Archives de catégorie : Journée d’étude

Retour sur les FREDOC 2009 : essai de synthèse sur le protocole OAI-PMH – 2e partie

puzzle

Suite de la synthèse des journées de formation FREDOC 2009 s’appuyant sur l’intervention de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

Comment partager ?

L’OAI-PMH est un protocole complet, simple à implémenter, qui peut intégrer des logiciels (packages) et gérer de grandes quantités de métadonnées.

D’après une enquête récente (Department of Computer Science, University of Cape Town, 2009) ce protocole est parmi les plus populaires dans le monde de la documentation. Le tableau suivant est extrait de cette étude :

Protocols

Number of people at each level of expertise


1

2

3

4

5

No answer

RSS

3 (13%)

6 (26.1%)

9 (39.1%)

3 (13%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

ATOM

1 (4.3%)

4 (17.4%)

7 (30.4%)

9 (39.1%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

APP

0 (0%)

1 (4.3%)

1 (4.3%)

3 (13%)

17 (73.9%)

1 (4.3%)

Z39.50

0 (0%)

0 (0%)

6 (26.1%)

12 (52.2%)

4 (17.4%)

1 (4.3%)

0AI-PMH

7 (30.4%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

0 (0%)

3 (13%)

1 (4.3%)

OAI-ORE

1 (4.3%)

1 (4.3%)

5 (21.7%)

9 (39.1%)

6 (26.1%)

1 (4.3%)

SRU/W

0 (0%)

0 (0%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

10 (43.5%)

1 (4.3%)

SWORD

0 (0%)

0 (0%)

7 (30.4%)

5 (21.7%)

10 (43.5%)

1 (4.3%)

Légende : Level 1: Expert implementer ; Level 2: Implemented (have written code for an implementation of the protocol) ; Level 3: Read and understood ; Level 4: Heard about it, but do not know the details ; Level 5: Never heard about it

Alors pourquoi n’a-t-il pas plus de succès ? Certains le trouve trop compliqué et préfèrent l’indexation par crawl (passage sur les sites à intervalles réguliers et de façon automatique). Une des raisons réside dans le manque de précision des métadonnées, par exemple la zone « DC identifier » devrait correspondre à l’url de la ressource mais… ce n’est pas toujours le cas. Pour des moteurs comme Google, c’est une perte d’efficacité. Quoi qu’il en soit, l’OAI-PMH a d’autres qualités. Il gère par exemple plusieurs niveaux d’interopérabilité comme le type de modèle (réservé ou partagé), les spécifications techniques, les spécifications des syntaxes de réponses, les spécifications des métadonnées [intervention de B. Cénou] ce qui n’est pas le cas, par exemple, de Sitemaps qui ne gère que les dialogues fournisseurs de données/fournisseurs de services. L’intérêt est aussi que, couplé avec XML, il évolue aussi avec les technologies qui y sont liées [Intervention de C. Morel-Pair]. Ainsi le Dublin-Core s’attache à la description du contenu, RDF fourni le modèle, RDF/XML la syntaxe jusqu’au web sémantique. Couplé à HTTP, XML et DC, l’OAI-PMH peut nécessiter la mise en place d’adaptations spécifiques (un schéma XML a été développé pour intégrer n’importe quel format RDF).

Pour savoir comment partager, commençons donc par les métadonnées. Ces métadonnées sont un peu comme la prose de Monsieur Jourdain : tout le monde en fait sans le savoir. Dans l’utilisation du protocole, le fournisseur de données doit les fournir au minimum au format Dublin Core. Cette obligation de ce format très générique et peu contraignant a inquiété de nombreux implémenteurs même si certaines communautés se le sont approprié comme OLAC (Open Language Archives Community) ou NSDL (National Science Digital Library) et le NDSL-DC.

Evidemment au moment du mapping [Ateliers], les bibliothécaires sont anxieux car même en bricolant, le MARC n’entrera pas dans le DC : il faut se faire une raison, tout ne peut être « mappé » et utiliser le Dublin-Core entraînera automatiquement un appauvrissement de ses données. A vous de déterminer quel format vous devez (ou pouvez) utiliser en fonction de vos objectifs. Ce protocole a d’autres avantages : outre le fait qu’il offre des formats multiples, il permet de documenter et de rendre ses données partageables. Et si aucun standard ne convient, il est possible d’en créer un plus adapté sur la base d’un format existant.

En deux jours il était difficile de connaître tous les détails de la mise en place d’un entrepôt mais Bruno Cénou a su présenter de façon synthétique les éléments importants. Le moissonnage d’un entrepôt est plus facile à mettre en oeuvre grâce à PKP Harvester, notamment mis en oeuvre par Crévilles, ou à des outils légers, plus personnels et personnalisés [Intervention de Jean-Baptiste Genicot (CN2SV), Mon carnet 2.0]. Le spécialiste de l’IST doit en particulier connaître les 6 verbes du protocole pour être capable d’interroger son dépôt et vérifier que tout est à sa place :

  • Identify : vérifier si le service désigné est bien un répertoire OAI,
  • ListMetadataformats : demander la liste des formats de métadonnées fournie par l’entrepôt,
  • ListSets : obtenir la liste des ensembles (sets) que le fournisseur de données met – éventuellement – à disposition (thème, collection, nom de revue…)
  • ListIdentifiers : obtenir la liste des identifiants et des dates de dernière modification des items disponibles dans la base,
  • GetRecord : collecter l’information d’un enregistrement (item) spécifique,
  • ListRecords : récupérer en bloc l’ensemble des enregistrements (items) de l’entrepôt ou d’un ensemble OAI spécifié. Un petit conseil à ce niveau, il ne faudra pas oublier d’aller jusqu’à la dernière ligne de ListRecords et vérifier la taille du dépôt dans completeListSize.

Les services mis en place sont multiples et adaptés aux besoins des communautés. Ainsi on a pu voir, entre autres, lors de ces journées la présentation de Somrev, une collecte automatique de sommaires de périodiques via les serveurs OAI-PMH des portails de revues [Intervention de Sophie Fotiadi], la création de moissonneurs OAI thématiques comme OAI-ville avec Crévilles [Intervention de Pascal Garret] ou le signalement de sources éditées avec le projet « Sources éditées » du CN2SV [Intervention de Marie-Hélène Wronecki]. L’intervention de Frédéric Martin nous a montré comment Gallica utilise ce protocole pour mettre en ligne ses ressources numériques. La BnF a d’ailleurs produit plusieurs manuels en direction des spécialistes de l’IST.

Au cours de ces journées, HAL a souvent été cité car c’est en France le plus grand entrepôt de taille critique d’articles scientifiques déposés par les chercheurs. C’est un fournisseur de données qui permet aux grands agrégateurs européens (DRIVER) ou mondiaux (OAISTER intégré désormais dans le catalogue Worldcat) de le moissonner à nouveau ou offre à des archives institutionnelles la possibilité de présenter les données sur les publications de leur institution avec l’interface qu’elles souhaitent (système de collection). Avec des terminologies contrôlées et des auteurs identifiés, HAL n’a pas fini de stimuler les propositions de créations d’outils. La présentation de Haltools est un exemple de ces possibilités [intervention de Laurence Farhi]. HAL doit rester au centre des intérêts des professionnels de l’IST dans le monde de la recherche car il va évoluer et offrir de nouvelles applications. La création d’un groupe de travail a été évoqué au cours des journées pour cerner et accompagner ces potentialités.

Catherine Morel-Pair a passé en revue les différents formats qui peuvent être utilisés, en fonction des objectifs de diffusion des différents centres, qui veulent que leurs métadonnées soient moissonnées. Et ils sont légion. Pour visualiser l’intérêt d’utiliser des formats, une image d’un tas de boîtes de conserves en vrac et sans étiquettes a circulé. Cette image, reprise d’un Guide de mise en place des métadonnées pour les ressources Web du gouvernement du Canada, a permis au public de bien comprendre l’intérêt de décrire ses données pour les retrouver et de savoir les choisir : au supermarché on choisi sans hésiter une boîte de ragoût ou de la nourriture pour chat, en fonction de l’image reproduite ou des ingrédients affichés ; la caissière grâce au le code-barre n’a pas à taper son prix. Ainsi, il est essentiel de déterminer au départ quelles métadonnées on souhaite diffuser. Le centre qui souhaite conserver les notions de collections se tournera vers des formats complexes comme Mets [Metadata Encoding and Transmission Standard] qui va permettre les échanges de documents numériques entre institutions patrimoniales. Les institutions qui l’utilisent sont signalées ici : http://www.loc.gov/standards/mets/mets-registry.html, elles sont de plus en plus nombreuses. Il y a encore MPEG/DIDL, MODS, ETDMS, TEF, BIBLIOML, LOM, OAI-ORE, EAD, POWDER… qui correspondent chacun à des projets différents. Par exemple le TEF permet de décrire des thèses.

Prochain billet : que peut-on attendre de ce partage ?

Synthèse rédigée par Françoise Acquier (CRESSON), Danielle Cristofol (CPPM) et Véronique Ginouvès (MMSH), sous la lecture bienveillante de Muriel Foulonneau (Henri Tudor Research Centre).

1ère partie : http://phonotheque.hypotheses.org/2566

3e partie : http://phonotheque.hypotheses.org/3037

Crédit photographique : Children with jigsaw puzzle, Nickolas Muray (American 1892-1965), février 1942, George Eastman House Collection. Pas de restrictions de copyright connues http://www.flickr.com/photos/george_eastman_house/3122867563/

Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010

Femme a la mandolineA la fin du mois de janvier 2010 auront lieu deux journées d’étude sur les archives sonores. Les premières se tiennent à Grenoble, à la Maison des Sciences de l’Homme Alpes (MSHA) sous le titre Histoire orale : regards croisés et décalés, France-Europe-Brésil. Ces journées, organisées du 27 au 30 janvier, ont la particularité de  réunir les anciens de  « l’école des ethnotextes », qui s’est développée à Aix-en-Provence dans les années 1980. Cela n’était pas arrivé depuis longtemps : Anne-Marie Granet-Albisset a invité Philippe Joutard, Marie-Françoise Attard, Jean-Noël Pelen, Tania Gandon et d’autres encore qui ont participé à la création ou au développement des « ethnotextes ».  L’origine de l’emploi de ce terme, qui rapidement pourrait être défini comme un texte oral, remonte à 1980 avec l’ouvrage collectif Tradition orale et identités culturelles. Problèmes et méthodes dirigé par Jean-Claude Bouvier.  Entre temps, il a été un peu oublié, dissout dans les multiples pratiques des enquêtes de terrain, mais on le retrouve régulièrement ici ou .   Philippe Joutard (historien moderniste) et Jean-Claude Bouvier (ethnodialectologue) sont les fondateurs de la phonothèque de la MMSH : celle-ci sera présente à travers deux présentations. Laure Principaud, actuellement en stage à la phonothèque de la MMSH, présentera le dépôt et le traitement documentaire du fonds sonore inédit de Marceau Gast (Sud Algérie, Yémen, Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence 1960-1990). Thierry Rosso, de la Maison des sciences de l’homme de Nice – laboratoire LASMIC) exposera un projet inter-MSH qui s’est déroulé tout récemment. La MSH de Nice a mis en place entre 2007 et 2008 un programme pluridisciplinaire qui a engagé des centaines d’enquêtes orales sur la Vallée de la Roya et de la Bevera puis s’est tournée vers la MMSH d’Aix-en-Provence pour réaliser le traitement documentaires des fonds et leur mise en ligne. Le colloque est clôturé par un atelier sur le thème de la création d’une phonothèque régionale : une question importante car les dépôts par les chercheurs de leur source sonore ne sont pas aussi systématiques que l’on pourrait l’imaginer.

Les secondes journées ont lieu aux  mêmes dates,  en Italie, plus précisément à Massa-Carrara (Toscane). Les institutions à l’origine de cet évènement ont encore peu d’expériences dans le domaine des archives orales mais elles sont persuadées de la force du patrimoine immatériel auprès du public et ont commencé à lancer de multiples actions. Associations, collectivités locales ou centres de recherches, ces  institutions appartiennent au monde artistique (ethnomusicologie et arts du spectacle). Le projet, soutenu par un programme européen, a pris le nom de  Incontro Transfrontaliero [INTervention CONdivisi Transfrontaliero di Ricerca sul’Oralità] et a vu le jour en mai 2009. L’ objectif est de valoriser le patrimoine immatériel et les échanges culturels entre la Corse, la Sardaigne et la côte de la Toscane en questionnant les frontières de toutes ces aires culturelles. La province de Grosseto coordonne le projet avec le soutien d’un Comité Scientifique.  Les différents partenaires sont : en Toscane la province de Grossetto, Pise, Lucca, Massa-Carrara, en Corse la fédération d’associations du centre culturel Voce de Pigna et en Sardaigne le département des études historiques de l’Université de Cagliari (insegnamento di Etnomusicologia) et l’Istituto Superiore Etnografico della Sardegna. Ils souhaitent ouvrir un dialogue fructueux entre artistes de la musique populaire et chercheurs et s’appuyer sur des évènements musicaux ou théâtraux ainsi que sur le traitement et la valorisation d’archives du patrimoine immatériel dans le domaine (son et audiovisuel) pour créer un portail méditerranéen sur le savoir qui aura été produit.  La phonothèque de la MMSH sera présente là encore pour présenter le travail de mutualisation qui a été réalisé avec le Portail du Patrimoine Oral : Dall’archivio della « Phonothèque » di Aix en Provence al “portail du patrimoine oral » , riflessioni sui metodi di schedatura dei patrimoni immateriali, gli standard internazionali, la messa in rete degli archivi. Immagini dal futuro.

Un beau début d’année pour la phonothèque de la MMSH. J’en profite pour vous souhaiter à tous, celle que vous désirez, et pour adoucir l’enjambée de 2010 partager trois vers d’un ancien collecteur de la mémoire du Lubéron :

Entre saba e perfum la vida esquilha sus leis èrbas.

Aqueu ponch roge, ròda d’azard dau soleu, es una poncha de verin.

Vaquí l’ora dei piadas silenciosas.

Guy Mathieu

[Entre sève et parfum la vie glisse sur les herbes. Ce point écarlate, roue de hasard du soleil, est une pointe de venin. Voici l’heure des enjambées silencieuses]

Crédits photographiques :  Mandolin girl (non daté). Mid-Manhattan Picture Collection / Music. Dépôt de The New York Public Library. Mid-Manhattan Library. Picture Collection. Permalien : digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?832621 ; pas de restrictions de copyright connues.

2ème rencontres du PCI les 27 et 28 novembre 2009 à Clermont-Ferrand

189328714_6242577767_bAprès Rennes, c’est Clermont-Ferrand qui accueillera les deuxièmes rencontres du patrimoine culturel immatériel (PCI). En direction des élus, des acteurs culturels, des habitants, des artistes, des médias, des agents de développement, des professionnels du tourisme, des universitaires… ces rencontres ont pour objectif d’apporter des éléments sur le rôle que le PCI peut jouer dans le développement des territoires, par les questionnements qu’il soulève sur les notions d’invention, d’identité, de communauté, de citoyenneté, de développement durable, de tourisme culturel, de gouvernance…

Programme

vendredi 27 novembre 2009

14h – 16h :

Ouverture des journées par les organisateurs : Emmanuelle Perrone, Directrice Adjointe de l’Association Cultures et Traditions (ANCT) à Gannat, André Ricros, Directeur de l’Agence des Musiques des Territoires en Auvergne (AMTA) et Pierre-Olivier Laulanné, Directeur de la  Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles (FAMDT)

La convention du Patrimoine Culturel Immatériel et son application, interventions de Catherine Henri-Martin, Vice-Présidente du Conseil Régional d’Auvergne chargée de la culture ; Laurent Heulot, Directeur Régional des Affaires Culturelles d’Auvergne ; Michel Clément, Directeur de l’Architecture et du Patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication ; Christian Hottin, Chef de la mission ethnologie, Ministère de la Culture et de la Communication ; Marie-Blanche Potte, Conservateur du Patrimoine, Chef du Service Culture et Inventaire au Conseil Régional d’Auvergne

16H30-18H30
Table ronde : La convention du Patrimoine Culturel Immatériel va-t-elle changer les modes de gouvernance ?
Modérateur et introduction, Pascale Bonniel-Chalier, Université Lumière Lyon 2 ; Christelle Blouët, gestionnaire culturelle et directrice artistique, coordinatrice du Réseau culture 21 pour l’Observatoire des politiques culturelles, Grenoble ; Stéphane Briant, Maire d’Antignac, Vice-Président chargé de la culture de la Communauté de communes Sumène-Artense Isabelle Blanc, Directrice du Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne ; Elisa Dumay, Directrice de l’Association de l’Aire, Drôme

21H30
Ciné-concert : L’œil du pharmacien, par l’Auvergne Imaginée

28 novembre
9H30-10H30

La convention du Patrimoine Culturel Immatériel comme outil de développement des territoires : plues values et risques

Modérateur et introduction par Cyril Isnard, Université d’Evora (Portugal) et cofondateur du Réseau de chercheurs sur les patrimonialisations ; Jean Pinard, Directeur du Comité Régional de Développement Touristique d’Auvergne ; Nicolas Canova, Université de Grenoble – UMR PACTE-Territoires ; Murielle Bousquet, Directrice de Source, Centre National de ressources du tourisme et du patrimoine rural
11H-13H

Atelier 1 : Le Patrimoine Culturel Immatériel au cœur des projets de coopération

Atelier 2 : Le Patrimoine Culturel Immatériel source d’innovation dans l’économie sociale

14H45-15H : Rapport des ateliers

15H-17H

Table ronde : Le Patrimoine Culturel Immatériel levier de développement
Modérateur et introduction, Luc-Charles Dominique, ethnomusicologue, Université de Nice ; Pascal Guitard, Directeur de l’Agence Régionale de
Développement des Territoires d’Auvergne ; Pierre Jarlier, Sénateur-Maire de St Flour ; André Ricros, Directeur de l’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne (AMTA) ; Jean-Michel Guerre, Maire de Bellerive sur Allier, Vice-Président du Conseil Régional d’Auvergne chargé du développement et de l’aménagement des territoires ; Yaël Epstein, Ethnologue, chargée de missions au Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes

17H30-18H
Conclusions

Lieu : Corum St Jean, 17 rue Gaultier de Biauzat, 63000 Clermont-Ferrand
Téléphone :  04 73 31 57 00
Inscriptions : 5€ Etudiants et demandeurs d’emploi  – 25€ Associations et collectivités – 20€ Tout public.
Renseignements disponibles sur les sites :
http://www.lafeuilleamta.fr
http://www.cultures-traditions.com
http://www.famdt.com

Crédits photographiques : Véronique Ginouvès, La Paz, août 2005.

Vamos a hacer mémoria : el Centro de Documentación Musical de la Biblioteca Nacional de Colombia

Le centre de documentation musical de la bibliothèque nationale de Colombie est un petit frère des centres d’archives sonores que l’on retrouve en France. Il a été créé dans ce même mouvement mondial de revivalisme de la fin des années 1970 et ses objectifs sont bien sûr de conserver mais aussi de mettre à la disposition du public des enregistrements sonores, des films et des images et des partitions sur le patrimoine oral de la Colombie. Jaime Quevedo qui le dirige, est aussi le responsable éditorial de la revue A contratiempo, dont les 13 numéros sont en ligne. La revue est en texte intégral (format PDF), et renvoie à des partitions, des images, des illustrations sonores et vidéos.

providenciaCette année, el Centro de Documentación Musical a mis en place une carte électronique musicale de la Colombie et vous allez pouvoir voyager sans décalage horaire ! Il vous est possible de découvrir ainsi les différents instruments de musique  joués dans la région Pacifique nord de la Colombie et le contexte de leur interprétation avec des images, parfois des schémas et toujours des archives sonores qui viennent illustrer les informations.  Vous pouvez par exemple tout savoir sur la Chirimía Chocoana un quintet (parfois sextet) de clarinette, euphonium et percussions (cymbales et tambours). Si vous partez vers la Caraïbe, visualisez les images magnifiques de musiciens de la minuscule et paradisiaque isla Providencia en écoutant des extraits sonores de la Calypso-Bolero. Si, au contraire, vous vous décidez pour la cordillère, en direction de l’Equateur écoutez une merengue andine, ou le chant de Pedro Bernal.

Une autre « carte musicale » est en cours de réalisation : il s’agit de localiser les festivals de musique colombiens et d’en décrire toutes les caractéristiques (genre musical, période, localisation, organisation, contexte…).  Des images et des extraits sonores viennent compléter les fiches qui sont renseignées par les organisateurs des festivals eux-mêmes. Une trentaine d’évènements sont déjà décrits : de quoi organiser votre futur voyage en Colombie !

Dernier outil, le thesaurus de la musique colombienne et des instruments de musique. Cette liste hiérarchisée est documentée avec en lien des références bibliographiques qui permettent de se repérer dans le temps et l’espace.  Les instruments sont liés systématiquement à classification Sachs Hornbostel.

Actuellement les trois outils sont indépendants mais la volonté du Centre de documentation musical est bien sûr de les réunir et offrir une recherche globale, incluant toutes les références bibliographiques, sonores, iconiques du centre documentaire.  Le site doit encore évoluer car une grande partie est encore encapsulé dans du Flash et des frames qui interdisent toute citabilité. Profitez de le découvrir avec ce billet car il est très mal référencé par notre moteur généraliste dominant, et c’est dommage.

Crédit photographique : Ile de Providencia, Véronique Ginouvès, septembre 2009.

Vamos a hacer memoria : quelques images du symposium, des 22-25 septembre 2009 (Bogotá, Colombie)

Vamos a hacer memoria : entrée du symposium, Calle 24 No. 5-60
Vamos a hacer memoria : entrée du symposium, Calle 24 No. 5-60 (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Ana Roda Fornaguera, Directrice de la bibliothèque nationale de Colombie
Ana Roda Fornaguera, Directrice de la bibliothèque nationale de Colombie : Présentation de la proposition de politique et du plan sur le patrimoine bibliographique de la BNE (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Ana Roda Fornaguera et Myriam Marin, présentent les collections de la BNE et la politique à venir
Ana Roda Fornaguera et Myriam Marin, présentent les collections de la BNE et la politique à venir (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions pendant les pauses su Symposium (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions pendant les pauses du Symposium (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Intervention d'Isabel Gomez-Ayala : Marco constitucional, legal y plan sobre patrimonio bibliográfico (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Isabel Gomez-Ayala : Marco constitucional, legal y plan sobre patrimonio bibliográfico (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Maritza Ayuni et Myriam Echeverri étudient les questions du public (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Maritza Ayuni et Myriam Echeverri étudient les questions du public (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause aromatique aux multiples fruits (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause aromatique aux multiples fruits (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Exposition photographique dans le hall de la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Exposition photographique dans le hall de la Bibliothèque nationale de Colombie : Quilombolas, tradiciones y cultura de la resistencia, Fotografia de André Cypriano (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d'Isabel Garcia-Longe  : Catalogo collectivo  bibliográfico español (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Isabel Garcia-Longe : Catalogo collectivo bibliográfico español (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions sur le patrimoine bibliographique (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Discussions sur le patrimoine bibliographique (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Ana Tironi (Biblioteca nacional del Chile) et Emir Suaiden (Instituto Brasilero de investigación Científica y Tecnológica) - 22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie
Ana Tironi (Biblioteca nacional del Chile) et Emir Suaiden (Instituto Brasilero de investigación Científica y Tecnológica) – 22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie
Une participante au symposium "Vamos a hacer memoria" (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Une participante au symposium « Vamos a hacer memoria » (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause dans les jardins de la BNC Participante au symposium "Vamos a hacer memoria" (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Pause dans les jardins de la BNC Participante au symposium « Vamos a hacer memoria » (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d'Aquiles Alencar-Brayner : Recuperación del patrimonio bibliográfico latino américano  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Intervention d’Aquiles Alencar-Brayner : Recuperación del patrimonio bibliográfico latino américano (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Participants au symposium "Vamos a hacer memoria", au premier plan la directrice de la bibliothèque d'Antioche, Gloria Inés Palomino Londoño (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Participants au symposium « Vamos a hacer memoria », au premier plan la directrice de la bibliothèque d’Antioche, Gloria Inés Palomino Londoño (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Jaime Quevedo, directeur du centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Jaime Quevedo, directeur du centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Le centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie  (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)
Le centre de documentation musicale à la Bibliothèque nationale de Colombie (22-25 septembre 2009, Bogotá, Colombie)

Crédits photographiques : Véronique Ginoouvès.

Vamos a hacer memoria : pourquoi et comment conserver les documents analogiques dans un monde numérique ?

3978045587_474076eafd_b

Lors du symposium Vamos a hacer memoria, l’intervention d’Arsenio Sanchez a posé des questions bien intéressantes à un moment où les bibliothèques deviennent virtuelles. Arsenio Sanchez est restaurateur d’ouvrages anciens à la bibliothèque nationale d’Espagne ;  il a d’abord présenté son métier, avec humour et précision, puis les missions et les objectifs des professionnels de la restauration au sein des bibliothèques nationales.

Un historique rapide des évènements essentiels du 20e siècle dans le domaine a plongé d’emblée le public dans les questionnements que posent la restauration des ouvrages. Ces questions sont toutes récentes, puisqu’elles ne se sont posées à partir de 1966, après l’inondation de Florence. Ce dramatique événement, considéré comme « la plus grande catastrophe culturelle en temps de paix », a sonné une alarme internationale. Les institutions culturelles ont tout à coup pris conscience de la nécessité de mettre en place des procédures pour conserver des documents qui semblaient jusqu’ici immortels. Le métier de restaurateur était alors occulte…  Les responsables de collections étaient plustôt paniqués par la conservation des documents plus récents, dits en « papier acide ». C’est Willian Barrow qui avait, par ses publications dès 1933, lancé cette terreur de la conservation des ouvrages publiés à partir de 1890 dont les pages avaient été blanchies à l’acide sulfurique. En somme, ouvrage anciens ou récents, tous menaçaient de disparaître rapidement. Un peu comme l’image des peintures romaines qui s’effacent dans Fellini Roma, lorsque les travaux du métro font entrer de l’air dans ces espaces jusqu’ici préservés. Mais le 20e siècle étant celui des solutions et des panacées, en 1980 l’apparition du microfilm et la systématisation du microfilmage semblait pouvoir sauver tous ces ouvrages en péril.

L’alarme de Florence a porté ses fruits. Dès 1986, l’IFLA lance le PAC (Preservation And Conservation) et place les projecteurs sur le métier de restaurateur. Leur âge d’or peut commencer. Les laboratoires se créent, les techniques – jusqu’ici orales – sont couchées par écrit, le lexique commence à s’établir. Il est question de « conservation préventive », « conservation passive », « gestion de fonds », « industrialisation de la conservation », « changement de format »… Mais il fallait compter avec le bibliothécaire homo catalogus, à qui les fonctions de restauration ou de  conservation  paraissent bien moins intéressantes que la déclamation du format MARC,  savoir indiquer un titre parallèle ou un nom de collectivité. Aussi, malgré les grands plans stratégiques de planification, la restauration des  ouvrages n’est pas en expansion  à l’aube du 21e siècle et ce ne sont pas les panacées des années 1980 qui ont permis de trouver des solutions.

  • D’abord l’utilisation du microfilm n’a pas été si satisfaisante. Certains documents, microfilmés dans les années 1980, sont aujourd’hui illisibles. Arsenio Sanchez a mené plusieurs expertises dans des pays hispanophones comme dans les Balkans et il s’est souvent trouvé face à ce type de situations. L’Etat soviétique a diffusé par exemple de nombreuses machines à microfilmer à travers les « pays amis ». Aujourd’hui, les documents ne sont lisibles que sur des machines qui ont de plus en plus de mal à fonctionner et que personne ne sait réparer.
  • Il faut l’accepter, la restauration des ouvrages est lente, chère et difficle à programmer sur la durée. Quoi qu’il en soit, il s’agit toujours d’un travail manuel et un restaurateur ne pourra jamais restaurer plus de 300 à 500 livres par an…
  • Car les processus massifs ne peuvent être soutenus. Arsenio Sanchez nous a parlé d’une machine ahurissante qui permettait de plastifier des manuscrits… les démantelant par la même occasion. Clin d’oeil, lorsque nous avons visité l’Archivo General de la Nacion, une de ces machines trônait dans le laboratoire de conservation, offerte par l’Etat Espagnol dans les années 1990. « Elle n’a jamais servi » nous assureront les restauratrices de l’Archive.
  • D’autant que le contrôle de la température et de l’hygrométrie n’est pas une chose si simple… les anecdotes regorgent là encore.
  • Nous avons évoqué la fulgurante angoisse de la fin du 20e siècle : les documents publiés avant 1890 sont tout aussi fragiles que ceux fabriqués en papier acide.
  • Enfin, la numérisation des documents doit aller au-delà du simple acte technique si elle veut pouvoir se présenter comme le sauveur de document originaux qui s’étiolent. La numérisation implique une perte de contact direct avec le créateur du document comme avec sa matière. Le lecteur du livre numérique entre dans un système unique qui le place avant tout comme un consommateur. Et puis surtout, Arsenio Sanchez y est revenu à plusieurs reprises, les technologies sont dangeureuses quand les transferts ne sont pas prévus.

En somme, tant que l’Etat ne prend pas en compte la question de la conservation rien ne peut être entrepris. Il ne faut pas perdre de vue que l’objectif de cette conservation est bien l’accès final à l’information. Aussi un plan de conservation doit pouvoir intégrer plusieurs éléments :

  • Intégrer la conservation dans le contexte de la bibliothèque, en fonction de ses objectifs ;
  • Proposer une formation adaptée au personnel acteur dans la bibliothèque et pas seulement au personnel des hautes sphères qui n’a pas à faire directement avec la manipulation des ouvrages ;
  • Créer un département bien organisé et coordonné avec l’ensemble des services ;
  • Avoir une connaissance exhaustive du fonds de la bibliothèque ;
  • Avoir une connaissance exhaustive du média ;
  • Et surtout, il faut que que le plan proposé puisse être tenu, car on l’oublie trop souvent, il ne sert à rien de se donner des objectifs inatteignables…

Toutes ces questions de conservation et de restauration interrogent l’archiviste du son qui lui aussi se trouve à traiter ses documents de façon lente et complexe, avec des formats multiples. Le phonothécaire occupe lui aussi un métier occulte mais il peut bénéficier de toutes ces expéricences pour permettre à l’archive orale d’être mieux connue et s’ancrer dans les pratiques de recherche des usagers.

Le diaporama de la conférence d’Arsenio Sanchez.

Crédit photographique : Arsenio Sanchez visite l’Archivo General de la Nación de Colombie, à Bogota en septembre 2009, Véronique Ginouvès.

Vamos a hacer memoria : la violence fait-elle partie du patrimoine ?

mc0007660

Le symposium sur le patrimoine bibliographique qui s’est déroulé du 22 au 25 septembre à Bogotá a été l’occasion pour la bibliothèque nationale de Colombie de créer des réseaux dans le pays, mettre en place des collaborations internationales, recueillir des idées pour établir son plan stratégique décennal.  Si le sujet vous intéresse, vous pouvez d’ailleurs participer à l’écriture de ce plan en inscrivant vos propositions sur le forum créé pour l’occasion. Les conférences qui se sont succédées présentaient de nombreux exemples de réalisations en Amérique Latine (Brésil, Chili, Mexique), en Europe  (Espagne, Grande-Bretagne, France) et en Colombie (bibliothèque nationale, départementales, communales, bibliothèques d’universités privées ou encore bibliothèques du réseau de la Banque de la République de Colombie).

La table-ronde du jeudi portait sur la définition du terme « patrimoine ». Angela Perez, sous-directrice de la grande bibliothèque Luis Ángel Arango financée par la banque de la République de Colombie, en était la modératrice. Aquiles Alencar-Brayner, conservateur des collections latino américaines à la British Library, a lancé un débat plutôt brûlant : la notion de patrimoine est vaste, elle couvre de nombreux domaines mais il en est un qu’il ne faudrait pas oublier, celui de la violence et de l’interdit. Les traces des manifestations culturelles qui vont à l’encontre de l’Etat  ou du pouvoir doivent aussi être conservées dans les bibliothèques ou les centres de documentation.  Il a donné deux  exemples, un en Amérique Latine, l’autre en Europe. Au Brésil, la musique funk des rues brésiliennes est interdite de diffusion par l’Etat parce qu’elle est jugée trop violente. Aujourd’hui cette musique est vivante et témoigne de la vie quotidienne des favellas. Mais pourquoi ne pas en conserver un témoignage dans les institutions culturelles brésiliennes ?  Plus près de chez nous, il a rappelé cette récente polémique qui a eu lieu en Grande-Bretagne. En septembre 2008, l’organisme chargé de valider les examens dans l’enseignement secondaire a supprimé du programme des lycéens un poème intitulé Education for leisure exigeant même des enseignants qu’ils détruisent les anthologies dans lequel il figurait. Ce poème avait été écrit plusieurs années auparavant par une jeune fille de 14 ans, Carol Ann Duffy, intronisée le 1er mai dernier « Poet Laureate » des dix prochaines années.

Education for leisure

Today I am going to kill something. Anything.
I have had enough of being ignored and today
I am going to play God. It is an ordinary day,
a sort of grey with boredom stirring in the streets
I squash a fly against the window with my thumb.
We did that at school. Shakespeare. It was in
another language and now the fly is in another language.
I breathe out talent on the glass to write my name.
I am a genius. I could be anything at all, with half
the chance. But today I am going to change the world.
Something’s world. The cat avoids me. The cat
knows I am a genius, and has hidden itself.
I pour the goldfish down the bog. I pull the chain.
I see that it is good. The budgie is panicking.
Once a fortnight, I walk the two miles into town.
For signing on. They don’t appreciate my autograph.
There is nothing left to kill. I dial the radio
and tell the man he’s talking to a superstar.
He cuts me off. I get our bread-knife and go out.
The pavements glitter suddenly. I touch your arm.

Carol Ann Duffy

Je ne connaissais pas ce poème, mais je l’ai aimé et il m’a donné une furieuse envie de mieux connaître l’oeuvre de Carol Ann Duffy. Sa lecture  ne peut effectivement que faire réfléchir sur le sens de l’interdit et les choix que les bibliothèques et les musées doivent faire pour la conservation d’un patrimoine « national ». Cette question est cruciale en Amérique Latine qui a traversé depuis les années 1950 des séries de régimes autoritaires. Elle est affrontée de différentes façons par les institutions culturelles et par les citoyens.

Lors du 13e  congrès international d’histoire orale à Rome en 2004, en conclusion des journées, Estella Carlotto, ancienne « folle de la place de mai« , est venue y raconter son histoire. Dans les années 1970 elle a été la grand-mère d’un enfant qu’elle n’a pas encore pu rencontrer. Auparavant elle était mère d’une fille engagée dans la lutte politique, arrêtée,  torturée alors qu’elle était enceinte, puis assassinée une fois son enfant mis au monde.  « L’aguela »  a raconté comment elle a créé avec d’autres  grand-mères, des archives sonores d’un nouveau genre, des archives où des grands-parents racontent la vie de leurs enfants, l’amour qu’ils ont pu leur porter, et l’amour que ceux-ci auraient porté à leurs propres enfants s’ils avaient pu les élever.  Avec ces enregistrements est aussi consigné un peu du  sang des grands-parents. Ceux qui ont des doutes sur leur origines peuvent ainsi confronter leur ADN.  Cette base de données qui a pour nom « Tesoro » a permis de retrouver déjà une centaine d’enfants, devenus des adultes, qui avaient été adoptés par des militaires.

Crédits photographiques : Bibliothèque nationale du Chili : « Memoria chilena para chiegos » : Images du parti socialiste du Chili (1963-2000) : le train de la liberté, candidature de Salvador Allende (1958), pas de restriction de droit signalée. http://www.memoriachilena.cl/iniciativas/ciegos.asp

Ecouter Carol Ann Duffy sur la BBC : http://www.bbc.co.uk/poetryseason/poets/carol_ann_duffy.shtml

Vamos a hacer memoria : symposium national sur le patrimoine bibliographique (Bogotà, septembre 2009)

vamos-a-hacer-memoriaDu 22 au 25 septembre 2009 à Bogotà se tiendra le premier symposium national sur le patrimoine bibliographique organisé par le Ministère de la Culture et la Bibliothèque nationale de Colombie. Cette réunion voudrait être la première d’une série à venir, sous le titre « Vamos a hacer memoria ». L’objectif est de mettre en marche un processus destiné aux bibliothèques de Colombie pour les aider à valoriser, cataloguer et conserver le patrimoine bibliographique colombien qu’il s’agisse de textes, d’images ou de sons. Le réseau, solide et déjà ancien, des bibliothèques départementales de Colombie sera l’un des partenaires central de ce symposium pour rappeler la multiplicité des cultures et des langues dans le pays.

Depuis 2005, la phonothèque de la MMSH travaille en collaboration avec un réseau andin constitué d’ethnomusicologues, d’anthropologues, d’archivistes, de biblitohécaires et de médiateurs culturels qui se préoccupent de la valorisation des archives sonores et audiovisuelles enregistrées sur le terrain. Ce groupe a pris pour nom, CASAE : Comité operativo de Censo y valoración de los Archivos Sonoros y Audiovisuales Etnográficos inéditos grabados en los paises andinos. C’est dans la continuité de ce projet qu’elle a été invitée à intervenir lors de ces journées sur le thème : Hacer visible lo inédito, una experiencia de recuperación de lo sonoro.

Le programmehttp://www.bibliotecanacional.gov.co/recursos_user/digitalizados/Programa.pdf

Les conférenciers : l’écrivain, Fernando Báez, ancien directeur de la Bibliothèque Nationale du Vénézuela ; Rosa María Fernández, présidente du Comité Mexicano Memoria del Mundo, et chercheur à l’UNAM (México) ; Emir Suaiden, directeur de l’Instituto Brasilero de Investigación Científica y Tecnológica (IBICT) ;  Isabel Moyano et Arsenio Sánchez, Bibliothèque Nationale d’Espagne ;  María Jesús López, direction générale du livre, des archives et des bibliothèque, Ministère de la Culture d’Espagne ; Aquiles Alencar-Brayner, département des collections latino-américaines, British Library ; Véronique Ginouvès, ingénieure de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), France ;  Ana Tironi, directrice de la bibliothèque nationale du Chili  ; Ana Roda Fornaguera, ddirectrice de la bibliothèque nationale de Colombie ; Margarita Garrido,directrice de la bibliothèque Luis Ángel Arango ; Angela María Pérez, Subgerente Cultural Banco de la República ; Jaime Quevedo Urrea, coordinateur du Centro de Documentación Musical de la bibliothèque nationale de Colombie ; lhistorien et l »écrivain Jorge Orlando Melo ;  Edgar Allan Delgado Fuentes, coordinateur du processus technique de la bibliothèque nationale de Colombie.

Prague 2010 : congrès de l’association internationale d’histoire orale

2387159031_6638cf8a20Le congrès de l’association internationale d’histoire orale a lieu tous les deux ans. L’année prochaine il se tiendra à Prague et j’espère que la communauté française sera représentée car les grands acteurs du monde de l’histoire orale aujourd’hui se trouvent principalement dans le monde anglo-saxon et hispanique. Alors pour modifier un peu ce paysage, j’encourage les francophones qui ont des recherches en cours dans le domaine de l’histoire orale à venir les présenter. Le thème général du congrès est vraiment très large :  Between Past and Future: Oral History, Memory and Meaning… Vous pouvez effectuer votre proposition d’intervention directement en ligne jusqu’au 6 septembre 2009 (la date a été prolongé le 15 juillet).

A l’année prochaine, à Prague !

Crédit photographique : Guerre des Balkans, 1942, Les immigrants grecs quittent New-York, Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA, George Grantham Bain Collection, pas de restriction connue de publication. Permalien : http://hdl.loc.gov/loc.pnp/ggbain.10828

Journée d’étude : Mémoires d’Algérie. La parole et l’image, quel sens pour l’histoire ?

alger

Plusieurs questions sur le patrimoine oral et audiovisuel seront abordées dans le cadre du prochain séminaire de l’ANR Imasud. Cette journée d’études se tiendra mercredi 10 juin 2009 de 9h30 à 17h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Salle Georges Duby).

alger2Maryline Crivello, porteuse du programme Imasud introduira les journées. Vous pourrez ensuite découvrir des  extraits d’un entretien filmé réalisé par Karima Dirèche (titre de l’intervention : Souvenirs et représentations d’un juif d’Oran. De quelle Algérie parle-t-on ?) puis des extraits d’une pièce de théâtre, écrite et interprétée par la troupe marseillaise « Théâtre et société », présentée par Chloé Rondeleux et Marie Favereau, en présence des acteurs  (titre de l’intervention : Du théâtre à l’histoire. La Révolution des Chibanis). L’après-midi, Dionigi Albera nous présentera des extraits de son documentaire sur « La vierge d’Oran et la mosquée d’Abraham » (titre de l’intervention : Au prisme du religieux. Le pèlerinage à la vierge d’Oran à Nîmes), Claude Bossion autour du projet « Mémoires partagées » visionnera des extraits de films amateurs et Véronique Ginouvès détaillera les collections de la Phonothèque de la MMSH sur l’Algérie (titre de l’intervention : Paroles d’Algériens. Les archives orales entre demande sociale et usages scientifiques) en présentant des extraits de récit de vie.

Crédits photographiques :

Boulevard de la République à Alger, 29 juin 1904, carte postale, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3363401530/

Rue Randon à Alger,prise de vue autour de 1920, L.V.S. Aqua Photo LV&C, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583233/

Ces images ont été utilisées dans l’exposition « Walls of Algiers : narratives of the City » du Musée Getty http://www.getty.edu/art/exhibitions/algiers/index.html

Pas de restriction de diffusion connue.