Archives de catégorie : Journée d’étude

Vamos a hacer memoria : quelques images du symposium, des 22-25 septembre 2009 (Bogotá, Colombie)

Vamos a hacer memoria : entrée du symposium, Calle 24 No. 5-60
Vamos a hacer memoria : entrée du symposium, Calle 24 No. 5-60 (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Ana Roda Fornaguera, Directrice de la bibliothèque nationale de Colombie
Ana Roda Fornaguera, Directrice de la bibliothèque nationale de Colombie : Présentation de la proposition de politique et du plan sur le patrimoine bibliographique de la BNE (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Ana Roda Fornaguera et Myriam Marin, présentent les collections de la BNE et la politique à venir
Ana Roda Fornaguera et Myriam Marin, présentent les collections de la BNE et la politique à venir (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions pendant les pauses su Symposium (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions pendant les pauses du Symposium (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Intervention d'Isabel Gomez-Ayala : Marco constitucional, legal y plan sobre patrimonio bibliográfico (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Isabel Gomez-Ayala : Marco constitucional, legal y plan sobre patrimonio bibliográfico (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Maritza Ayuni et Myriam Echeverri étudient les questions du public (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Maritza Ayuni et Myriam Echeverri étudient les questions du public (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause aromatique aux multiples fruits (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause aromatique aux multiples fruits (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Exposition photographique dans le hall de la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Exposition photographique dans le hall de la Bibliothèque nationale de Colombie : Quilombolas, tradiciones y cultura de la resistencia, Fotografia de André Cypriano (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d'Isabel Garcia-Longe  : Catalogo collectivo  bibliográfico español (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Isabel Garcia-Longe : Catalogo collectivo bibliográfico español (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions sur le patrimoine bibliographique (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions sur le patrimoine bibliographique (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Ana Tironi (Biblioteca nacional del Chile) et Emir Suaiden (Instituto Brasilero de investigación Científica y Tecnológica) - 22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie
Ana Tironi (Biblioteca nacional del Chile) et Emir Suaiden (Instituto Brasilero de investigación Científica y Tecnológica) – 22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie
Une participante au symposium "Vamos a hacer memoria" (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Une participante au symposium « Vamos a hacer memoria » (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause dans les jardins de la BNC Participante au symposium "Vamos a hacer memoria" (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause dans les jardins de la BNC Participante au symposium « Vamos a hacer memoria » (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d'Aquiles Alencar-Brayner : Recuperación del patrimonio bibliográfico latino américano  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Aquiles Alencar-Brayner : Recuperación del patrimonio bibliográfico latino américano (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Participants au symposium "Vamos a hacer memoria", au premier plan la directrice de la bibliothèque d'Antioche, Gloria Inés Palomino Londoño (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Participants au symposium « Vamos a hacer memoria », au premier plan la directrice de la bibliothèque d’Antioche, Gloria Inés Palomino Londoño (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Jaime Quevedo, directeur du centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Jaime Quevedo, directeur du centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Le centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Le centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Crédits photographiques : Véronique Ginoouvès.

Vamos a hacer memoria : pourquoi et comment conserver les documents analogiques dans un monde numérique ?

3978045587_474076eafd_b

Lors du symposium Vamos a hacer memoria, l’intervention d’Arsenio Sanchez a posé des questions bien intéressantes à un moment où les bibliothèques deviennent virtuelles. Arsenio Sanchez est restaurateur d’ouvrages anciens à la bibliothèque nationale d’Espagne ;  il a d’abord présenté son métier, avec humour et précision, puis les missions et les objectifs des professionnels de la restauration au sein des bibliothèques nationales.

Un historique rapide des évènements essentiels du 20e siècle dans le domaine a plongé d’emblée le public dans les questionnements que posent la restauration des ouvrages. Ces questions sont toutes récentes, puisqu’elles ne se sont posées à partir de 1966, après l’inondation de Florence. Ce dramatique événement, considéré comme « la plus grande catastrophe culturelle en temps de paix », a sonné une alarme internationale. Les institutions culturelles ont tout à coup pris conscience de la nécessité de mettre en place des procédures pour conserver des documents qui semblaient jusqu’ici immortels. Le métier de restaurateur était alors occulte…  Les responsables de collections étaient plustôt paniqués par la conservation des documents plus récents, dits en « papier acide ». C’est Willian Barrow qui avait, par ses publications dès 1933, lancé cette terreur de la conservation des ouvrages publiés à partir de 1890 dont les pages avaient été blanchies à l’acide sulfurique. En somme, ouvrage anciens ou récents, tous menaçaient de disparaître rapidement. Un peu comme l’image des peintures romaines qui s’effacent dans Fellini Roma, lorsque les travaux du métro font entrer de l’air dans ces espaces jusqu’ici préservés. Mais le 20e siècle étant celui des solutions et des panacées, en 1980 l’apparition du microfilm et la systématisation du microfilmage semblait pouvoir sauver tous ces ouvrages en péril.

L’alarme de Florence a porté ses fruits. Dès 1986, l’IFLA lance le PAC (Preservation And Conservation) et place les projecteurs sur le métier de restaurateur. Leur âge d’or peut commencer. Les laboratoires se créent, les techniques – jusqu’ici orales – sont couchées par écrit, le lexique commence à s’établir. Il est question de « conservation préventive », « conservation passive », « gestion de fonds », « industrialisation de la conservation », « changement de format »… Mais il fallait compter avec le bibliothécaire homo catalogus, à qui les fonctions de restauration ou de  conservation  paraissent bien moins intéressantes que la déclamation du format MARC,  savoir indiquer un titre parallèle ou un nom de collectivité. Aussi, malgré les grands plans stratégiques de planification, la restauration des  ouvrages n’est pas en expansion  à l’aube du 21e siècle et ce ne sont pas les panacées des années 1980 qui ont permis de trouver des solutions.

  • D’abord l’utilisation du microfilm n’a pas été si satisfaisante. Certains documents, microfilmés dans les années 1980, sont aujourd’hui illisibles. Arsenio Sanchez a mené plusieurs expertises dans des pays hispanophones comme dans les Balkans et il s’est souvent trouvé face à ce type de situations. L’Etat soviétique a diffusé par exemple de nombreuses machines à microfilmer à travers les « pays amis ». Aujourd’hui, les documents ne sont lisibles que sur des machines qui ont de plus en plus de mal à fonctionner et que personne ne sait réparer.
  • Il faut l’accepter, la restauration des ouvrages est lente, chère et difficle à programmer sur la durée. Quoi qu’il en soit, il s’agit toujours d’un travail manuel et un restaurateur ne pourra jamais restaurer plus de 300 à 500 livres par an…
  • Car les processus massifs ne peuvent être soutenus. Arsenio Sanchez nous a parlé d’une machine ahurissante qui permettait de plastifier des manuscrits… les démantelant par la même occasion. Clin d’oeil, lorsque nous avons visité l’Archivo General de la Nacion, une de ces machines trônait dans le laboratoire de conservation, offerte par l’Etat Espagnol dans les années 1990. « Elle n’a jamais servi » nous assureront les restauratrices de l’Archive.
  • D’autant que le contrôle de la température et de l’hygrométrie n’est pas une chose si simple… les anecdotes regorgent là encore.
  • Nous avons évoqué la fulgurante angoisse de la fin du 20e siècle : les documents publiés avant 1890 sont tout aussi fragiles que ceux fabriqués en papier acide.
  • Enfin, la numérisation des documents doit aller au-delà du simple acte technique si elle veut pouvoir se présenter comme le sauveur de document originaux qui s’étiolent. La numérisation implique une perte de contact direct avec le créateur du document comme avec sa matière. Le lecteur du livre numérique entre dans un système unique qui le place avant tout comme un consommateur. Et puis surtout, Arsenio Sanchez y est revenu à plusieurs reprises, les technologies sont dangeureuses quand les transferts ne sont pas prévus.

En somme, tant que l’Etat ne prend pas en compte la question de la conservation rien ne peut être entrepris. Il ne faut pas perdre de vue que l’objectif de cette conservation est bien l’accès final à l’information. Aussi un plan de conservation doit pouvoir intégrer plusieurs éléments :

  • Intégrer la conservation dans le contexte de la bibliothèque, en fonction de ses objectifs ;
  • Proposer une formation adaptée au personnel acteur dans la bibliothèque et pas seulement au personnel des hautes sphères qui n’a pas à faire directement avec la manipulation des ouvrages ;
  • Créer un département bien organisé et coordonné avec l’ensemble des services ;
  • Avoir une connaissance exhaustive du fonds de la bibliothèque ;
  • Avoir une connaissance exhaustive du média ;
  • Et surtout, il faut que que le plan proposé puisse être tenu, car on l’oublie trop souvent, il ne sert à rien de se donner des objectifs inatteignables…

Toutes ces questions de conservation et de restauration interrogent l’archiviste du son qui lui aussi se trouve à traiter ses documents de façon lente et complexe, avec des formats multiples. Le phonothécaire occupe lui aussi un métier occulte mais il peut bénéficier de toutes ces expéricences pour permettre à l’archive orale d’être mieux connue et s’ancrer dans les pratiques de recherche des usagers.

Le diaporama de la conférence d’Arsenio Sanchez.

Crédit photographique : Arsenio Sanchez visite l’Archivo General de la Nación de Colombie, à Bogota en septembre 2009, Véronique Ginouvès.

Vamos a hacer memoria : la violence fait-elle partie du patrimoine ?

mc0007660

Le symposium sur le patrimoine bibliographique qui s’est déroulé du 22 au 25 septembre à Bogotá a été l’occasion pour la bibliothèque nationale de Colombie de créer des réseaux dans le pays, mettre en place des collaborations internationales, recueillir des idées pour établir son plan stratégique décennal.  Si le sujet vous intéresse, vous pouvez d’ailleurs participer à l’écriture de ce plan en inscrivant vos propositions sur le forum créé pour l’occasion. Les conférences qui se sont succédées présentaient de nombreux exemples de réalisations en Amérique Latine (Brésil, Chili, Mexique), en Europe  (Espagne, Grande-Bretagne, France) et en Colombie (bibliothèque nationale, départementales, communales, bibliothèques d’universités privées ou encore bibliothèques du réseau de la Banque de la République de Colombie).

La table-ronde du jeudi portait sur la définition du terme « patrimoine ». Angela Perez, sous-directrice de la grande bibliothèque Luis Ángel Arango financée par la banque de la République de Colombie, en était la modératrice. Aquiles Alencar-Brayner, conservateur des collections latino américaines à la British Library, a lancé un débat plutôt brûlant : la notion de patrimoine est vaste, elle couvre de nombreux domaines mais il en est un qu’il ne faudrait pas oublier, celui de la violence et de l’interdit. Les traces des manifestations culturelles qui vont à l’encontre de l’Etat  ou du pouvoir doivent aussi être conservées dans les bibliothèques ou les centres de documentation.  Il a donné deux  exemples, un en Amérique Latine, l’autre en Europe. Au Brésil, la musique funk des rues brésiliennes est interdite de diffusion par l’Etat parce qu’elle est jugée trop violente. Aujourd’hui cette musique est vivante et témoigne de la vie quotidienne des favellas. Mais pourquoi ne pas en conserver un témoignage dans les institutions culturelles brésiliennes ?  Plus près de chez nous, il a rappelé cette récente polémique qui a eu lieu en Grande-Bretagne. En septembre 2008, l’organisme chargé de valider les examens dans l’enseignement secondaire a supprimé du programme des lycéens un poème intitulé Education for leisure exigeant même des enseignants qu’ils détruisent les anthologies dans lequel il figurait. Ce poème avait été écrit plusieurs années auparavant par une jeune fille de 14 ans, Carol Ann Duffy, intronisée le 1er mai dernier « Poet Laureate » des dix prochaines années.

Education for leisure

Today I am going to kill something. Anything.
I have had enough of being ignored and today
I am going to play God. It is an ordinary day,
a sort of grey with boredom stirring in the streets
I squash a fly against the window with my thumb.
We did that at school. Shakespeare. It was in
another language and now the fly is in another language.
I breathe out talent on the glass to write my name.
I am a genius. I could be anything at all, with half
the chance. But today I am going to change the world.
Something’s world. The cat avoids me. The cat
knows I am a genius, and has hidden itself.
I pour the goldfish down the bog. I pull the chain.
I see that it is good. The budgie is panicking.
Once a fortnight, I walk the two miles into town.
For signing on. They don’t appreciate my autograph.
There is nothing left to kill. I dial the radio
and tell the man he’s talking to a superstar.
He cuts me off. I get our bread-knife and go out.
The pavements glitter suddenly. I touch your arm.

Carol Ann Duffy

Je ne connaissais pas ce poème, mais je l’ai aimé et il m’a donné une furieuse envie de mieux connaître l’oeuvre de Carol Ann Duffy. Sa lecture  ne peut effectivement que faire réfléchir sur le sens de l’interdit et les choix que les bibliothèques et les musées doivent faire pour la conservation d’un patrimoine « national ». Cette question est cruciale en Amérique Latine qui a traversé depuis les années 1950 des séries de régimes autoritaires. Elle est affrontée de différentes façons par les institutions culturelles et par les citoyens.

Lors du 13e  congrès international d’histoire orale à Rome en 2004, en conclusion des journées, Estella Carlotto, ancienne « folle de la place de mai« , est venue y raconter son histoire. Dans les années 1970 elle a été la grand-mère d’un enfant qu’elle n’a pas encore pu rencontrer. Auparavant elle était mère d’une fille engagée dans la lutte politique, arrêtée,  torturée alors qu’elle était enceinte, puis assassinée une fois son enfant mis au monde.  « L’aguela »  a raconté comment elle a créé avec d’autres  grand-mères, des archives sonores d’un nouveau genre, des archives où des grands-parents racontent la vie de leurs enfants, l’amour qu’ils ont pu leur porter, et l’amour que ceux-ci auraient porté à leurs propres enfants s’ils avaient pu les élever.  Avec ces enregistrements est aussi consigné un peu du  sang des grands-parents. Ceux qui ont des doutes sur leur origines peuvent ainsi confronter leur ADN.  Cette base de données qui a pour nom « Tesoro » a permis de retrouver déjà une centaine d’enfants, devenus des adultes, qui avaient été adoptés par des militaires.

Crédits photographiques : Bibliothèque nationale du Chili : « Memoria chilena para chiegos » : Images du parti socialiste du Chili (1963-2000) : le train de la liberté, candidature de Salvador Allende (1958), pas de restriction de droit signalée. http://www.memoriachilena.cl/iniciativas/ciegos.asp

Ecouter Carol Ann Duffy sur la BBC : http://www.bbc.co.uk/poetryseason/poets/carol_ann_duffy.shtml

Vamos a hacer memoria : symposium national sur le patrimoine bibliographique (Bogotà, septembre 2009)

vamos-a-hacer-memoriaDu 22 au 25 septembre 2009 à Bogotà se tiendra le premier symposium national sur le patrimoine bibliographique organisé par le Ministère de la Culture et la Bibliothèque nationale de Colombie. Cette réunion voudrait être la première d’une série à venir, sous le titre « Vamos a hacer memoria ». L’objectif est de mettre en marche un processus destiné aux bibliothèques de Colombie pour les aider à valoriser, cataloguer et conserver le patrimoine bibliographique colombien qu’il s’agisse de textes, d’images ou de sons. Le réseau, solide et déjà ancien, des bibliothèques départementales de Colombie sera l’un des partenaires central de ce symposium pour rappeler la multiplicité des cultures et des langues dans le pays.

Depuis 2005, la phonothèque de la MMSH travaille en collaboration avec un réseau andin constitué d’ethnomusicologues, d’anthropologues, d’archivistes, de biblitohécaires et de médiateurs culturels qui se préoccupent de la valorisation des archives sonores et audiovisuelles enregistrées sur le terrain. Ce groupe a pris pour nom, CASAE : Comité operativo de Censo y valoración de los Archivos Sonoros y Audiovisuales Etnográficos inéditos grabados en los paises andinos. C’est dans la continuité de ce projet qu’elle a été invitée à intervenir lors de ces journées sur le thème : Hacer visible lo inédito, una experiencia de recuperación de lo sonoro.

Le programmehttp://www.bibliotecanacional.gov.co/recursos_user/digitalizados/Programa.pdf

Les conférenciers : l’écrivain, Fernando Báez, ancien directeur de la Bibliothèque Nationale du Vénézuela ; Rosa María Fernández, présidente du Comité Mexicano Memoria del Mundo, et chercheur à l’UNAM (México) ; Emir Suaiden, directeur de l’Instituto Brasilero de Investigación Científica y Tecnológica (IBICT) ;  Isabel Moyano et Arsenio Sánchez, Bibliothèque Nationale d’Espagne ;  María Jesús López, direction générale du livre, des archives et des bibliothèque, Ministère de la Culture d’Espagne ; Aquiles Alencar-Brayner, département des collections latino-américaines, British Library ; Véronique Ginouvès, ingénieure de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), France ;  Ana Tironi, directrice de la bibliothèque nationale du Chili  ; Ana Roda Fornaguera, ddirectrice de la bibliothèque nationale de Colombie ; Margarita Garrido,directrice de la bibliothèque Luis Ángel Arango ; Angela María Pérez, Subgerente Cultural Banco de la República ; Jaime Quevedo Urrea, coordinateur du Centro de Documentación Musical de la bibliothèque nationale de Colombie ; lhistorien et l »écrivain Jorge Orlando Melo ;  Edgar Allan Delgado Fuentes, coordinateur du processus technique de la bibliothèque nationale de Colombie.

Prague 2010 : congrès de l’association internationale d’histoire orale

2387159031_6638cf8a20Le congrès de l’association internationale d’histoire orale a lieu tous les deux ans. L’année prochaine il se tiendra à Prague et j’espère que la communauté française sera représentée car les grands acteurs du monde de l’histoire orale aujourd’hui se trouvent principalement dans le monde anglo-saxon et hispanique. Alors pour modifier un peu ce paysage, j’encourage les francophones qui ont des recherches en cours dans le domaine de l’histoire orale à venir les présenter. Le thème général du congrès est vraiment très large :  Between Past and Future: Oral History, Memory and Meaning… Vous pouvez effectuer votre proposition d’intervention directement en ligne jusqu’au 6 septembre 2009 (la date a été prolongé le 15 juillet).

A l’année prochaine, à Prague !

Crédit photographique : Guerre des Balkans, 1942, Les immigrants grecs quittent New-York, Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA, George Grantham Bain Collection, pas de restriction connue de publication. Permalien : http://hdl.loc.gov/loc.pnp/ggbain.10828

Journée d’étude : Mémoires d’Algérie. La parole et l’image, quel sens pour l’histoire ?

alger

Plusieurs questions sur le patrimoine oral et audiovisuel seront abordées dans le cadre du prochain séminaire de l’ANR Imasud. Cette journée d’études se tiendra mercredi 10 juin 2009 de 9h30 à 17h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Salle Georges Duby).

alger2Maryline Crivello, porteuse du programme Imasud introduira les journées. Vous pourrez ensuite découvrir des  extraits d’un entretien filmé réalisé par Karima Dirèche (titre de l’intervention : Souvenirs et représentations d’un juif d’Oran. De quelle Algérie parle-t-on ?) puis des extraits d’une pièce de théâtre, écrite et interprétée par la troupe marseillaise « Théâtre et société », présentée par Chloé Rondeleux et Marie Favereau, en présence des acteurs  (titre de l’intervention : Du théâtre à l’histoire. La Révolution des Chibanis). L’après-midi, Dionigi Albera nous présentera des extraits de son documentaire sur « La vierge d’Oran et la mosquée d’Abraham » (titre de l’intervention : Au prisme du religieux. Le pèlerinage à la vierge d’Oran à Nîmes), Claude Bossion autour du projet « Mémoires partagées » visionnera des extraits de films amateurs et Véronique Ginouvès détaillera les collections de la Phonothèque de la MMSH sur l’Algérie (titre de l’intervention : Paroles d’Algériens. Les archives orales entre demande sociale et usages scientifiques) en présentant des extraits de récit de vie.

Crédits photographiques :

Boulevard de la République à Alger, 29 juin 1904, carte postale, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3363401530/

Rue Randon à Alger,prise de vue autour de 1920, L.V.S. Aqua Photo LV&C, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583233/

Ces images ont été utilisées dans l’exposition « Walls of Algiers : narratives of the City » du Musée Getty http://www.getty.edu/art/exhibitions/algiers/index.html

Pas de restriction de diffusion connue.

« Le temps des cigales  » : rencontres nationales des bibliothécaires musicaux 2009

Du 23 au 25 mars à Paris, auront lieu les rencontres nationales des bibliothécaires musicaux organisées par l’association pour la coopération des professionnels de l’information musicale (ACIM). Elles se dérouleront à la Bibliothèque nationale de France et à la Cité de la musique qui co-organisent l’évènement avec l’association des bibliothécaires français (ABF).

Cette année, la thématique est celle du partage et de la mutualisation. Le programme file la métaphore des cigales, inspirée par Bernard Maris dans son Antimanuel d’économie publié en 2003 aux éditions Bréal (Vol. 1 « Les Fourmis »vol. 2 « Les cigales »). Pour donner le la, un extrait de l’ouvrage est mis en exergue en présentation du programme :

L’information semble être un ’ bien ’, une dimension de l’humanité, inépuisable, non polluante et susceptible de croître à l’infini. Elle peut être fournie par les uns sans qu’ils s’appauvrissent, chose qui est inadmissible pour l’économie de marché, fondée sur la rareté et l’exclusion. Elle recèle l’abondance et la propriété collective…

Une bien belle idée qui annonce aussi le printemps…

Pendant ces trois jours vous pourrez découvrir (entre autrs choses) le dépôt légal de l’internet musical, l’offre sonore sur Gallica2, une enquête sur les collections de 78 tours en France, le portail de la cité de la musique ou la base de données de l’IRMA (centre d’information et de ressources spécialisé pour les musiques actuelles) et visiter de nombreuses bibliothèques musicales parisiennes.

Crédit photographique : « Egypte », 1860-1920. The New York Public Library. Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs.  http://digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?88466 (pas de restriction de publication connue).

Rêvons l’université

A un moment où les réformes du gouvernement proposent une vision utilitariste et réductrice du rôle de l’université et de la recherche dans la société, où le CNRS est en train d’être démantelé, le mouvement Rêvons l’Université propose un marathon des savoirs sur le site Saint-Charles de l’Université de Provence à Marseille. Pendant 48 heures, des séries de conférences, de films et de débats ouverts à tous seront proposés toutes les heures de 8h à 22h. Chercheurs, enseignants-chercheurs ou ingénieurs de la recherche viendront vous parle de thèmes allant de zététique, aux émotions au Moyen-Age en passant par les neurosciences ou l’histoire de l’Afrique. Pendant 48 heures, laissez vous porter par la curiosité, le désir d’apprendre et de transmettre, sans contraintes. Bienvenue à l’utopie pendant trois jours, n’hésitez pas reproduire l’expérience sur vos campus ou dans la ville…

Le programme : http://revons-luniversite.net/programme_preliminaire.pdf

Diaporama « Source orale »

Crédit photographique : marches célestes à Petra, V. Ginouvès, 2008.

Compte-rendu d’une journée d’étude sur les archives orales en sciences humaines et sociales

 

Conrad & Deans, Puss 'n Boots display
Conrad & Deans, Puss

Les textes des journées des 18 et 19 septembre sur les archives scientifiques en sciences humaines et sociales commencent à être mis en ligne sur le site du Pôle images, sons, recherches en sciences humaines de la MMSH. La phonothèque se devait de proposer un compte-rendu de la journée du 19 qui était spécifiquement consacrée aux archives sonores et audiovisuelles : le voici.

Les travaux de la matinée ont permis d‘apprécier combien l’exploitation des corpus oraux exige une collaboration étroite, d‘une part  entre chercheurs des différentes SHS et d‘autre part entre chercheurs et professionnels de l’archive sonore ou audiovisuelle.

Il s’agit d‘abord en effet de commencer par repérer et identifier les collections  sonores issues des SHS existantes, et susceptibles d ‘être revisitées par les chercheurs après leur constitution et leur dépôt dans des institutions patrimoniales. Le caractère urgent et nécessaire de ce travail de recensement a été souligné par Pascal Cordereix pour les collections folkloriques et ethnographiques constituées depuis les années 1930 au MNATP, à la BnF, au Musée de l’Homme et au Musée Guimet, trop souvent ignorées des chercheurs en SHS et très peu consultées. Cet « inventaire des inventaires », qui révèle dès maintenant une grande hétérogénéité dans la « documentation » des collections et le traitement des documents  (inventaire minutieux pièce à pièce d‘un côté, enregistrements non datés non légendés ou non traduits de l’autre, fiches manuscrites ou interrogation informatique etc.), se révélera un instrument de travail précieux pour les chercheurs en SHS, pour revisiter certains « terrains », pour faire l’histoire de la recherche en ethnologie ou en ethnomusicologie ou pour faire la biographie de tel ou tel chercheur.

Ensuite, la nécessité de « documenter » les corpus oraux et audiovisuels a été réaffirmée par tous les intervenants et un véritable consensus s’est dégagé pour lister d’un commun accord « les bonnes pratiques » en la matière (C. Cassé, L. Nicolas, C. Isnart, S. Combe) :

1° rédiger une « annexe méthodologique » générale exposant les circonstances du lancement de l’enquête ou de la constitution du corpus (commande  publique, contexte associatif, recherche collective ou individuelle, thèse etc.) et explicitant les hypothèses de recherche  ou les décisions prises en matière de collecte (méthodes d‘entretien, sources utilisées, définition du corpus des informateurs, lieu, durée, choix des intervieweurs, choix de filmer les entretiens, contexte social ou historico-politique etc.) ;

2° élaborer les instruments de travail accompagnant le corpus des enregistrements (identification de chaque document [lieu, date, auteur],  rédaction des fiches d‘entretien, séquençage et indexation des enregistrements, transcriptions éventuelles, inventaire analytique ou chronothématique, résumés des entretiens, biographies des interviewés etc.) ; établissement des méta-données et conservation des archives de l’enquête (carnets ou journaux de terrain, questionnaires, guides d‘entretien, bibliographie, voire mise en ligne en même temps que les entretiens eux-mêmes)…

C’est cette contextualisation et cette explicitation des conditions de production qui permettent la « revisitation » et la réutilisation  des corpus par d‘autres personnes que les auteurs originels ; ce sont elles en particulier qui permettent de fonder une étude sur le travail de mémoire ou sur la manière dont on écrit l’histoire au sein d‘un même groupe social ou à travers des générations différentes (S . Combe, H. Bracco).

La complexité de ces tâches et leur caractère chronophage exigent  une collaboration étroite entre ceux qui ont produit et déposé les corpus (mettre au point les données les plus précises et exhaustives possibles), ceux qui les réécoutent pour les documenter   (faut-il être anthropologue pour écouter et mettre en fiche des entretiens d‘anthropologues [L. Nicolas] ?), ceux qui les mettent en fiches et cataloguent (établir des instruments de travail les plus restitutifs possibles), ceux qui les transcrivent ou qui les traduisent, ceux qui les perfectionnent (traitement sonore), ceux qui les mettent en ligne ou les publient (informaticiens, techniciens du numérique, éditeurs, juristes) et ceux qui les diffusent en direction de publics variés (associations, institutions ou acteurs culturels, éditeurs, arts du spectacle, conteurs, musiciens ou chanteurs, interprètes etc.[C. Cassé, C. Isnart])…

Les chercheurs eux-mêmes, ceux qui viendront utiliser ces corpus, devront à leur tour faire l’effort d‘intégrer ces données pour faire la comparaison et la critique des documents (H. Bracco, S. Combe). De fait, le dépôt des corpus et leur réécoute par d‘autres chercheurs offrent la possibilité d‘un croisement des sources, d’une vérification des informations et des affirmations et d‘une mise en résonance croisée des témoignages (H. Bracco, S. Combe).Ils permettent aussi le rebond sur de nouvelles pistes de recherche et une véritable « circularité » de la recherche et des savoirs, entre la première enquête, sa revisitation, sa réception, ses prolongements sociaux ou culturels et la constitution de l’ensemble en nouvel objet de recherche (C. Isnart).

Il y a une véritable chaîne professionnelle depuis la production de l’entretien jusqu’à son interprétation, sa valorisation et sa réception. Où l’on voit que la conservation et

L’après midi avait pour objectif de montrer les outils collaboratifs existants ou en cours de construction pour les archives sonores et audiovisuelles. Ce qui apparaît clairement c’est que le document numérique a complexifié la gestion des archives sonores. En effet, lors de ces deux journées ont été présentés pas moins de trois projets qui mettaient en avant les mêmes types de besoins. Le premier avait été présenté la veille par Laurent Dousset, directeur du CREDO à la Maison Asie Pacifique. Il portait plus largement sur tous les types d’archives de la recherche mais posait à plusieurs titres à la question de la pérennité des documents numérisés et de leur accès.

Les deux projets présentés l’après-midi du 19 septembre étaient entièrement accès sur les documents sonores. Le premier, TELEMETA, a été mis en place par le Centre de Recherche en Ethnomusicologie – LESC et le Laboratoire d’Acoustique Musicale auxquels se sont associés le MuCEM, le Muséum National d’Histoire Naturelle et la Phonothèque de la MMSH d’Aix-en Provence. TELEMETA s’intéresse avant tout aux archives provoquées par les chercheurs en anthropologie, en histoire ou en musicologie. Cet outil souhaiterait proposer une facilitation de l’accès aux sources orales par les chercheurs, à leur diffusion, à leur édition et à leur éventuelle réutilisation. L’objectif est aussi d’offrir un système de conservation à long terme en créant un système de sauvegarde intégré. Le second projet a été développé dans le cadre d’un centre de ressource national le CRDO (centre de ressources pour la description de l’oral). Il s’adresse avant tout à la communauté des linguistes à qui il propose de partager et d’échanger leurs données. La plate-forme met en ligne non seulement des corpus sonores et filmés mais aussi des outils dédiés à la linguistique et des ressources (lexiques, bases de référence, systèmes de représentation, grammaires, …) et gère les droits en fonction des profils des utilisateurs.

L’intervention de Sonia Zilhart a permis de prendre connaissance des partenariats que propose le Ministère de la culture à travers le programme du plan national de numérisation. Ce dernier souhaite augmenter significativement l’offre de ressources numériques culturelles en proposant des ensembles cohérents et de taille critique accessibles librement afin de permettre l’accès de fonds patrimoniaux à un large public. Les projets de numérisation d’archives sonores qui ont pu entrer dans ce cadre sont nombreux, au cours de ces deux journées deux projets ont été d’ailleurs financés dans ce cadre : la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône présenté par l’association Paroles Vives et l’enquête ethnomusicologique de Bernard Lortat-Jacob, présentée par Cyril Isnart. Mais voilà qui rend tout aussi essentielle la réalisation de projets tels que TELEMETA car au bout du compte, une fois tout ce patrimoine numérisé, comment y accédera-t-on et pourra-t-il être conservé de façon pérenne ? La question reste entière car l’objectif premier du ministère de la culture est avant tout d’offrir une mise en ligne de masses critiques importantes pour un large public. D’autant que l’analyse documentaire des fonds sonore est centrale : une archive sonore non documenté et diffusée hors de son contexte est muette.

Pour terminer, Marie-Christine Hélias a présenté les procédures mises en place par l’institut national de l’audiovisuel (INA) pour permettre aux chercheurs de consulter les fonds radio et télédiffusés. L’INA s’appuie sur le dépôt légal de la radio et de la télévision  (loi du 20 juin 1992) pour mettre en place son programme de conservation patrimoniale et offrir une  consultation gratuite de ses fonds dans les cadres académiques. Ces accès sont toujours difficiles car la base « professionnelle » n’est accessible aux chercheurs uniquement sur les sites INA. La base en ligne du dépôt légal ne permet pas d’effectuer de requêtes précises.

En conclusion, l’échange entre les différents professionnels qui gèrent ou valorisent les archives sonores est essentiel et il faudrait pouvoir le renouveler régulièrement. Un lieu commun s’écroule : le document sonore numérisé est tout aussi, et même encore plus, complexe à appréhender que sous forme analogique… Son analyse, sa conservation, sa pérennisation, sa valorisation atteignent des coûts difficiles à prendre en compte par des centres isolés. Ces interventions ont démontré que seule la collaboration permettra de mettre en place des projets pérennes et proches des usages des chercheurs et des utilisateurs.

Merci à Florence Descamps qui a rédigé le compte-rendu de la matinée dont elle était modératrice.

Crédit photographiques :

Conrad & Deans, Puss ‘n Boots display / Adolph B. Rice Studio (1954)
No known restrictions on publication.
Library of Virginia, Prints and Photographs, 800 E. Broad St., Richmond, VA, 23219, USA, digitool1.lva.lib.va.us:8881/R

L’ethnologue et l’enquête de terrain enregistrée

Anges sur la place de la Comédie, Montpellier
Anges sur la place de la Comédie, Montpellier

Les interventions des journées organisées par l’association des archivistes français à Montpellier du 24 au 26 septembre dernier ont permis de prendre connaissance de nombreuses expériences de valorisation menées à partir d’archives sonores au sein de services d’archives communales et départementales. La matinée du vendredi portait sur la valorisation scientifique et, inévitablement, est apparue la nécessité de définir avec précision non seulement le témoin, mais aussi celui qui enquête, si on veut pouvoir revenir vers les entretiens enregistrés. Géographes, ethnologues, sociologues, historiens, archivistes, psychanalystes, militants… Les figures se sont succédées au cours de ces trois jours pour évoquer des entreprises autour de l’enquête enregistrée qui auraient pu, chacune, être racontée différemment en fonction des postures des enquêteurs. Christian Hottin a abordé celle de l’ethnologue en s’appuyant sur son expérience de chef de la mission ethnologie au ministère de la culture qu’il occupe depuis 2006. La réflexion était riche et il m’a semblé important d’essayer de restituer ses idées aux lecteurs de ce carnet qui s’intéressent à la constitution des archives sonores en ethnologie. En particulier parce que cette expérience s’inscrit en écho à la réflexion menée par Corinne Cassé de l’association Paroles Vives dans le texte qu’elle propose sur la mémoire arménienne des Bouches-du-Rhône et à l’histoire de la constitution du fonds sonores de la phonothèque de la MMSH.

Nota bene : Pour ne pas que la lecture de la synthèse de Christian Hottin ne soit troublée par celle de mes commentaires, j’ai choisi de les signaler en italique.

Christian Hottin constate tout d’abord que la mission de l’ethnologie elle-même, créée au début des années 1980, a généré très peu d’archives consultables. Cela ne faisait d’ailleurs pas partie de ses objectifs : elle se voulait plutôt un levier pour la production de la recherche en ethnologie et la conservation n’était pas inscrite dans ses problématiques. Elle y a certes réussi, lorsqu’on regarde la variété des titres de rapports de recherche qui ont été financés par la mission depuis sa création. La mission de l’ethnologie a eu une action importante dans le développement d’une « ethnologie de la France » alors que les anthropologues se tournaient presque uniquement vers les sociétés « exotiques ». Quoiqu’il en soit, cette absence d’accès aux archives des ethnologues est plutôt emblématique. Une partie des sources créées par ces appels d’offre sont aujourd’hui en ligne soit tout simplement en proposant le PDF du rapport soit en mettant en ligne des extraits audiovisuels de 118 films réalisés sur des financements de la mission. La mission a également créé PORTETHNO, un répertoire qui recense les recherches et les ressources en ethnologie de la France. Christian Hottin a rappelé aussi que de nombreux partenaires du ministère de la culture avaient pour charges, entre autres, la conservation des sources comme le MuCEM, ancien MNATP, le conservatoire ethnologique de Salagon ou l’écomusée de la Roudoule. Il a rappelé l’importance du plan national de numérisation et a renvoyé l’assemblée vers le portail du patrimoine numérique du ministère de la culture qui permet de repérer rapidement les projets de numérisation de documents sonores et audiovisuels.

 J’aurais voulu ajouter qu’il ne faut pas oublier que les archives sonores à la source de la rédaction de ces rapports d’étude de la mission ethnologie sont parfois conservées dans des institutions auxquels appartiennent, ou ont appartenu, les chercheurs enquêteurs. Par exemple, à la phonothèque de la MMSH, sont déposées plus de 350 heures issues des rapports de Jean-Luc Bonniol sur Les passés du Larzac (2001), de Pierre Laurence sur La mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte (1998), Nicole Coulomb sur les Jeux et jouets en Cévennes (1989) ou de Jean-Noël Pelen sur Le pays d’Arles (1987). Les enregistrements sonores peuvent ainsi être consultés en même temps que les rapports.

En consultant l’ouvrage d’Agnès Calu et Hervé Lemoine, un répertoire sur le patrimoine sonore et audiovisuel, Christian Hottin n’a trouvé que peu d’institutions qui gèrent des archives sonores. L’EHESS, le CNRS ou l’ENS détiennent quelques entretiens de l’histoire de leurs institutions mais rien n’est organisé. Il s’interroge donc : où se trouvent donc les archives issues de la pratique des chercheurs en ethnologie ? Pour analyser ce phénomène, il développe deux arguments. Le premier tiendrait dans la faiblesse de l’implantation de l’archivistique dans l’espace universitaire. Le chercheur français aurait un rapport à son institution très distancié. Il serait peu enclin à déposer car il n’existe pas de service d’archives digne de ce nom dans les laboratoires et les universités françaises. Pour preuve, il renvoie l’assemblée au réseau AURORE (voir sa liste de diffusion : aurore@ac-poitiers.fr) dont l’un des objectifs est de consolider la place des archives au sein des universités. Autre raison évoquée, la constitution volontariste d’entretiens destinés à l’histoire des établissements : les ethnologues s’intéressent peu à ce type de corpus le plus souvent organisés par des historiens.

Comme le souligne Christian Hottin au début de son intervention, les bases de données qui permettent d’accéder aux corpus sonores sont éparpillées et les fonds sonores sont mal cartographiés. Le travail mené par PORTETHNO ou celui de Patrimoine numérique, référencé par le portail européen Michael, est en ce sens essentiel. Cependant, repérer des fonds sonores à partir du seul ouvrage d’A. Calu et H. Lemoine revient à limiter sa recherche aux archives historiques et administratives. En effet, c’est sur ce domaine que le recensement s’est focalisé. L’ethnologie n’était pas au centre de l’enquête. La musique, en particulier, en a été exclue et, avec elle, une grande partie des grands corpus ethnomusicologiques. Et puis, à la différence des bases en ligne, l’ouvrage papier est déjà obsolète puisque l’enquête s’est terminée en 2003.

De façon plus structurelle, les documents sonores de la pratique ethnologique ne seraient pas abordés comme des archives mais relèveraient de la source personnelle. Christian Hottin renvoie, en exemple, à un numéro de Genèse reprenant un débat de 2005 entre Florence Descamps et Florence Weber (« Un débat entre Florence Descamps et Florence Weber, animé par Bertrand Müller », Genèses n° 62, mars, p. 93-109). Dans cet article apparait dans le débat entre l’historienne et l’ethnologue, une différence de statut des archives sonores ; en particulier, chez l’ethnologue où prime l’observation de la société et la prise de note qui va croiser les entretiens. L’historien aurait un objectif quantitatif lors de la réalisation de ses enquêtes, tandis que l’ethnologue n’a pas besoin de « faire nombre » : lorsque de nouveaux entretiens n’apportent plus rien à sa recherche il cesse d’enregistrer. Le statut du témoin, lui aussi, est différent dans les deux disciplines. En histoire, le témoin est de plus en plus valorisé, voire sacralisé, tandis qu’en ethnologie, la notion de témoin n’est pas essentielle ; l’exemple est celui de Florence Weber qui évoque le « témoin malgré lui ». Enfin il revient sur la place de l’observation pendant l’entretien et sur l’importance de la prise en compte du contexte pour l’ethnologue. Il vient tempérer cette remarque en citant Florence Descamps qui rappelle les recherches de nombreux historiens qui prennent en compte le contexte de leur enquête. Pour exemple les recherches de Marc Gillet qui, étudiant la mine au 19e siècle, a interrogé des mineurs qui ont travaillé durant les années 1950. La question de la patrimonialisation elle-même n’est pas envisagée de la même manière dans les deux disciplines. Pour terminer, C. Hottin a évoqué le problème de l’anonymisation, thème central chez Florence Weber. Pour elle, la relation avec le témoin est avant tout une relation de l’ordre de l’intimité : l’ethnologue est un confident discret qui ne peut dévoiler les informations personnelles. L’usage public qu’il réalisera de ces entretiens ne pourra se faire qu’au terme d’un processus d’anonymisation. Il donne comme exemple ultime celui de Bruno Latour qui, dans « La fabrique du droit », recrée des dialogues à partir de ses notes et anonymise ainsi les discours eux-mêmes.

C’est cette partie de l’intervention, particulièrement riche, qui a donné lieu à un débat avec les participants. Florence Descamps a signalé à cette occasion que Florence Weber avait, depuis, accepté l’idée que les historiens eux aussi pouvaient à la fois enregistrer et observer les témoins et la société. Il me semble que ces remarques sont ici l’écho du texte de Corinne Cassé présenté lors du même colloque. Elles sont incontestables, mais l’attitude de l’ethnologue évolue rapidement. A la phonothèque de la MMSH plus de 60% des dépôts émanent de chercheurs de cette discipline et chaque année de nouveaux enregistrements sonores d’ethnologues affluent à la phonothèque (environ 200 heures par an). En 2008, nous avons ainsi reçu les dépôts (nouveaux ou complémentaires) de Christian Bromberger et d’Annie-Hélène Dufour.

Pour conclure, Christian Hottin revient sur la nécessité d’avoir accès à l’ensemble des sources dans le contexte de la revisite des terrains. Dans cette nouvelle exploration d’un terrain par un nouveau chercheur, les entretiens sont alors réutilisés comme le ferait un historien. Il donne l’exemple de Gilles Laferté qui revisite actuellement les archives de Minot. Une nouvelle question se pose alors, au-delà de la place des archives orales en anthropologie, de la place de l’archive dans l’écriture.

Crédit photographiques : Véronique Ginouvès, CC