement, François Latreille, prise de vue novembre 2013, sous licence CC 3.0.

  1. Référentiel dont l’acronyme signifie « Identifiants et référentiels pour l’enseignement supérieur et la recherche » utilisé dans les outils Sudoc et Calames. []
  2. 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail dont une partie a été déposée sur Medihal []
  3. L’ensemble de la collection a été numérisé et analysé par Marie Lelardoux, Hélène Claudot-Hawad a repris les notices documentaires et les a éditorialisées sur Les carnets de la phonothèque, Marine Soubrié a catalogué les entretiens au format EAD avec le soutien de Matthieu Andreani. Sabine Partouche a mis en page le catalogue papier de ces archives publié en décembre 2013 par les Presses Universitaires de Provence. []

« In Tayent, l’ami du bout du monde » : Marceau Gast, Pierre Guérin et les documents sonores pédagogiques

BT sonore "Au hoggar"Couverture du BT sonore n°803, « Au Hoggar » (1961).

Les méthodes d’apprentissage sur support sonore sont aujourd’hui familières et d’un usage répandu. A l’heure où se démocratisait les appareils de lecture de disques 78 tours1, la célèbre maison d’édition française d’enseignement des langues Assimil, accompagnait déjà ses publications d’enregistrements sonores. Dans la majorité des manuels scolaires de langue vivante, un support sonore accompagne le texte écrit. Ainsi, pour le grand public, ce type de documents couvre presque exclusivement l’apprentissage des langues vivantes. En comparaison, les documents sonores pédagogiques œuvrant pour la compréhension d’une culture ou la découverte d’un métier sont discrets, sinon rares. En France, le mouvement pédagogique initié par Célestin Freinet fait figure de « pionnier » dans l’édition de documents sonores pédagogiques.

Le mouvement Freinet pionnier de l’audiovisuel éducatif

La pédagogie Freinet recouvre un ensemble de principes et techniques de pédagogie « alternatifs » fondés sur l’expression libre des enfants via la réalisation de projets (texte, dessin, imprimerie, journal). L’audiovisuel en tant qu’outil pédagogique est considéré très tôt par l’initiateur du mouvement, Célestin Freinet. Selon certains, le mouvement Freinet est même « né avec le cinéma »2. En 1927, sous l’impulsion d’un groupe d’instituteurs girondins mené par Rémy Boyau est fondée la Cinémathèque coopérative de l’Enseignement Laïc ayant pour objet l’acquisition, la fabrication et la mise en circulation parmi le personnel enseignant de films cinématographiques présentant « le maximum de valeur pédagogique »3.

Dans ce petit film de 1927 tourné en 9,5 mm à l’aide d’une caméra Pathé Baby, René Daniel4, instituteur et ami de Freinet, met en scène ses jeunes élèves et les enseignants de l’école de Saint-Philibert-en-Trégunc (Finistère) dans les rues dynamisées par les charrettes ou sur le bord de mer animé par la pêche5.


Cinémathèque coopérative de l’enseignement laïc diffusé par les Archives départementales du CG 06

La radiodiffusion, le phonographe puis le magnétophone comptent également parmi les techniques expérimentées. Mais l’histoire de l’apparition de ces supports dans les écoles mettant en œuvre la pédagogie Freinet est plus difficile à tracer, en particulier à partir de la fin des années 1930.  Après la guerre, un homme en particulier va offrir à l’enregistrement sonore une place de choix dans l’attirail pédagogique de l’instituteur freinetien.

Les premières expériences de Pierre Guérin, instituteur freinetien

A la fin des années 1940, Pierre Guérin exerce son métier d’instituteur à l’école en plein air de Sainte-Savine (Aube). Poussé par un vif intérêt pour les méthodes de pédagogies « modernes », il s’inspire des préceptes de Freinet via les méthodes de la CEL. Au contact du mouvement, il découvre successivement l’enregistrement sur disque de cire et le magnétophone à fil. L’enseignant perçoit alors dans le magnétophone un nouveau moyen de correspondance interscolaire avant de donner à ses élèves l’occasion de réaliser des reportages sonores, récoltant tour à tour les « paroles sur le vif d’un rémouleur et d’un matelassier, artisans ambulants », « interrogeant leurs parents, leur grand-mère, le rétameur ambulant arrivé dans le village…»6. A cette occasion, les anciens font le récit de leur vie quotidienne d’autrefois : « comment on faisait la lessive, comment on s’habillait, comment on se chauffait, comment on s’éclairait »7.

freinetPhotographies extraites d’un dossier de l’ICEM portant sur les activités audiovisuelles (1984).

Soucieux d’accompagner cette production jusqu’à sa diffusion, Pierre Guérin soumet le travail de ses écoliers à l’appréciation de Jean Thévenot, producteur d’émissions radiophoniques à l’ORTF, qui diffuse régulièrement des reportages sonores amateurs. Ainsi, les petits reportages sont diffusés au cours des émissions « Aux quatre vents » puis « Chasseurs de son », sur France culture8.

Marceau Gast et Pierre Guérin : les prémisses d’une collaboration

Parallèlement à ces réalisations, Pierre Guérin envisage de faire appel à des savants, pour le tournage d’enregistrements pédagogiques. Il sympathise avec Marceau Gast au début des années 1950, à l’occasion d’un congrès annuel organisé par Célestin Freinet. A cette époque, Marceau Gast est instituteur chez les Touaregs du Hoggar, puis à l’école de Tamanrasset9. C’est donc naturellement les conditions de vie dans le désert qu’il choisit de porter à la connaissance des jeunes élèves. L’enregistrement consiste en une série de questions posées à Marceau Gast par les élèves de l’Ecole en Plein-Air de Chanteloup à Sainte-Savine (Aube) ou par Pierre Guérin lui-même. Les thèmes successivement abordés sont : la circulation au Sahara, le chameau, l’oued, la gazelle, l’orientation dans le désert.

Le montage présenté ici, réalisé par François Borel à partir des épreuves de tournages, fait de plus entendre un chant soliste interprété par un enfant du Hoggar, et se conclu par des chants d’enfants enregistrés par Marceau Gast auprès des élèves de sa propre classe à Tamanrasset. Selon François Borel10, ce document jusqu’ici inédit préfigure la collaboration des deux hommes pour le n°803 des BT sonores de l’ICEM11 :

Voir la notice en ligne sur la base de données, n° d’inventaire : 4197

Création de la collection Bibliothèque de Travail Sonore

couvarctiqueMais l’édition de ces reportages sur bande magnétique pose des problèmes de diffusion : dépourvus de magnétophones, certains maîtres ne peuvent les faire écouter à leurs propres élèves, et réclament de ce fait leur gravure sur disque. La demande est entendue par Pierre Guérin, qui entreprend un projet d’édition dépassant largement le simple changement de support. Il prends pour modèle la collection documentaire « Bibliothèque de Travail » déjà éditée par l’ICEM afin de réaliser un ensemble documentaire complet centré autour de l’enregistrement sonore.

Edités pour la premiere fois en 1960 et récompensés par l’Académie Charles Cros en 1962, les BT sonores sont constitués d’un disque 45t, de 12 diapositives en couleur et d’un livret de travail. Dans un article de 1966, Pierre Guérin distingue cinq sous- collections12 :

– les « documentaires sur une activité humaine » ;
– les « grands reportages » ;
– les « histoires par récits illustrés de clichés d’époque » ;
– la série « littérature : une œuvre et son paysage » ;
– et une série « Amis du bout du monde », « plus particulièrement destinée, explique Pierre Guérin, aux petites classes : création d’une ambiance, prise de contact avec le milieu quotidien d’un enfant étranger ou d’une province de France ».

Couvertures BT sonore

Pierre Guérin invitera notamment Paul-Emile Victor pour présenter l’Arctique (voir plus haut la couverture de ce numéro), Yves Coppens sur le thème de la vie préhistorique, ou encore Henri Laborit pour un entretien sur le système nerveux.

Marceau Gast et Pierre Guérin : la collaboration pour les BTsonores

La série « Amis du bout du monde » débute officiellement avec le n°804 où l’ami en question habite l’île de la Réunion. Il est suivi d’autres lointains amis originaires du Dahomey13 (n°820) ou encore vivant au Cambodge (824). Mais cette série a véritablement été inaugurée en 1961 par la face I du n°803 intitulé « Au Hoggar »14.

Sur la face 1 de ce disque, édité en 196115, Marceau Gast décrit avec soin le quotidien d’In Tayent, enfant nomade du Hoggar. Sur la face 2, qui débute à 5’15 », il décrit un jour de fête à Tamanrasset à l’aide d’ambiances sonores :

Marceau Gast et Pierre Guérin poursuivent leur collaboration à l’occasion de deux autres BT sonores publiés successivement. Tout d’abord, Marceau Gast intervient16 sur le thème de la faim dans le monde pour le BT sonore n°882 (écouter directement l’intervention de Marceau Gast) :

Puis, il est présent sur l’enregistrement portant sur le sous-développement et l’économie mondiale17, où il est notamment interrogé sur l’importance économique du pétrole et l’interdépendance des pays (écouter directement l’intervention de Marceau Gast)  :

Le fonds Marceau Gast conservé à la phonothèque contient une archive qui présente les mêmes caractéristiques que les BT sonores, et qui semble être issue du n°814 publié en 1964. Sur un ton similaire à celui qu’il a choisi pour le n°803, Marceau Gast présente brièvement sa classe nomade de Tamanrasset, et l’enfant Tebbi du Tamesna :

Enregistrements sonores et pédagogie à la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH conserve d’autres enregistrements sonores produits dans un cadre pédagogique. Le fonds Anne Roche et Marie-Claude Taranger renferme des enquêtes orales réalisées par des étudiants auprès d’informateurs de leur choix. Ces documents ont ensuite été exploités dans l’ouvrage Celles qui n’ont pas écrit (voir l’article de présentation du corpus et écouter des extraits thématiques).

Suivant un modèle proche, les étudiants du Master du Master Sciences Arts et Techniques de l’Image et du Son (SATIS-Université d’Aix-Marseille à Aubagne) ont constitué, sur une idée originale de Maryline Crivello (UMR Telemme) et dans le cadre de l’ANR IMASUD, le corpus Je me souviens… de la Méditerranée, ensemble d’entretiens vidéos que l’on peut visionner sur le site de Medmem. Les entretiens sonores préparatoires sont quant à eux conservés à la phonothèque et décrit dans la base de données en ligne.

Dans le cadre d’une Maîtrise d’histoire dirigée par Jean-Marie Guillon, Julien Teisseire a enregistré un témoignage d’un instituteur varois ayant appliqué les méthodes de la pédagogie Freinet au cours de sa carrière.

  1. Voir à ce sujet l’article de Véronique Ginouvès sur l’évolution des supports. []
  2. Henri Portier, « De l’utilisation du film comme outil pédagogique à l’appropriation du cinéma par les élèves comme outil de création », Cinéma-école, aller-retour : actes du colloque de Saint-Etienne, novembre 2000. []
  3. Dépôt à la préfecture de Bordeaux le 27 octobre 1927 http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/24963. []
  4. Voir « René Daniel, premier correspondant de Freinet », Le nouvel Éducateur, n°56, février 1994. []
  5. En novembre 2008 sont déposés aux archives départementales des Alpes-Maritimes quelques uns de ces premiers films, voir http://www.basesdocumentaires-cg06.fr/os-html/film/home.html. []
  6. Gilbert Paris, « Compagnon de route de Pierre Guérin », dans Sur les pas de Freinet, Pierre Guérin, Marceau Gast, Madeleine Guérin, Claudie Guérin (dir.), Paris, Ibis Press, 2008, p. 43. []
  7. Pierre Guérin, « A Chanteloup », dans Sur les pas de Freinet, Pierre Guérin, Marceau Gast, Madeleine Guérin, Claudie Guérin (dir.), Paris, Ibis Press, 2008, p. 25. []
  8. Plus de 650 enregistrements sont envoyés pour des émissions de radio. []
  9. cf. Tikatoutin. []
  10. François Borel, « La voix de Marceau », dans Un ethnologue entre Sahara, Kabylie, Yémen et Queyras. Hommage à Marceau Gast, S. Chaker, H. Claudot-Hawad (dir.), Peeters, 2014, p. 229. []
  11. Ce document a été déposé à la phonothèque de la MMSH en août 2011 par François Borel. Il s’agit de la copie numérique d’une bande magnétique déposée au Musée d’ethnographie de Neuchâtel. Ce document a été présenté publiquement pour la première fois lors de la rencontre hommage à Marceau Gast organisée par Salem Chaker et Hélène Claudot-Hawad les 14 et 15 mars 2011. []
  12. Pierre Guérin, « Que sont les BT Sonores ? », Dossier pédagogique de l’Ecole Moderne, n°21, 15 novembre 1966. Accessible en ligne via  http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/15801, consulté en mars 2014. []
  13. actuel Bénin []
  14. Si l’on excepte la face B du numéro prototype des BT son, où Marceau Gast présente déjà In Tayent. La face A étant occupée par le récit d’un facteur savoyard. []
  15. les prises de sons sont réalisés par Marceau Gast, Marc Richaud et Louis Pilate, la réalisation est de Marceau Gast. Pierre Guérin s’est chargé, avec Marcel Daoust, de l’adaptation pédagogique. []
  16. avec Suzy Bernus, ethnologue, Edmond Bernus, géographe et Michel Chatelus, ethnologue. []
  17. avec  l’ethnologue Michel Chatelus. []

La phonothèque de la MMSH intègre le réseau Calames

183068542_29bef78b0c_oEn 2013, la phonothèque de la MMSH a débuté la publication de ses inventaires sur le catalogue collectif CALAMES (Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur). Mis en ligne en 2007, le catalogue CALAMES, développé et mis en oeuvre par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), donne aujourd’hui accès à la description des collections de 42 établissements : bibliothèques universitaires, bibliothèques de recherche, mais aussi de grands établissements nationaux (Institut de France, Muséum d’histoire naturelle).

Présentation du projet

Pour cette première campagne de catalogage, le fonds Jean-Noël Pelen et le fonds Marceau Gast ont été sélectionnés parmi les collections de la phonothèque. Les trois principaux critères de sélection était la valeur scientifique, l’importance matérielle et l’avancement du traitement documentaire. Voici une présentation rapide de ces deux fonds.

Le fonds Jean-Noël Pelen

Jean-Noël Pelen (né en 1949), à été chercheur au CNRS jusqu’en 2011. Il a dirigé le CREHOP – Centre de recherches sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux (Université de Provence – CNRS) entre 1987 et 1993 puis a été chercheur au sein du laboratoire TELEMME – Temps, espace langage Europe méridionale, Méditerranée (AMU – CNRS). Le fonds Pelen est composé de neuf corpus d’enquêtes orales menées par, sous la direction, ou sous l’impulsion de Jean-Noël Pelen et de l’enregistrement d’une série de séminaire ayant pour thème la production du récit collectif. Les enquêtes de terrain combinent des enregistrements de contes, de chansons populaires et de récits de vies en Provence (Cévennes, Pays d’Arles, Bouches-du-Rhône).

Consulter le fonds Pelen sur Calames : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-1371

Le fonds Marceau Gast

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO et membre de l’IREMAM, Marceau Gast (1927-2010) a déposé à la phonothèque de la MMSH, de son vivant, les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien, au Yémen et pour la France, dans le Queyras. Quatre grands thèmes parcourent ce fonds : l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales. A cela s’ajoute des colloques enregistrés et une série de neuf entretiens biographiques préparatoires menés en 1997 et 1998 par Hélène Claudot-Hawad.

Consulter le fonds Gast sur Calames : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-1566

Présentation de l’outil Calames

Le format de description EAD

L’Encoded Archival Description est un format de description archivistique créé à la fin des années 1990 et maintenu conjointement par la Bibliothèque du Congrès et la SAA (Society of American Archivists). Il respecte les principes définis par la norme internationale ISAD (G). Dans les années 2000, son utilisation pour la mise en ligne des instruments de recherche se généralise en France : il est notamment adopté par la BnF, les archives nationales et départementales, quelques bibliothèques municipales (Lille, Lyon) et l’ABES pour sa plateforme Calames. Le langage XML sur lequel il se base permet de construire une description hiérarchisée rendant compte avec précision de l’imbrication des composants et sous-composants. A ce jour, les éléments et attributs XML utilisés pour le catalogage dans Calames sont définis par la DTD EAD 2002, avec des limites propres aux bonnes pratiques françaises et au réseau Calames.

L’outil de catalogage Calames

La production et la publication des inventaires s’effectuent par les établissements du réseau Calames dans une interface commune accessible en ligne via un navigateur. L’outil de catalogage Calames repose sur l’éditeur XML XMETAL1 adapté par  l’ABES afin d’assurer la cohérence du catalogage (ajout de listes fermées de valeurs d’attributs) ou de normaliser l’indexation (interaction de l’éditeur avec le référentiel IdRef – Identifiants et référentiels SUDOC pour l’enseignement supérieur et la recherche). L’éditeur présente une interface graphique facilitant l’encodage XML. L’abonnement annuel à Calames intègre le coût de la licence XMETAL (indépendante du poste de travail).

Accompagnement par l’ABES

L’établissement qui souhaite publier ses collections sur Calames doit faire face à de nouveaux enjeux techniques et financiers mais il peut compter sur un soutien de l’ABES a plusieurs niveaux. Chaque année depuis 2010, l’ABES lance un appel à projet dont le but est de favoriser la publication des inventaires des établissements du réseau Calames2. En répondant à l’appel à projet 2013, la phonothèque a ainsi bénéficié d’un co-financement de l’ABES lui permettant d’engager un travail de catalogage durant 5 mois à compter du mois d’août 2013. D’autre part, l’ABES  organise des formations à l’outil de catalogage3, propose une assistance et des cours en ligne (les « J.e-cours ») et met à disposition un manuel de catalogage régulièrement mis à jour.

Outre le financement de l’ABES, ce projet n’aurait pu voir le jour sans le financement de la TGIR Huma-Num « Consortium des ethnologues » qui a permis de numériser, cataloguer et mettre en ligne les archives du Sahara de Marceau Gast en 2012 et 2013.

 Crédits photographiques : « Handshake », San Francisco (Californie, Etats-Unis), 4 juillet 2006, sous licence CC BY 2.0. URL : http://www.flickr.com/photos/xctmx/183068542/. Le choix de cette illustration a été inspiré par celui de France Chabod dans son article sur le blog du SCD d’Angers.

  1. Dans sa version plugin nommée XMAX. []
  2. La phonothèque de la MMSH est membre du réseau Calames depuis 2011. []
  3. La formation que j’ai suivi a eu lieu du 8 au 10 avril 2013 dans les locaux de l’ABES à Montpellier. []

SAMEDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : La passion pour le football, sens et modalité

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

La passion pour le football : sens et modalité – cote D1223, N°1240, enregistré à Aix-en-Provence le 15 février 1997, 27min.

Ecouter l’enquête en ligne

En 1997, au cours d’un séminaire de l’IDEMEC (Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative) intitulé Passions ordinaires, Christian Bromberger recense quelques éléments constitutifs, selon lui, de la passion pour le football et du « génie du supporterisme« .

Crédits photographiques : 7/28/11, Guadalajara Chivas vs Juventus FC at Carter-Finley Stadium, Raleigh, NC, James Willamor, (CC BY-SA 2.0).

VENDREDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Le jardin musical de Bijan Chemirani

Isfahan_Lotfollah_mosque_ceiling_symmetric

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Le jardin musical de Bijan Chemirani – cote D1109, N°1163, Enregistré dans le cadre des Rencontre avec les musiciens et danseurs de la Méditerranée – ARCADE, le 11 mai 2001 à Aix-en-Provence, 56min.

Cette intervention de Bijan Chemirani s’est déroulée en mai 2001 au sein des Rencontres organisées de 2000 à 2004 par l’ARCADE (Agence des arts du spectacle en PACA). Les Rencontres avaient pour but la découverte du parcours biographique et artistique de musiciens et danseurs méditerranéens.

Le Manosquin présente quelques spécificités de la tradition musicale perse (métrique, rythmique et instrumentarium) et illustre ses propos au daf (tambour sur cadre) puis au zarb (tambour-gobelets à exécution digitale, aussi appelé tombak). En fin d’enregistrement, Manu Théron (Lo Còr de la Plana) se joint à Bijan Chemirani pour l’interprétation de Maria, chant à décompte1 de tradition chrétienne.

Ecouter l’extrait musical en ligne

Ecouter l’intégralité en ligne

Crédits photographiques : Le plafond de la mosquée du Sheikh Lutfallah à Isfahan, Iran, 27 août 2008, Phillip Maiwald. Photographie sous licence CC-BY-SA 3.0.

  1. chaque nouveau vers porte en son texte le chiffre correspondant à son ordre d’apparition et reprend les textes et chiffres des vers précédents []

“On prenait Londres tous les soirs…” : Témoignages sur les usages de la radio dans les années 1930 et 1940

John Frost and daughter listening to radio in their home. Tehama County, California Digital ID: (digital file from original) fsa 8c00054 http://hdl.loc.gov/loc.pnp/fsa.8c00054 Reproduction Number: LC-DIG-fsa-8b00054 (digital file from original) LC-USF34-037961-D (b&w film neg.) Repository: Library of Congress Prints & Photographs Division Washington, DC 20540 http://hdl.loc.gov/loc.pnp/pp.print

Les entretiens de terrain témoignent souvent de pratiques ou d’usages culturels qui ne sont pas toujours les objets d’enquêtes des chercheurs qui les ont enregistrés. Ainsi la radio apparaît régulièrement dans les récits des années 1930-1945, témoignage d’un medium qui diffuse parfois des informations cruciales difficiles à obtenir par d’autres biais ou propose des divertissements. Nous présentons ici une série d’extraits sonores, issus pour la plupart du corpus d’Anne Roche et Marie-Claude Taranger1.

Ainsi, par manque de moyens ou en temps de guerre apparaissent des difficultés pratiques d’accès à l’information que les témoignages individuels peuvent révéler. Par exemple, les mouvements ouvriers ayant lieu en France ne sont pas connus de cet ouvrier habitant l’Algérie dans les années 1930. Contrairement à ses supérieurs, il n’a pas accès aux journaux internationaux et n’a pas de radio :
Extrait de l’enquête n°4124 (voir la notice sur Ganoub)

Dans les années 1940, les difficultés financières ont amené cette informatrice Oranaise à troquer son transistor contre de la nourriture. Ces circonstances l’empêchent de suivre l’actualité et lui permettent de vivre quotidiennement avec moins d’inquiétude et d’attente que les personnes informées :
Extrait de l’enquête n°4134 (voir la notice sur Ganoub)

A cause de la confiscation des postes de radio à Djibouti, le militaire témoignant dans cette enquête ne connaît pas l’existence des Forces Françaises Libres. Il est étonné d’apprendre leur existence, lorsque, ayant refusé l’armistice, il s’évade en 1940 et rejoint les forces alliées à Aden :
Extrait de l’enquête n°4143 (voir la notice sur Ganoub)

Deux extraits montrent en particulier la radio comme un moyen de suivre l’actualité politique et culturelle. Dans cet extrait, l’informateur aborde la presse écrite et se souvient avoir suivi l’actualité de la guerre d’Ethiopie à la radio :
Extrait de l’enquête n°4145 (voir la notice sur Ganoub)

Cet autre informateur exprime le rôle culturel de la radio (et la station Le Poste Parisien) grâce à laquelle il suivait les retransmissions de représentations théâtrales :
Extrait de l’enquête n°4137 (voir la notice sur Ganoub)

Royal Oak, Michigan. A family listening to the radio and reading Father Coughlin's newspaper

Enfin, trois enquêtes contiennent des informations sur les pratiques d’écoute et des récits de l’expérience des discours radiodiffusés. Dans la première, l’informatrice, habitant Marseille, se remémore les discours de Maurice Schuman et les slogans diffusés par la BBC dénonçant Radio-Paris. La formule “on prenait Londres tous les soirs” suggère les efforts que demandait à cette époque la captation des stations :
Extrait de l’enquête n°4150 (voir la notice sur Ganoub)

Cet autre informateur écoutait pendant la deuxième guerre mondiale, chaque dimanche matin, tranquillement couché, les radios en langue anglaise, française et allemande :
Extrait de l’enquête n°4154 (voir la notice sur Ganoub)

Les informations et les discours radiodiffusés donnent lieu à des séances d’écoute collective :
Extrait de l’enquête n°3032 (voir la notice sur Ganoub)

Crédits photographiques : – première photographie :  John Frost et sa fille écoutent la radio chez eux, Tehama County, California (1940) ; Lee Russell (auteur) ; Library of Congress, Prints & Photographs Division, Washington, DC. Pas de restrictions de droit connues. – deuxième photographie : Une famille écoute la radio en lisant le journal « Social Justice » du père Coughlin, Raoyal Oak, Michigan (1939) ; Siegel, Arthur S. (auteur) ; Library of Congress, Prints & Photographs Division, Washington, DC. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Cette collection a fait l’objet d’un premier billet qui présentait la nature générale du corpus []

Présentation d’un corpus sonore : Celles qui n’ont pas écrit

Adrienne Pagnette, and adolescent French illiterate, speaks almost no English, September 1911

Pour leur mise en lumière et analyse des récits de femmes de la région marseillaise de 1914 à 1945, publiées dans un ouvrage de 19951, Anne Roche et Marie-Claude Taranger se sont appuyées sur un ensemble d’enquêtes orales réalisées entre 1977 et 1992 dont les supports (cassettes audio) et les transcriptions ont fait l’objet d’un dépôt à la phonothèque de la MMSH respectivement en 2009 et en 19992. L’année 1983-1984, qui comprend une cinquantaine d’enquêtes soit la quasi-totalité des enregistrements réalisés cette année, est en cours de numérisation et de traitement (voir la liste des notices d’enquêtes). Nous présentons ici les grandes caractéristiques de ce corpus.

Fabrication du corpus

Les circonstances de constitution de ce corpus n’ont pas d’équivalent dans les fonds de la phonothèque : ces enregistrements s’inscrivent en effet dans le cadre d’un enseignement de Lettres Modernes à l’Université de Provence, que Marie-Claude Taranger et Anne Roche avaient axé, dans la lignée des travaux de Philippe Lejeune qui préface leur ouvrage, sur le récit autobiographique3. Pour les étudiants qui suivaient ce cours, l’examen consistait à mener une enquête orale auprès de l’informateur de leur choix. L’évaluation portait sur la méthodologie d’enquête, l’intérêt du témoin et du témoignage, et la qualité de la transcription. Pour cela, les étudiants devaient remettre aux enseignants un enregistrement de l’enquête (sur cassette) accompagné d’une transcription.

La vue du contexte de constitution permet ordinairement de comprendre le choix des informateurs. Dans le cadre d’une évaluation, il ne fait pas de doute que les étudiants ont parfois cherché à se distinguer par le choix d’un témoin prestigieux (figures militaires, de la résistance). La dynamique de ce corpus est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre étudiants-enquêteurs en quête de vedettes. Cette tendance, en mettant l’accent sur l’intérêt du témoin, menace dans certains cas l’intérêt de l’enquête. Par exemple, dans certaines d’entre elles l’informateur se contente de lire le récit déjà écrit (parfois publié comme dans cet entretien) de son parcours. Dans le choix des informateurs par les étudiants, l’aspect pratique apparaît également : les liens de parenté entre enquêteur et informateur sont fréquents. Ces liens ne sont toutefois pas systématiques et dans de nombreux cas le lien reste à identifier.

Bien que la méthode de chacun diffère (à chaque enquête correspond un enquêteur), les consignes des professeures donnent un axe général. Pour Roche et Taranger, le projet de départ est de « faire mener à leurs étudiants une série d’interviews sur le souvenir du Front Populaire dans le Midi » (les enregistrements de 1977 à 1979 le montrent), mais « la richesse du matériau recueilli a aussitôt modifié les buts des enquêteurs »4 : le récit des personnes interrogés se trouve être « plein d’informations variés que la seul rubrique  »souvenirs du Front populaire » »5 ne contient plus. Une fois la période relayée au second plan au profit du récit de vie, la méthode s’achemine vers sa forme finale : une « interview semi-directive, à consigne ouverte (« racontez votre vie depuis vos premiers souvenirs jusqu’à 1945 »), sans questionnaire fermé (contrairement aux enquêtes de type statistique), […] le but étant de créer une situation de parole dans laquelle les femmes (mais aussi les hommes) puissent donner leur version privée, personnelle, de la grande Histoire »6. Cependant, de la variété des informations recueillis et des informateurs peuvent ensuite émerger des ensembles cohérents comme le sous-corpus de l’année universitaire 1991-1992 référencé sous le titre « Appelés en Algérie ».

Nature du corpus

Les deux auteures caractérisent leur corpus par un découpage temporel : le témoignage peut débuter à la petite enfance (jusqu’à la guerre de 1914-1918 pour certain), mais doit s’arrêter en 1945. Un découpage géographique intervient également : le corpus est « centré sur des témoins habitant […] le midi de la France »7. Si la plupart des témoins sont originaires des Bouches-du-Rhônes, du Var et du Vaucluse, il s’agit parfois de retraités venant d’autres régions ainsi que des témoins d’origine étrangère : « Italiens ayant fui le fascisme ou la misère du Sud, Espagnols exilés de la guerre civile et du franquisme, Allemands ou Autrichiens, juifs ou non, ayant fui le nazisme »8. Roche et Taranger soulignent aussi la variété socio-professionnelle des informateurs et l’absence consciente de découpage de cet ordre.

Exemple d’une analyse par M.-C. Taranger d’après une enquête de N. Morel auprès de P. Pinguet (1990)

Le titre de l’ouvrage (Celles qui n’ont pas écrit), parce qu’il suggère un corpus composé exclusivement de témoignage de femmes, n’en exprime pas la véritable nature. En effet, la distinction des genres est une problématique propre à l’ouvrage, étrangère aux consignes fournies aux étudiants (ils étaient alors libres d’interroger un homme ou une femme). Ainsi, le corpus déposé à la phonothèque est mixte. Par ailleurs, si l’ouvrage s’appuie essentiellement sur des témoignages de femmes, les auteures font également usage de témoignages d’hommes, non seulement via les témoignages mixtes, mais aussi par leur emploi à titre de « contre-épreuve »9.

Au dépôt des cassettes s’ajoute celui des transcriptions et des analyses de contenu. Les résumés analytiques de Marie-Claude Taranger et Anne Roche, bien que destinés dans un premier temps à l’évaluation de l’enquête, manifestent déjà l’intérêt du chercheur. Ils témoignent de l’évolution de ce corpus, passé du statut d’archive « pédagogique » à celui de source scientifique lors de la publication de l’ouvrage.

Dans son compte-rendu de l’ouvrage de Roche et Taranger10, Sonia Branca-Rosoff regrettait l’absence des sources orales elles-mêmes, en rappelant que le toilettage que nécessitent la transcription empêche par exemple tout travail syntaxique sur ces discours.  L’accès à cette source orale est désormais possible sans concours de l’écrit.

Liste non-exhaustive de publications exploitant ce corpus

Anne Roche, « Popular Front in the South of France : memory and oral transmission », communication au colloque « 1936 », Université d’Essex, 1978, paru dans  Practices of literature and politics, Colchester, 1978.

Anne Roche, Marie-Claude Taranger, « Ne compte pas que tu vas boire l’huile de l’olivier que tu viens de planter » analyse de l’interview d’un militant communiste, dans « Mémoire du chantier de Port-de-Bouc », Technologies, idéologies et pratiques, 1980.

Anne Roche, « Deuil et mélancolie dans quelques autobiographies « nostalgériques » de l’après 1962″, Cahiers de sémiotiques textuelle, 4, 1985.

Marie-Claude Taranger, « Pouvoir dire le pouvoir », communication au 5e Colloque international d’histoire orale « El Poder a la Societat », Barcelone, 1995.

Anne Roche, « La perte et la parole. Témoignages oraux de pieds-noirs », dans J.-P. Rioux, La guerre d’Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990.

Anne Roche, « Un défaut de vision. Les Arabes vus par des Pieds-noirs. Analyse d’entretiens », dans Mots, mars 1992, N°30, Images arabes en langue française, pp. 72-89. Lien permanent : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mots_0243-6450_1992_num_30_1_1681, consulté le 05 décembre 2012.

Crédits photographiques : Adrienne Pagnette, and adolescent French illiterate, speaks almost no English, September 1911. U.S. National Archives’ Local Identifier: 102-LH-2395 ; Photographe: Hine, Lewis ; Lien permanent : research.archives.gov/description/523447. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Roche, Anne ; Taranger, Marie-Claude, Celles qui n’ont pas écrit. Récits de femmes dans la région marseillaise. 1914-1945, Aix-en-Provence, Edisud, 1995, 238 p. (voir notice SUDOC) []
  2. Il existe quelques divergences entre le corpus déposé à la phonothèque et le corpus de l’ouvrage. L’index des enquêtes établi par Roche et Taranger et qui figure à la fin de l’ouvrage permet de constater que toutes les cassettes n’ont pu être déposées. A l’inverse, l’exercice demandé aux étudiants s’étant poursuivi alors que l’ouvrage était en cours de rédaction certaines enquêtes déposées ne sont pas indexées. []
  3. des recherches sont en cours auprès des archives de l’Université Aix Marseille pour déterminer avec plus de précision le contenu de ces enseignements []
  4. Roche, Anne ; Taranger, Marie-Claude, Celles qui n’ont pas écrit, op. cit., p. 10 []
  5. Ibid. p. 10 []
  6. Ibid. p. 11 []
  7. Ibid. p. 12 []
  8. Ibid. p. 12 []
  9. Ibid. p. 12 []
  10. Sonia Branca-Rosoff. Anne Roche, Marie-Claude Taranger – Celles qui n’ont pas écrit, Langage et société, 1995, vol. 73, n° 1, pp. 91-93. Lien permanent : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lsoc_0181-4095_1995_num_73_1_2712. Consulté le 03 décembre 2012. []

Présentation d’un corpus sonore : Enquêtes orales sur le légendaire sarrasin en France

Au cours des années 1990, Karine-Larissa Basset mène une série d’enquêtes orales dans le cadre de sa thèse de doctorat de troisième cycle d’Histoire portant sur le légendaire sarrasin1. Le corpus réunit une cinquantaine d’informateurs pour 69 heures d’enquêtes. Les notices documentant les 49 enquêtes déposées en 20082 sont désormais disponibles en ligne sur la base Ganoub.

Le terme de légendaire sarrasin désigne « l’ensemble des récits de tradition orale et écrite autour du thème des Sarrasins, ces Arabes musulmans venus, au VIIIème siècle, à la conquête de ce qui ne s’appelait pas encore l’Europe »3. Outre les ruines, monuments et toponymes attestées par les historiens, l’historiographie régionale a révélé « l’existence de traditions populaires évoquant les Sarrasins. […] Les traditions invoquées sont d’ordres divers; ce sont des légendes toponymiques (ex.: la grotte des Sarrasins), des motifs narratifs mêlant souvent thème historique et thème merveilleux (ex.: le trésor des Sarrasins) et, fait plus remarquable, un légendaire d’ascendance touchant certaines communautés villageoises ou certaines familles, qui revendiquent des ancêtres sarrasins ou sont désignées comme étant d’origine sarrasine ».

Trois grandes aires d’enquêtes forment ce corpus sonore : le pays du Véron et ses alentours en Indre-et-Loire, la région des Deux-Sèvres autour de Bressuire et Moulins, et le Languedoc. Un sous-corpus cohérent, formé par les enquêtes menées dans le Véron (Indre-et-Loire), se distingue. Trois communes forment le Véron (Savigny-en-Véron, Avoine, Beaumont-en-Véron) qui a pour particularité d’occuper le confluent de la Vienne et de la Loire. Dans cette aire d’enquête, les récits des Véronnais et ceux de leurs voisins d’outre-Vienne et d’outre-Loire témoignent de l’existence d’une légende d’ascendance : elle attribue à certains habitants des ancêtres Sarrasins. L’intérêt des enquêtes est de dévoiler le complexe de causes menant à l’existence et à la persistance de cette légende. Ainsi, le terrain spécifique sur lequel prend vie ce récit (l’isolement du Véron vis-à-vis des communes d’outre-Vienne et d’outre-Loire dû à son placement au confluent) semble déterminant dans l’apparition de cette légende. Il apparaît également que la légende s’inscrit dans un contexte de rivalité entre villages, cette légende d’ascendance ayant apparemment été suggérée en premier lieu par les villages alentours, peut-être dans un but de moquerie.

Les déclarations de cet informateur savignien, dans lesquelles l’utilisation du « on » est frappante, sont caractéristiques du discours que l’on peut retrouver dans les enquêtes du Véron (voir la notice de cette enquête) :

Un certain parti pris méthodologique caractérise aussi les enquêtes véronnaises. Celles-ci sont généralement conduites par un questionnement large sur les évènements liés à la région et à la commune. L’intérêt de cette méthode est de pouvoir assister à l’apparition « naturelle » de la légende dans le récit de chacun sans que le thème soit imposé, sa dynamique selon les régions et selon les individus.

Dans la région des Deux-Sèvres, les informateurs sont particulièrement attentifs aux toponymes pour prouver la présence sarrasine, comme dans le récit d’une habitante de Moulins qui relate une légende alliant légendaire historique et légendaire fantastique en assimilant les farfadets aux Sarrasins autour des rochers de Pyrôme.

Enfin, le témoignage particulier d’un habitant des Deux-Sèvres au sujet de ses nombreuses recherches sur l’occupation sarrasine dans sa région a fait l’objet d’une série de 8 enquêtes. Atteint d’une maladie du sang héréditaire, l’informateur considère que la présence de cette maladie dans les Deux-Sèvres, dont la région est un « foyer », est liée au passage des Sarrasins, premiers porteurs selon lui de la maladie. L’enquêtrice s’est essentiellement intéressée aux motivations très personnelles de l’informateur, à la recherche des origines de sa maladie, dans une « quête autobiographique » comme l’a nommée Karine-Larissa Basset.

En-deçà de l’unité apparente du légendaire sarrasin, ce corpus d’enquêtes orales témoigne de la diversité des approches et appropriations de ces légendes, de sa manière de vivre dans le récit de chacun, du récit collectif au récit individuel.

Crédits photographiques: Charles Martel à la Bataille de Poitiers, détail de Charles de Steuben, Bataille de Poitiers en octobre 732, huile sur toile, 1834-1837, domaine public : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e7/Steuben_-_Bataille_de_Poitiers.png/705px-Steuben_-_Bataille_de_Poitiers.png

  1. Karine Basset, « Nos ancêtres les Sarrasins » : une altérité originelle face à l’histoire : analyse historique d’un récit d’ascendance (France, XIXe-XXe siècles), thèse de doctorat, Paris 7, 2003 (voir notice SUDOC). La thèse a été publiée en 2006 sous le titre Le légendaire sarrasin en France : configurations et histoire d’un contre-récit national, XIXe-XXe siècles. Un compte-rendu par Pierre Guichard est paru dans la Revue des mondes musulmans en méditerranée en 2008. []
  2. Un contrat de dépôt a été signé par l’enquêtrice. Les enregistrements sont disponibles en écoute à la phonothèque de la MMSH sur autorisation de l’auteur. []
  3. Karine Basset, « Le légendaire Sarrasin : quelques enjeux de mémoire », Confluences, n°24, p. 65, Hiver 1997-1998 []

La phonothèque part en voyage (2)

Du 29 mai au 1er juin 2012, l’association U Marinu organisait la 19ème édition du festival Mer en Fête. Durant ces trois jours, plus de 70 ateliers ont permis à plus de 4000 élèves des académies d’Aix-Marseille et de Corse de découvrir la Méditerranée. Sur le Danielle Casanova, au sein d’un pôle audiovisuel informel où avoisinaient un spectacle musical, et des films documentaires sur l’archéologie sous-marine ajaccienne, l’atelier embarqué de la phonothèque accueillait des classes d’élèves pour « écouter les témoins de la pêche ».

Tout en étant fidèle au thème de la mer, l’enjeu était de faire comprendre l’intérêt de l’archive sonore, de montrer les fonctions propres à l’enregistrement sonore, les manques de l’écrit par rapport à l’oral. Ainsi, les extraits choisis parmi les archives sonores de la phonothèque dont le contenu concerne les métiers de la mer et de la pêche, illustrait chacun une dimension de l’oralité.

Chaque présentation d’une demi-heure se déroulait ainsi :

– Dans un premier temps, les cris d’un marchand de poisson napolitain retentissaient aux oreilles des élèves1. Les enfants essyaient de deviner la langue parlée avant de déterminer le rôle de ces cris. Malgré leur ignorance du napolitain, la plupart des élèves ont été capable de donner la bonne réponse. Ce premier extrait donnait ainsi l’occasion d’échanger sur l’utilité de l’enregistrement sonore dans ce cas : la conservation d’une langue régionale transöise oralement, et la captation du rythme et de l’intensité intranscriptible de la voix du marchand.

– Puis, je proposais aux élèves d’écouter les explications d’un pêcheur sur les expressions issues du monde de la mer2, un autre sur les habitudes de la saupe et ses attributs légendaires3 Ce second extrait permettait de souligner que l’enregistrement sonore est l’un des outils permettant d’assurer la transmission des expressions orales tout en en respectant et pérennisant l’intégri, avec la conséquence problématique d’en donner le caractère fixe de l’écrit.

– Lors de ce dernier extrait, les élèves étaient également amenés à remarquer l’intervention de l’enquêtrice. L’écoute sitôt terminée, ils tentaient d’en déduire les principales règles à respecter lors de cette entreprise (respecter la parole de l’autre et savoir écouter, éviter l’interrogatoire, demander l’autorisation). Une fois ces règles intégrées, les élèves étaient invités à se questionner entre eux au sujet de leur pratique de la pêche et leur savoir.

Un montage, réalisé pour l’occasion, des trois extraits issus des enquêtes évoquées plus haut (celles d’Olivier Féraud, d’Henri-Paul Brémondy, d’Annie-Hélène Dufour) est disponible ici en écoute :

Le projet « Mer en fête » a été présenté sur les Carnets de la phonothèque le 28 mai 2012 : http://phonotheque.hypotheses.org/6863

  1. L´enregistrement a été réalisé par Olivier Féraud dans le cadre de sa thèse Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples, sous la dir. de Jean Jamin, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Doctorale de Sciences Sociales, 2010, 495 p. (pp. 312, 493). []
  2. Ces enquêtes ont été réalisées par Henri-Paul Bremondy dans le Var, dans les des années 1970 dans le cadre de son DEA d’ethnologie La pêche sur le littoral varois, 1978, page 14. Cote médiathèque MMSH GL-20372  []
  3. Extrait du corpus d’enquête de la thèse d’Annie-Hélène-Dufour, Pratiques et représentations de l’espace dans une commune du littoral varois : Six-Fours -Les Plages, thèse de troisième cycle d’ethnologie, Aix-en-Provence, 1983, 316p. []