Archives de catégorie : Journée d’étude

Inventaires du patrimoine culturel immatériel de la France, 6 & 7 juillet 2016, MMSH

Sur proposition du Département du pilotage de recherche et de la politique scientifique – DPRPS du Ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative (IDEMEC UMR 7307, CNRS et Aix-Marseille-Université) accueillera les journées 2016 « Inventaires du patrimoine culturel immatériel de la France » à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Les deux journées se dérouleront autour d’ateliers de présentation des travaux en cours, d’une réflexion sur les formes d’inventaires interactifs et collaboratifs, d’une présentation de l’outil « semanticpedia » et de questionnements à propos de l’attractivité des inventaires.

PROGRAMME

Mercredi 6 juillet

10h30-11h Accueil, introduction des journées par Sylvie Grenet et Pascal Liévaux (DPRPS, Ministère de la Culture et de la Communication) Continuer la lecture de Inventaires du patrimoine culturel immatériel de la France, 6 & 7 juillet 2016, MMSH

Une matinée sur les humanités numériques en Tunisie le 17 juin 2016 à la MMSH

En collaboration avec le LabexMed et le Pôle image/son pratiques du numérique en SHS, un cycle de conférences sur les Digital Humanities en Méditerranée a été entamé en 2014 avec l’objectif est de mieux connaître l’évolution des usages du numérique dans la recherche sur l’aire méditerranéenne. Après les DH en Espagne puis en Grèce, cette année l’atelier portera sur la Tunisie et se tiendra le 17 juin 2016. Il se déroulera sous forme de discussion entre Hédi Jallab (directeur des archives nationales du Tunisie) et Kmar Bendana, (Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie contemporaine /Université de La Manouba). Les intervenants seront présentés par Nicole El Ajmi-Granet (responsable du Pôle Histoire , des études moyen-orientales et du Cadist – SCD AMU) .

Les Archives nationales de Tunisie : des traditions solides, des ambitions légitimes. Par M. Hédi Jallab (directeur des archives nationales du Tunisie)

Crées en 1874, avant l’établissement du protectorat Français, les Archives Nationales de Tunisie ont une longue histoire et de solides traditions dans la gestion des papiers de l’Etat. Depuis le 02 aout 1988 les Archives nationales ont pour mission de veiller sur la bonne application du système national de gestion des documents et d’archives. Placée sous la tutelle du Présidence du Gouvernement, cette institution œuvre avec les services de gestion de documents et d’archives aux différents ministères et administrations publiques pour la bonne gestion des documents à travers les étapes de leur cycle de vie : dés leur création jusqu’à l’élimination ou la conservation définitive. Elle conserve les documents à valeur historique ou scientifique, organise leur communication au public en tant que source de recherche et une partie intégrante du patrimoine national. Les Archives Nationales se mettent au diapason des nouvelles technologies de l’information et de la communication par la mise en ligne d’un site web dynamique présentant l’activité de l’institution, ses missions et attributions, les textes juridiques qui organisent le domaine ainsi que les différents fonds qui y sont conservés. Les références relatives à ces fonds sont enregistrées dans deux bases de données bilingues consultables en ligne. Un effort de micro filmage et de numérisation est assuré depuis quelques années. Les Archives Nationales assurent également la présidence du comité national pour les documents électroniques institué par arrêté du 1er ministre en date du 14 janvier 2004. Ce comité a pour mission de mettre en place une stratégie nationale de gestion et d’archivage de ces documents selon les normes internationales de création, d’identification, d’utilisation et de leur conservation à long terme.

Kmar Bendana (Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine, université de la Manouba) :  Autour de l’usage du blogging scientifique d’une historienne tunisienne, dans le contexte post-2011. Comment les Digital Humanities entrent-elles en résonance avec les besoins des chercheurs dans un environnement politique qui bouscule les formes et supports du questionnement scientifique ? La « découverte » de ce mode de communication s’avère en phase avec les possibilités et les besoins d’échange qui s’ouvrent après 2011. La rigidité des formes de communication et le manque d’espaces de débat confèrent à l’outil une utilité immédiate qui permet à son utilisatrice d’expérimenter un ton nouveau, de toucher un lectorat plus large et de questionner sa discipline, l’histoire, en relation avec le présent observé.

Quelques références pour préparer la séance :

– HCTC, Histoire culturelle de la Tunisie contemporaine (carnet de recherche) : http://hctc.hypotheses.org/

– Kmar Bendana à La Fabrique de l’histoire, émission « L’histoire à l’ère du numérique » : http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire/l-histoire-l-ere-du-numerique

– « Libre accès et communication scientifique directe : retours croisés sur une expérience de blog en contexte tunisien », Kmar Bendana et Delphine Cavallo, in Libre accès et recherche scientifique : vers de nouvelles valeurs, actes de la Conférence internationale sur le libre accès (Tunis, 2014), pp. 188-203 : http://icoa2014.sciencesconf.org/37942/document

L’atelier est gratuit et ouvert à tou-te-s merci de remplir le formulaire en ligne pour vous inscrire.

Cet atelier sera retransmis par visioconférence en Tunisie, à l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès : http://www.isamgb.rnu.tn

 

Crédits photographiques : image extraite d’un ouvrage de la  British Library : Tunis. Land und Leute geschildert… comportant  40 Illustrations. La photographie « à la une  » est prise page 8 et date de 1882 (domaine public).

UNAM, septembre 2016 : Conservation des collections sonores et audiovisuels nativement numériques

L’Institut de recherche sur la bibliothéconomie et l’information – IIBI1 et le laboratoire national des sources orales – LANM2 de l’Université nationale autonome de Mexico – UNAM3, l’École Européenne Supérieure de l’image (Poitiers, France), le centre de recherche et de développement de l’Institut national Polytechnique du Mexique – CITEDI-IPN 4 et l’Alliance française de Mexico, organisent des journées d’étude sur la conservation des collections sonores et audiovisuelles nativement numériques : Jornada académica sobre preservación de colecciones sonoras y audiovisuales de origen digital les 7, 8  et 9 septembre 20165.

La journée d’étude sur la conservation des collections sonores et audiovisuelles nativement numériques se donne pour objet un espace interdisciplinaire créé dans un contexte international, caractérisé par la recherche scientifique pour garantir que les sons et les images qui rendent compte de notre identité soient conservés sur la longue durée. A cette occasion, la journée d’étude a pour objectif d’explorer, d’analyser et d’appliquer des méthodes et des technologies qui vont contribuer à conserver les fichiers nativement numériques, sonores et audiovisuels, du peuple ramamuri. La journée est organisée en direction des bibliothécaires, des archivistes, des documentalistes et des professionnels de l’information intéressées par la conservation des documents nativement numériques.

La jornada académica sobre la preservación de colecciones sonoras y audiovisuales de origen digital es un espacio interdisciplinario creado en un contexto internacional caracterizado por la búsqueda de soluciones científicas para garantizar que los sonidos y las imágenes que dan cuenta de nuestra identidad se preserven para el porvenir. En esta ocasión, la Jornada se dedicará a explorar, analizar y aplicar métodos y tecnologías que contribuyan a preservar grabaciones de origen digital sonoras y audiovisuales del pueblo rarámuri. La Jornada está dirigida a bibliotecarios, archivistas, documentalistas y profesionales de la información interesados en conocer cómo preservar los documentos cuyo origen es digital.

Ces journées s’organiseront autour de trois grands axes  :

1. Un séminaire de recherche

2. Un état des lieu de l’analyse documentaire des documents sonores et audiovisuels

3. Des ateliers techniques sur les enregistrements sonores et audiovisuels.

PROGRAMME  (Mise à jour sur le site de l’UNAM)

Mercredi  7 septembre

10h : Session inaugurale :  Domingo Alberto Vital Díaz, coordinateur du département des Humanités et Jaime Ríos Ortega (chercheur IIBI, UNAM) et Perla Olivia Rodríguez Reséndiz (chercheur IIBI, UNAM)

10h30 – 11h30 – Table ronde – 1 : Les documents sonores et audiovisuels des peuples autochtones comme biens culturels et ressource d’information / Los documentos sonoros y audiovisuales de los pueblos originarios como bien cultural y recurso de información : Sylvie Marchand (École Européenne Supérieure de l’image, Poitiers France), Margarita Valdovinos (IIBI, UNAM, México), Benjamín Muratalla (Directeur de la Fonoteca del Instituto Nacional de Antropología e Historia Moderna), Carmen Ordoño Vidaña (coordinatrice de la phonothèque),  Henrietta Yurchenco (Comisión Nacional de Pueblos Indígenas). Modérateur : Jaime Ríos Ortega (chercheur IIBI, UNAM, México).

12h – 13h – Table ronde – 2 : Situation actuelle et problèmes que posent la conservation des documents sonores et audiovisuels nativement numériques / Propuestas y soluciones para la preservación de documentos sonoros y audiovisuales de origen digital : Dora Alicia Braussin (enseignant chercheur et conseiller auprès des Archives nationales de Colombie6, de Bogotá), Perla Olivia Rodríguez Reséndiz (chercheur IIBI, UNAM), Edurne Uriarte Santillán (Coordinateur des collections numériques de l’université de l’UNAM).

13h – 14h – Table ronde – 3 : Propositions et solutions pour la conservation de documents sonores et audiovisuels nativement numériques / Propuestas y soluciones para la preservación de documentos sonoros y audiovisuales de origen digital : Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH, France) [Preserving and disseminating sound cultural heritage: the experience of the MMSH Phonothèque, National Center for Scientific Research, Aix-en-Provence], Berenice Aracely Granados Vázquez et Santiago Cortés Hernández (Laboratorio Nacional de Materiales Orales, ENES Michoacán, UNAM), Jenny Benois-Pineau (LaBRI, Université Bordeaux), Mireya García (Centro de Investigación y Desarrollo de Tecnología Digital del IPN). Modérateur : César Augusto Ramírez (chercheur, IIBI, UNAM).

Jeudi 8 septembre

Diagnostic pour une analyse documentaire des documents sonores et audiovisuels nativement numériques – Clinica para el análisis documental de grabaciones sonores y audiovisuales : deux tables ronde organisées autour de deux thématiques :

  • Gravures sonores et numérique du paysage sonore et musical du peuple rarámuri / Grabaciones sonoras digitales del Paisaje sonoro y música del pueblo raramuri
  • Gravure audiovisuelle numériques des cérémonies tradiotionnelles et rituelles du peuple rarámuri / Grabaciones audiovisuales digitales de las Ceremonias tradicionales y rituales del pueblo rarámuri

9h – 13h : Table ronde 1 – Participants : Sylvie Marchand (École Européenne Supérieure de l’image, Poitiers France), Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH, France), Benjamín Muratalla (Directeur de la phonothèque de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire / Fonoteca del Instituto Nacional de Antropología e Historia), Carmen Ordoño Vidaña (coordinatrice de la phonothèque), María Elena Francode (Responsable du catalogage vidéo et cinéma au sein de la commission7 nationale pour le développement des peuples indigènes), Leticia Cervantes Naranjo (Unversité interculturelle indigène de Michoacán). Modératrice : Perla Olivia Rodríguez Reséndiz (chercheur, IIBI, UNAM).

16h à 19h : Table ronde 2 – Participants :   Alejandro Ramirez y Mireya Garcia (Centro de Investigación y   Desarrollo de Tecnología Digital del IPN) Jenny Benois-Pineau (Université Bordeaux)

Vendredi 9 septembre : trois ateliers
10h-14h :
Organisation de deux ateliers techniques en parallèle de 10h à 14h , le premier sur l’enregistrement numérique des documents sonores mené par Roberto Hernández (expert en production sonore et réseau numérique)et le second, mené par Oscar Carrillo (producteur de télévision), sur les documents audiovisuels.

10h à 13h  : atelier sur la recherche de contenu sonore et audiovisuel mené par     Alejandro Ramirez et Mireya Garcia (Centro de Investigación y Desarrollo de Tecnología Digital del IPN) avec Jenny Benois-Pineau (LaBRI, Université Bordeaux).

Lieu des journées d’étude : Salle des séminaires de l’IIBI / Sala de Seminarios del IIBI, UNAM.

Coordination : César Augusto Ramírez Velázquez, Jaime Ríos Ortega, Perla Olivia Rodríguez Reséndiz.

 

Résumé (en langues anglaise et espagnole) de l’intervention de Véronique Ginouvès, phonothèque de la MMSH, USR 3125 AMU/CNRS :

Preserving and disseminating sound cultural heritage: the experience of the MMSH Phonothèque, National Center for Scientific Research, France, Aix-en-Provence / Un dispositivo para el acceso en línea del patrimonio cultural del sonido conservado en un centro de archivos del sonido : el caso de la Fonoteca, Centro Nacional de Investigación Científica, Francia, Aix-en-Provence

The sound archive center of the Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) – Mediterranean Research Center for Humanities and Social Sciences, preserves, manages and disseminates archives recorded in the field by social sciences researchers. These archives enabled them to complete their work with the point of view of witnesses, stakeholders in the knowledge. However the researches and the Sound archives centers had to get go through the process of patrimonalization. The main goal of this conference is to present our best practices and rules to collect, preserve and disseminate our archives but also to make them accessible to all. We will focus on long term preservation of the data, their structuration and dissemination in the globalized environnement. A special focus will be put on the Europeana Sounds project, to highlight a best practice network, combining sound and audio heritage institutions from 12 countries across the European Union Member States, together with non-profit organisations, and commercial companies.

El centro de archivos del sonido de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) – Casa Mediterránea de las Ciencias humanas , conserva, administra y divulga archivos gravados en el ámbito por investigadores en ciencias sociales. Estos archivos han cumplido con su función de archivos gracias al punto de vista de los testigos, que hacen parte del conocimiento. Sin embargo, los investigadores y los centros de archivos del sonido, tienen que atravesar juntos un proceso de patrimonialización. El objectivo principal de esta conferencia es de presentar las buenas prácticas que usamos y normas para colectar, conservar y divulgar nuestros archivos pero también para ponerlos a dispocisión de todos. Nos centraremos sobre la conservación de los datos a largo plazo, su estructuración así que su divulgación en el contexto de la globalización. Se prestará especial atención al proyecto de Europeana Sounds, para valorizar las buenas prácticas de la red, que implica las instituciones del patrimonio del sonido y del audio, con 12 países attraverso los Estados miembros de la Unión Europea, junto a organizaciones sin ánimo de lucro, y con compañías comerciales.

A signaler du 1er au 3 juin 2016, s’est tenu à Mexico le premier congrès international sur les métadonnées sur le thème « Tendances multidisciplinaires et  usages des métadonnées », où est intervenue Joséphine Simonnot, qui participe également au projet Europeana Sounds, pour présenter la base d’archives sonores du CREM. Ce congrès est organisé également par l’IIB – Instituto de Investigaciones Bibliotecológicas y de la Información – UNAM – Universidad Nacional Autónoma de México. Programme en ligne et présentation vidéo du congrès.

Crédits photographiques (à la une) : image extraite de l’exposition en ligne Los pueblos de la Frontera Sur, publiée en mars 2016 dans la galerie de la Comission nationale pour le développement du peuple indigère / Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indígenas. Pas d’indication d’usages précisées.

  1. Instituto de investigaciones bibliotecológicas y de la información – IIBI []
  2. Laboratorio Nacional de Materiales Orales de la UNAM []
  3. Universidad nacional autónoma de México []
  4. Centro de Investigación y Desarrollo de Tecnología Digital del Instituto Politécnico Nacional []
  5. Ces journées sont organisées avec le soutien du programme UNAM-DGAPA-PAPIIT, n° IN402016 []
  6. J’ai eu la chance de visiter ces archives en 2009, je vous renvoie vers les images et le texte de cette visite. []
  7. Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indígenas []

Visual studies et Méditerranée, 27 juin 2016, Aix-en-Provence (MMSH)

Journée de découverte et inauguration
Visual studies et Méditerranée

Un accès exceptionnel aux archives de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) à la médiathèque de la MMSH
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

Les archives du dépôt légal de l’Ina
dans la recherche en sciences humaines et sociales
Inauguration de deux PCM

Le 27 juin 2016, à la médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH – AMU/CNRS), seront officiellement inaugurés deux postes de consultation multimédia (PCM) de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) donnant ainsi accès à plus de 12 000 000 d’heures de documents radio et télévision, 1 000 000 d’heures enregistrées chaque année, 13 000 sites web média, 120 chaînes de radio et de télévision captées 24h/24 au titre du dépôt légal, 34 000 titres de cinéma.

La recherche en sciences humaines et sociales exploite les archives du dépôt légal de l’Ina depuis plus de 30 ans1 et peut aujourd’hui s’appuyer sur des masses de données en croissance exponentielle. Avec l’accès aux deux Postes de consultation multimédia (PCM) à la médiathèque de la MMSH, chercheurs, étudiants, enseignants et plus largement, tout curieux du domaine, peuvent aujourd’hui consulter ces archives de la radio, de la télévision, du cinéma et du web. Avec la participation de chercheurs et de professionnels du monde de l’audiovisuel, cette journée de découverte – ouverte à tou.te.s – offrira un large aperçu des usages des PCM et des possibles exploitations du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales.

Tout au long de cette journée des ateliers de recherche seront organisés sur les PCM installés à la médiathèque de la MMSH auxquels le public pourra participer librement, sur inscription. Les conférences se tiendront salle Paul-Albert Février (MMSH).

PROGRAMME

10h : Accueil et introduction : Brigitte Marin (directrice de l’USR 3125 et du laboratoire d’excellence LabexMed, AMU/CNRS), et Géraldine Poels (Ina, Direction des collections, Responsable de la valorisation scientifique)

10h30 : Mireille Maurice (Déléguée régionale de l’Ina Méditerranée), 20 juin 1992, chronique d’une loi historique

11hMaryline Crivello (directrice de l’UMR 7303 Telemme, AMU/CNRS, Directrice exécutive de la Fondation A*MIDEX),  et Marie-Christine Hélias-Sarre (Responsable documentaire Ina Méditerranée), Recherche et fonds documentaires de l’Ina : 30 ans de collaboration

11h45 : Géraldine Poels (Ina, Direction des collections, Responsable de la valorisation scientifique), Bien plus que de la télévision : tout ce que vous n’avez pas (encore) cherché dans les collections de l’Ina

14h15 : Thomas Gabison (les éditions Actes Sud BD / ARTE),  Les voix de la ville qui n’existe plus

14h45 : Evelyne Cohen (Enssib – Université de Lyon, LARHRA), Les archives de l’Ina : enjeux et usages historiens

15h15 : Gérôme Truc (Département de sciences sociales de l’ENS Cachan), Faire une sociologie des attentats : l’apport des archives de l’Ina

15h45 : Sophie Gebeil (UMR 7303 Telemme, AMU/CNRS), Le dépôt légal du web, une source d’histoire contemporaine : le cas des mémoires maghrébines en ligne de 1999 à 2014

16h15 :  Conclusions et perspectives, présidées par Maryline Crivello et Géraldine Poels

Pour suivre les ateliers d’introduction à la recherche sur les PCM (30 minutes) qui seront organisés à la Médiathèque de la MMSH avec Christian Champaloux (Médiathèque MMSH) et Anissa Adgharouamane (stagiaire à l’Ina Méditerranée), vous pouvez dès à présent, vous inscrire à partir d’un formulaire en ligne. Ces ateliers,  qui débuteront dès 9h30, sont ouverts à tou.te.s. Nous bénéficierons de la présence de Corinne Gauthier (Inathèque, BnF) qui pourra répondre à toute question sur des recherches spécifiques.

Crédits photographiques : en 1963, un homme attend son tour chez le barbier, en Floride, tout en regardant les actualités à la télévision – peut-être à propos de l’assassinat de JF Kennedy -, Archives nationales de Floride, pas de restrictions de droit connues.

Cette journée est organisée avec le soutien de l’Ina, de l’USR 3125 et de l’UMR 7303 Telemme – AMU/CNRS .

Lieu : Salle Paul-Albert Février, MMSH.

 Merci à Anissa-Claire Adgharouamane, Master 1 (professionnel) Histoire et Humanités, spécialité 6 – Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques pour son soutien logistique à cette journée.

  1. Les Visual Studies sont un courant de recherche apparu au début des années1990, qui englobe la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels. Pour en savoir plus : http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-Visual-Studies/definition.htm []

« L’Europe et ses intellectuels », Varsovie, 30 mai – 2 juin 2016

Dans le cadre de la célébration du bicentenaire de l’Université de Varsovie (1816-2016) et du réseau réseau scientifique « Cultures européennes – identité européenne », un colloque international sur le thème de « L’Europe et ses intellectuels » se tiendra à Varsovie du 30 mai au 2 juin 20161. Une introduction au colloque et une présentation de ses grands axes ainsi que de l’équipe scientifique est ligne sur le site du Centre de civilisation française de l’université de Varsovie.

PROGRAMME

Lundi 30 mai 2016

Collections et visions de l’Europe :
un dialogue fondateur et perpétuel

17h   Table-ronde modérée par Paul Gradvohl (Varsovie)

Krzysztof Pomian (Paris/Varsovie) – Du cabinet de curiosité au musée
Dietmar Preisler (Bonn) – Les interrogations fondatrices d’un musée d’histoire allemande de l’après-1945
Jolanta Talbierska (Varsovie) – Les collections d’œuvres graphiques: sens et évolution
Véronique Ginouvès (Aix-en-Provence) – Identités et collections sonores : les défis du streaming

Mardi, 31 mai 2016

L’engagement pour l’Europe et ses formes

Présidence de Mario Domenichelli
10h30 – Didier Alexandre (Paris) – La notion d’Orient dans les débats qui  traversent le milieu intellectuel français dans  l’entre-deux-guerres
11h – Henryk Chudak (Varsovie) – Comment faire l’Europe selon Julien Benda
11h30 – Marthe Segrestin (Paris) – La revue « Europe » dans l’entre-deux-guerres : quelle Europe littéraire ?
12h – 13h Débat

L’Europe en perspective comparatiste

Présidence de Michael Bernsen
14h30 – Dorota Szeliga (Varsovie) – L‘idée d’Europe dans les relations choisies des voyageurs français de la Renaissance
15h – Remigiusz Forycki (Varsovie) – Les métamorphoses de l’Europe dans les récits de voyage d’Astolphe de Custine
15h30- Henryk Głębocki (Cracovie) – « La Russie telle qu’elle est » aux yeux de l’Occident ou Adam Gurowski et les avatars de la vision de Russie et d’Europe centrale aux Etats-Unis et en Europe au milieu du XIXe siècle
16h 30 – Véronique Gély (Paris) – La littérature européenne selon Joseph Texte, premier titulaire d’une chaire de littérature comparée en France
17h – Tomás Gonzalo Santos (Salamanca) Le père Feijoo, précurseur de l’illustration en Espagne 
17h 30 – Joanna Żurowska (Varsovie) – Maciej Żurowski, un comparatiste polonais après 1945
17h30 – Manuel Montesinos Caperos (Salamanca) – Les intellectuels espagnols du XIXe siècle et la transmission de la culture allemande en Espagne

Mercredi, 1er juin  2016

Les grandes figures européennes

Présidence de Michel Delon
9h – Paweł Matyaszewski (Lublin) – Montesquieu, ou comment peut-on être Européen ?
9h30 – Fabienne Bercegol (Toulouse) – Chateaubriand et l’Europe des intellectuels
10h – Judyta Zbierska-Mościcka (Varsovie) – Maurice Maeterlinck, une pensée belge sur l’Europe
11h – Michael Bernsen (Bonn) – Ernst Robert Curtius, philologue moderne de l’Europe
11h30 – Isabelle Serca (Toulouse) – Une grande figure européenne : Leo Spitzer, philologue humaniste
12h – Débat

Après-midi sous la présidence de Véronique Gély
14h30 – Thomas Hunkeler (Fribourg) – Denis de Rougemont et la notion d’Occident
15h  – Michela Landi (Florence) – L’Europe et l’Esprit: une réflexion politique de Paul  Valéry
15h30     Michael Wetzel (Bonn) – Jacques Derrida et la question de l’Europe
16h30 – Peter Frei (Fribourg) – De Sartre à Derrida : fictions de l’intellectuel en (dé)construction
17h – Marcin Darmas (Varsovie) – Une déprime européenne. L’œuvre littéraire et cinématographique de Michel Houellebecq
17h30    Miriana Yanakieva (Sofia) – L’identité européenne en cinq axiomes
18h – Débat

Jeudi, 2 juin 2016

Avatars de devenir européen

Présidence de Didier Alexandre
9h – Monika Kulesza (Varsovie) – Jean Chapelain et sa « République des Lettres »
9h30 – Michel Delon (Paris) – Le philosophe des Lumières comme intellectuel européen
10h – Izabella Zatorska (Varsovie) – Les réécritures de la « Genèse » au Siècle des Lumières en France
11h – Michael White (St Andrews) – Écrivain entre deux nations philologiques : Paul Heyse – philologue, traducteur, poète
11h30 – Patrizio Collini (Florence) – Le théâtre subversif de Heiner Muller
12h – Débat

Après-midi sous la présidence de Thomas HUNKELER
14h30 – Réni Yotova (Sofia) – Le rôle des intellectuels de l’Europe de l’Est pendant la Guerre froide
15h – Aneta Bassa (Varsovie) – Échanges intellectuels au-delà du rideau de fer – perspectives de recherches autour des archives numérisées du Centre de Civilisation  Française de l’Université de Varsovie
15h30 – Romuald Fonkoua (Paris) – L’Europe face à l’autre part d’elle-même
16h – Wiesław Kroker (Varsovie) – L‘Europe dans l’œuvre d’Andrzej Stasiuk
16h30 – Willi Jung (Bonn) – Albert Camus, Berlin-Est et l’Europe révoltée

En guise de conclusion…

17h  Mario Domenichelli (Florence) – Petite histoire des intellectuels et des idées de l’Europe: de la monarchie universelle à   la démocratie globalisée
18h -Débat suivi du bilan du Colloque Varsovie 2016 par Didier Alexandre, Michael Bernsen et Remigiusz Forycki

 

Comité organisateur : Remigiusz FORYCKI (Varsovie), Président ; Didier ALEXANDRE (Paris), Michael BERNSEN (Bonn), Vice-présidents ;  Aneta BASSA (Varsovie), Secrétaire général ;  Henryk CHUDAK (Varsovie), Mario DOMENICHELLI (Florence), Paul GRADVOHL (Varsovie), Thomas HUNKELER (Fribourg), Artur LOMPART (Bureau du Recteur – Varsovie), Jolanta TALBIERSKA (Bibliothèque Universitaire de Varsovie), Michael WHITE (St Andrews), Miriana YANAKIEVA (Sofia), Membres.

Programme en ligne en langue française.

Programme en ligne en langue polonaise.

 

Crédits photographiques : Pont Alexandrowk à Varsovie photographié entre 1910 et 1915, collection de la bibliothèque du Congrès,  domaine public.

  1. Le colloque a lieu sur le site de la Bibliothèque Universitaire de l’université : Auditorium 1.007, 55 rue Dobra et sale n°316, 3ème étage 56 rue Dobra, Varsovie. []

2ème rencontre « Sources et créations », Mucem, 9 mai 2016 : Quelles archives pour la création ?

En mars 2015, dans le cadre du projet « Sources et créations », le Mucem organisait une première journée professionnelle de réflexion consacrée à la question : Quelles sources pour la création ? Pour cette nouvelle édition, l’interrogation est cette fois : Quelles archives pour la création ?. Quelles méthodes, processus et orientations sont proposés par les organismes privés et publics pour conserver des créations artistiques, que celles-ci soient émises par des festivals, des compositeurs, des musiciens, ou des chercheurs ? S’agit-il d’archives publiques ou d’archives privées ? Comment cela s’organise-t-il à l’échelle méditerranéenne ? Ces rencontres seront l’occasion d’explorer différentes pratiques aussi bien en France qu’en Tunisie et au Liban, avec ateliers et table-ronde.

PROGRAMME

9h30 : accueil au Centre de conservation et de ressources (CCR)

10h-12h, CCR : Atelier A la découverte des archives du musée, en compagnie de Marie-Charlotte Calafat (responsable adjointe du Centre de conservation et de ressources, Mucem)  et Fabienne Tiran (archiviste, Mucem).

14h30-15h15, fort St Jean, I2MP, salle Meltem : Atelier avec Zeina Saleh Kayali du Centre du patrimoine musical libanais1.

15h30-16h15 : Atelier avec Anas Ghrab du Centre des musiques arabes et méditerranéennes2.

16h30-17h15 : Atelier : Présentation du thesaurus d’instruments de musique MIMO par Rodolphe Bailly

18h-20h : Rencontre-discussion : Quelles archives pour la création ? Avec Lenka Bokova (responsable de la maison Jean Vilar), Bertha Bermudez (danseuse et chorégraphe), Mireille Maurice (déléguée générale de l’INA), Fabienne Tiran (archiviste),  Modération par Marie-Charlotte Calafat (Mucem) et Véronique Ginouvès (responsable de la phonothèque de la MMSH).

Si Elisabeth Cestor (Mucem) à l’origine du projet et de cette journée n’est pas affichée dans le programme, elle nous fera part de prochains événements à venir dans le cadre du programme qui continue à se développer.

Crédits photographique : promenade près du Mucem en 2015, photographie de Nadine Vakhnovsky, CC-BY-NC.

  1. Le Centre du patrimoine musical libanais – CPML-espace Robert Matta  a ouvert ses portes en 2012 au Collège Notre-Dame de Jamhour, dans la région de Beyrouth. Il a pour objectifs de rassembler, conserver et valoriser les archives et la documentation des compositeurs libanais de musique savante []
  2. Le Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes est une institution publique sous la tutelle du ministère de la Culture de la Tunisie. Situé à Sidi Bou Saïd, il se consacre à l’étude et à la valorisation du patrimoine musical arabe. Le Centre abrite aujourd’hui une importante phonothèque ainsi qu’un musée d’instruments de musique, et organise différentes activités artistiques et scientifiques []

L’empreinte maghrébine, un colloque international à Gabès

Du 14 au 17 avril s’est tenu à l’université de Gabès, Institut supérieur des arts et métiers la troisième session du colloque international sur le thème « Arts et musiques tunisiens, dimensions arabo-musulmanes africaines et méditerranéennes : l’empreinte maghrébine ».

من  14 الى 17 ابريل إنتضم في جامعة قابس المعهد العالي للفنون والحرف، الدورة الثالثة للمؤتمر الدولي حول « الفنون  والموسيقى التونسية، أبعاد عربية وإسلامية  في أفريقيا ومنطقة البحر الأبيض المتوسط: بصمة شمال أفريقيا »  

From 14 to 17 April, the University of Gabes and the Higher Institute of Arts and Trades held the third session of the international conference on « Tunisian Arts and music, African and Mediterranean Arab-Muslim dimensions: the Maghreb footprint »

affichecollloqueGABES2016

PROGRAMME

Mercredi 14 avril 2016

9h30 : Allocution d’ouverture d’Olfa Njima (Maître assistante à l’ISAMG, directrice d’ISAM) et de Mohamed Gouja (directeur de l’UF EASYER « Esthétique, arts, synergie environnementale et recherche », Maître de conférence en musique et musicologie, ISAMG)

Parcours et enjeux créatifs  – Career and creative issues 
مسار واهداف الإبداع   

Séance 1 – Modérateur : Mohamed Gouja (Directeur de l’UF EASYER, Maître de conférence en musique et musicologie ISAMG)

Nacer Ben Cheikh (Professeur émérite, Université de la Manouba) Numériquement autre

Amor Keraim (Directeur de l’ISAM, Sidi Bouzid)                                       تراسل الفنون في تجريبة عمر كريم التشكيلية
Les affinités entre les arts selon l’expérience plastique d’Omar Karim

Mohamed-Sahbi Chtioui (Sculpteur tunisien vivant au Maroc)
Parcours sculptural de Sahbi Chtioui/ témoignage et débat

Séance 2 : Modérateur : Nacer Ben Cheikh (Professeur émérite, Université de la Manouba)

Salwa Bakr (écrivaine égyptienne)
تجربتها الروائية و رحلتها الاءبداعية
L’expérience de l’écriture de fiction et son voyage créatif

Fata Ben Amer (Maître de conférence en arts plastiques, ISAMS) فسيفساء الفن التونسي
La mosaïque de l’art tunisien

Sara Ben Ahya (Enseignant chercheur ISBAT)
Corps céramiques métamorphosés : miroirs d’un Être et image d’une vie

Abdellali Maazouz (Professeur habilité de l’Unversité Hassan 2 de Casablanca, Maroc)
Image cinématographique et narrativité

Chaker Louaibi (Maître assistant ISAMG) :
اشكالية الفارق  بين (الحرفي) و (الفنان) مطلع القرن العشرين ,تونس مثـلآ
La problématique de la différence entre l’art et l’artisanat du début du 20ème siècle, le cas tunisien

Séance 3 – Modérateur :  Samiha Ben Said (Maître assistante à l’ISMS)

Salah Adouni (Assistant ISAMG) :
تساؤلات حول مسارات الحرف في التشكيل العربي المعاصر
Interrogations autour des parcours artisanaux dans les arts plastiques arabe contemporains

Mouna Khaskoussi (Doctorante) :
التجربة النسجية لدى محمد مطيمط على ضوء بعض التجارب التونسية
L’expérience du tissage chez Mohamed Mtimtin

Arij Jaouachi (Doctorant) : La issaya de Kébili
Transmission, apprentissage et pratique

Karim Thlibi (Doctorant)
التعبيرية الموسيقية التنسية: الاصوات الشعبية بين التداول و التوثيق
L’expressivité musicale tunisienne

Bassam Tabelsi (Assistant)
التعبيرية الموسيقية المغاربية من خلال التدوين و التداول: استخبار على آلة الناي في تونس نموذجا
L’expressivité musicale maghrébine

Soirée musicale : Croisement, avec Abdelkhalek Draouil et Zied Mnifi « Aswât »

DSC00070

15 avril 2016

Musique et musicologie – Music and musicology
الموسيقى و علم الموسيقة

Séance 4 – Modérateur : Mahmoud Guettat, professeur émérite (excusé)

Jérôme Clerc (Maître de conférence à l’université Paris-Sorbonne : Réflexion sur la notion de géo- musicologie, à travers l’exemple d’une recherche en Turquie méridionale

Pierre-Philippe Rey (Professeur des Universités, Paris 8 : L’art Mudéjar’ au Mexique pendant la colonisation espagnole, un transfert du Maghreb à l’Amérique latine

Zouhaier Gouja (Maître assistant à l’ISMT)
Le Gougay, genre de vièle du Stambali tunisien

Séance 5 – Modératrice : Fouzia Belhachemi (Maître de conférence en anthropologie, CNRPAH)

Mahmoud Guettat (Professeur émérite)
الموسيقى المغربية و مقاربات التوثيق
Musique maghrébine et approche archivistique (excusé)

Abdhallah Mokhtar Sebai (Professeur à l’Université de Tripoli)
النوبة الليبية
La nouba lybienne

Samiha Ben Said (Maître assistante à l’ISMS)
نقدية لواقع الموسيقى التونسية في بعدها المغربي
Critique de la réalité de la musique tunisienne dans le contexte maghrebin

Sélim Gouja (Maître assistant à l’ISAMG)
إشكالية محمدودية جدوى التدوين السلالم و الإيقاعات التونسية
La problématique de la limite des archives

Séance 6 –  Modératrice : Maya Saidani (Professeure en ethnomusicologie, CNRPAH, Alger)

Houda Fekili (Enseignante-chercheuse à l’ISAMG)
الحلي و التحلي: تجليات إيقاعية
Les bijoux traditionnels : manifestations rythmiques

Ikbal Hamzaoui (Assistante à l’ISMK)
Musique Jarocho et musique Stambali

Abdhelkhaled Draouil (Assistant en musicologie à l’ISAMG)
العناصر الدرمية لرواية طرق الصيد بآلة القصبة في الجنوب التونسي
Les éléments dramatiques de la flûte de roseau (caçba) dans le Sud tunisien

Ali Chamsseddine (Assistant en musicologie à l’ISAMG)
المحاكاة الصوتية في المنظومة الإيقاعية العربية بين رؤى التنظير و واقع التطبيق
L’onomatopée sonore dans les systèmes rythmiques arabes entre pratique et théorie

Malek Hamdi (Doctorant en musicologie)
القصبة في الجنوب الشرقي لتونس دراسة ارغانولوجية
Flûtes de roseaux dans le Sud tunisien

Selfeddine Mayouf (Doctorant en musicologie)
القصبة في الشمال الغربي لتونس دراسة ارغانولو جية
Flûtes de roseaux dans le Nord tunisien

Mohamed Besbes (Assistant à l’ISAMG)
الحظرة العيساوية لسيدي مهمد بن جابربالمهدية: دراسة توثيقية تحليلية
La transe de la confraternité Esaoui chez Mohamed Bendjaber de Medhia : étude archivistique analytique

Fida Louhichi (Chercheur UR)
مقومات المقام في الموسيقى المغربية بين النظرية و الممارسة من خلال مقاربة مقاربة بين مزموم التونسي و القسنطيني
Les fondements des échelles musicale maghrébines : études comparatives du tab° mazmùm à travers sa pratique dans le màlùf tunisien et constantinois à travers sa pratique

Soirée musicale : atelier musiques de tradition orale « Stambali », direction Zouhaier Gouja

MOhamed Gouja, Maya Saidani et Hala Ben Maalam, conférence Gabès 2016

Archivage de l’art et art de l’archivage – Archiving art and art of archiving
أرشيف الفن و فن الأرشيف

Séance 7  – Modérateur : Mohamed Gouja (Directeur de l’UF EASYER, Maître de conférence en musique et musicologie ISAMG)

Fouzia Belhachemi (Maître de conférence)
Observer, décrire, analyser et archiver dans l’urgence à Tamanrasset

Olfa Njima (Maître assistante à l’ISAMG, Directrice d’ISAM)
L’archivage dans la pratique picturale de Tahar Aouida

Véronique Ginouvès (Phonothèque, MMSH Aix-en-Provence – USR3125 AMU/CNRS)
Cataloguer, conserver et diffuser les archives sonores de la recherche : exemples issus de l’expérience de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence)

Hala Ben Maalam (Assistante à l’ISAMG)
La pérennisation de l’éphémère : le paradoxe de l’archivage des formes artistiques numériques

Maya Saidani (Professeure en ethnomusicologie, CNRPAH, Alger)
Autour de l’archivage du patrimoine des musiques et danses traditionnelles en Algérie : propositions, réalisations, perspectives

Séance 8 – Modératrice  – Olfa Njima (Maître assistante à l’ISAMG, directrice d’ISAM)

Mohamed Mehannek (CNRPAH)
L’archivage et la documentation au CNRPAH, Algérie

Zouair Tighellet (Directeur du Centre Culturel Méditerranéen de l’Archivage de Houmt Souk)
تجربة المركز الثقافي المتوسطي بحومة السوق جربة في التوثيق
L’expérience archivistique du Centre Culturel Méditerranéen à Houmt Souk, Djerba

Zied Mnifi (Chercheur UR)
مساهمة الوسائل الرقمية الحديثة في التوثيقالفني
Contribution numérique dans l’archivage artistique

Rihab Farhat (Doctorant UR Toulouse 2)
Échantillonnage et archivage : question de couleur

Sonia Chamsi (Doctorante)
Archiver c’est communiquer

Souhir Trab (Doctorante)
الخططات المعمارية اشكالية و مشاكل التوثيق
Les plans architecturaux : problèmes d’archivage

Dimanche 17 avril : visite du Centre culturel et touristique méditerranéen de Djerba qui a l’objectif de numériser les archives de l’île.

26479694841_88c36f7438_k

Ce colloque a été également l’occasion de diffuser les actes de la précédente session publiés par l’ISAMG (la session 2014 avait été publiée en 2015). Ces actes sont consultables à la bibliothèque de la Médiathèque de la MMSH, sous la cote MUS 780 GOU (1) et MUS 780 GOU (2).

Comité scientifique : Mohamed Gouja et Olfa Njima

Pour en savoir plus sur l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès, lire la présentation de sa directrice, Madame Olfa Njima.

Comité d’organisation : Inés Aboud, Sonia Chamsi, Rihab Farhat, Houda Fekili, Arij Jaouachi, Hala ben Maalam, Salma Mansouri, Amana Najjari, Souheir Trab, Fatma Soltan.

Lieu : Université de Gabès, Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès, UR « Esthétique, Arts, Synergie Environnementale et Recherche (EASYER)

Merci à Hanaé Allali pour la mise en page, la traduction en langues anglaise et arabe et les transcriptions en langues arabe.

Crédits photographiques : deux vues de l’université de Gabès, affiche du programme, Mohamed Gouja, Maya Saidani et Hala Ben Maalam à la tribune, façade du centre culturel et touristique méditerranéen de Djerba, photographies de Véronique Ginouvès (avril 2016). Film réalisé par l’équipe des étudiants de Mme Hela Ben Maallen, Institut supérieur des arts et métiers de Gabès.

Histoire orale et « passés sans traces écrites »

Les 16 et 18 mars 2016 se tenait à l’Institut historique allemand (Paris) une conférence sur le thème Les passés sans traces écrites,  sous la direction de Lisa Regazzoni (Goethe-Universität, Frankfurt am Main). La problématique centrale de la conférence était de comprendre comment les savants, les historiens et les chercheurs des sciences historiques – de l’époque moderne à nos jours – ont abordé les « passés sans traces écrites ». L’objectif était de s’intéresser à la façon dont sont appréhendés ces passés et comment sont reconstruits encore aujourd’hui. Par concept « passés sans traces écrites » les organisateurs de cette conférence désignaient à la fois des évènements, des cultures ou encore des acteurs n’ayant laissé aucun témoignage écrit, voir pour lesquels aucun document écrit n’a été transmis ou conservé et appliquaient ce concept également à l’histoire de l’humanité avant l’apparition de l’écriture ainsi qu’à des groupes spécifiques de personnes qui n’ont, volontairement ou involontairement, laissé aucune trace écrite concernant leur culture actuelle et passée. Florence Descamps (EPHE) y était invitée  à présider une séance le 17 mars 2016 sous les auspices de l’histoire orale. Son intervention publiée ici a conservé ses caractéristiques orales.

L’histoire orale et les « passés sans traces écrites »
Quatre paradigmes,
quatre postures de l’histoire orale, hier et aujourd’hui
Colloque « Les passés sans traces écrites »

Introduction

Alors que la science historique a pendant près d’un siècle affirmé et imposé le primat de l’écrit et du document d’archive primaire pour établir la connaissance du passé, il nous semble qu’on peut considérer l’histoire orale, inventée dans les années 1960 et 1970, comme une tentative pour l’histoire en tant que discipline de prendre en charge les « passés sans traces écrites ». Il s’agirait alors autant d’une forme d’expansion de l’histoire vers des territoires et des objets de recherche qu’elle avait jusque-là laissés aux autres sciences sociales que de l’appropriation ou de l’apprivoisement de nouveaux outils d’investigation et de connaissance venus de ces mêmes sciences sociales.

Mais de quelles sortes de « passés sans traces écrites » s’agit-il ? Comment l’histoire orale les désigne-t-elle et se les approprie-t-elle ? Et ce faisant, comment recompose-t-elle la matrice méthodologique et épistémologique de l’histoire, notamment la relation concurrentielle et toujours sous tension des sources orales et des sources écrites ?

Il me semble que si l’on regarde l’histoire de l’histoire orale, on peut distinguer quatre démarches, qui sont apparues de façon bien distincte, mais qui aujourd’hui dans la pratique des enquêtes orales de terrain se mêlent le plus souvent. Quatre démarches dans lesquelles l’histoire orale, de façon intriquée, définit et qualifie les « passés sans traces écrites » auxquels elle veut accéder ainsi que son rapport aux sources tant orales qu’écrites. Quatre paradigmes qui sont autant de postures possibles pour l’histoire orale et dans lesquelles nous pouvons nous reconnaitre aujourd’hui:

I Premier paradigme : le paradigme militant ou la source orale contre la source écrite.

Ce premier paradigme a donné son identité historique à l’histoire orale telle qu’elle a été inventée et théorisée dans les années 1970. En effet, à compter de la fin du XIXème siècle et de l’installation des bases de l’école historique positiviste et méthodique française, la source orale a été saisie dans un rapport négatif et dissymétrique qui la désigne comme une ressource réservée aux peuples sans écriture, aux sociétés de culture orale, dont l’étude sont dès lors laissées à l’ethnologie, l’anthropologie et l’ethnographie, tandis que les sociétés de l’écrit se voyaient dotées de l’histoire, science des écritures et mémoire nationale institutionnalisée. Cette présentation fondée sur le couple antithétique écriture/oralité est largement une construction polémique, réalisée par les historiens oraux qui dans les années 1960 et 1970 ont voulu construire une autre histoire, une histoire alternative, mais alternative à quoi ? A l’histoire dominante, c’est à dire celle des dominants.

En effet, en Europe, à partir des années 1970, se développe une réflexion historiographique offensive, revendicatrice et militante autour de la source orale : les historiens oraux préconisent le recours aux interviews pour faire l’histoire de populations ou de groupes sociaux qu’ils désignent comme les « anonymes », les « invisibles », ou encore les « oubliés » de l’histoire. Pourquoi sont-ils des « oubliés de l’histoire » ? Pour trois raisons principales, nous disent les historiens oraux :

1) parce qu’ils ne savent ni lire ni écrire et qu’ils ne produisent donc pas d’écrits ; les analphabètes par exemple ;

2) parce qu’ils n’ont pas été objets d’écrits et qu’ils n’ont pas laissé de traces dans les archives;

3) et surtout parce que l’histoire telle qu’elle s’écrit à l’époque, – d’est à dire, l’histoire comme production d’un discours sur le passé – les ignore ou les exclut délibérément de ce récit national.

Ces affirmations sont nourries de l’idée que l’histoire en tant que récit sur le passé est aux mains des institutions et des classes dominantes et que les sources écrites, miroir et fruit de cette domination, passent sous silence l’existence de ces groupes sociaux, leur déniant tout rôle historique et tout intérêt historique. Dans cette perspective, l’histoire orale, en donnant la parole aux « sans voix », créée la possibilité d’une histoire autre tout en se faisant l’antichambre ou le support d’un projet politique et social de conscientisation et d’émancipation sociale et politique.

Des travaux comme ceux de Mercedes Vilanova sur les analphabètes catalans de la République espagnole se situent dans cette ambition ; on trouverait la même inspiration dans l’histoire orale de la classe ouvrière ou paysanne italienne (Giovanni Contini, Alessandro Portelli, Luisa Passerini), dans l’histoire orale américaine (Stud Terkel, Louis Starr)…En France, c’est plutôt l’histoire des femmes des années 1970 qui recueille ce type de problématique (Michèle Perrot, Françoise CribierYvonne Kniebiehler etc.) : les femmes sont absentes des sources écrites, donc il faut leur rendre leur existence historique par la source orale.

En réalité, je ne pense pas qu’il existait en France au XXème siècle, même dans sa première moitié chronologique, des groupes sociaux qui n’aient pas laissé de traces écrites, il suffit de penser aux archives policières, aux archives judiciaires, aux archives militaires, aux archives de l’éducation ou de la bienfaisance sociale ou plus simplement encore à la presse locale. Mais en réalité ce n’est pas tant l’existence ou non de sources écrites qui a conditionné le déploiement de cette histoire orale militante que l’idée que les historiens oraux se faisaient des archives : selon eux, quand bien même elles auraient existé, ces sources écrites n’étaient ni justes ni ajustées à l’objet étudié, elles reflétaient le point de vue des institutions, une histoire vue d’en haut, elles ne permettaient pas de saisir la réalité historique des groupes sociaux d’en-bas.

Dans ce cas, on ne peut donc pas parler de « passés sans traces écrites », mais plutôt de passé déformé par les traces écrites. En ce sens, la source orale ici s’inscrit en contre-point à la source écrite, voire contre la source écrite…

L’histoire orale américaine, canadienne, l’histoire orale en Amérique latine, celle qui est portée par l’association internationale d’histoire orale a conservé cette « option préférentielle » pour les pauvres, pour les anonymes, les humbles, les petits, les dominés. Les pays concernés par cette histoire orale se sont multipliés avec la montée des pays émergents, mais les populations interrogées et étudiées restent en grande partie les mêmes : toujours des paysans et des ouvriers analphabètes, toujours des sans-papiers, des migrants, des émigrés, des réfugiés et des exilés ; sans doute moins de résistants de la Seconde Guerre Mondiale, mais toujours des résistants, des militants anti-dictatures ou des membres des mouvements révolutionnaires, alternatifs ou dissidents1. A cet égard, actuellement en France, un des courants les plus dynamiques de l’histoire orale est celle de l’histoire orale de l’immigration, qui croise histoire urbaine, histoire de l’industrie et de la désindustrialisation, histoire du travail et de l’émancipation sociale, culturelle ou politique. Une histoire orale qui s’efforce également d’intégrer l’objet dans ses études, ce qui nous ramène à l’idée que pour saisir « les passés sans traces écrites », il faut non seulement recueillir la parole individuelle mais aussi les gestes et les objets, c’est à dire convoquer l’image, qu’elle soit fixe ou animée2.

Dans l’arborescence de cet axe de travail de l’histoire orale sur les « sans voix » et les « sans papiers », il faut faire une place à part aux « victimes » des grands traumatismes du XXème siècle, qui ont pris une place dominante dans l’histoire orale française à partir des années 1990 : au premier rang, les déportés, les survivants de la Shoah, les prisonniers des camps de travail ou des camps de détention politique, les victimes des guerres coloniales, civiles ou internationales…Dans ce programme, les témoignages individuels non seulement libèrent une parole opprimée, empêchée, clandestine ou rendue inaudible, mais révèlent ce que les archives institutionnelles écrites ne disent pas, taisent ou cachent volontairement. Le répertoire militant de l’histoire orale se loge aussi dans cette critique de la source écrite perçue comme trompeuse ou opacifiante.

II Le paradigme documentaire ou la source orale à la place de la source écrite.

Ce deuxième paradigme est plus modeste dans ses ambitions que le précédent, moins spectaculaire, moins bruyant, mais il a été très fécond et le reste aujourd’hui. A sa racine, on trouve l’affirmation ou le constat (exact ou erroné, peu importe) d’un passé dépourvu de traces écrites et la volonté pragmatique de pallier cette absence des sources écrites et plus particulièrement des archives, en contournant l’obstacle par la création d’autres sources d’informations, par la méthode des histoires de vie ou des récits de vie par exemple. On trouve cette volonté tant lors de la naissance de l’histoire orale vue d’en bas aux Etats-Unis grâce aux sociologues de l’université de Chicago William Thomas et Florian Znaniecki3 que pour l’histoire orale vue d’en-haut née après 1945 grâce à l’action d’Allan Nevins journaliste et historien, biographe et fondateur du département d’histoire orale de l’université de Columbia, qui constata en son temps la pauvreté des archives américaines sur le président Cleveland auquel il voulait consacrer une biographie et qui décida en conséquence de recourir aux témoignages oraux.

La source orale est ici une source-prothèse, une source palliative, fabriquée à l’échelle quasi-industrielle, corpus par corpus, thématique par thématique, groupe social par groupe social, un ersatz, destinée à suppléer au manque de sources écrites et très paradoxalement à créer de la source écrite, puisqu’à l’origine les interviews orales étaient transcrites et les bandes effacées pour pouvoir resservir. Comme si l’histoire ne pouvait s’écrire qu’avec des sources écrites, quitte à les produire par le subterfuge de l’oralité. Aujourd’hui ces corpus de témoignages oraux archivés et conservés sont tout autant des gisements de ressources documentaires que des corpus patrimoniaux, conservatoires de la mémoire d’un événement à un instant T et témoins-miroirs de la préoccupation mémorielle des contemporains.

Cette inspiration documentaire et palliative, c’est la motivation d’origine du département d’histoire orale de Columbia, c’est aussi en France la motivation du Comité d’histoire de la SGM en 1945-19504, du ministère de La Défense, du ministère des Affaires étrangères, de très nombreux comités d’histoire ministériels, d’entreprises et d’associations d’histoire d’entreprise ou de façon générale des institutions patrimoniales. Il s’agit de documenter les événements du passé pour lesquels les sources écrites n’existent pas ou plus, soit parce qu’elles ont été détruites, soit parce qu’elles sont inaccessibles ou lacunaires. Ce fut et c’est encore la grande motivation de nombreux chercheurs en histoire contemporaine : combler les trous et les interstices des archives ou contourner les délais de réserve qui empêchent la libre communication des archives.

Aujourd’hui, l’emprise bureaucratique de l’Etat a beaucoup augmenté, le filet des archives administratives s’étend désormais très largement jusqu’à la vie privée, et surtout les individus laissent désormais un nombre de traces écrites innombrables dans leur vie quotidienne. Existe-t-il encore dans nos pays occidentaux des « passés sans traces écrites » ? En conséquence, devant les masses d’archives et de sources imprimées, audiovisuelles et photographiques à disposition de l’histoire contemporaine, on pourrait imaginer que la motivation documentaire se soit atténuée ces dernières années, mais elle pourrait bien renaître du fait de la croissance des communications et des transmissions numériques, traces immatérielles, fragiles, éphémères et effaçables d’un seul clic…Car à l’heure du SMS, comment restituer les atermoiements et les émotions du processus décisionnel, en l’absence des petits mots manuscrits en marge d’un document d’archive ?

Mais surtout cette motivation documentaire, elle a été relayée et déployée par un troisième paradigme que j’appellerais le paradigme patrimonial ou mémoriel.

III Le paradigme patrimonial et mémoriel ou la source orale sans la source écrite

Le paradigme patrimonial et mémoriel se greffe sur le paradigme documentaire, mais il peut tout aussi bien avoir des racines dans le premier paradigme militant. Ce courant de l’histoire orale établit la source orale comme le moyen de construire des « monuments à la mémoire de », des monuments commémoratifs qui viennent fixer le souvenir d’un événement du passé, d’un groupe social, d’une personnalité individuelle, d’une institution, d’une technique ou d’une activité, et qui visent à en perpétuer la trace chez les générations futures en l’organisant (accessibilité, diffusion, documentation, esthétisation). C’est sans doute celui qui trouve aujourd’hui sa plus grande diffusion dans l’espace social, car il est à la fois porté par le mouvement de patrimonialisation qui a saisi la société française (patrimoine rural ou urbain, patrimoine industriel, patrimoine paysager etc.) et par les problématiques de mémoire nationale ou collective qui clivent cette même société (l’Occupation, Vichy, la guerre d’Algérie, la décolonisation, l’immigration etc.).

On trouvera ce répertoire dans les musées (musées d’histoire, musées ethnographiques, écomusées, mais aussi musées scientifiques ou techniques), dans les mémoriaux de la Seconde Guerre Mondiale, dans les institutions (publiques ou privées), dans les collectivités locales et dans tous les organismes à mission conservatoire (les Parcs naturels régionaux par exemple) et maintenant, sur les portails ou les plateformes internet qui commencent à se multiplier sous des termes divers comme « mémoire orale de » ou « paroles de ». Ce paradigme patrimonial et mémoriel de l’histoire orale se déploie dans des institutions nationales (le Mémorial de la Shoah par exemple) ou, au contraire, met en avant une forte identité territoriale (musée de pays, PNR) ; il mobilise la double charge émotionnelle de l’oralité et de la mémoire et en définitive, n’a pas besoin de la source écrite, il s’en passe même fort bien. En revanche, il affectionne l’objet, notamment dans le cadre des médiations culturelles, muséographiques ou scénographiques (cf. les biographies d’objets).

IV Le paradigme scientifique ou la source orale en interaction avec la source écrite.

Le quatrième et dernier paradigme est le paradigme scientifique est assez logiquement celui des chercheurs en sciences humaines et sociales, des laboratoires de recherche ou des universités.  Il consiste à dire :

1° que l’histoire orale ne dit pas l’histoire, mais produit pour l’histoire et à destination des historiens des matériaux, des documents à analyser, à critiquer et à interpréter , à l’instar des autres sources (opéré en France par Dominique Schnapper avec les archives orales de la Sécurité sociale en 1975-1980) ;

2° que l’histoire orale, ce n’est pas la source orale à la place de la source écrite ou la source orale contre la source écrite, mais l’intrication des sources orales et des sources écrites, en interrelation, en interaction, en convergence (ou en divergence) les unes avec les autres.

3° que ces matériaux peuvent en effet être construits et érigés en sources, mais selon des questionnements et des modes de validation appropriés et que c’est à l’historien ou au chercheur de trouver le moyen de faire « parler » ces documents, y compris « malgré eux »et « par-delà l’erreur et le mensonge » pour reprendre les mots de Marc Bloch dans l’Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien.

Ce paradigme suppose en réalité une réflexion spécifique sur les apports cognitifs comparés de chaque source et sur leur fécondité respective : sources archivistiques primaires, sources imprimées, sources audiovisuelles, sources de presse, sources iconographiques, sources secondaires manuscrites ou témoignages oraux rétrospectifs, sources littéraires etc…. De fait on sait mieux aujourd’hui, après quarante ans d’histoire orale, pour quels types de sujets la parole des acteurs est la plus féconde ou la plus efficace: les biographies individuelles et les biographies collectives, la prosopographie des carrières ; l’invisible quotidien et ses « petits faits vrais » ; les conflits, les crises, les traumatismes et les violences ; le fonctionnement concret des systèmes de pouvoir, et plus encore les traces persistantes du vécu et du ressenti, des émotions, des sentiments, des valeurs et des croyances, bref tout ce qui relève des représentations des acteurs, à la fois voilées et épaissies du travail de la mémoire et du temps présent. Dans ce cas de figure, l’histoire orale ne se soucie plus de savoir si elle vient en rejet ou en remplacement de la source écrite, mais elle se conçoit avant tout comme le vecteur premier de l’expression de la subjectivité individuelle, d’un point de vue sur soi, sur les autres et sur le monde.

Pour conclure, je terminerai de façon plus personnelle en disant qu’il me semble que tout historien qui a recours à la parole des acteurs pour ses recherches manie peu ou prou les quatre démarches, selon des degrés qui lui sont propres : donner de l’existence et de l’épaisseur historique à des catégories d’acteurs méconnus, oubliés ou anonymes ; créer des matériaux documentaires nouveaux et complémentaires pour appréhender un passé qui lui semble incompréhensible faute de sources ou d’informations ; faire mémoire d’un monde plus ou moins révolu ; accéder à la subjectivité des individus…

Crédits photographiques de l’image à la une : Martin-Pena Area of Puerto Rico, 04/1972 par Ken Heyman, Archives nationales des Etats-Unis, pas de restrictions de droits connues.

  1. Cf. la BDIC qui en termes de collecte de témoignages oraux est passée chronologiquement de l’interview des résistants FTP-MOI aux militants FLN et aux algériens des cités bidonvilles de Nanterre et organise aujourd’hui une enquête sur les exilés chiliens… []
  2. Cf. la Cité pour la mémoire et l’histoire de l’immigration et tous les groupes de travail, toutes les associations qui multiplient la collecte de corpus, la création de portails de ressources en ligne et les collectes d’objets []
  3. Cf. Le Paysan Polonais 1918-1920 qui met en pratique la méthode des récits de vie []
  4. collecte de témoignages auprès des prisonniers, sur la Résistance, la déportation, les bombardements des villes et des civils []

Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l'École Pratique des Hautes Études Lire en ligne : L'historien, l'archiviste et le magnétophone, (2005).

More Posts

Contextualisation d’un corpus sonore : Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros.

Le forum de la Méditerranée, organisé à Marseille avec le soutien du LabexMed, a donné l’opportunité à la phonothèque de la MMSH de présenter, le corpus sonore des Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros, accessible en ligne sur le portail Europeana. Sur ce billet vous trouverez le diaporama de l’intervention que fera l’après-midi du  18 mars 2016 l’équipe de la phonothèque (Véronique Ginouvès, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis). Il est accompagné de différents documents qui vous permettront de mieux comprendre le contexte de production de ce corpus.

Bonne lecture, bonne écoute !


Ci-dessous, vous pouvez écouter l’extrait sonore proposé pendant la présentation (Cf. diapositives 4 & 5) :

Consulter la carte des villes d’origine des réfugiés en Asie-Mineure (Turquie actuelle) :

 

En complément des notices documentaires des entretiens en langues française et grecque, plusieurs billets offrent des éclairages thématiques transversaux :

Crédits photographiques : Port de Smyrne vers 1920, domaine public. Page 30 de l’ouvrage Greece de Puaux, René et Brown, Carroll N. (Carroll Neidé), publié pour la « Greek Government Exhibition », collection de la bibliothèque du Congrès. 

La phonothèque de la MMSH au Forum Méditerranée le 18 mars 2016

Le 18 mars 2016 à 14h, l’équipe de la phonothèque sera présente au Forum de la Méditerranée, qui se tiendra à Marseille du 17 au 19 mars à la Villa Méditerranée et au MuCEM.
Ce forum des études méditerranéenne est piloté par le LabexMed, en collaboration avec les labex ArcHiMedE, OT-Med et Resmed, et en partenariat avec le MuCEM. Il a pour but de présenter les projets développés par les laboratoires d’excellence dans le champ des sciences humaines et sociales avec un focus sur la Méditerranée.

Le forum s’organise en 8 sessions thématiques déclinées ainsi :
Session 1 – Systèmes productifs, circulations,interdépendances, évolutions
Session 2 – États, droits, appartenances
Session 3-1 – Humanités numériques et Méditerranée – Espace
Session 3-2 – Humanités numériques et Méditerranée – textes et archives
Session 4 – Patrimoines : enjeux, pratiques,représentations
Session 5-1 – Religions et pratiques sociales –Espaces sacrés et rites : archéologie,production et transmission
Session 5-2 – Religions et pratiques sociales –sources écrites : interprétations et controverses
Session 6 – Savoirs et langages
Session 7-1 – Environnement, sociétés,territoires – Vulnérabilité et transformations environnementales
Session 7-2 – Environnement, sociétés,territoires – Étude des écosystèmes
Session 8 – Exposer la Méditerranée :recherches et musée

La communication de la phonothèque s’inscrira dans le cadre de la session 3-2 : « Humanités numériques et Méditerranée – Textes et archives » qui se tiendra le Vendredi 18 mars 2016, 14h00-17h00 (Villa Méditerranée, salle 1). Elle représentera le LabexMed en mettant à l’honneur le corpus sonore des “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922” à travers une communication intitulée “La catastrophe d’Asie-Mineure : usages scientifiques et mémoriels d’un corpus d’archives sonores” et présentée par Véronique Ginouvès, Ariane Néroulidis et Hélène Loukou.

Milad Doueihi (Université    Paris    Sorbonne – Université    de    Laval) sera le modérateur de cette séquence de l’après-midi, riche en présentation de projets numériques :

  • Robert Alessi (Orient    &    Méditerranée / Resmed) Réalisation    en xml d’un lexique grec-arabe-grec ;
  • Didier Alexandre (Université     Paris-Sorbonne / Obvil) : Mesures  de  la Méditerranée dans les corpus littéraires français (1750-1950) ;
  • Sébastien Biston-Moulin (CFEETK / ArcHiMedE) : Le     projet     Karnak : Système d’Indexation des  textes hiéroglyphiques ;
  • Muriel Debié (IRHT / Resmed)) : Voyager dans les manuscrits    syriaques  de  la Méditerranée orientale hier et aujourd’hui :    disciplines de l’érudition et humanités numériques.
  • Véronique Ginouvès, ArianeNéroulidis, Hélène-Giorgiana Loukou (USR 3125 / LabexMed) : La catastrophe de  Smyrne : usages    scientifiques et  mémoriels d’un corpus d’archives    sonores ;
  • Isabelle Régen (ASM / ArcHiMedE), OlivierOnézime et Gaël Pollin (IFAO / ArcHiMedE) : Apports de la photogrammétrie à la documentation des monuments pharaoniques : le cas de la tombe-bibliothèque du prêtre Padiaménopé (Thèbes, 7es. av. J-Chr.) ;
  • Frédéric Servajean (ASM / ArcHiMedE) : VÉgA : vers une pratique    collaborative    de    la    lexicographie à l’ère du numérique ;
  • Daniel Stoekl Ben Ezra (Orient & Méditerranée / Resmed) : CT-Mishna : un    projet    d’édition    numérique    d’un texte    juridique de l’Empire romain.

Retrouvez le programme intégral (en PDF) et le résumé des communications (également en PDF) sur le site officiel de l’événement.

Crédits photographiques : Vue en reflet du MuCEM, Ariane Néroulidis, janvier 2016, CC BY NC