Archives de catégorie : Hommage

La phonothèque médaillée !

Très belle journée aujourd’hui pour l’équipe de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme puisque la voilà médaillée du Cristal du CNRS. Ghislaine Milliet-Bouquet et Jérémie Hessas , journalistes à France 3, ont réalisé à cette occasion un  reportage qui présente en quelques minutes notre travail quotidien…

 

 

Cette médaille est dédiée à tous ceux qui sont passés ou passent  à la phonothèque et à toutes les institutions qui soutiennent nos travaux par leurs financements ou par les plateformes mises en place : bien entendu, l’USR 3125 – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme -,  l’équipe de la médiathèque et les laboratoires de la MMSH, en particulier les UMR Iremam et Telemme, les laboratoires avec qui nous travaillons sur la question des archives sonores (le CREM au LESC, le CRESSON, l’INAMA, le LHARA),  la MSH de Nice et en particulier le LASMIC, l’ANR, le département culture & patrimoine scientifique d’AMU, l’ABES avec l’équipe de Calames, la TGIR Huma-Num et le réseau du Consortium des ethnologue, le réseau des Maisons des sciences de l’homme,  le CCSD avec la plateforme MediHAL, Hypotheses.org, le programme européen Europeana Sounds. À ces institutions d’enseignement et de recherche, s’ajoutent les associations, centres d’archives ou musées avec qui la phonothèque travaille avec cohérence pour que les fonds sonores s’enrichissent, soient mieux connus et utilisés par les chercheurs et la société civile. Eux aussi doivent être remerciés : l’association Paroles Vives, les Archives départementales des Bouches-du-Rhône et celles du Tarn, les Musées Arlaten et de Salagon.

Crédits photographiques : présentation des médaillés 2016 à la délégation Provence-Corse du CNRS (DR12), photographie de Jean-Christophe Peyssard, 27 octobre 2016, tous droits réservés.

Adieu Ustadh Souheil

Il y a un an, le 11 septembre 2015, Souheil Chebat, professeur de langue arabe à l’Institut Français du Proche-Orient, nous quittait. En mai 2010, il avait accepté d’enregistrer un entretien1, sur son expérience au sein de l’Institut dans le cadre d’un projet de recherche sur les archives de l’Institut. Ce billet est l’occasion de l’écouter encore une fois, et de lui rendre hommage.

Continuer la lecture de Adieu Ustadh Souheil

  1. L’entretien mené par Véronique Ginouvès et François Siino est conservé à la phonothèque et diffusé, avec l’accord de Souheil Chebat en ligne sur la base de la phonothèque sous le numéro d’enquête n°4042 []

Recette du mois : La fougasse du 15 août

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain. La recette de la semaine est celle de la fougasse du 15 août.

Dans notre métier de phonothécaire, une grande partie de notre temps de travail se passe à écouter des enquêtes de terrain enregistrées pour les cataloguer. Plongé dans l’analyse d’un corpus sonore parfois sur plusieurs semaines, la voix des témoins et des chercheurs font alors partie de notre environnement sonore quotidien, alors que les enquêtes sont souvent très anciennes. Ainsi en est-il des travaux menés par Nicole Coulomb et  Claudette Castell qui ont parcouru les Cévennes à la fin des années 1970 pour enregistrer des chansons, des contes, des jeux et des témoignages de la vie autrefois. La phonothèque est riche de plusieurs centaines d’heures qu’elles ont récoltées. Je voudrais ce mois ci, en hommage à  Claudette Castell,  décédée accidentellement en 2015, vous proposer d’écouter un extrait de l’enquête n° 390,  enregistré en 1979 à Altier (48880 Lozère), qui fait partie de leur corpus.

Voilà donc la recette:

Ingrédients :
½ paquet de levure de boulanger ou levain 30gr,
100g de sucre,
2 œufs, 40g de beurre,
¼ de verre de fleur d’oranger,
une pincée de sel,
250 g de farine blanche1.

Préparation :
Utiliser de la levure de boulanger ou faire son levain soi-même2.
Pétrir la farine, le beurre, 75g sucre, la moitié de la dose de l’eau de fleur d’oranger, le sel, la levure (l’autre moitié de l’eau de fleur d’oranger sera utilisée pour imbiber la fougasse et les 25g de sucre restant serviront à saupoudrer la fougasse à la fin de la cuisson). La pâte doit avoir la consistance de la pâte à pain (même un peu plus molle). Laisser lever une heure, en couvrant d’un saladier dans un endroit chaud, au bout d’une heure, repétrir.
Etaler une épaisseur de pâte de 2 cm environ, faire des entailles, couvrir, toujours avec un saladier pour éviter qu’en gonflant elle  se colle. Laisser lever toute une nuit.
Faire cuire à160° pendant 45mn (il faut la cuire doucement donc éventuellement baisser la température).
Sortir du four et arrosez de fleur d’oranger et saupoudrez de sucre  type cassonade de préférence.

Voilà pour clore ce billet un extrait sonore qui donne à entendre la voix – et le rire – de Claudette Castell alors qu’elle interroge une habitante d’un village près de Pont-de-Montvert, Madame Marthe Servières, avec Nicole Coulomb, à propos des récits de peur qui se disaient aux enfants au début du siècle dans les villages cévenols :

Crédits photographiques : Mathilde Bresc CC BY 2.0 FR

  1. bio ici, comme à mon habitude []
  2. Je procède ainsi pour fabriquer mon levain naturel : mélanger à parts égales farine de seigle et eau, et en laisser fermenter plusieurs jours avant de l’utiliser à raison de 30 à 60 % du poids de farine. Il suffit ensuite d’en conserver un peu et de lui redonner régulièrement eau et farine pour en avoir toujours à disposition, les ferments se multipliant à chaque fois que l’on « nourrit » le levain,  mais vous trouverez aisément des recettes en ligne, si le cœur vous en dit d’essayer []

Voyager sur les ailes d’une enquête

Finiels-Img1Lorsque j’étais enfant je regardais passer les avions. J’étais captivée par le fait que, là, derrière ce hublot si minuscule si loin de moi il y avait une autre personne bien réelle. Peut-être une petite fille comme moi, accompagnée d’une autre maman. Je me demandais si elle me verrait, ce qu’elle tenait à la main, quel était son jouet, la langue qu’elle parlait. Elle était là, sous mes yeux pendant quelques secondes. Au milieu de ces autres gens qui voyageaient avec elle, avec leur univers, leur vie, leur destin et leurs projets, leur passé. Tout cela me plongeait dans un rêve d’inconnu. Cet autre si proche de moi qui s’éloignait si vite me fascinait. Cette curiosité m’est restée, comme de connaître l’intime, le dévoiler pour le comprendre.

Fraissinet-de-Lozère_01La définition du voyeur dans le Littré ou le Larousse concerne un individu qui regarde, voit, assiste curieux mais sans participer. La démarche ethnographique s’en écarte du simple fait de l’échange qui se noue entre l’enquêteur et l’enquêté. Échange de confidences, de rires, d’humanité, de plaisirs, d’empathie comme en témoignent les enquêtes de Claudette Castell et Nicole Coulomb. Pendant leurs enquêtes, si elles se tiennent en retrait par souci de placer l’enquêté en posture principale, elles ne sont pas moins présentes, de toute leur humanité et de leur savoir être respectueux, curieux et attentif. Elles respectent leurs interlocuteurs jusque dans leurs restitutions fidèles et si vivantes. Ce que laissent ces enquêtes ? Au delà des connaissances culturelles sur un contexte, elles transmettent un formidable sentiment d’humanité commune. L’interviewé derrière la fenêtre n’est jamais le « sauvage » observé mais bien le « même », l’autre différent mais si proche, comme deux frères qui n’ont pas les mêmes yeux.

Marseille_Accoules

Ces deux dames ont connu, après leurs enquêtes ethnographiques, une carrière de documentaliste. Comme moi. Par souci de transmettre, de faire glisser le savoir d’une étagère à une oreille , disponible, au moment opportun.

Le_Pont-de-Montvert_02

Je ne sais toujours pas ce qui se cache derrière les fenêtres. Sauf certaines du quartier du Panier à Marseille ou des villages du Mont Lozère, grâce à mesdames Castell et Coulomb. Regardez ces images et laissez vous glisser vers cet univers, ce feu qui crépite ou ce grillon qui chante, tendez l’oreille vers ces voix parfois claires et bondissantes, parfois rugueuses, comme soufflées. Écoutez et rêvez. Merci mesdames pour cet infini voyage.

Marseille_Panier

Mes préférées :

La vie du quartier St Jean avant la guerre de 1939-1945

La vie du quartier du Panier par une femme d’origine italienne née à Marseille dans les années 1930

Chansons de l’enfance

Conversation autour des veillées et des chansons : La fille d’une riche

Souvenirs de la vie autrefois, la sociabilité et l’origine de certains contes par une ancienne agricultrice des Cévennes

Crédits photographiques : Entering Finiels, Photographer unknown Issues de Wikimedia, licence CC-BY-SA : Rue de Fraissinet-de-Lozère, Ancalagon, octobre 2008 ; Le Panier, à Marseille, Michiel1972, octobre 2009 ; Le Pont de Montvert, GIRAUD Patrick Août 2005 CC BY-SA ; Le Bazar du Panier, Georges Seguin, octobre 2013 CC BY-SA.

 

Hommage à Claudette Castell

Au début des années 1980 deux jeunes femmes arpentent les Cévennes pour collecter des musiques et des chansons de tradition orale – dans le sillage de Jean-Noël Pelen qui dix ans auparavant y avait collecté des contes. Elles soutiennent en 1983 une thèse de doctorat sur les Chansons et danses populaires du Mont Lozère1 au sein du département des « Langues et cultures régionales » où, à ce moment là, Jean-Claude Bouvier, Philippe Joutard et Jean-Noël Pelen proposent une réflexion méthodologique autour des ethnotextes. Toutes les deux participent à leurs travaux avec enthousiasme et une grande rigueur méthodologique.

Sur le mont Lozère, elles découvrent un monde humanisé, où la transmission orale demeure, où le chant traditionnel, le légendaire historique et le conte sont encore bien vivants. Les témoins leur transmettent facilement les récits de la vie quotidienne et ceux, plus folklorisés, de la littérature orale. Leur capacité d’écoute et l’empathie qu’elles développent avec eux leur font faire des découvertes inédites. Elles se lient d’amitié avec des chanteurs et des conteurs exceptionnels, en particulier Marcel et Marinette Volpilière, qu’elles vont publier. Soucieuses que la parole des cévenols soit conservée, elles déposent tous les enregistrements qu’elles ont réalisés dans la phonothèque originale créée au sein du CREHOP, le Centre de recherches sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux. Elles deviennent ensuite professeures documentalistes au sein de divers établissement d’enseignement, sans jamais perdre ni leur lien avec les Cévennes et le mont-Lozère où elles retournent régulièrement, ni avec la recherche par leur participation avec l’association Clair de Terre2.

Au fil du temps, leurs collectages sont toujours écoutés et repris par certains chanteurs traditionnels comme en juin dernier, lors des 8èmes rencontres chantées du Galeison3. En 2015, jeunes retraitées, indéfectiblement liées, elles décident de réaliser à deux une édition publiable de leur thèse. Elles retournent à la phonothèque où elles avaient déposé leurs archives sonores – devenue celle de la MMSH – récupérer une copie numérisée de leurs collectes et se mettent au travail : écouter à nouveau ces paroles et ces chants autour du mont Lozère, réécrire leur texte pour proposer une nouvelle édition dont l’association La Talvera sera l’éditeur.

Clo, La Targa, 1986_NEW

 

Mais la vie en a décidé autrement. Claudette Castell, qui avait une maison à Vialas où elle connaissait bien les lieux escarpés et dangereux de la montagne,  a oublié, juste un instant, la férocité de cette terre qu’elle aimait. Elle a fait une chute mortelle  dans le torrent de la Gourdouze qui coule à côté de sa maison le 27 août 2015.

La thèse écrite et retravaillée à quatre mains sera cependant publiée bientôt, et donnera l’occasion, à tous ceux qui l’aimaient, de retrouver Claudette.

Crédits photographiques : photographies de Claudette Castell prêtées par Nicole Coulomb, tous droits réservés.

  1. Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de Jean-Claude Bouvier) à l’université de Provence ((Devenue Aix-Marseille Université []
  2. L’association Clair de Terre a été créée en 1986. Son sous-titre définit bien son objet : Recherche et mise en valeur du patrimoine naturel et culture de la Provence et du Languedoc. Son but est de réunir des acteurs (des personnes agissantes) de la recherche, de la culture, de l’art, autour de la question du patrimoine, considéré non comme un entre-soi figé mais comme « des racines ouvertes sur un devenir ». L’association, inscrite par ses membres dans un territoire, n’a jamais porté aucun drapeau. Elle n’est pas non plus une association de recherche à proprement parler, puisqu’il s’agit d’ouvrir la recherche, de la sortir de l’enfermement institutionnel. Clair de Terre est avant tout un carrefour, un lieu de rencontre et d’échange dans la liberté de parole et dans l’expression d’une certaine sensibilité. Les membres actifs sont Jean-Noël Pelen, Nicole Coulomb, Julie Azoulay, Caroline Darroux, Florie Martel, Pierre Laurence, Anaïs Vaillant et Katia Fersing, la présidente actuelle []
  3. Plusieurs chanteurs issus de la musique traditionnelle ou acteurs d’associations sont venus consulter les archives de Nicole Coulomb et Claudette Castell à la phonothèque de la MMSH ou ont écouté les enregistrements liés à leurs publications pour les ré interpréter ensuite dans les bals ou leurs créations musicales. On peut citer ainsi Clément Gauthier et le groupe Tornamai, le duo Aïga Linda, la compagnie Beline… Si vous connaissez d’autres groupes, musiciens ou conteurs qui se réfèrent aux collectes de Nicole Coulomb et Claudette Castell, ce serait très précieux si vous pouviez en témoigner. []

Hommage à Abdelkader Rahmani

Abdelkader Rahmani, officier algérien de l’armée française s’est éteint à l’âge de 92 ans. Lieutenant de cavalerie blindée, chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire des Nations Unies. Pour avoir refusé de se battre contre ses frères pendant la guerre d’Algérie, il est emprisonné, puis verra son avenir professionnel réduit à néant. Une voix dissidente sur la guerre d’Algérie s’est tue. Ses témoignages peuvent être écoutés en ligne sur Ganoub,  la base de données de la phonothèque de la MMSH. Ils font partie de la collection Actes de refus civils et militaires dans la guerre d’Algérie (1954-1962) (12h), enregistrés par Hélène Bracco en 2007.

couvR

En 1956, Abdelkader Rahmani, entre en désobéissance, entraînant avec lui cinquante-deux autres officiers algériens. Ils écrivent au Président de la République, René Coty, exposant leur cas de conscience à aller combattre les leurs : “Nous avons rempli notre devoir de soldats sur tous les fronts où la France nous envoyait la défendre… Des officiers algériens continuent à servir la cause française face à leurs compatriotes, peut-être même face à leurs parents, et tombent au service de la France en Algérie… Nous ne pouvons plus supporter que notre pays soit à feu et à sang, que nos parents soient massacrés par des hommes portant un uniforme qui est aussi le nôtre. Régulièrement les bataillons nord-africains et leurs cadres sont envoyés en Afrique du Nord pour combattre leurs frères de sang, au risque de détruire leur village natal et peut-être même de mitrailler leurs femmes et leurs enfants… Peut-on refuser à un Algérien d’avoir un drame de conscience ?”

Le 1er mars 1957, il sort de forteresse, en transit pour la prison de Fresnes. Il vient d’être inculpé d’entreprise de démoralisation de l’armée. L’histoire de son refus, il l’écrira dans un livre paru au Seuil en 1959, saisi dès sa sortie : L’affaire des officiers algériens. Dès son enfance et son adolescence en Kabylie, il perçoit la discrimination à l’encontre des habitants non Européens. Après avoir fait l’école des officiers indigènes d’Algérie et de Tunisie (EOAT), il réussit à intégrer l’école d’officiers de Saumur, où il se bat pour imposer sa compétence d’officier  » nord-africain « , malgré les injustices dont sont victimes les militaires « indigènes ». En 1948, au moment de sa promotion au grade de sous-officier, le gouvernement lui fait rejeter la nationalité française. Il ne l’obtiendra à nouveau qu’en 1967.

Après son entrée en désobéissance, c’est la prison (sans avoir jamais été jugé), puis la résidence surveillée, et la punition : rétrogradé et placé en position de non activité par retrait d’emploi pendant quinze ans, huit mois et cinq jours. Après trente-trois années de présence dans l’armée, il se retire avec sa seule retraite de lieutenant, sans aucune réparation salariale, sans aucune compensation, aucune restitution de ses grades, ni indemnités, « à l’inverse des officiers de la torture, amnistiés, promus, généreusement gratifiés, pensionnés, blanchis » s’insurgera-t-il jusqu’au bout. Il est décédé le premier septembre 2015.

Hélène Bracco, Pour avoir dit non, actes de refus dans la guerre d’Algérie (1954-1962),  Paris-Méditerranée, 2003

 

Crédits photographiques : photographie « à la une » repérée dans l’article Bejaia : Un fort hommage à Abdelkader Rahmani, le père fondateur de l’académie berbère, publié sur El Goual, le 19 septembre 2015, pas d’indication de photographe ni d’utilisation. La photographie est prise par Bastien Idot à l’occasion d’un article publié le 5 novembre 2013 sur La nouvelle République sous le titre Le lieutenant Rahmani prêt à raconter sa guerre de Corée . Merci à Bastien Idot de nosu l’avoir indiqué.

Hommage : le rêve d’un voyage à Saint-Martin-Vésubie

Aujourd’hui, en écoutant Zéphirin Castellon interpréter Que Pantaig en 1990 au Col-de-la-Madone-de-Fenestre, j’ai fait le rêve d’un voyageur qui promenait librement à travers les montagnes de Vésubie :

Cote : D1452, plage 6 – Enquête n°1388

Crédits photographiques : Stefano Piemonte, Saint-Martin-Vésubie, licence CC BY-NC-SA 2.0

Hommage au professeur Pierre Chaulet

Le 5 octobre 2012 est décédé Pierre Chaulet, professeur de médecine à l’hôpital d’Alger et anticolonialiste, à l’âge de 82 ans. Il a reçu à Alger les funérailles nationales. Un hommage lui sera rendu le 17 janvier prochain au Centre culturel algérien à Paris (18h30). L’occasion de réunir des membres de la famille, certains de ses amis et collègues ainsi que des historiens.

Je l’ai rencontré en 1993 dans le cadre de la recherche universitaire que j’effectuais alors sur les européens restés vivre en Algérie après l’Indépendance. Une grande amitié professionnelle et personnelle est née à ce moment là. Pendant plus de vingt ans, il m’a accompagnée et soutenue dans ma recherche. Le 14 juin 2012 il présentait son livre à la médiathèque de Ganges Le choix de l’Algérie – Deux voix, une mémoire, écrit avec sa femme Claudine. Il m’avait autorisée à transmettre le témoignage de sa vie. Un de ses entretiens sur la question des accords d’Evian et de la nationalité a été précédemment diffusé sur Les carnets de la phonothèque. L’enregistrement présenté ici est le récit de son histoire, en partie transcrite dans mon ouvrage. Cet entretien est accompagné de la notice documentaire qui le décrit et restitue le contexte de l’enquête.

Mémoire d’un médecin engagé au côté du FLN dans l’indépendance de l’Algérie

N° d’enquête : 4014

Bracco, Hélène (enquêteur) ; Chaulet, Pierre (informateur) ; Bracco, Michel (interv.). Enregistré à Alger, 1993. 1 cass., 1h.

Pierre Chaulet est né en Algérie et y demeure toujours au moment de l’entretien. Ses grands-parents du côté maternel sont arrivés en Algérie, à Skikda, après avoir été ruinés par la crise du phylloxéra, et du côté paternel à Hussein Dey où son grand-père était Maréchal ferrant. L’informateur n’a pas fréquenté d’enfants arabes durant toutes sa scolarité puisqu’il a effectué ses études primaires et secondaires dans une école privée jésuite. La prise de conscience du nationalisme algérien durant ses années universitaires a été pour lui l’élément le plus important au regard de son rapport à la guerre d’Algérie. C’est ce qui lui a fait prendre conscience des inégalités sociales et épouser la cause algérienne. L’informateur rappelle le contexte géopolitique international de l’époque, témoignant ainsi de l’évolution du monde colonial. L’informateur estime que l’insurrection de 1954 était logique d’un point de vue historique et qu’elle impliquait de choisir son camp (indépendance ou colonialisme). Pierre Chaulet explique aussi cette insurrection par les nombreuses inégalités frappant le peuple algérien (double collège, vote d’un statut spécifique à l’Algérie). L’informateur présente les différents mouvements de revendications : les modérés comme Ferhat Abbas, les radicaux comme le MTLD et le PCA. Il précise que la presse et les discours politiques (François Mitterrand et Jacques Chevallier) détournaient les causes réelles de l’insurrection. Il présente ensuite les différentes organisations françaises en faveur de l’indépendance de l’Algérie ; les libéraux d’une part et les mouvements radicaux d’autres parts. L’activité politique de l’informateur a motivé son arrestation et son expulsion du territoire algérien. Après sa période de détention, il a repris ses activités en collaboration avec le FLN depuis Tunis pour préparer l’indépendance de l’Algérie. Il est rentré en Algérie en 1962. L’informateur conclut en présentant sa famille, notamment ses parents qui furent des militants et responsables syndicaux à la CFTC. Enfin il présente l’implantation de la CFTC en Algérie et le rôle qu’eurent les communistes libertaires et les anarchistes pendant la guerre d’Algérie. il a acquis la nationalité algérienne au titre de l’article 8 de la Constitution (participation à la lutte de Libération).

Crédits photographiques : Pierre Chaulet en 2013, collection privée, diffusée avec l’aimable autorisation de la famille.

 

Hélène Bracco,

historienne

Adieu à Marie-Rose Simoni-Aurembou

Marie-Rose Simoni-Aurembou ne fera plus raconter d’histoires aux habitants de l’Ile de France… Elle est partie le 3 août 2012. Linguiste, directrice émérite de recherche au CNRS, elle a participé à la création de l’association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) où elle a oeuvré sans relâche pour que les archives sonores trouvent leur place dans la recherche en science humaines et sociales. Nous garderons le souvenir de sa gaieté, de son élégance, de sa générosité et ferons tout pour maintenir l’énergie qu’elle mettait au service des récits, de la langue et de la mémoire des gens de peu.

Des extraits de ses enquêtes orales réalisées pour l’Atlas Linguistique et Ethnographique de l’Île-de-France, Orléanais, Perche, Touraine qu’elle a dirigé peuvent être consultées sur le site « Corpus de la parole » : http://corpusdelaparole.in2p3.fr

En illustration : un des ouvrages qu’elle a publié, ici avec sa mère Renée Aurembou institutrice dans l’Allier, décédée en 2006.

Hommage à Marceau Gast, portrait d’un honnête homme du 21e siècle

Les 14 et 15 mars 2011 ont contribué à garder vivante la mémoire de Marceau Gast mais ont aussi permis d’éclairer et de mieux faire connaître son travail scientifique comme son engagement social et éducatif. En réunissant les chercheurs et enseignants, anciens collaborateurs, de Marceau Gast mais aussi ses parents, ses amis, ses lecteurs ou des curieux, il s’agissait de donner corps à son œuvre. L’ambition était aussi d’ouvrir des pistes pour prolonger ses axes de recherche et conjurer l’embaumement patrimonial qui menace souvent après une journée d’hommage. Bien au contraire, la présence attentive et bienveillante de Madame Gast, avec celles de ses enfants et de son neveu, leur ont donné une force et une densité particulières. Hélène Claudot-Hawad et Salem Chaker ont réussi leur pari de permserraettre non seulement de (re)découvrir un chercheur, un homme et ses actions mais aussi d’envisager des projets sur le long terme autour de son oeuvre.

C’est avec une ferveur communicative que Luigi Serraont a ouvert les journées en évoquant le contexte intellectuel dans lequel Marceau Gast a développé ses recherches. Avec nous, il a retraversé les années et le désert du Sahara où il a souvent accompagné Marceau Gast. Il s’est souvenu des débuts de leur complicité scientifique et culturelle, liée à une discussion scientifique sur les gravures rupestres du Sud du Sahara. Une collaboration interdisciplinaire et internationale s’est alors mise en route, avec, dès le départ, la volonté de lutter contre les assauts violents portés à la culture de cette zone encore mal connue à cette époque. Le premier congrès international des civilisations méditerranéennes à Amalfi (1983) fut la réussite scientifique qui les souda pour les années à venir et régulièrement d’autres journées continuèrent d’être organisées, toujours dans cette dynamique. Il y eut ensuite un autre congrès sur la cité méditerranéenne – interrogeant la naissance et la vie d’une communauté saharienne – (Bari, 1988) puis un autre encore sur le multiculturalisme et le plurilinguisme dans le Maghreb arabe et berbère (Amalfi, 1995). Les intellectuels de la culture méditerranéenne y étaient toujours tous présents : Marc Bloch, Fernand Braudel, Gabriel Camps, Bruno Etienne, Pierre Galand… et Marceau Gast avec sa délicatesse, son enthousiasme et sa sagesse. C’est lui qui a permis, par ses échanges stimulants et toujours fructueux, de créer les différents programmes d’enseignement à l’université de Naples, L’Orientale où avait été ouverte la première chaire de berbère en 1917. Ainsi, afin de contextualiser au mieux l’étude des langues berbères a été créé une série d’enseignements comme « Epigraphique libyque berbère », « Dialectes berbères », « Civilisation antéislamique », « Histoire contemporaine de l’Afrique du nord berbère »., « Histoire et culture des peuples berbères », « Littérature orale et traditions populaires de l’Afrique du Nord ». Dans cet hommage où l’émotion lui donnait une éloquence inouïe, Luigi Serra s’est adressé à son collègue fidèle, curieux, stimulant, cet ami « terriblement moderne » qui n’allait plus nous quitter pendant deux jours.

Presque par hasard, Evelyne Simonin s’est passionnée de désert et plus précisément du Sahara, puis du personnage de Marceau Gast. Elle a voulu rencontrer cet homme dont elle entendait si souvent parler et décidé d’en écrire la biographie à partir d’entretiens enregistrés. Dans son intervention, elle a traduit pour l’occasion l’itinéraire de Marceau Gast en images depuis le domaine agricole de la Trappe jusqu’à son retour en France et ses terrains yéménites. Au-delà des informations biographiques cette intervention a suscité des questions archivistiques très intéressantes. Par exemple, les dessins des élèves de la « tente hutte école » que lui a confiés Marceau Gast et les textes des enfants, rédigés dans la mouvance de la pédagogie Freinet sont apparus comme de véritables archives ethnographiques qui mériteraient une conservation et une valorisation à part entière. Ensuite, les entretiens qu’Evelyne Simonin a enregistrés auprès du chercheur dans les années 2006-2009 sont également précieux parce qu’ils viennent croiser ceux d’Hélène Claudot-Hawad enregistrés en 1997-1998. Ils viennent aussi compléter notre compréhension de la construction de son histoire intellectuelle. Par ailleurs, les photographies qu’elle a montrées sont souvent venues en écho à l’intervention qui clôtura la journée. Là, Hélène Claudot-Hawad a insisté sur la place centrale de l’image dans la recherche de Marceau Gast qui, au-delà de la simple information, lui donnait toujours une fonction d’éclairage sur le geste, le procédé de fabrication, l’usage de l’objet.

Deux chercheurs algériens de l’ex CRAPE [Centre de recherches archéologiques, préhistoriques et ethnographiques] ont ensuite témoigné de la vitalité de la recherche scientifique dans ce laboratoire où a longtemps travaillé Marceau Gast. Slimane Hachi, directeur de l’actuel CNRPAH [Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques] a rappelé que son laboratoire avait publié tout récemment (2009) l’édition algérienne de Tikatoûtîn et il a présenté un documentaire restituant l’ambiance de la remise d’une partie de la bibliothèque scientifique de Marceau Gast à l’Algérie. Il a signalé que le CNRPAH vient de rassembler un mélange de ses articles, paru dans un ouvrage tiré à 1500 exemplaires tout en regrettant le manque de distributeur en France pour les livres publiés en Algérie. Malika Hachid a, elle, raconté une histoire qui aurait passionné Marceau Gast à qui elle a dédié son intervention, y associant ses professeurs disparus. Elle suggère que les petits hommes que l’on retrouve sur les peintures rupestres du Sahara central appartiennent au peuplement “assabat”, auquel se serait joint un flux de population plus tardif, chassé par la conquête ottomane. Sa recherche s’appuie sur la méthodologie que Gabriel Camps et Marceau Gast ont impulsée : une comparaison des gravures, des objets ethnologiques, des dessins et des récits des voyageurs du 19e siècle.

Plusieurs chercheurs se sont ensuite succédé, présentant les démarches et les collaborations tissées avec Marceau Gast au fil du temps. Philippe Lefevbre-Witier, médecin anthropologue généticien, a rencontré Marceau Gast dès 1965. Une collaboration amicale et fidèle en est issue, en particulier sur les programmes de recherche sur la parenté dans les communautés pastorales et rurales touarègues du Sahara central. Tatiana Ben Fougal a présenté, à partir de l’exemple des nattes de paille, l’intérêt du travail de Marceau Gast concernant la culture matérielle. Elle est revenue sur son travail de rédaction de notices pour le Musée du Bardo à Alger dès 1959 puis son entrée au Musée de l’Homme à Paris auquel il sera lié pendant 40 ans en démontrant combien les objets ethnographiques étaient pour lui des médiateurs entre la société et les hommes qui lui permettaient de remonter dans le temps. Ce fut aussi l’occasion de revenir sur la longue collaboration que Marceau Gast eut avec Dominique Champeau, chercheure qui marqua son parcours et pour laquelle il rédigea un livret d’hommage à sa mort. Narjys El Alaoui partit, elle, d’une anecdote d’un lézard prisonnier sous un couscoussier, pour évoquer cet animal en un hommage à l’ethnologue si attentif au milieu naturel. Sophie Ferchiou raconta combien la présence de Marceau Gast avait été importante pour elle quand, venue de Tunisie en 1970 pour écrire sa thèse, il s’est intéressé à son sujet, l’a réconfortée et soutenue avec une grande générosité. Hélène Claudot-Hawad clôtura la journée en évoquant les recherches menées sur la parenté chez les Touaregs et le déroulement des enquêtes sur les généalogies, les alliances et la transmission des biens et des pouvoirs. A ce moment, l’assemblée avait l’impression de bien connaître ce savant enthousiaste et curieux, et d’avoir partagé ces moments de convivialité avec ses étudiants à qui il transmettait son désir d’apprendre et de transmettre.

Jorge Onrubia Pintado, préhistorien à l’université de Castille–La-Manche, présidait la matinée du 15 mars, redoutablement émouvante. En effet, Madame Camps, accompagnée de sa fille, a rejoint l’assemblée et la famille Gast dans la matinée pour écouter les conférenciers,   en souvenir de cette amitié scientifique qui a si longtemps lié Marcau Gast et Gabriel Camps. Un lien qui explique certainement le fort tropisme préhistorique que l’on a retrouvé dans les interventions de cet hommage.

Pierre Augier a tout d’abord présenté une nouvelle facette de Marceau Gast, celle de l’ethnomusicologue. Au-delà de son récit de leur étude de la musique touarègue, riche en anecdotes depuis leur rencontre à Alger en 1967, il a évoqué l’intuition scientifique de son ami en rappelant le Colloque international d’imzad de 2005 où Marceau Gast avait fait une communication brève mais très importante (Sauver l’imzad et son contexte en pays touareg) dans laquelle il traçait un véritable programme de recherche sur cet instrument. François Borel, nous a fait la surprise de nous permettre d’entendre Marceau Gast parler du Sahara à des élèves d’une classe d’enfants en Suisse. Je remercie au passage François Borel d’avoir déposé à la phonothèque de la MMSH une copie numérique de cette bande de 40 minutes qui viendra compléter les archives sonores de Marceau Gast. L’enregistrement a été réalisé par son ami Pierre Guérin dans le cadre de l’Ecole de Plein Air à Chanteloup où se pratiquait la pédagogie Freinet. On y entend l’ethnologue qui répond aux questions des enfants sur les marques des voitures qui roulent dans le désert, les chameaux, l’oued ou les gazelles… Thierry Tillet, préhistorien à l’université de Grenoble, a rappelé les missions Berliet « Ténéré Tchad » et leur impact archéologique.

Puis l’équipe de la phonothèque de la MMSH a présenté le fonds sonore de Marceau Gast. Celui-ci avait choisi d’y déposer la totalité de ses enregistrements de terrain, après avoir longuement discuté de la méthodologie mise en œuvre par la phonothèque. Soucieux de la transmission de ses enregistrements il avait signé au moment de son dépôt un contrat précisant les droits d’utilisation et de diffusion de ces archives. Ce fonds est désormais entièrement numérisé et en partie traité (pour ce qui concerne le Yémen, le Queyras et les enregistrements de colloques) et intégré à la base de données d’archives scientifiques de la phonothèque accessible en ligne (http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr). Il reste encore à réaliser l’analyse des enquêtes de terrain de la partie sur le Sud du Sahara. Pour cela il est nécessaire que la MMSH trouve des financements propres permettant en particulier d’engager un catalogueur formé aux méthodes des sciences humaine et sociales et capable de comprendre à la fois l’arabe et le tamahaq.

Nicole Gast-Fabregas sa fille et Jean-Marie Jacono son neveu, ont réalisé un exercice difficile, celui d’évoquer la relation entre espace familial et espace de recherche. S’appuyant sur une méthodologie académique en trois points, Jean-Marie Jacono a su entrer dans le monde de l’intime avec légèreté et précision. Selon lui, l’ancrage de cette vie familiale imbriquée dans la vie du chercheur prend naissance dans cette enfance au cœur du système colonial, dans une famille qui avait la volonté de sortir du cadre figé du colonialisme. C’est ainsi que Marceau Gast apprit très tôt l’arabe à l’école coranique et que dans sa maison familiale, les invités étaient aussi des Algériens. Il a ensuite analysé l’imbrication entre espace public et familial que vivait Marceau Gast, créant un cadre de sociabilité semblable à celui du Maghreb. Sa maison était ouverte à tous parents et amis, de façon non hiérarchisée et toujours avec les acteurs de la recherche, en lien avec les activités de la recherche. Sa conception du cadre familial était à l’image du campement saharien où les visiteurs sont toujours bienvenus : parents et amis sur le même plan. Cette façon de vivre, cette auberge où tout est huilé, ne fonctionne que grâce à son épouse qui est le pilier dans la durée de cette vie familiale. C’est elle qui propose à tous, et sans relâche, une cuisine mixte, maghrébine et européenne : Jean-Marie Janono dans un clin œil utilise le terme de  « Gasthaus »1.

Car enfin, l’espace familial est complètement imbriqué au terrain de sa recherche. La maison est à la fois un espace de travail, un lieu d’expérimentation, un espace de convivialité où des chercheurs d’origines différentes se retrouvent avec la famille, un espace de transit et d’accueil de ceux qui circulent vers le Sud. Jean-Marie Jacono laisse aussi deviner que la dimension patriarcale devait être très forte. Sa fille, non sans humour, rappelle la réalité de cette façon de vivre qui mêlait si étroitement vie familiale et recherche car de retour du terrain, le père faisait expérimenter à la famille les goûts, les gestes, les usages. Il fallait moudre le blé sur les meules sahariennes, manger de l’orge perlé, du fenouil grec ou du blé concassé, de la chèvre et de la bouillie de mil.

Salem Chaker a clos cette matinée en rappelant l’apport de Marceau Gast pour L’Encyclopédie berbère et plus largement pour la connaissance des mondes berbères. A lui seul, il représente 5% de l’écriture de l’encyclopédie à travers 30 articles sur les 32 fascicules qui ont été édités depuis décembre 1984. Un engagement continu mais aussi une qualité scientifique toujours égale dans une volonté de complétude et d’insertion pluridisciplinaire des objets qu’il décrivait en valorisant leur statut culturel et social.

Les institutions ont été sensibles à la nécessité de valoriser la mémoire de Marceau Gast : la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et l’université de Provence ont largement soutenu l’organisation de cette journée (Denis Bertin, VP Recherche de l’université était présent). Les textes de cette journée et demie seront également bientôt publiés.  Mais au-delà, se sont dessinés des axes de recherche qui laissent imaginer la poursuite de ses travaux. La mise à disposition de ses archives et la revisite de ses terrains, en particulier, permettent d’envisager de nombreux projets. Et puis son expérience de pédagogue domine, laissant les traces d’un homme capable de dialoguer avec tous efficacement. Une façon d’être qui a de nombreuses fois été reliée par les participants à son implication dans la pédagogie Freinet et à une question qu’il posait sans cesse, et qu’on oublie trop souvent de poser : à quoi ça sert ?

Lors des journées dédiées à Marceau Gast, Gisèle Seimandi a lu une poésie écrite en son hommage qu’elle m’a aimablement autorisée à reproduire ici.


Merci pour leurs relectures et leurs corrections à Pierre Augier, François Borel, Hélène Claudot-Hawad et Laure Principaud, Gisèle Seimandi. Merci également à Pierre Augier d’avoir retravaillé qualitativement une partie des photographies affichées dans ce billet.

Crédits photographiques : portrait de Marceau Gast : photographie de famille – Images de la journée : Véronique Ginouvès.



  1. En langue allemande, Gasthaus signifie « auberge », le terme est construit sur « la maison (Haus) des hôtes (Gast) » http://en.wikipedia.org/wiki/Gasthaus []