Tous les articles par Laure Principaud

Sonore et amoureux, un deuxième aperçu du corpus yéménite de Marceau Gast


Riche des enquêtes sur les pratiques agricoles des populations du Yémen du nord dans les années 1970-1980, le corpus yéménite de l’ethnologue Marceau Gast contient également quelques chants et morceaux instrumentaux. Certains s’inscrivent dans le cadre d’une cérémonie comme le mariage. D’autres sont enregistrés lors de moments plus informels.

C’est le cas de l’extrait que nous vous proposons ici  : durant ce court moment, Marceau Gast échange quelques paroles et rires avec un groupe d’enfants et d’adolescents. Nous sommes dans un village de la région de Sadah au nord-ouest du Yémen, en novembre 1974. C’est la première année de terrain pour l’ethnologue dans ce pays du sud de la péninsule arabique. L’extrait sonore fait entendre un jeune garçon, entouré des encouragements et des rires de ses camarades. Ce garçon, que l’on devine adolescent au timbre de sa voix, entonne au micro un chant d’amour.

Du refrain voici une transcription en arabe et une proposition de traduction en français :

يا مسلمين يا عباد الله انا عاطش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش


يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

Transcription

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh ʻanā ʻāṭš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim

Traduction

Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis assoiffé
A cause de toi, mon amour, si tu me dis qu’il n’y a rien
A cause de toi, mon amour, si tu me dis qu’il n’y a rien

Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis éperdu d’amour
Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis éperdu d’amour
Je suis celui qui dort sous (la fenêtre ?) du roi
Je suis celui qui dort sous (la fenêtre ?) du roi

Transcription et traduction de la chanson: Hanan Maloom, François Dumas
Crédits photographiques: Laure Principaud

A second and loving taste of the yemenite corpus of Marceau Gast

Rich of inquiries on agricultural practices of North Yemen’s population in the years 1970-1980, the Yemenite corpus of the ethnologist Marceau Gast also contains a few songs and some instrumental pieces. Some may be parts of ceremonies like weddings, others are recorded during informal moments.

As the extract that we put forward here  ; Marceau Gast exchanging words and laughter with a group of children and teenagers of a village of Sadah region in the northwest of Yemen. We are in november 1974, it’s the first year of the ethnologist’s field in the south of Arabian peninsula. On the recording, between the encouragements and the laughter of his friends, a young boy, that we guess is a teenager to the tone of his voice, starts singing a love song.

Of the tune here is a transcription in Arabic and a proposition of translation in english:

يا مسلمين يا عباد الله انا عاطش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش


يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

Transcription

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh ʻanā ʻāṭš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim

Translation

Ô muslims, ô servants of God, I’am thirsty
Because of you, my love, if you tell me that there is nothing
Because of you, my love, if you tell me that there is nothing

Ô muslims, ô servants of God, I’m the everlasting lover
Ô muslims, ô servants of God, I’m the everlasting lover
I’m the one who sleeps under (the window?) of king
I’m the one who sleeps under (the window?) of king

Transcription : Hanan Maloom, François Dumas
Translation: Laure Principaud (thanks to Isabelle Blouet)

Carnet de notes sonore d’un ethnologue dans le Yémen des années 1980, un premier aperçu du corpus yéménite de Marceau Gast

Le traitement du fonds yéménite de l’ethnologue Marceau Gast avance !

Certes, le sud algérien fut son terrain de recherche de prédilection et souvent ses confrères ignorent son passage par le Yémen. Or, Marceau Gast n’y fit pas seulement un court séjour en simple curieux mais y revint régulièrement pendant dix années de 1974 à 1984, enquêtant sur le monde agricole, sur ses pratiques et ses évolutions*. L’écoute des premiers enregistrements nous laisse entrevoir tout l’intérêt que pourra revêtir ce corpus, une fois sa numérisation et sa documentation achevées.

Marceau Gast a commencé ses enquêtes en 1974 dans la région septentrionale de Sadah à la frontière saoudienne pour les poursuivre, ensuite, plus au sud. Il rencontre des agriculteurs qui évoquent leurs pratiques agricoles autour de la culture céréalière, l’utilisation du calendrier stellaire, le travail d’amendement de la terre, les outils utilisés et l’introduction croissante d’une mécanisation nouvelle, les méthodes de conservation et de protection des récoltes mais aussi la manière de moudre, de cuire et de répartir les céréales au sein de la famille ou du village. Des chants et traditions orales sont également recueillis par le chercheur au gré des rencontres.

Marceau Gast est sensible également au contexte politique du Yémen du nord qui vient de connaître un coup d’Etat militaire en 1962 : le renversement de l’imamat et la proclamation de la République arabe du Yémen sont suivis de plusieurs années d’une guerre civile prise dans les mailles de la guerre froide et de sa géostratégie. Marceau Gast, toujours proche de son terrain et des informateurs qu’il rencontre, est attentif à ces changements politiques et à leurs répercussions sur la vie des campagnes du Yémen du nord.

Thula

La grande majorité des enregistrements sont bien sûr en langue arabe yéménite, dans toute la diversité des dialectes qui la constituent. Nous vous proposons cependant, comme aperçu de ce premier corpus de la phonothèque concernant le Yémen, un extrait en français. Marceau Gast, sous la forme d’un carnet de notes sonore  icone-haut-parleur , se livre à quelques réflexions en octobre 1984 alors qu’il retourne dans le village de Thula, au nord-ouest de Sanaa, la capitale. Il y livre ses premières impressions sur le village et les changements qu’il a pu y observer puis prend quelques « notes » sur la pratique de l’exemption du service militaire puis sur la figure  d’un jeune instituteur de Thula et les conditions d’exercice de sa profession au Yémen. Marceau Gast s’apprête à rencontrer le père de ce jeune homme  pour évoquer avec lui les pratiques agricoles, véritable fil conducteur de son travail au  Yémen.

* Une bibliographie thématique liée au corpus de sources sonores de Marceau Gast sur le Yémen est accessible en ligne sur Zotero à l’adresse suivante: http://www.zotero.org/phonotheque/items/collection/2144796

Crédits photographiques: Laure Principaud, Thula: Françoise Ribot.

Anticiper la gestion des sources orales de sa recherche : les enseignements du traitement du fonds Marceau Gast à la phonothèque de la MMSH

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO*, membre actif de l’IREMAM**, aujourd’hui retraité, Marceau Gast a laissé à la phonothèque des cartons de bandes et de cassettes : les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

La phonothèque, dans le traitement de ce fonds, se heurte à plusieurs difficultés. Tout d’abord, la qualité des supports conservés est très inégale : bandes et cassettes sont des supports anciens, parfois endommagés ou de mauvaise qualité, le tout restant cependant globalement audible. D’autre part (et surtout), la documentation transmise à la phonothèque par le chercheur est éparse, fragmentée, lacunaire. La contextualisation de chaque enregistrement s’avère être particulièrement difficile, d’autant plus que, dernière difficulté, les langues parlées, la tamahaq (touareg), l’arabe algérien et l’arabe yéménite, exigent que la phonothèque trouve des locuteurs pour comprendre le contenu des enquêtes.

Ce fonds est par conséquent un peu casse-tête mais c’est justement la raison qui en fait un bon support pour mesurer les enjeux et questions que peut soulever le traitement des sources orales de la recherche : pourquoi et comment la phonothèque appréhende-t-elle le traitement et la valorisation d’un fonds « hérité » comme l’est le fonds Marceau Gast ? Et quels enseignements en tirer quant à la manière dont un chercheur peut penser et anticiper l’usage d’une phonothèque dans la démarche de sa recherche en sciences humaines et sociales ?

Pourquoi traiter et valoriser le fonds Marceau Gast ?

Fonds Gast
Le fonds Gast : des supports hétéroclites

Marceau Gast a déposé entre 2004 et 2007 des cartons de bandes et de cassettes à la phonothèque. Ses attentes quant au traitement de son fonds de sources orales nous ont été plus ou moins clairement formulées. Marceau Gast a déposé afin tout d’abord d’assurer la pérennité de ces supports anciens et fragiles par une conservation dans un lieu adapté et proposant la sauvegarde numérique de ces sources. Au-delà de cet aspect matériel, il s’agit pour le chercheur de garder une trace visible de sa recherche voire de patrimonialiser ses sources à l’instar d’autres ethnologues comme Christian Bromberger qui a déposé son fonds sonore à la phonothèque. De manière plus ou moins consciente ou formulée, le chercheur dépose en effet des sources qui avaient jusque là le statut d’éléments informatifs dans le cadre de sa recherche afin qu’elles acquièrent presque la valeur de « documents-témoins » d’un patrimoine, avec le risque bien présent ici de décontextualiser ces archives et de perdre de vue le caractère construit de ces sources. Ainsi, au-delà de cette simple volonté de « garder une trace » ou de « faire trace », on peut se demander si Marceau Gast, en déposant ses sources, a envisagé de les voir écoutées, réétudiées, revisitées (donc son travail soumis à la critique) par d’autres chercheurs. L’ambivalence est bien présente pour ce fonds, comme pour d’autres issus de la recherche en sciences humaines et sociales.

Or, le traitement de ce fonds inédit pourrait présenter un réel intérêt scientifique. Dans la mesure tout d’abord où le terrain de Marceau Gast peut être revisité par d’autres chercheurs. Par ses thématiques, ce fonds peut intéresser en effet plusieurs disciplines. Dans une démarche comparatiste (diachronique), il peut intéresser l’ethnologue qui étudie aujourd’hui les sociétés berbère ou yéménite ; de même le géographe qui étudie systèmes agricoles et économies rurales ou qui travaille la question des calendriers agraires ou de l’alimentation dans la perspective de la géographie culturelle. Il peut interpeller l’historien qui travaille sur les techniques et savoir-faire agricoles ou encore sur l’histoire de la discipline ethnographique elle-même (l’évolution de ses pratiques, des manières de construire son terrain et ses sources..). Enfin la langue, les chants et traditions orales peuvent être une mine pour le linguiste, l’ethnomusicologue etc… Les possibilités de revisites sont donc nombreuses, dans la mesure notamment où ce fonds est assez riche (environ 150 heures en tout), cohérent dans ses thématiques et étalé dans le temps (enregistrements des années 1960 à 1980).

Le traitement numérique et la documentation de ce fonds présentent l’intérêt également de donner la possibilité à la communauté scientifique de retourner à la source des argumentations de Marceau Gast dans une démarche de vérification et de validation critique (comme il est courant de le faire pour des sources textuelles par exemple).

Dans un autre ordre d’idée, la praticabilité des outils numériques rend aujourd’hui l’usage et la découverte de ces sources orales beaucoup plus accessibles au grand public. La communauté scientifique en sciences humaines et sociales a donc intérêt à utiliser ces nouveaux outils, d’autant plus que la valorisation du « patrimoine culturel immatériel » (qui englobe les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers » ou encore les « savoirs-faire liés à l’artisanat traditionnel ») est encouragée par l’UNESCO (dans sa Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003).

Les intérêts et objectifs du traitement du fonds sont de plusieurs ordres et doivent être définis. La procédure technique n’est alors pas compliquée à mettre en œuvre.

La procédure établie par la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH a mis en place une procédure maintenant bien rodée pour traiter un fonds d’archives sonores. Toutes les étapes sont reprises dans un ouvrage, le Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (par Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou, en co-édition avec Modal. 2001) qui constitue aujourd’hui un document de référence. Le novice n’a donc pas à se poser de questions sur la procédure technique. Elle est établie et comporte plusieurs grandes étapes :

  • Réception et stockage du fonds : évaluation de l’état des enregistrements, signature des contrats avec le déposant,
  • Classement, numérisation (si besoin) à partir des supports originaux ; éventuellement traitement du son,
  • Documentation des enregistrements : une écoute précise doit permettre de dégager le sens principal, de repérer un certain nombre d’éléments thématiques et de dégager différents « temps » dans l’enquête (création de plages permettant de « feuilleter » le son). Des notices sont alors créées dans une base de données prenant en compte les standards internationaux d’indexation. Il est important à cette étape de trouver des locuteurs afin de renseigner les enregistrements en arabe et en tamahaq,
  • Gravure des cédés (d’archivage et de consultation),
  • Recherche des éléments de mise en contexte des enregistrements et de tout document pouvant « aider » la compréhension et la revisite de ce fonds. La difficulté documentaire est sans doute le principal « écueil » du fonds Gast.
  • Valorisation : édition d’un catalogue et mise en ligne des notices (accessibilité), travail avec les outils Web.
villages du djebel Harraz, Yémen
Villages du djebel Harraz, Yémen

La potentielle inquiétude des chercheurs vis-à-vis de ces données techniques et juridiques n’est donc pas fondée. La procédure est bien établie et le rôle de la phonothèque est justement de proposer des outils et un accompagnement technique au chercheur à toutes les étapes : depuis des conseils pour optimiser l’enregistrement des enquêtes et entretiens jusqu’à la valorisation ultérieure de ses sources. Par contre, comme le montrent les difficultés posées par certains fonds anciens comme le fonds Gast, il est bon que le chercheur pratiquant la source orale anticipe les questions de conservation et de valorisation futures. La procédure sera en effet plus simple, rapide et scientifiquement valable si le chercheur a pris soin de :

  • faire des enregistrements de bonne qualité (technique/méthodologique)
  • bien référencer, identifier au fur-et-à-mesure chaque enregistrement
  • garder tous les éléments qui ont permis de construire son terrain et ses sources (méthodes, problématique, contacts, notes de terrain…)

Pour cela, il s’agit d’aller au-delà de sa propre recherche, d’oser le regard critique de la communauté scientifique. Il s’agit d’envisager l’intérêt que peuvent présenter ses enregistrements pour d’autres et d’appréhender l’enrichissement que supposent la revisite de son terrain, le dialogue, l’intertextualité. La technique n’est donc pas ici la difficulté. Celle-ci réside avant tout dans les choix scientifiques du chercheur et le travail éditorial de la phonothèque tout au long de la démarche de traitement et de valorisation.

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est d’abord s’interroger sur que conserver et comment le valoriser ?

Faut-il en effet tout garder et, si non, quels critères appliquer à cette sélection ? Répondre à cette question suppose, au-delà d’une évaluation de l’état matériel du fonds, de s’interroger sur le projet qui sous-tend la numérisation : quels sont ses buts scientifiques et éditoriaux ? Car il existe toujours une tension entre recherche d’exhaustivité (tout conserver) et approche sélective (mais partielle) d’un fonds. L’essentiel est, somme toute, de justifier ses choix. Dans ce but, une fiche d’évaluation a été établie pour le fonds Marceau Gast. Elle reprend dans sa structure les différents points suivants :

  • Supports: type, nombre, qualité, durée
  • Cotes et numéros d’enquête
  • Type de contrat passé avec l’informateur et le déposant
  • Description des enregistrements (localisation, date, thèmes)
  • Observations sur l’intérêt de la diffusion
  • Décision de numérisation et justification
  • Décision d’analyse et justification
« In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915)

La démarche de la phonothèque consiste en effet à traiter un fonds dans sa globalité en essayant de comprendre sa cohérence. Cela passe par l’écoute attentive des enregistrements, la compréhension des documents, afin de pouvoir dégager des corpus (géographique, thématique), de sélectionner les documents selon leur qualité technique (sont-ils audibles ?), la qualité de leur contenu (s’agit-il d’enquêtes qui vont en profondeur ou d’une simple succession d’assertions ?), la cohérence du corpus etc…Ce travail n’a donc que peu à voir avec l’archivage d’un livre. Il ne se résume pas à la numérisation : du temps est nécessaire pour traiter un fonds. La fiche d’évaluation du fonds Gast est destinée à être lue par toute personne intéressée par ce fonds. Elle consigne et justifie l’ensemble des choix faits lors du traitement et de la valorisation du fonds, choix éditoriaux qui peuvent « forcer la lecture » du fonds et dont il faut garder trace.  Pour chaque fonds les questions vont être différentes et les réponses varier en fonction des caractéristiques scientifiques du fonds, de sa qualité, de sa cohérence, des attentes du déposant etc…

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est également se questionner sur le choix des bons outils. En effet, le paysage de la communication scientifique aujourd’hui s’enrichit de nouveaux espaces numériques. L’enjeu pour le chercheur est la visibilité de sa recherche au sein de réseaux autres que ceux des publications papier traditionnelles. Les outils étant nouveaux, il s’agit d’adopter plus massivement de nouveaux réflexes dans la gestion des sources de sa recherche (formats choisis, modes de conservation et de mise à disposition, citation…). Pour aider la communauté scientifique dans ses choix, s’est développée une nouvelle discipline, les digital humanities (ou « humanités numériques »), bien implantée dans la sphère anglo-saxonne, mais encore trop peu connue dans le milieu français de la recherche. Se situant à l’intersection de l’informatique et des sciences humaines et sociales, cette discipline regroupe informaticiens, éditeurs, documentalistes, webmasters etc… Son objet consiste à mettre en place de nouveaux outils numériques : des plateformes d’échanges, des bases de données ou encore de nouveaux formats d’édition etc.… dans le but d’accompagner la communauté scientifique dans la pratique de ces nouveaux espaces de communication. Le but général est de garantir l’interopérabilité et la pérennité des données numérique (choix des standards et formats). Le chercheur, en inscrivant son projet de recherche dans ces nouvelles pratiques numériques, s’ouvre ainsi à la mutualisation et au dialogue interdisciplinaire, dans le cadre d’un vaste réseau.

Penser l’usage d’une phonothèque dans la démarche de la recherche ce n’est pas s’arrêter à de possibles difficultés techniques ou juridiques : celles-ci sont à fortement relativiser. C’est avant tout faire des choix en fonction de la visibilité que l’on veut donner à sa recherche et de l’accessibilité que l’on veut donner aux sources de sa recherche. Cela pose la question au final de la conception que l’on a de la communauté scientifique et des outils de sa communication.  Dans ce processus scientifique, des structures comme la phonothèque de la MMSH sont là pour proposer avant tout un accompagnement technique et éditorial à toutes les étapes où le chercheur est aux prises avec ses sources orales. Les difficultés que pose la reprise du fonds de Marceau Gast montrent l’importance d’anticiper ces questions de conservation et de valorisation. Celles-ci peuvent paraître accessoires ou secondaires au moment où se fait la recherche mais, de cette anticipation, dépend cependant une part de la validité scientifique ultérieure que devra acquérir cette recherche au moment de sa communication.

* Pour des éléments d’historique du LAPMO (Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale), on peut lire la nécrologie de Gabriel Camps rédigée par Marceau Gast: Marceau Gast, « Gabriel Camps », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 12 février 2010. URL : http://pm.revues.org/index288.html

** Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman

Ce billet est une synthèse de la conférence donnée par Laure Principaud lors de la journée qui a eut lieu à Grenoble le 27 janvier 2010 sous le titre L’histoire orale : regards croisés et décalés – France, Brésil, Europe, programme : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html ; à propos de cette conférence, lire aussi Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010 (billet du 7 janvier 2010) : http://phonotheque.hypotheses.org/2541

Crédits photographiques: cartons du fonds Marceau Gast et vue du djebel Harraz, Yémen (2006): Laure Principaud ; « In the Sahara, man and camel » (between 1910 and 1915), George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restrictions de copyright connues:http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2349964682/

l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.