Tous les articles par Céline Soulet

"Le décentralisme méditerranéen" Table ronde autour de la musique et de la culture du monde d'Oc

 

 

Stagiaire des métiers du livre (I.U.T d’Aix-en-Provence) à la phonothèque de la MMSH, j’ai assisté mercredi 29 mars, dans le cadre de Babelmed, à une rencontre de professionnels autour des Musiques et cultures du monde d’oc. Musiciens, chercheurs, acteurs de la culture régionale et de la production musicale, se sont retrouvés pour débattre de l’image de langue aujourd’hui et surtout de sa place sur le marché de la musique et de la culture en général.

J'ai été étonnée en constatant qu’une majorité d’occitanistes présents lors de cette rencontre avaient appris la langue d’Oc sans qu’il y ait eu de transmission familiale. Cela m'a rassurée car cet apprentissage universitaire m’a souvent inhibée pour parler la langue. Étant issue d’une famille où il y a eu rupture de la transmission, j’ai ressenti le besoin de renouer avec cette langue, mais je suis parfois mise à l’écart sans oser la parler. Aquela rencontra m’a fach comprener que podiai la parlar sens vergohna perque soi pas la sola  a la parlar per lo plaser e per envenja. Parlar occitan per se raprochar de sa cultura !

Le territoire occitan s’étend de l’Océan Pacifique aux Alpes italiennes. Une surface très grande et très vaste qui regroupe plusieurs dialectes occitans, comme le provençal, le languedocien, ou encore le gascon communément appelés, de nos jours la “langue d’Oc”. La richesse culturelle de notre territoire nous encourage à nous ouvrir sur le monde pour porter un regard sur les autres cultures de la Méditerranée, pour comprendre la décentralisation et l’ancrage de la langue. On se nourrit des autres pour faire valoir et enrichir notre propre culture. Comment définir cette musique ? Aujourd’hui on chante en occitan sur du rap, du rock ou de la dub. Le chant polyphonique, influencé par la forte présence de corses à Marseille, fait maintenant partie de la culture occitane, alors qu'à son origine le chant provençal est plutôt monodique... Pour le groupe Lo cor de la plana la musique est un bon moyen de se décoincer de l’espace culturel français. Manu Théron, fondateur de ce groupe phare à Marseille,  raconte que la musique lui a permis de découvrir la langue et la culture occitane. Il est chanteur avant d’être occitan et a besoin de travailler sa musique et son métier avant toute chose, quelque soit la culture qu’il porte.

Les festivals sont devenus, aujourd’hui des vitrines de la culture d’oc sur le monde et un rendez-vous attendu pour de nombreuses personnes. La langue régionale est souvent mieux perçue à l’étranger que dans notre propre pays. Il est donc devenu nécessaire de valoriser les scènes occitanes pour les rendre plus visibles et moins vieillotte afin de se sortir des stéréotypes (prenez le temps d'écouter ce clip de Mauresca de l'album Bartàs), d’un régionalisme ambiant et des identitaires nationalistes. Tous les acteurs ont mis en avant leur volonté de s’ouvrir et faire partager leur culture à l’ensemble du monde et des gens côtoyés.

Le manque de connaissance sur les cultures régionales nous empêche de bien les comprendre et donc de bien défendre ce que l’on représente. Il manque aujourd'hui des chiffres sur la pratique de la langue qu’elle soit parlée, chantée ou récitée. De plus, de part la diversité du territoire occitan, il est plus complexe de défendre cette cause comme le font les corses ou les bretons.

A lire sur le sujet, la revue en langue occitane Aquò d’Aquí : http://aquodaqui.jimdo.com

Crédits photographiques: Embouchure de l'Hérault à Agde et la Mer Méditerranée, 18 March 2007. Fagairolles 34, description physique:  320x 213 pixels . Fonds domaine public  http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Herault_enbouchure.JPG

 


"Le poisson tu le tues pas mais tu tues ses oeufs" : témoignages de pêcheurs varois sur la pollution des fonds marin dans les années 1970

Étudiante des métiers du livre en licence professionnelle à l'I.U.T Aix-en-Provence, j’ai eu pour mission, lors d'un stage à la phonothèque de la MMSH, de numériser et cataloguer des enquêtes orales en langue provençale enregistrées par Henri-Paul Brémondy. Ces entretiens m’ont fait découvrir l’univers particulier du patron pêcheur et l’évolution de cette profession au court du 20ème siècle. Toute l’atmosphère de la pêche et de la mer y est retranscrite par ces témoignages pris sur le vif. Une certaine confiance s’instaure entre l’enquêteur et les informateurs qui racontent leur métier et tout naturellement leurs anecdotes et leurs histoires personnelles, tout en alternant le provençal et le français.

Ces enquêtes ont été enregistrées dans les années 1970 et déjà le phénomène de pollution des fonds marins est très présent. Les témoignages de patrons pêcheurs décrivent avec précision l’impact néfaste des nouvelles technologies sur l’écosystème maritime. La motorisation des bateaux, l’utilisation du mazout, l'expansion des villes, le déversement de pesticides et de détergents par les égouts détériorent toute la chaîne alimentaire des poissons provoquant également la destruction massive des herbiers.

L’arrivée en masse des touristes modifie aussi les aménagements côtiers faisant ainsi disparaître les criques et les calanques. La côte du littoral varois, s’est transformée peu à peu en station balnéaire, plus favorable à l’économie de la région. Tous les informateurs transmettent un sentiment d’impuissance face à "la société capitaliste" des années 1970. Ils subissent impuissants des situations révoltantes comme la pêche à la dynamite ignorée par les pouvoirs publics et les autorités locales. Devant eux,  la mer se meurt peu à peu.

Au moment où se tient le 6ème forum mondial de l’eau, il peut être intéressant d’écouter les solutions que ces patrons pêcheurs pouvaient imaginer.

Crédits photographiques : Un chalutier de retour à Skerries avec un plein de chargement de poissons, Dublin 1960.  Tilbrook, Richard , description physique: 1 slide; 5 x 5 cm. Fonds domaine public