Archives de catégorie : Archives en ligne

Les archives sonores de Constantin Brailoiu en ligne

Précipitez vous sur le site du Musée de Genève et ouvrez vos oreilles : les archives sonores du fonds Constantin Brailoiu sont en ligne ! Ce compositeur roumain,  professeur d’esthétique musicale, pionnier de l’ethnomusicologie contemporaine avait été bouleversé par la découverte de la musique traditionnelle de son pays. Il avait ainsi décidé de se consacrer à la collecte de terrain et fondé, en 1928 à Bucarest, les premières archives de folklore roumain. Plus tard, au musée d’ethnologie de Genève où il travailla de 1944 jusqu’à sa mort en 1958, il entreprit de constituer les « Archives internationales de musique populaire » (AIMP) destinées à conserver la mémoire des « mélodies originelles de toutes les contrées du monde ». Continuer la lecture de Les archives sonores de Constantin Brailoiu en ligne

Nouvelle version de Gallica : 2009, l’année des archives sonores en ligne !

Comme cadeau de nouvel an, la bibliothèque nationale de France nous ouvre ses collections sonores sur le web. Le 19 janvier 2009, Gallica2 a lancé sa nouvelle version et propose désormais en écoute en ligne 518 documents sonores. Sur 675 024 documents numériques accessibles, on ne peut pas vraiment dire que les documents audiovisuels soient prédominants, mais tout de même… sur Gallica1 parmi sur les 170 000 documents numériques mis en ligne, seuls 79 documents sonores étaient proposés. Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas encore intégrées dans la nouvelle offre mais on peut imaginer qu’ils le seront dès la mi-février où il est annoncé que Gallica2 se sera entièrement substitué Gallica1.

Actuellement, sur Gallica2 il n’est pas possible de se promener dans les collections pour avoir une idée précise de ce que l’on peut entendre mais on peut espérer qu’un lien se fasse au fil du temps avec les notices « fonds » du répertoire du catalogue collectif de France qui, lui aussi, est en pleine mutation. Des nouvelles fonctionnalités de Gallica2, la plus intéressante est certainement la citabilité des ressources et la possibilité de les copier simplement (par un permalien ou une vignette exportable) mais aussi la syndication de ses recherches ou la création d’un espace personnel. Pour l’utilisation des documents, l’information est indiquée dans les notices complètes des documents (champ « Droits ») et vous pouvez également, lors de la recherche avancée, cliquer sur les cases « Libre » ou « Sous condition » dans la rubrique « Type d’accès ».

Pour découvrir les documents sonores, outre la recherche avancée qui vous permet de les sélectionner (cocher la case « documents sonores »), vous pouvez « déplier » des listes d’auteurs ou de langues (à gauche de l’écran).  L’offre dominante actuelle concerne avant tout la musique, et principalement la musique savante. Pour le moment, il n’y a pas d’enregistrements accessibles en langue régionale de l’hexagone à part le corse (je note dans la liste l’expression « français moyen » que ne suis pas sûre de bien comprendre). Les enquêtes de Roger Devigne , de Ferdinand Brunot ou de Geneviève Massignon ne sont donc pas encore disponibles, mais Gallica nous promet de nouveaux enrichissements très rapidement, aussi ne boudons pas notre plaisir ! Ecoutez en ligne le lamento du bandit Giuan Camellu, le chant persan Tasnif segah accompagné au ney ou des chants malgaches interprétés par un groupe de musiciens de Fenoarivo dans les années 1930 ou encore des pièces de chant choral de la Rennaissance française dirigées par Nadia Boulanger dans les années 1950.

Crédit photographique : Grand cèdre, parc Stanley, Vancouver, C.-B., 1897, William McFarlane Notman, archives photographiques Norman, Muse Mc Cord http://www.mccord-museum.qc.ca/en/collection/artifacts/VIEW-3138

2009, année des archives sonores en ligne ?

L’année toute neuve, sera-t-elle celle des archives sonores en ligne ? Jusque là les exemples d’écoute en ligne d’entretiens de terrain en France se comptaient sur les doigts de la main mais voilà que les projets se multiplient.

Après le lancement en Corse de Repertorium, décrit dans les carnets de la phonothèque en décembre, trois sites proposent l’écoute en ligne d’archives de terrain.  Les archives départementales du Cantal (AD15), qui depuis plusieurs années déjà ont créé une section audiovisuelle, viennent tout récemment de proposer une recherche spécifique à ces fonds. A près plusieurs campagnes de collectes et de dépôts, un fonds d’envergure a été constitué. Aujourd’hui vous pouvez écouter des entretiens mais aussi visualiser des films : « L’exemple du mois » est un film couleur muet déposé par un particulier qui a filmé, en 1938 dans les rues d’Aurillac, un défilé organisé pour le millénaire de la naissance de Gerbert, futur pape Sylvestre II. Vous vous repérez dans les collections à travers une recherche simple,  avancée ou en cliquant sur une carte du Cantal. Le site ne propose pas encore de présentation globale des fonds ni du contexte des recherches, il est donc difficile de se faire une idée de l’ensemble des enregistrements et des notices mis à disposition. Ceux qui peuvent être écoutés en ligne sont bien évidemment ceux pour lesquels les archives du Cantal ont obtenu les droits d’utilisation et de diffusion. Il s’agit principalement d’enquêtes récentes réalisées par le directeur des AD15, Edouard Bouyé, et par Frédéric Bianchi, responsable du département audiovisuel, auxquelles s’ajoutent les enregistrements des animations organisées par les archives départementales (forums d’associations, lectures de texte, conférences…) et des émissions radiophoniques de la radio libre Radio 15 (années 1980).

En Basse-Normandie, le CRéCET (centre régional de culture ethnologique et technique) vient de mettre en ligne deux entretiens sélectionnés dans les enquêtes réalisées par l’association. Ici, il s’agit avant tout de valoriser les entretiens dans une démarche de sensibilisation à l’ethnologie en direction du grand public. Il est ainsi possible d’écouter un récit de vie réalisé en 2007 auprès de Lucienne Cabana, ouvrière dans le textile des années 20 aux années 1970, et des extraits d’entretiens enregistrés auprès de différents acteurs du port de Caen-Ouistreham sur le thème de l’escale. L’onglet « base de données du site » ne semble pas encore fonctionner mais il permettra certainement de prendre connaissance des différents entretiens réalisés par l’association.

Le site du patrimoine oral et festif en Aquitaine, Son d’Aquí est plus ancien et les collections documentées sont nombreuses. Vous pouvez écouter en ligne plusieurs fonds sonores dans leur totalité, lorsque les questions des droit ont été réglées, ou sous forme d’extraits. Vous pouvez par exemple accéder au fonds Guy-René Busnel, ancien chercheur du MNATP/MuCEM, qui a enregistré dans le village d’Aas (Vallée d’Ossau) en 1962 ; au archives du festival de Siros (1967-2006) où ont été présentés de nombreux chanteurs et conteurs béarnais ; diverses collectes de Pierre Boissière et de Pierre Corbefin, que l’on retrouve également dans la base de données du centre des musiques et danses traditionnelles en Midi-Pyrénées à Toulouse (mais sans les extraits sonores) ; les archives d’un des pionnier de l’édition discographique occitane, Jean Moureu (1924-1995) créateur de la maison de disques Junqué-Oc (Jurançon, Pyrénées-Atlantiques).

Ainsi les collections sonores inédites deviennent peu à peu accessibles sur la toile. Mais cette expansion montre aussi un paysage documentaire dispersé et morcelé et la cartographie des archives sonores inédites en France reste à faire. C’était déjà une remarque du rapport Cribier/Feller en 2003*. Comment repérer les collections sonores dans leur ensemble ? Les portails pourraient être une solution à cet éparpillement. Ce sera justement l’un des axes des prochaines rencontres nationales de l’ACIM (association pour la coopération des professionnels de l’information musicale). Dans le programme de ces rencontres plusieurs portails, nationaux et européens, seront présentés (Gallica 2, la Cité de la musique, le portail du patrimoine oral et Michael). Ces portails pourraient devenir de véritables outils de partage , de mutualisation, de valorisation mais aussi de repérage et de cartographie du patrimoine sonore inédit.

* Cribier F., Feller E., 2003, Projet de conservation des données qualitatives des sciences sociales recueillies en France auprès de la ‘société civile’., Rapport au Ministère de la recherche, 2 vol., 170 p. [en ligne] http://www.cmh.acsdm2.ens.fr/rapport/Rapdonneesqualita.pdf

Crédit photographique :Drinking to the New Year, New-York [prise de vue entre 1910 et 1915], plaque de verre, Bain News Service, collection George Grantham Bain Collection (Library of Congress).
http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2163812678

Nouvelles archives sonores de Corse

Le village de Pigna, en Balagne, n’a ni boulanger ni charcutier mais grouille d’activités culturelles. Vous y trouvez ainsi un luthier, une maison d’accueil pour les musiciens, un magasin de disque, une école de musique, une maison d’édition, un festival, des artisans, un auditorium, des associations, des groupes de musique… C’est la fédération E voce di u comune, créée en 1978,  qui fédère toutes ces activités. Ses fondateurs ont collecté, au fil du temps, des chants profanes et sacrés en Corse mais aussi des concerts, des chjama è rispondi (joute poétique orale improvisée), des récits de vie… Les jours prochains une nouvelle structure va s’ouvrir au village : une phonothèque de l’oral. Ce centre d’archives sonores est l’aboutissement de longues années de recherche, de collectage, d’analyse et de publication menés sur la musique traditionnelle corse depuis la fin des années 1960. Les fonds sonores ont déjà été numérisés et seront prochainement mis en ligne avec le soutien du Ministère de la culture qui a financé une partie du projet dans le cadre du plan national de numérisation 2008.

Pour que Repertorium puisse exister, l’association a recueilli de la part de tous les informateurs et les interprètes les autorisations d’utilisation et de diffusion sur le Web. Mais, sans poste de documentaliste, il lui était difficile de constituer une véritable base de données documentaire. Après réflexion, l’association a décidé de diffuser les fiches descriptives des enquêtes accompagnées des fichiers sonores au format MP3 à partir du CMS Joomla! Ainsi les collecteurs qui ont réalisé ces enregistrements sans toujours les documenter peuvent simplement décrire leur fonds dans l’éditeur de texte auquel s’ajoute une extension de Jomla! qui permet de créer une série de champs. C’est une société d’Ile Rousse qui va réaliser le site. Ce CMS permet des exports en XML et donc en Dublin Core, c’était un critère important car au-delà du choix de l’outil, l’objectif est de travailler à partir des orientations du Guide d’analyse documentaire du son inédit (AFAS, FAMDT, 2001), central pour les phonothèques du pôle associé BnF/FAMDT, et d’intégrer au plus vite le Portail du patrimoine oral.

Voilà le genre de projet qui fait espérer que les archives sonores de la Corse puissent bientôt être documentées et accessibles à tous, en particulier les enquêtes de Félix Quilici (des années 1950 à 1970) qui dorment depuis bien longtemps.


Crédits phonotographiques : Pigna vue depuis ND du Lazio, le 6 décembre 2008, Véronique Ginouvès, CC

La phonothèque de la MMSH raconte des histoires

Depuis la fin des années 1970, la phonothèque de la MMSH rassemble des enregistrements sonores réalisés par des chercheurs, des associations ou des institutions culturelles et des collecteurs indépendants soucieux de l’accessibilité de leurs collections. Aujourd’hui elle met à disposition plus de 4000 heures d’enquêtes orales enregistrées sur une base de données qui a pris pour nom Ganoub (le Sud en arabe). Mais ces archives sonores demeurent mal connues et peu utilisées dans la recherche en sciences humaines et sociales.

L’idée de ces carnets est donc de raconter plus largement les histoires de la phonothèque pour donner envie d’écouter ses archives et éventuellement de les réutiliser pour d’autres recherches.

En rédigeant ce premier billet nous imaginons que vous y trouverez au fil du temps :

des présentations de corpus de la phonothèque accompagnées d’extraits sonores ;

des présentations de chercheurs qui utilisent les entretiens pour publier leur recherche avec des cartes d’identité sonores ;

– des informations ou des comptes-rendus de journées d’étude dans le domaine des archives sonores et audiovisuelles ;

des comptes rendus d’activités de l’équipe de la phonothèque.

A vos oreilles…

Crédits photographiques : “Masque dans la rue de la Paz“, par Véronique Ginouvès, licence Creative Commons (CC)