Archives de catégorie : Formation/emploi

A propos de l’indexation de corpus sonore en langue rare

Si le métier de phonothécaire est parfois méconnu, le rôle que joue ce spécialiste au sein de la communauté des professionnels de l’information et de la documentation, n’en est pas moins primordial : à une époque où les NTIC révolutionnent littéralement le travail des documentalistes, les archives sonores, jusque là peu valorisées, prennent tout leur sens dans un tel contexte de développement et de mutualisation des informations.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai décidé d’effectuer mon stage de Licence Professionnelle Information et Documentation [PDF] au sein de la phonothèque de la MMSH d’Aix en Provence. En effet, bien que les missions confiées au phonothécaire soient communes à tous les documentalistes, la spécialisation dans le domaine de l’audiovisuel constitue à mon sens, un enjeu de taille compte tenu de l’évolution rapide et constante du métier.

Le documentaliste audiovisuel [PDF] et notamment le phonothécaire, doit aujourd’hui être capable de gérer le passage d’un fonds manuel en fonds numérique, et c’est bien là que se situe son défi. La gestion de projet, qui suppose l’investissement croissant dans la production et le travail éditorial, la responsabilité de la diffusion en ligne et la gestion des droits, constitue l’essence même du métier.

C’est pourquoi le projet de stage que m’a proposé Véronique Ginouves m’a séduite : le fonds sonore en juba-arabic sur lequel je travaille actuellement, m’a ainsi permis d’appréhender efficacement les enjeux du métier. La démarche de réflexion qu’exige un tel travail s’articule autour de quatre axes principaux :

  • Travail d’inventaire des documents
  • Numérisation et archivage
  • Analyse documentaire
  • Valorisation du corpus (édition de catalogue et mise en ligne)

Plus concrètement, le projet de traitement et de valorisation du fonds sonore de Catherine Miller repose sur le dépôt à la phonothèque de ses enregistrements audio réalisés au cours de ses recherches en ethnolinguistique. Catherine Miller a enregistré sur deux années (1981 et 1984) cinquante-sept enquêtes au Sud Soudan. Dans cette région charnière entre le monde arabo-musulman et le monde africain, s’est développée à partir de la deuxième moitié du 19ème siècle, une variété d’arabe véhiculaire appelée juba-arabic. Ce phénomène, qui s’est répandu tout au long du 20ème siècle, a été particulièrement observé à Juba où ont été réalisées la plupart des enquêtes. A partir de ces matériaux, Catherine Miller a étudié l’expansion du juba arabic au détriment des langues vernaculaires du Sud Soudan et le lien avec la situation économique, culturelle, politique du pays à ce moment là.

Évidemment, travailler sur un corpus sonore dont on ne connaît pas la langue rajoute encore à la difficulté de traiter le fonds. Il s’agit donc d’entretenir avec le déposant des échanges réguliers au sujet de l’avancement du travail. Au départ, mon choix s’est porté sur le corpus de Catherine Miller car mon goût pour les langues étrangères rares et l’ethnologie m’y ont poussé. Et il convient de souligner que le corpus en question était non seulement numérisé mais aussi très bien documenté.

Pourtant, même avec des fonds numérisés au préalable, le traitement documentaire reste délicat. Car qui dit documentation dit interprétation, et rien n’est plus difficile qu’interpréter une langue inconnue. Il faut dès lors se concentrer sur le contenu en faisant sans cesse des liens entre les informations léguées par le chercheur et les informations récoltées au cours de l’analyse du fonds sonore (environnement sonore, intonations des voix, hésitations, silences, rires…)

Et bien que je ne parle pas le juba-arabic, je constate cependant avec satisfaction qu’au fur et mesure de la progression de mon traitement, j’acquiers des réflexes utiles et des connaissances précieuses en matière de documentation (méthode et organisation dans le travail, méthode d’archivage, utilisation de logiciel de SGBD, thésaurus).

Vive la phonothèque!

Aline Dang Van Sung

Crédits photographiques :

Fritzi Scheff demonstrating Magnavox for for Fith Liberty Loan in New York City, 1895. Photographie imprimée en noir et blanc. Gabriel Moulin, San Francisco, USA. Powerhouse Museum Collection. Permalien: http://www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=322920 . Pas de restriction de diffusion connue.

Soudanais de la tribu Gâlièh [1860-1920], photographie de 25 x 20,5 cm. Source Photographs and prints of Egypt and Syria. Stephen A. Schwarzman Building / Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs. Permalien: http://digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?88421. Pas de restriction de diffusion connue.

La source orale en sciences humaines et sociales, et son archivage

Dans le cadre de l’enseignement dispensé en licence 3, L’atelier de l’historien : technique d’archivages et ressources documentaires trois heures ont été dédiées à « La source orale en sciences humaines et sociales et son archivage » le jeudi 18 décembre 2008 ; le diaporama est ici.

Pour infos, des adresses sur les métiers des phonothèques, bibliothèques et musées .

Crédits photographiques : Bibliothèque publique de New-York (Pas de droits connus / No known restrictions on publication), Flint River school, Ga. demonstrate a health moving picture, which they made. May 1939.. Photographe : Wolcott, Marion Post. Mai 1939.

Le patrimoine culturel immatériel vu du côté de la Bretagne

La convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO a été adoptée en 2003. C’est un évènement important car pour la première fois, le patrimoine vivant a fait son entrée par la grande porte dans les politiques culturelles. Jusqu’à présent, elle a été ratifiée par une centaine d’Etats (la France l’a fait en juillet 2006). Pour les archivistes du son et de l’audiovisuel, le texte de cette convention est central car il formalise des objets qui n’ont pas toujours été dessinés avec précision. Dans une société de l’écrit, il est essentiel de se poser la question de la conservation d’un patrimoine qui n’est transmis que par l’oralité. Une fois intégrée dans les collections des phonothèques sous hier sur un support aujourd’hui dans un format, cette oralité n’existe plus que sous une forme figée, le fichier numérique. Aux acteurs culturels et scientifiques de réfléchir aux modes d’utilisation de ces corpus que l’on écoute sans l’échange humain qui était à son origine. L’introduction de la convention de l’UNESCO insiste à juste titre sur l’aspect vivant de ce patrimoine, ce que les professionnels des archives oublient trop souvent.

On entend par « patrimoine culturel immatériel » les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.Le « patrimoine culturel immatériel », tel qu’il est défini au paragraphe 1 ci-dessus, se manifeste notamment dans les domaines suivants :

(a) les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ;

(b) les arts du spectacle ;

(c) les pratiques sociales, rituels et événements festifs ;

(d) les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ;

(e) les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

Quant au travail des archiviste, c’est celui de la « sauvegarde » mais ils ne doivent jamais oublier qu’ils travaillent sur du vivant.

On entend par « sauvegarde » les mesures visant à assurer la viabilité du patrimoine culturel immatériel, y compris l’identification, la documentation, la recherche, la préservation, la protection, la promotion, la mise en valeur, la transmission, essentiellement par l’éducation formelle et non formelle, ainsi que la revitalisation des différents aspects de ce patrimoine.

La Bretagne a décidé de faire le point sur cette question du patrimoine immatériel en organisant une formation les 12 et 13 décembre à Rennes sous le titre Rencontres du patrimoine culturel immatériel de Bretagne.  C’est l’association Dastum et l’institut régional du patrimoine qui se sont associés pour proposer ces deux journées, riches et denses, sur le sujet. Le programme complet est , la fiche pour les inscriptions ici (attention elle s’arrêtent le 28 novembre).

Si vous voulez préparer vos questions et réviser avant le stage, vous pouvez toujours lire le numéro spécial de Culture et Recherche sur le patrimoine culturel immatériel (printemps-été 2008, n°116-117). L’introduction de Rieks Smeets, secrétaire de la Convention à l’UNESCO, en précise tous les détails de son application en Europe et plus spécifiquement du travail du comité, organe exécutif de la convention.

La phonothèque de la MMSH sera présente pour un évènement qui lui tiend à coeur : l’inauguration du portail collectif du patrimoine oral réalisé dans le cadre du pôle associé de la BnF et de la FAMDT. Ce portail, bâti à partir de la plateforme PKP, utilise le protocole OAI-PMH et le format Dublin Core pour faire parler entre eux les catalogues de cinq centres d’archives sonores et audiovisuelles à travers la France: Dastum, le CREDO, le Centre Occitan des Musiques et Danses Traditionnelles Toulouse Midi-Pyrénées, l’association Mémoires Vives et la phonothèque de la MMSH. Du pain sur la planche d’ici ces premiers jours de décembre !

Crédit photographique : Jupes qui danses dans les rues de La-Paz (Bolivie), Photographie de Véronique Ginouvès, août 2005, CC.

Mise à jour du 13 avril 2009 : Christian Hottin et Sylvie Grenet (Ministère de la Culture) on mis en ligne sur HAL SHS leur intervention lors de ces journées  : http://halshs.archives-ouvertes.fr/index.php?view_this_doc=halshs-00189399&extended_view=1&version=0&halsid=tfmom5r2684a10p037atfffdk0

Pourquoi déposer sur HAL-SHS ?

L’internaute a accès aujourd’hui à plus de 16 000 documents en texte intégral sur HAL-SHS mais ce chiffre est largement en deçà de la production éditoriale en sciences humaines et sociales.  Alors pourquoi tous les chercheurs n’y déposent-ils pas leurs publications ? Est-ce de la méconnaissance pour cette plateforme ? De la crainte à propos des questions de droit ou de plagiat ? De la méfiance quant à la validation des données engrangées ? Ne serait-ce pas tout simplement de l’absence d’intérêt puisque, au bout du compte; les articles sont déjà publiés dans des revues à caractère scientifique ? Le 20 novembre 2008 à la maison méditerranéenne des sciences de l’homme, une journée sera consacré au dépôt dans HAL-SHS et à ses enjeux. N’hésitez pas à vous y inscrire !*

Si j’essaie de rassembler les arguments en faveur d’un dépôt – du point de vue individuel du chercheur -, il me semble qu’un élément essentiel est sans doute la forte lisibilité dont bénéficient les publications sur les réseaux académiques comme sur les moteurs spécialisés du Web. En effet, dès que le dépôt d’un chercheur est accepté dans HAL, il est aussitôt repris de façon mécanique sur les portails nationaux ou internationaux qui s’inscrivent dans le mouvement du libre accès comme Crevilles, Driver, Base ou OAIster, comme dans ceux dont l’objectif affiché est d’identifier les travaux du monde universitaire, tel Google Scholar.

La rapidité de diffusion est également un élément intéressant. Depuis le moment où le chercheur dépose et celui où l’équipe de modération de HAL accepte le dépôt, il se passe entre une et quarante-huit heures : le temps nécessaire pour que l’équipe du CCSD valide le format du dépôt et vérifie l’exactitude du nom du chercheur et de son laboratoire. Le document en texte intégral est donc tout de suite accessible, avant même parfois sa publication en ligne ou sur papier.

HAL offre ensuite la possibilité de produire des bibliographies automatiques sur une page personnelle pour présenter la liste de ses publications. L’ANR a d’ailleurs interpellé la communauté scientifique dès novembre 2007 pour que les textes produits dans le cadre de son financement soient déposés au fur et à mesure de leur élaboration, c’est-à-dire dès soumission à une revue et, à nouveau, au moment de la publication effective.

L’autre argument qui pourrait, au fil des années, prendre plus d’importance est la fonction de datation des idées, au regard d’autres productions susceptibles de reprendre une ou des parties de ces textes sans les citer. En quelque sorte, HAL deviendrait une sorte de dépôt légal de la publication scientifique. De plus en plus, les universités utilisent des logiciels qui balaient le web à la recherche de parties de phrases susceptibles d’être plagiées. Il faut que ces logiciels puissent puiser dans la littérature scientifique publiée : avoir son article sur HAL apporte une preuve d’antériorité sans équivoque, d’autant plus que depuis peu le CCSD intègre l’identifiant et la référence de publication automatiquement sur les PDF déposés dans l’archive.

Les institutions bénéficient, elles aussi, de services qui ont été mis en place au fil des usages par le CCSD. Par exemple, il est très simple de créer une liste de publications d’un laboratoire, mise à jour automatiquement par HAL-SHS, avec une possibilité de certification par le directeur d’unité grâce à un « tampon » ou collection. Avantage efficace, cette liste peut s’exporter simplement et être intégrée dans le rapport d’activité quadriennal du laboratoire ou sur son site web. Un bel exemple de ce type de possibilité est le tampon réalisé par le SCD de l’Université de Provence qui offre l’accès à l’ensemble des publications déposées sur HAL (ici toutes disciplines confondues) des laboratoires du campus d’Aix-Marseille. Dans le cadre de programmes de recherche, ces tampons peuvent aussi correspondre à des thèmes de recherche et être ainsi utilisés comme outils de veille d’information. Ainsi, avec la collection Archives ouvertes de la Méditerranée l’équipe de Bibenligne réalise une veille régulière sur l’aire méditerranéenne. La collection peut être parcourue par ordre alphabétique de titre, par année de publication, par auteur, par laboratoire ou par type de documents.

Tous ces arguments seront abordés et pourront être discutés lors de la journée du 20 novembre 2008 organisée à la MMSH dans le cadre de la formation continue et à l’initiative du département SHS du CNRS. Daniel Charnay (directeur du CCSD) présentera HAL dans son contexte national et international tandis que Christine Berthaud (Institut des Sciences Humaines de Lyon) focalisera son intervention sur les SHS dans HAL. Deux expériences concrètes viendront illustrer ces interventions : Anne-Christine Girard du SCD nous montrera la collection de l’Université de Provence et Marin Dacos (directeur du CLEO) présentera son expérience de chercheur en insistant sur l’intérêt des archives ouvertes dans ce qu’il convient d’appeler « l’ego référencement ». L’après-midi sera consacré à la pratique et vous pourrez tester les fonctionnalités du dépôt : n’oubliez pas de vous munir du texte d’un de vos articles sous format électronique pour réaliser l’exercice.

* Inscription sur simple courriel auprès de Véronique Ginouvès ginouves[@]mmsh[point]univ[tiret]aix[point]fr

Ce texte est repris d’un article rédigé par Véronique Ginouvès dans le bulletin d’information TELEMME Infos, n°43, octobre 2008.

Crédits photographiques : George Eastman House Collection, Man with book sitting in chair, ca. 1915 (color plate, screen (Autochrome) process), Image: 7 x 6.7 cm Overall: 8.3 x 10.2 cm. Informations sur la collection photographique  : http://www.eastmanhouse.org/inc/collections/photography.php. Pas de restriction de droit connue.

Quel est ce bruit au fond de la bibliothèque ?

En ce moment se déroule à Fréjus, une école thématique du CNRS sur le thème de la  préservation et diffusion numériques des sources de la recherche en sciences humaines et sociales. Ce sont les Centres nationaux de ressources numériques du CNRS qui sont à l’origine de cette formation (TELMA, CRDO, CN2SV CRHST) soutenue par le TGE Adonis. Impossible de résumer en quelques lignes ce qui s’y passe, vous trouverez toutes les informations sur le wiki de l’école et sur les signets partagés développés au fil de la semaine. J’aimerais simplement vous faire partager l’intervention riche et originale de Lou Burnard qui a ouvert la réflexion sur les « humanités numériques » avec un très joli titre Getting over the page*.

Quel est ce bruit qu’on entend au fond de la bibliothèque ? s’interroge-t-il…  C’est le chuchotement des livres qui se parlent. Lou Burnard les a entendu dire que la numérisation n’est pas un simple acte technique (tiens, j’ai déjà lu ça quelque part il y a déjà longtemps) et que si elle permet de lire, annoter, faire des liens, elle encourage aussi les livres à se parler entre eux. Ils se parlent d’autant mieux que la numérisation est aujourd’hui irrévocable et que  l’infrastructure de connaissance est désormais largement numérisée. Lou Burnard a parcouru pour nous la brève histoire héroïque des digital humanities commencée à l’aube de ces temps improbables où le courriel n’existait pas et parcourue d’aventures les plus folles, de la carte perforée au XML. Pour nous faire comprendre tous les enjeux du text encoding initiative, il nous a présenté quelques projets dont il a suivi les évolutions, insistant sur le fait que pour encoder un texte il faut savoir, avant, le décoder. Le cas du Lexicon of greek personal names est assez exemplaire. Ce Who’s who de la Grèce antique a été créé au début des années 1970 pour tranquillement arriver au 21e siècle sans perte d’information, passant d’une application à une autre, toujours plus performante, intégrant au passage les travaux d’autres communautés comme Pleiades ou Aphrodidias. Sa réflexion sur les textes numériques devenus bien commun comme l’air qu’on respire et son appel à la convergence m’ont rappelé les idées d’Hervé le Crosnier, sans l’évocation inquiétante du contrôle de l’usage par les propriétaires des contenusSon appel – en conclusion- à la communauté scientifique de participer au web sémantique se voulait encourageant.

* Définition sur le dictionnaire en ligne Worldreference du verbe « to get over » : http://www.wordreference.com/enfr/to+Get+over

  1. traverser (stream, bridge); passer au-dessus de (wall);
  2. se remettre de (illness, shock); I can’t ~ over it (amazed) je n’en reviens pas;
  3. surmonter (problem);to ~ sth over with en finir avec qch.
Crédits photographiques :
Collection Adolph B. Rice Studio, février 1956, issu de la . Library of VirginiaNo known restrictions on publication. http://flickr.com/photos/library_of_virginia/2899334394/

Les outils du web 2.0 au service des documentalistes

Ouvrir un carnet sur Hypotheses.org c’était -entre autre- un moyen pour l’équipe de la phonothèque de la MMSH d’utiliser les outils du Web 2.O. En effet, la base de données en ligne de la phonothèque ne permet pas vraiment d’ouvrir un dialogue avec ses utilisateurs. Même si nombre d’internautes nous écrivent des courriels pour avoir des informations sur les archives sonores repérées dans la base (et certains mériteraient d’être publiés), il s’agit d’échanges privés.

Je m’égare… tout ça pour dire que pour gérer un fonds d’archives sonores il est utile de connaitre les outils du Web 2.0. Ces jours derniers, se sont déroulées à Sète les journées des professionnels de l’information scientifique et technique du CNRS, les FREDOC. Elles portaient sur « Le web collaboratif au service des documentalistes ». J’y suis intervenue dans un atelier sur la syndication de contenu et les outils de travail collaboratifs. Voilà le programme et le diaporama diffusé lors de cet atelier.

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès, Port de Sète depuis le cimetière marin (CC)

Une note en bas de la page :

La ville de Sète (Cette) est émouvante. D’abord à cause du poète Paul Valéry qui plane sur le cimetière marin :

« Le vent se lève! . . . il faut tenter de vivre!
L’air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs!
Envolez-vous, pages tout éblouies!
Rompez, vagues! Rompez d’eaux réjouies
Ce toit tranquille où picoraient des focs! »

Et puis à cause de son nom, longtemps resté sous forme d’adjectif démonstratif, comme l’a chanté Georges Brassens, amoureux un temps de Jeanne Martin, « patronyme qui fait pas tellement d’effet dans le bottin mondain. »