Archives de catégorie : Lire/écouter/voir

Des « Européens » restés en Algérie indépendante aux actes de refus pendant la guerre d’Algérie : le parcours d’une historienne, Hélène Bracco

6888084601_e7e7b053f8_o

 

Le vendredi 21 novembre 2014, Hélène Bracco, historienne, présentera ses ouvrages à la librairie Le lézard amoureux, 28 rue Emile Zola à Cavaillon (83300), à 18h30.

 

L’autre face : « Européens » en Algérie indépendante, préface de Daho Djerbal. 2e édition revue et augmentée. Paris : Non Lieu, 2012. 223p.

Pour avoir dit non : actes de refus dans la guerre d’Algérie : 1954-1962. Paris : Paris-Méditerranée, 2003. 334 p.

« Soldats algériens de l’armée française en guerre d’Algérie : un appelé du contingent, Bachir Hadjadj » dans l’ouvrage collectif dirigé par Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault, La France en guerre, 1954-1962 : expériences métropolitaines de la guerre d’indépendance algérienne. Paris : Éd. Autrement, 2008. 501 p. (Collection Mémoires, ; n°142).

Les sources sonores sur lesquelles s’appuient les publications d’Hélène Bracco  ont été déposées à la phonothèque de la MMSH et cataloguées sur la base de données Ganoub. L’annonce de cette présentation est l’occasion, pour l’équipe de la phonothèque, de mettre en ligne un nouvel entretien issu de son corpus, repris dans la deuxième édition de son ouvrage « L’autre face ».

Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco

Titre :  Récit de vie d’un couple d’Européens engagés avec le FLN

Numéro de l’enquête : 4017

Date de l’enregistrement : 1er mars 2011

Lieu de l’enregistrement : Aix-en Provence

Durée : 1h

Accès au fichier son : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-4017

Résumé de l’enquête : 
Hélène Bracco s’est déjà entretenue avec ce couple d’informateurs engagé au côté du FLN durant la guerre d’Algérie mais l’entretien n’était pas enregistré. Le mari est né en Algérie de parents espagnols naturalisés Français. L’informatrice refuse le terme de Pied-Noir puisque ses ascendants, de confession juive, sont arrivés en 1492 d’Espagne, avant la colonisation française de 1830. En 1959 le couple d’informateurs a fui au Maroc, après la découverte par les autorités françaises de réunions du FLN dans leur appartement. Après le tremblement de terre de 1960 à Agadir, le couple est rentré en Algérie où la femme a pu exercer la profession d’institutrice et le mari a continué son activité de formateur dans l’aéronautique. Par son activité et les liens entretenus avec le FLN, le mari a été amené à s’occuper de l’avion de Ben Bella et à le piloter lors de l’évasion d’Aït Ahmed de la prison de Lambèse. Le coup d’Etat de Boumédienne a bouleversé leurs vies, le mari s’est retrouvé au chômage et le couple sans paye pendant plusieurs mois. Actuellement, le couple se partage entre la France et l’Algérie même si, aujourd’hui, la vie quotidienne en Algérie leur paraît de plus en plus difficile Ils évoquent les conditions d’obtention de la nationalité algérienne. L’entretien se conclut sur les dates et souvenirs significatifs de la guerre d’Algérie. 

Crédits photographiques : Repas dans une école en Algérie en 1963, Mennonite Board of Missions – Photographs. Algeria Pax, 1955-1963. IV-10-7.2 Box 2 folder 27, photo #30, Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restrictions de droit connues.

 

JEUDI – La semaine de l’Open Access Week : Crieuse de tombola à Naples en décembre 2007

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Crieuse de tombola à Naples en décembre 2007, enquête n°1335, enregistrée par Olivier Féraud (9 min).

La crieuse de tombola (« lotteria ») est une figure sociale attachée aux quartiers populaires napolitains. Ces tombolas sont organisées par les commerçants et par une communauté d’habitants du quartier. Les cris de la vendeuse dénotent un caractère exceptionel quant à la durée et la linéarité de l’allongement final. La voix se fait d’autant plus puissante qu’elle doit se faire entendre dans le milieu bruyant du marché. Pour attirer encore plus l’attention, elle secoue telle une maracas le petit panier d’osier contenant les numéros.

Pour en savoir plus sur ce corpus sonore, voir : FERAUD, Olivier. Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples, sous la dir. de Jean Jamin, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Doctorale de Sciences Sociales, 2010, 495 p.

Crédits photographiques pour l’image « à la une » : Naples Italy, 1941-1945, San Diego Air and Space Museum Archive – SDASM Archives, pas de restrictions de droits connues.

Mise à jour du guide d’analyse documentaire du son inédit

14567172481_61457c1a23_o

La commission documentation de la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT) vient de mettre à jour le guide d’analyse documentaire du son inédit, coordonnée par Claire Marcadé. Il est désormais accessible en ligne sous le titre Patrimoine culturel immatériel. Traitement documentaire des archives sonores inédites. Guide de bonnes pratiques.

Le catalogage les enquêtes enregistrées sur le terrain avait fait l’objet dès 1997 d’un guide d’analyse documentaire publié par la commission documentation de la FAMDT. Cette commission regroupe des centres de ressources documentaires à travers la France qui sont depuis 1999 pôle associé à la BnF dans le domaine de l’oralité. En 2001 le guide a été mis à jour et publié par l’AFAS et la FAMDT puis en 2007, traduit en langue espagnole avec le soutien de l’IFEA et publié par les Archives nationales et la Bibliothèque nationale de Colombie.

Crédits photographiques : The U.S. National Archives Follow Accordionist in a Polka Band at the Gibbon Ballroom at Gibbon, Minnesota, 20 Miles North of New Ulm, vers 1975. Photographie d Schulke, Flip, 1930-2008. Pas de restrictions de droit connues.

Réunion de travail de la commission documentation de la FAMDT en juillet 2014 à Nantes menée par Claire Marcardé (premier plan) pour la mise à jour du guide documentaire du son inédit. Photographie de Véronique Ginouvès, juillet 2014.

« In Tayent, l’ami du bout du monde » : Marceau Gast, Pierre Guérin et les documents sonores pédagogiques

BT sonore "Au hoggar"Couverture du BT sonore n°803, « Au Hoggar » (1961).

Les méthodes d’apprentissage sur support sonore sont aujourd’hui familières et d’un usage répandu. A l’heure où se démocratisait les appareils de lecture de disques 78 tours1, la célèbre maison d’édition française d’enseignement des langues Assimil, accompagnait déjà ses publications d’enregistrements sonores. Dans la majorité des manuels scolaires de langue vivante, un support sonore accompagne le texte écrit. Ainsi, pour le grand public, ce type de documents couvre presque exclusivement l’apprentissage des langues vivantes. En comparaison, les documents sonores pédagogiques œuvrant pour la compréhension d’une culture ou la découverte d’un métier sont discrets, sinon rares. En France, le mouvement pédagogique initié par Célestin Freinet fait figure de « pionnier » dans l’édition de documents sonores pédagogiques.

Le mouvement Freinet pionnier de l’audiovisuel éducatif

La pédagogie Freinet recouvre un ensemble de principes et techniques de pédagogie « alternatifs » fondés sur l’expression libre des enfants via la réalisation de projets (texte, dessin, imprimerie, journal). L’audiovisuel en tant qu’outil pédagogique est considéré très tôt par l’initiateur du mouvement, Célestin Freinet. Selon certains, le mouvement Freinet est même « né avec le cinéma »2. En 1927, sous l’impulsion d’un groupe d’instituteurs girondins mené par Rémy Boyau est fondée la Cinémathèque coopérative de l’Enseignement Laïc ayant pour objet l’acquisition, la fabrication et la mise en circulation parmi le personnel enseignant de films cinématographiques présentant « le maximum de valeur pédagogique »3.

Dans ce petit film de 1927 tourné en 9,5 mm à l’aide d’une caméra Pathé Baby, René Daniel4, instituteur et ami de Freinet, met en scène ses jeunes élèves et les enseignants de l’école de Saint-Philibert-en-Trégunc (Finistère) dans les rues dynamisées par les charrettes ou sur le bord de mer animé par la pêche5.


Cinémathèque coopérative de l’enseignement laïc diffusé par les Archives départementales du CG 06

La radiodiffusion, le phonographe puis le magnétophone comptent également parmi les techniques expérimentées. Mais l’histoire de l’apparition de ces supports dans les écoles mettant en œuvre la pédagogie Freinet est plus difficile à tracer, en particulier à partir de la fin des années 1930.  Après la guerre, un homme en particulier va offrir à l’enregistrement sonore une place de choix dans l’attirail pédagogique de l’instituteur freinetien.

Les premières expériences de Pierre Guérin, instituteur freinetien

A la fin des années 1940, Pierre Guérin exerce son métier d’instituteur à l’école en plein air de Sainte-Savine (Aube). Poussé par un vif intérêt pour les méthodes de pédagogies « modernes », il s’inspire des préceptes de Freinet via les méthodes de la CEL. Au contact du mouvement, il découvre successivement l’enregistrement sur disque de cire et le magnétophone à fil. L’enseignant perçoit alors dans le magnétophone un nouveau moyen de correspondance interscolaire avant de donner à ses élèves l’occasion de réaliser des reportages sonores, récoltant tour à tour les « paroles sur le vif d’un rémouleur et d’un matelassier, artisans ambulants », « interrogeant leurs parents, leur grand-mère, le rétameur ambulant arrivé dans le village…»6. A cette occasion, les anciens font le récit de leur vie quotidienne d’autrefois : « comment on faisait la lessive, comment on s’habillait, comment on se chauffait, comment on s’éclairait »7.

freinetPhotographies extraites d’un dossier de l’ICEM portant sur les activités audiovisuelles (1984).

Soucieux d’accompagner cette production jusqu’à sa diffusion, Pierre Guérin soumet le travail de ses écoliers à l’appréciation de Jean Thévenot, producteur d’émissions radiophoniques à l’ORTF, qui diffuse régulièrement des reportages sonores amateurs. Ainsi, les petits reportages sont diffusés au cours des émissions « Aux quatre vents » puis « Chasseurs de son », sur France culture8.

Marceau Gast et Pierre Guérin : les prémisses d’une collaboration

Parallèlement à ces réalisations, Pierre Guérin envisage de faire appel à des savants, pour le tournage d’enregistrements pédagogiques. Il sympathise avec Marceau Gast au début des années 1950, à l’occasion d’un congrès annuel organisé par Célestin Freinet. A cette époque, Marceau Gast est instituteur chez les Touaregs du Hoggar, puis à l’école de Tamanrasset9. C’est donc naturellement les conditions de vie dans le désert qu’il choisit de porter à la connaissance des jeunes élèves. L’enregistrement consiste en une série de questions posées à Marceau Gast par les élèves de l’Ecole en Plein-Air de Chanteloup à Sainte-Savine (Aube) ou par Pierre Guérin lui-même. Les thèmes successivement abordés sont : la circulation au Sahara, le chameau, l’oued, la gazelle, l’orientation dans le désert.

Le montage présenté ici, réalisé par François Borel à partir des épreuves de tournages, fait de plus entendre un chant soliste interprété par un enfant du Hoggar, et se conclu par des chants d’enfants enregistrés par Marceau Gast auprès des élèves de sa propre classe à Tamanrasset. Selon François Borel10, ce document jusqu’ici inédit préfigure la collaboration des deux hommes pour le n°803 des BT sonores de l’ICEM11 :

Voir la notice en ligne sur la base de données, n° d’inventaire : 4197

Création de la collection Bibliothèque de Travail Sonore

couvarctiqueMais l’édition de ces reportages sur bande magnétique pose des problèmes de diffusion : dépourvus de magnétophones, certains maîtres ne peuvent les faire écouter à leurs propres élèves, et réclament de ce fait leur gravure sur disque. La demande est entendue par Pierre Guérin, qui entreprend un projet d’édition dépassant largement le simple changement de support. Il prends pour modèle la collection documentaire « Bibliothèque de Travail » déjà éditée par l’ICEM afin de réaliser un ensemble documentaire complet centré autour de l’enregistrement sonore.

Edités pour la premiere fois en 1960 et récompensés par l’Académie Charles Cros en 1962, les BT sonores sont constitués d’un disque 45t, de 12 diapositives en couleur et d’un livret de travail. Dans un article de 1966, Pierre Guérin distingue cinq sous- collections12 :

– les « documentaires sur une activité humaine » ;
– les « grands reportages » ;
– les « histoires par récits illustrés de clichés d’époque » ;
– la série « littérature : une œuvre et son paysage » ;
– et une série « Amis du bout du monde », « plus particulièrement destinée, explique Pierre Guérin, aux petites classes : création d’une ambiance, prise de contact avec le milieu quotidien d’un enfant étranger ou d’une province de France ».

Couvertures BT sonore

Pierre Guérin invitera notamment Paul-Emile Victor pour présenter l’Arctique (voir plus haut la couverture de ce numéro), Yves Coppens sur le thème de la vie préhistorique, ou encore Henri Laborit pour un entretien sur le système nerveux.

Marceau Gast et Pierre Guérin : la collaboration pour les BTsonores

La série « Amis du bout du monde » débute officiellement avec le n°804 où l’ami en question habite l’île de la Réunion. Il est suivi d’autres lointains amis originaires du Dahomey13 (n°820) ou encore vivant au Cambodge (824). Mais cette série a véritablement été inaugurée en 1961 par la face I du n°803 intitulé « Au Hoggar »14.

Sur la face 1 de ce disque, édité en 196115, Marceau Gast décrit avec soin le quotidien d’In Tayent, enfant nomade du Hoggar. Sur la face 2, qui débute à 5’15 », il décrit un jour de fête à Tamanrasset à l’aide d’ambiances sonores :

Marceau Gast et Pierre Guérin poursuivent leur collaboration à l’occasion de deux autres BT sonores publiés successivement. Tout d’abord, Marceau Gast intervient16 sur le thème de la faim dans le monde pour le BT sonore n°882 (écouter directement l’intervention de Marceau Gast) :

Puis, il est présent sur l’enregistrement portant sur le sous-développement et l’économie mondiale17, où il est notamment interrogé sur l’importance économique du pétrole et l’interdépendance des pays (écouter directement l’intervention de Marceau Gast)  :

Le fonds Marceau Gast conservé à la phonothèque contient une archive qui présente les mêmes caractéristiques que les BT sonores, et qui semble être issue du n°814 publié en 1964. Sur un ton similaire à celui qu’il a choisi pour le n°803, Marceau Gast présente brièvement sa classe nomade de Tamanrasset, et l’enfant Tebbi du Tamesna :

Enregistrements sonores et pédagogie à la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH conserve d’autres enregistrements sonores produits dans un cadre pédagogique. Le fonds Anne Roche et Marie-Claude Taranger renferme des enquêtes orales réalisées par des étudiants auprès d’informateurs de leur choix. Ces documents ont ensuite été exploités dans l’ouvrage Celles qui n’ont pas écrit (voir l’article de présentation du corpus et écouter des extraits thématiques).

Suivant un modèle proche, les étudiants du Master du Master Sciences Arts et Techniques de l’Image et du Son (SATIS-Université d’Aix-Marseille à Aubagne) ont constitué, sur une idée originale de Maryline Crivello (UMR Telemme) et dans le cadre de l’ANR IMASUD, le corpus Je me souviens… de la Méditerranée, ensemble d’entretiens vidéos que l’on peut visionner sur le site de Medmem. Les entretiens sonores préparatoires sont quant à eux conservés à la phonothèque et décrit dans la base de données en ligne.

Dans le cadre d’une Maîtrise d’histoire dirigée par Jean-Marie Guillon, Julien Teisseire a enregistré un témoignage d’un instituteur varois ayant appliqué les méthodes de la pédagogie Freinet au cours de sa carrière.

  1. Voir à ce sujet l’article de Véronique Ginouvès sur l’évolution des supports. []
  2. Henri Portier, « De l’utilisation du film comme outil pédagogique à l’appropriation du cinéma par les élèves comme outil de création », Cinéma-école, aller-retour : actes du colloque de Saint-Etienne, novembre 2000. []
  3. Dépôt à la préfecture de Bordeaux le 27 octobre 1927 http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/24963. []
  4. Voir « René Daniel, premier correspondant de Freinet », Le nouvel Éducateur, n°56, février 1994. []
  5. En novembre 2008 sont déposés aux archives départementales des Alpes-Maritimes quelques uns de ces premiers films, voir http://www.basesdocumentaires-cg06.fr/os-html/film/home.html. []
  6. Gilbert Paris, « Compagnon de route de Pierre Guérin », dans Sur les pas de Freinet, Pierre Guérin, Marceau Gast, Madeleine Guérin, Claudie Guérin (dir.), Paris, Ibis Press, 2008, p. 43. []
  7. Pierre Guérin, « A Chanteloup », dans Sur les pas de Freinet, Pierre Guérin, Marceau Gast, Madeleine Guérin, Claudie Guérin (dir.), Paris, Ibis Press, 2008, p. 25. []
  8. Plus de 650 enregistrements sont envoyés pour des émissions de radio. []
  9. cf. Tikatoutin. []
  10. François Borel, « La voix de Marceau », dans Un ethnologue entre Sahara, Kabylie, Yémen et Queyras. Hommage à Marceau Gast, S. Chaker, H. Claudot-Hawad (dir.), Peeters, 2014, p. 229. []
  11. Ce document a été déposé à la phonothèque de la MMSH en août 2011 par François Borel. Il s’agit de la copie numérique d’une bande magnétique déposée au Musée d’ethnographie de Neuchâtel. Ce document a été présenté publiquement pour la première fois lors de la rencontre hommage à Marceau Gast organisée par Salem Chaker et Hélène Claudot-Hawad les 14 et 15 mars 2011. []
  12. Pierre Guérin, « Que sont les BT Sonores ? », Dossier pédagogique de l’Ecole Moderne, n°21, 15 novembre 1966. Accessible en ligne via  http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/15801, consulté en mars 2014. []
  13. actuel Bénin []
  14. Si l’on excepte la face B du numéro prototype des BT son, où Marceau Gast présente déjà In Tayent. La face A étant occupée par le récit d’un facteur savoyard. []
  15. les prises de sons sont réalisés par Marceau Gast, Marc Richaud et Louis Pilate, la réalisation est de Marceau Gast. Pierre Guérin s’est chargé, avec Marcel Daoust, de l’adaptation pédagogique. []
  16. avec Suzy Bernus, ethnologue, Edmond Bernus, géographe et Michel Chatelus, ethnologue. []
  17. avec  l’ethnologue Michel Chatelus. []

La longue vie de l’analogique

Statista-Infographic_1465_vinyl-lp-sales-in-the-us-

Le New-York Times a publié récemment (16 janvier 2014) un bref article reprenant des chiffres sur les usages du livre et du disque, numériques et analogiques. Le paradoxe peut étonner : à la différence du livre, dans la musique les usages numériques sont dominants (alors que 4% des lecteurs se déclarent « e-books only ») et pourtant, les ventes de vinyles n’ont  cessé d’augmenter depuis 2007, avec un saut de 6 millions en 2013 en Amérique du Nord.

Pourquoi écouter encore de la musique sur un vinyle ? La qualité du son n’est pas en jeu. Une étude de 2004 réalisée par la NHK démontre qu’il est très difficile pour un auditeur, même averti, de faire la différence entre un son analogique et numérique1… Les explications sont nombreuses et complexes et ne se réduisent pas au fétichisme ou au retour au passé. En 2011 sur le blog  de Paste Magazine, Tyler Kane avait demandé à 20 vendeurs de disques leur avis sur le retour du vinyles. Ainsi, Terry Currier de Music Millenium insiste sur l’importance du livret et de la pochette qui accompagnent les supports analogiques et de leur aspect artistique2. Pour Michel White de Sound Warehouse la musique numérique est comme un repas trop rapide, fait de quelques sandwiches qu’on s’enfourne sans y prêter attention, alors que le vinyle nécessite de se mettre à table, de s’installer et d’en discuter3. L’aspect convivial mais aussi celui de l’engagement physique revient régulièrement. D’après Matthew Bradish, d’Underground Sounds devoir s’occuper d’un lecteur et de son support implique un engagement physique qui soutient l’attention4.

Dans le blog du site Audiovisual preservation Solutions, Joshua Ranger5 revient sur ces questions et insiste sur le fait que le numérique n’est pas exclusif de l’analogique, la bataille n’a pas lieu d’être6. Il est temps de penser numérique et analogiques en terme de complémentarité plutôt que d’opposition et de profiter des expériences qui se posent pour le livre.

Voir plus de statistiques sur l’industrie de la musique sur le site de Statista.

  1. « Perceptual Discrimination between Musical Sounds with and without Very High Frequency Components », par Toshiyuki Nishiguchi, Masakazu Iwaki, and Akio Ando, NHK Laboratories Note n°486, 2004 []
  2. « Vinyl was treated more like art than the CD and especially more than digital downloads. You interface with the packaging much more with a 12″ × 12″ than you do with a 5″ × 5″ cover of the CD, thusly you learn much more about who all made it possible for the music you are experiencing. » []
  3. « Digital music is a snack. We’ve been snacking for so long that for some kids it is the only thing they have eaten their whole lives. While it is possible to survive on snacks, it’s no way to live your life. Sometimes you have to sit down at a real table with real people and eat a real meal. No music reproduction technology—from the boombox to the Mp3 player—offers the satisfying nourishment of a factory sealed 180-gram chunk of wax fresh from your local store’s shelf. » []
  4. « Vinyl requires a commitment. One tends to pay attention more to a natural, magnetic recording that could be scratched and must be attended to, to fully experience. One has to get up to flip the record or replay a track. It’s more about the album than that one “Glee” track you and your friends beat to death. Digital media, even CDs, allow many people to miss the point of a good record. I can recall someone at a party playing “I Get Knocked Down” by Chumbawumba repeatedly for over an hour and that band was better than that song. » []
  5. Enough with the winuyle already, 17 janvier 2014, http://www.avpreserve.com/blog/enough-with-the-vinyl-already/ []
  6. « And this is the second issue I have, that stories like this continue to stoke the digital/analog culture war, obviously pulling for the poor underdog analog that is being mindlessly wiped out by digital Skynet. This is a false dichotomy and a false battle. Digital and analog both exist and are not mutually exclusive. Their continued existence is the decision of the corporation that manufactures them, which is not a conflict over quality or beauty. » []

Qui veut entendre une chanson, nouvellement nous la dirons…

oiso

Dans une Ardèche pas si lointaine où la tradition orale se transmettait encore de bouche à oreille, dans les années 1980, de jeunes gens, musiciens ou chercheurs ont enregistré plus de 500 chansons traditionnelles auprès d’anciens dans plusieurs cantons du Vivarais. Ainsi, Sylvette Béraud-Williams a arpenté le pays de Boutières, Aline et Dominique Laperche, les Cévennes et Christian Oller le Haut-Vivarais. Ce corpus n’est pas accessible pour le moment dans une archive (excepté le fonds de Sylvette Béraud-Williams déposé en partie à la phonothèque de la MMSH), mais l’association l’Aigardent en avait publié une partie en 1985 sous la forme d’un 33 tours documenté par un livret. Il réapparaît aujourd’hui, numérisé : il mesure désormais 12 centimètres et il est toujours accompagné de sa brochure.

Sept femmes et huit hommes, nés entre 1899 et 1929, interprètent tour à tour leurs complaintes, chansons d’amour ou chansons grivoises, chant de Noël, de quête ou de Carnaval, chanson à danser ou à rythmer le travail, chanson de noces ou de veillées… Cet « arrêt sur son » nous renvoie trente-cinq ans en arrière, vers une belle histoire, celle qui a permis de bâtir de nombreuses phonothèques à travers la France.

Voilà un voyage dans le temps bien joyeux. Les textes qui contextualisent dans le livret les 24 chansons nous racontent quelques bribes des vies de chaque interprète. Ces hommes et ces femmes étaient pour la plupart paysan-ne ou travaillaient ou comme ouvrier-ère dans des moulins à blé ou des filatures. Les occasions pour chanter ne manquaient pas, souvent en lien avec le travail, le rythme des saisons, les rites de passage, les veillées ou les fêtes de village.

Certains interprètes vous resteront dans l’oreille. Peut-être Rose Derail qui chantait à la voix dans les bals de village (titre 4, face A), ou alors Milou Liotard et son frère Roger qui interprètent à eux seuls huit titres dans le disque ou encore Marie-Victoire Chazel qui nous laisse une jolie interprétation de Rossignolet du bois (titre 11, face B), dont on retrouve des versions du côté des Pyrénées ou en Bretagne et que Malicorne interprétait déjà en 1973 dans son premier disque, Pierre de Grenoble. Ces voix a cappella nous bousculent. Profitez de l’émission en podcast d’Hélène Azéra « Chanson Boum! » du 22 décembre 2013 (France-Culture), qui diffuse à la 25ème minute une chanson issue du disque : « Je suis fillette à plaindre » (titre 7, face B), interprétée par Madame Dumas.

Disque et livret « Apprends moi ton langage » Chansons des Pays d’Ardèche. Enquêtes , enregistrement et réalisation : Sylvette Béraud-Williams, Dominique Laperche, Christian Oller, Aline Sévilla, 12 euros, à commander à famdta@famdt-ardeche.fr ou 06 52 05 48 61.

Crédits photographiques : Roodborstje – European robin (Erithacus rubella) par Martha de Jong-Lantink, 2013, CC BY-NC-ND 2.0.

Les photographies de Costică Acsinte dans le domaine public

 

Né le 4 juillet 1897 dans le petit village de Perieti en Roumanie, Costică Acsinte avait été photographe de guerre pendant la première guerre mondiale. A son retour il avait ouvert un studio photographique « Foto Splendid C. Acsinte » dans la ville de Slobozia où il est mort à l’âge de 87 ans en 1984. Depuis le 23 juin 1991 l’ensemble de ses photographies appartient au domaine public suite au décret n°321/1956 et la loi n°8/1996.

En 1985 le musée d’histoire de la région de Ialomita a acquis plus de 5000 photographies du studio de Costică Acsinte, prises entre 1935 et 1945 et en 2007, 300 de ses clichés de la première guerre mondiale : 10% de ces photographies ont été numérisées et archivées avec le soutien du Musée Ialomița County History. Elles sont désormais  accessibles en ligne etFlickr the commons en valorise une partie sur son site en 21 sets depuis novembre 2013.

Costică Acsinte nous a laissé des traces d’une extrême beauté de la vie en Roumanie au cours du 20ème siècle, allez voir ces images qui font rêver, elles sont librement utilisables.

Crédits photographique : montage de la page Flickr The Commons qui présente les collections Costică Acsinte, domaine public.

Vient de paraître : Être luthier au début du XXème siècle

 

Le catalogue des enquêtes orales du corpus sonore réalisé par Hélène Claudot Hawad « Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine) » vient d’être publié aux Publication de l’Université de Provence. Une nouvelle manière pour la phonothèque de valoriser les archives sonores, dans une collection qui pourrait à l’avenir présenter d’autres enquêtes orales.

Ce petit livret n’aurait pas pu exister sans le soutien de nombreuses personnes que je remercie ici. En particulier Sabine Partouche (IREMAM) qui a créé sa mise en page, en collaboration avec Hélène Claudot-Hawad, et Bruno Baudoin (CCJ) qui a numérisé les photographies.

Citer l’ouvrage : Hélène Claudot-Hawad, Véronique Ginouvès, Être luthier au début du XXème siècle : catalogue d’enquêtes orales. Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence, 2013. 35p.

 

Les carnets de la phonothèque se transforment

Pour le 300e billet, la phonothèque a décidé de modifier l’allure des Carnets de la phonothèque restés sans modification depuis leur création, le 19 août 2008. Merci de nous prêter vos yeux pour déceler les erreurs qui seront dues au changement de maquette et n’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce changement visuel. A très bientôt !

Crédits photographiques : Rossbedded Sandstone of Catler Formation. Sand Dunes Have Been Transformed Into Sandstone, 05/1972, US National Archives, David Hiser, pas de restrictions de droit connues.

En ligne : Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel

Le Museum Association of Newfoundland and Labrador pour le Réseau canadien d’information sur le patrimoine (RCIP) viennent de publier en ligne1 un Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel.

Ce document fait un point sur tous les outils et les méthodes à notre disposition pour prendre en compte le patrimoine culturel immatériel (PCI) dans les projets de numérisation. Pour expliquer leur démarche, les auteurs partent de l’exemple du « caveau à légumes » (cf. photographie ci-dessus) pour nous faire comprendre l’intérêt de l’archivage numérique du PCI :

Qu’est-ce qu’une entrevue enregistrée au sujet d’un caveau à légumes peut nous apprendre sur le mode de vie des gens de l’époque? À qui cette information pourrait-elle être utile et comment pourrait-elle avoir un effet positif sur une communauté? Le fait de documenter les pratiques traditionnelles, comme la façon de bâtir un caveau à légumes et d’y entreposer des aliments, est important parce que si nous ne prenons pas le temps d’apprendre le savoir-faire du passé, certaines formes de connaissances traditionnelles pourraient devenir inaccessibles aux générations présentes et futures. La documentation est essentielle à la sauvegarde de notre patrimoine culturel immatériel. Cette pratique est importante pour le développement des communautés, puisqu’en contribuant à perpétuer des coutumes et des pratiques d’une valeur inestimable, elle atteste des expériences de vie des membres plus âgés d’une collectivité. Par ailleurs, en partageant du patrimoine culturel immatériel, on incite les jeunes générations à réfléchir à la façon dont certains aspects de leur communauté ont changé, et pourquoi. Alors que de plus en plus de caveaux à légumes donnent des signes de délabrement, les photographies et les histoires ont le pouvoir de nous rappeler que certaines traditions qui se perdent pourraient éventuellement redevenir utiles ou populaires dans l’avenir.

Après avoir décrit les processus de numérisation étape par étape pour les fichiers audio et vidéo et les documents photographiques, le guide présente une étude de cas sur un projet d’archives de l’Université Memorial de Terre-Neuve. Un chapitre sur le stockage et la gestion des données, un glossaire et des liens vers divers outils (comme le wiki d’Audacity) complètent ce document fort utile à tous ceux qui s’intéressent à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Le guide donne malheureusement trop peu d’informations sur les métadonnées et l’indexation au fil de la numérisation pour être complet. Il vous faut donc, l’associer aux guides de bonnes pratiques qui existent déjà dans le domaine de l’audiovisuel :

– Les guides publiés par la TGIR HumaNum  comme les Guide des bonnes pratiques numériques (2011) et le Guide méthodologique pour le choix de formats numériques pérennes dans un contexte de données orales et visuelles (2011) ;

– La BnF a publié en 2009 un document sous le titre Écrire un cahier des charges de numérisation de collections sonores, audiovisuelles et filmiques et met régulièrement à jour les pages professionnelles sur la numérisation.

– Le Ministère de la culture met en ligne sur une page des ressources sur la numérisation, le catalogage, l’indexation et le catalogage des documents numérisés en direction des professionnels dont malheureusement les liens ne sont pas toujours mis à jour.

Bon travail à tou-te-s ! Merci à nos collègues canadiens de partager leur méthode.

 

Merci à Aude Da Cruz-Lima (Centre de Recherche en Ethnomusicologie LESC UMR 7186 CNRS) pour sa relecture.

Crédits photographiques : Le caveau à légumes de la ferme Robichaud, au Village historique acadien, photographie de Dr Wilson, août 2008, licence CC BY-SA 3.0.

  1. La mise en ligne date du 30 septembre 2013. []